AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan ♥
N'hésitez surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Toute inscription rapportera 300 points !
En ce moment, la boutique du forum est à - 50% ! Profitez en !
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥️

Partagez | .
 

 Keep Calm and take a beer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 24 Sep - 20:06.
Il commençait à se faire tard tout de même. Dans un coin de la pièce, une horloge égrenait ses secondes dans l'indifférence la plus totale de la clientèle. Il fallait dire que le bon temps ne se comptait pas vraiment, et c'était bien pour ça que Logan était venue ici. C'était une soirée agréable. Les températures extérieures restaient douces, le ciel était dégagé, et malgré les événements peu réjouissants qui se passaient un peu partout dans le monde, une petite bulle d'amusement et de divertissement s'était installée dans ce bar.

Logan en était à son second verre. Seule pour le moment. Au bout du bar, dans un coin un peu isolé mais pas trop, elle était appuyée, le popotin sur le bord d'un haut tabouret, et faisait tourner entre ses doigts le cartons publicitaire qu'elle avait retiré de sous son verre. Elle ne cherchait pas la compagnie pour l'instant, tout dans son attitude physique l'indiquait, et sans même que les gens autour d'elle n'en aient conscience, cela suffisait largement à lui laisser la paix.

Elle avait besoin de réfléchir un peu, et dans un contexte plus vivant que le calme de son appartement. Quelques heures plus tôt, son premier patient ritualisé avait quitté son espace cabinet, et si en excellente professionnelle qu'elle était, elle avait patiemment écouté et analysé ce jeune garçon redevenu humain, son coeur avait été profondément heurté par cette rencontre. Il disait avoir été sauvé, libéré d'une transformation qu'il avait subit dans le cadre d'une agression. Quelque chose d'horrible dont il était à présent délivré. Sauf que l'entier de son corps lui avait hurlé l'inverse. Ses mains qui se frottaient, sa jambe un peu trop agitée, son regard fuyant tout comme les micro-expression qui trahissait chacun de ses mots pour les mensonges qu'ils étaient... Ce gamin s'était fait arraché une partie de lui-même et en subissait les conséquences. Peut-être croyait-il sincèrement au bien-fondé de son choix, mais il était plus que clair pour le psychologue que le Rituel avait été une plus grande erreur encore que sa transformation.

Du bout du doigt, elle retraça le parcours d'une goutte de condensation de bas en haut, le long de son verre fraîchement posé devant elle. Ici, sa mélancolie se faisait chasser par chaque éclat de rire, ou tape dans le dos. Les gens s'amusaient, et ça lui faisait du bien. Il y avait ce trio de gars, chacun sa bouteille de bière à la main, en train de commenter une rediffusion de match sur un écran. Plus loin à une table, un couple semblait plus accaparé par leur relation que par les glaçons déjà fondus dans leurs verres. Le brouhaha des discussions était proprement assourdissant, mais dans ce calme ambiant, quelque chose se faisait remarquer.

Dans un autre coin, un duo, un homme et une femme, étaient diablement silencieux. Ils ne se regardaient même pas. Couple en pleine rupture? Oh non. Binôme en pleine chasse. L'un comme l'autre fixaient un type un peu plus loin, qui leur tournait le dos. Seul comme elle, mais bien moins détendu, il se trouvait plus loin au bar, sans verre devant lui. S'il était là depuis un petit bout de temps, il devait être trop accaparé par quelque chose pour se soucier de commander. Logan se redressa sensiblement, et détailla plus attentivement la scène. Il se savait observé et était clairement tendu. Un pur appel au contrôle, que les spectres n'avaient pu que remarquer. Elle l'aperçu jeter un regard vers la porte. Mauvaise idée, songea-t-elle. S'il mettait les voiles maintenant, il serait définitivement suspect. Une altération ou une aberration? Ou un simple criminel lambda? Est-ce que ça avait de l'importance? Le passage à proximité du barman lui donna l'impulsion nécessaire.

"Excusez-moi, je vais vous prendre une autre pression."

Avant qu'il n'ait pu la mettre en attente, du fait du nombre de commande, elle se pencha et lui tendit un billet, histoire de la faire passer rapidement en tête de liste. Il ne lui fallu pas plus de quelques secondes supplémentaires. Le binôme se leva, elle aussi. Heureusement qu'elle était la plus proche! Les spectres s'arrêtèrent, encore proches de leur table, quand elle passa dans le dos du jeune homme pour poser le verre le plus frais devant lui, commentant en même temps du même coup.

"Il y a un de ces monde! J'ai bien cru que j'aurais jamais nos verres."

Elle se faufila entre lui et un client à ses côtés pour enroula un bras autour de ses épaules pour déposer un baiser sur sa joue, murmurant à peine à son oreille.

"Détendez-vous où ils vous arrêteront pour stress excessif."

Elle lui lança un sourire des plus amical en s'appuyant sur le côté, comme s'ils allaient simplement poursuivre une conversation laissée en suspend jusqu'ici. Du coin de l'oeil, Logan nota que le binôme était retourné s'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 24 Sep - 22:17.
Ça faisait combien de temps, exactement ? Trois semaines, peut-être quatre ? Je ne savais plus. Depuis le festival, où ils avaient abattu un lycan de sang froid, je n'avais pas réussi à la revoir. Même plus longtemps que ça, je ne l'avais pas revue depuis que nous avions discuté à la sortie de cette boité. Ça pesait sur mon moral, je déprimais. Et même malgré les messages que j'avais pu lui laisser dans sa boite aux lettres. Elle me manquait de plus en plus.

Malgré que je savais que c'était en vain, j'avais quitté la forêt qui m'offrait encore aujourd'hui le gite, espérant pouvoir la retrouver. La nuit tombait, la lune était bien visible, pour une rare fois. C'était le contraire pour les rues, j'avais appris à repérer les agents de la CAA, habillé en civil. Combien d'entre eux m'empêcheraient de m'approcher et de ressentir le réconfort que la présence de Leigh m'offrait ? Probablement trop. Je devenais maussade, de plus en plus chaque jour.

Sans dire qu'il pourrait m'aider, je pouvait quand même aller voir Joren. En général, il était à l'écoute, malgré que je ne consommais pas quand j'allais dans son bar. Ce devait être une façon de me remercier de lui avoir sauvé la peau... Même si je savais que son bar était étroitement surveillé, j'avais besoin de cet ami, si je pouvais le considérer ainsi, j'avais besoin de me changer les idées.

Alors voilà pourquoi j'étais allé dans ce bar. J'espérais vraiment pouvoir voir quelqu'un qui pouvait m'aidé ou m'offrir un certain soutien. Je m'étais assis en retrait de tout ce monde, essayant de repérer Joren, le meilleur des barman que pouvait avoir ce bar. Ce devait être son jours de congé, je ne le vi nulle part. Et par malchance, je venais de repérer ces deux agents. Si pour certain, ils pouvaient ressembler à un couple, je remarquai rapidement qu'ils observaient tout le monde.

Qu'est-ce que je pouvais faire, la porte était suffisamment loin pour que je sois incapable de l'atteindra sans qu'il me remarque. Merde ! Ils avaient dû remarquer que je voulais fuir, ils s'approchaient. Dans la pire des situations, je savais que je n'avais qu'à mentionner Leigh et j'avais la vie sauve, mais il me faudrait aller à Ribcage et subir le rituel.

J'allais me lever, il valait mieux que je les affronte dehors qu'ici, mais un verre se posa devant moi. J'étais surpris. Qui pouvait bien aider un type solitaire comme moi ? Leigh, mais ce qui nous liait me laissait savoir que la belle rousse était à l'autre bout de Bristol.

"Il y a un de ces monde! J'ai bien cru que j'aurais jamais nos verres."

Qu'est-ce qu'elle faisait, celle-là ? Honnêtement, qu'est-ce qui lui prenait d'enrouler son bras autours de mes épaules et de poser un baiser sur ma joue ? Je pouvais bien comprendre qu'elle essayait de m'aider, mais c'était excessif. Non?

"Détendez-vous où ils vous arrêteront pour stress excessif."

Ces mots, elle les avait à peine murmurer. Si je n'avais pas eu mon ouïe développée, je ne l'aurais jamais entendue. Mais qu'est-ce qu'elle faisait ? Ah, oui, elle souriait.

"Je ne suis pas stressé. Tu peux pas comprendre."

Je me doutais bien que mes yeux devait refléter ce que j'étais, je le sentais s'agiter en moi. Il ne me demandait que de sortir. Si je lui mentionnai d'attendre qu'on soit en lieu sûr, il était loin d'être heureux de cette réponse. Je fermai les yeux, histoire de reprendre le contrôle.

"Merci pour le verre, mais je ne pourrai pas te le rembourser. Depuis que je suis ici, je n'ai pas la chance de travailler."
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 24 Sep - 22:45.
Oulà... Quelque chose en elle lui donna une atroce envie de reculer. Il était plus qu'évident maintenant pour elle que ce type n'était pas humain. Mais peu importait. Au fond, s'il avait été la menace que les médias voulaient laisser entendre, qu'est-ce qu'il serait venu faire dans un bar aussi populaire et anti-aberration que celui-ci? Et puis bon. Avec tout les voyages qu'elle avait fait et les personnes étranges qu'elle avait rencontré, si elle était encore en vie aujourd'hui, ce n'était certainement pas pour se faire bouffer dans l'un des pubs les plus cool de Grande-Bretagne.

"Oh, il y a bien une certaine tension, mais effectivement, je ne peux pas comprendre la cause. Par contre eux, ça a l'air de les intéresser autant que moi!"

La situation était loin d'être simple. Logan le savait très bien. Pas simplement parce qu'elle se trouvait entre des agents du CAA et une créature potentiellement dangereuse, mais surtout tout simplement parce qu'elle s'immisçait de force dans l'espace personnel de quelqu'un qui malgré sa présence dans la foule, n'avait pas vraiment l'air de vouloir de la compagnie d'une illustre étrangère.

"Je n'ai pas demandé à être remboursée."

Et puis ce n'était pas une bière qui risquait de faire un trou dans son budget, mais bon. Il ne pouvait pas savoir ce genre de détail superflu. Elle se tourna un peu plus vers le bar pour prendre son verre et poursuivre sur un ton des plus amicales.

"Allez, à ta santé! Et promis, dès qu'ils seront partis, je te laisserai en paix."

Sans attendre de réponse immédiate, elle fit tinter son verre contre celui toujours posé de l'inconnu et prit une gorgée de blonde. Elle releva les yeux, en direction du bar, et observa dans le reflet des miroirs derrière les bouteilles le couple qui traquaient les aberrations. Notant que leur regard se tournait un instant vers eux, elle glissa son bras sous celui de son nouveau pote de beuverie malgré lui.

"Voici une petite info tout à fait idiote mais qui peut s'avérer utile. La proximité a tendance à mettre mal à l'aise les personnes qui ne sont pas concernée par la relation. Donc..."

Elle fit un geste discret en direction des miroirs. Le binôme de spectre parut détourner prestement le regard en constatant que Logan s'était collée à l'homme qu'ils observaient.

"En y mettant un peu du tien, ils vont vite se concentrer sur autre chose que toi. Et n'y voit aucune arrière-pensée, j'ai hâte moi aussi de respecter ton espace privé. C'est pas dans mes habitudes de sauter sur les mecs que je ne connais pas, aussi mignons soient-ils. Au fait, je m'appelle Logan."
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 25 Sep - 0:00.
Effectivement, j'étais un peu tendu, l'effet de manque causé par l'opposition. Bien sûr qu'elle ne pouvait pas comprendre, personne, à moins d'avoir une opposé, ne pouvait me comprendre. J'étais en manque de sa présence. J'avais tellement besoin de voir Leigh.

"Ce qui les intéresse le plus, c'est de savoir ce que je suis, pas ce qui me rend nerveux. C'est comme si ils savaient ce qui peut m'arriver, et ce que je peux faire aux autres..."

C'était déjà difficile gérer mes émotions dans la dépendance que me donnait l'opposition. Je n'avais pas besoin d'avoir la CAA sur le dos en plus. Surtout pas en ce moment. Une chance qu'elle avait été là. Et ça avait été gentil de sa part de m'offrir la bière, malgré que je serais incapable de la lui rembourser.

"Je n'ai pas demandé à être remboursée."

Pourquoi ce permettait-elle d'aider un étranger comme elle le faisait ? Et lui offrir à boire, en plus ? J'appréciais, il ne faut pas se tromper sur ce point, j'appréciais vraiment ce qu'elle faisait, mais je doutais que la CAA la garderait dans sa mire.

"Allez, à ta santé! Et promis, dès qu'ils seront partis, je te laisserai en paix."

Je pris mon verre, j'aurais dû être plus rapide que ça, au moins pour que nous semblions plus nous connaitre que ce que je laissais paraître jusque là. Mais son attitude me déstabilisait, j'étais pris entre la survie et Leigh, comme toujours. Cette étrangère avait passé, sans raison apparente, son bras sous le miens. Qu'est-ce que Leigh penserait de cette situation ? Aurait-elle crû que cette femme me tournait autours en espérant plus qu'une simple soirée dans un bar ? Ou la spectre la laisserait me sauver la peau ? Peu importe, celle qui était avec moi, ce soir-là, me sortit de ses interrogations inutiles pour le moment. Et puis, Leigh comprendrait si je lui expliquait que ce n'était que pour éviter d'autre spectres.

"Voici une petite info tout à fait idiote mais qui peut s'avérer utile. La proximité a tendance à mettre mal à l'aise les personnes qui ne sont pas concernée par la relation. Donc..."

"Je ne sais pas si tu as remarqué, mais je suis moi-même plutôt mal à l'aise..."

Je regardai dans la direction qu'elle m'indiqua. Les deux autres nous observaient. Allaient-ils finir par me laisser en paix ? Ce serait trop facile.

"En y mettant un peu du tien, ils vont vite se concentrer sur autre chose que toi. Et n'y voit aucune arrière-pensée, j'ai hâte moi aussi de respecter ton espace privé. C'est pas dans mes habitudes de sauter sur les mecs que je ne connais pas, aussi mignons soient-ils. Au fait, je m'appelle Logan."

Au moins, ça s'arrêterait au bar. Mais devais-je prendre son commentaire pour un compliment, ou parlait-elle d'autres mecs ? Je retournai le regard vers Logan, pour lui dire :

"Si eux te le demandent, je m'appelle Dylan, mais tu peux m'appeler Chris. Et sinon, je fais quoi, dans ce cas ? Je te laisse t'assoir sur mes genoux ? Je comprends que ça va s'arrêter au moment où les obsédés de la traque ou nous-mêmes passent la porte, et le plus tôt que je pourrai partir, le mieux ce sera, pour moi..."

Prenant le temps de regarder à nouveau discrètement dans le miroir, je vis qu'ils nous observaient encore. J'avais de la difficulté à croire que j'allais faire ça, que je risquais, en apparence seulement, de trahir la confiance que Leigh me portait. C'était déjà une confiance qui était faible, puisqu'elle savait que je risquais à tout moment de me transformer et m'en prendre à n'importe qui. Mais malgré ça, je devais sortir de ce bar vivant, alors je m'organisai pour en avoir la possibilité et, comme Logan me l'avait mentionné, joué le jeu serait le meilleur moyen. Je voulais bien, mais que devais-je faire ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 25 Sep - 12:11.
La méthode serait-elle suffisamment efficace pour tenir la longueur? Logan éprouvait comme un léger doute. Si elle savait très bien que jouer la comédie n'allait pas être une épreuve pour elle, elle ne pouvait pas vraiment partir du principe que ce serait le cas pour tout le monde. Oui, il était mal à l'aise, elle le voyait bien, mais ce qui lui importait le plus, c'était que les spectres, eux, ne percutent pas trop. Son regard se porta à nouveau sur le reflet. Ils ne semblaient pas encore décidés à lâcher l'affaire et c'était gênant. Sur ce coup-ci, il allait falloir faire preuve de patience, et surtout savoir doser le jeu d'acteur.

"Je vais rester sur Dylan, le temps que ce joli petit couple retourne à d'autres affaires."

Mieux valait qu'elle ne commence pas à s'embrouiller avec les noms. Elle classa le Chris dans un coin de son esprit et posa son coude libre sur le bar pour caler son menton dans sa main.

"Voilà le topo, Dylan. On est amis, depuis quelques années déjà. Je suis du genre extravertie et tactile. Ça a tendance à te gêner un peu, ce qui m'amuse beaucoup! Alors non, je ne vais pas te grimper sur les genoux. Partons du principe que je suis lesbienne et si ils s'en mêlent, je ferai les yeux doux à la partie féminine du binôme."

Dieu que les gens pouvaient parfois être coincés. Mais bon, ce n'était peut-être pas donné à tout le monde d'avoir des amis suffisamment proches pour faire la bise ou pour lui prendre le bras. Elle eut une petite pensée émue pour ces sœurs Colombiennes qui au bout d'à peine 24h, lui prenaient le bras en pleine rue comme une demoiselle enchantée s'agripperait à l'homme de sa vie. Distraitement, elle reprit une gorgée de bière et relâcha Chris pour tendre la main le long du bar et tirer à eux un petit bol de cacahuètes laissé à la disposition des clients.

"Alors dis-moi, Dylan. Que fait un gars comme toi tout seul dans un pub aussi populaire? Un rendez-vous galant tombé à l'eau? Un ami qui a oublié de venir? Ou juste un fort attrait pour les endroits bruyants et animés?"

Du bout des doigts, elle attrapa une cacahuète qu'elle croqua sans gêne aucune, agissant comme si effectivement elle avait l'habitude de sa présence.  Derrière eux, le binôme ne les lâchait pas totalement, même si leur attention se portait régulièrement sur le reste de la salle. A croire qu'ils avaient vraiment l'air de désirer ardemment tomber sur quelqu'un qu'ils pourraient arrêter sans scrupule. Les agents avaient-ils un quota de personnes à mettre en cage? C'était bien possible. En attendant, elle pouvait toujours essayer de faire connaissance avec ce Chris, au moins ça occuperait un minimum sa soirée. Mais elle ne pouvait se résoudre à simplement le laisser se démerder. Elle avait vu trop de souffrance liée à la différence pour aujourd'hui. Et puis de toute manière, cette soirée passée, il y avait de fortes chances pour qu'elle ne le recroise jamais. Du coup, elle prit le temps de le détaille un peu plus. Tout bien considéré, elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il était réellement. Vampire? Lycan? Théière sous forme humaine venue ici dans le but de transformer l'univers en dinettes pour filles à couettes?  Elle voyait juste un type qui avait passé une sale journée. Un peu comme… Bah tout humain qui se respectait en fait.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 25 Sep - 23:45.
Elle allait rester sur Dylan, au moins pour le moment.

"C'est mieux, pour éviter la confusion.

Elle me briffa un peu sur son plan : nous étions amis, depuis quelques années, et pour être extravertie, elle l'était, je me demandais même si elle prévoyait réellement jouer un personnage. Et puis, pour être mal à l'aise, je l'étais, surtout à cause du loup et à cause qu'une étrangère s'offrait si facilement pour m'aider. Au moins, elle ne s'assoirait pas sur mes genoux - au moins - parce qu'elle était lesbienne. Pour vrai ? Je pouvais la comprendre, moi aussi, j'aimais les femmes et leurs courbes. Surtout celle de Leigh. Et là, j'avais moins peur de devoir expliquer quoi que ce soit à mon opposée, Logan avait lâché mon bras pour se prendre les arachides qui trainaient sur le comptoir. Et puis elle voulait savoir ce que je faisais dans le bar.

"Je voulais voir un ami, il travail ici, j'avais besoin discuter, je crois, mais il n'est pas là. Et je me rends compte que c'était une mauvaise idée, surtout en ce moment. Je suis dans une situation difficile, du genre j'ai besoin de voir quelqu'un qui est malheureusement trop bien surveillée pour que je puisse lui parler. Plus le temps passe, plus c'est difficile. Quand je disais que tu ne pouvais pas comprendre, c'est ça. J'ai une opposée et son travail l'occupe et la surprotège."

J'hésitai à poursuivre, est-ce que je pouvais faire confiance à Logan sur ce sujet, lui partager ce que je ressentais pour Leigh. D'un côté elle méritait de mieux comprendre, elle me sauvait de ces spectres, mais elle restait une personne étrangère qui ne pouvait rien faire de plus que d'entendre mes histoires qui ne devaient pas l'intéresser de toute façon. Mais, pour le peu que j'avais avoué, ça m'avait fait du bien.

"Je commence à avoir de la difficulté à me contrôler. Si ça continue, il ne me restera pas d'autre option que de passer le rituel. Mais pour elle, pour la revoir, je le ferais, je crois. Et je ne veux pas faire de mal à qui que ce soit."

J'avalai un peu de cette bière qu'elle m'avait offerte, avec la chaleur qui régnait dans la salle, ça faisait du bien de boire quelque chose de froid.

"Tu ne peux pas t'imaginer tout ce que je pourrais faire pour elle. Ni tout ce qu'elle représente pour moi. Elle... elle sait ce que je suis et pourtant refuse de me forcer à aller à Ribcage, même si elle en serait capable. J'apprécie, même si je ne comprends pas pourquoi elle agit ainsi. Elle est comme eux, une Spectre. Et pourtant, je me sens si bien avec elle."

Je me remémorais ce moment, quand je venais de sortir de la boite, la dernière fois que je l'avais vue. L'audace que j'avais eu en l'embrassant, le réconfort que j'avais ressenti en la serrant contre moi.

"J'ai l'impression que plus rien ne compte quand je suis avec elle. Il n'y qu'elle et moi; pas de CAA, pas de lycanthropie, pas de Spectre, que deux personnes qui partagent un moment ensemble. Franchement, je ne me suis jamais senti ainsi avant. C'est si différent des autres avec elle. C'est juste trop difficile à expliquer."
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 26 Sep - 20:10.
Sa soirée allait sans doute se prolonger. Un regard dans le reflet lui confirma la présence décidément envahissante des spectres. Et s'ils se choisissaient une nouvelle cible? Cette fois-ci, elle ne pourrait rien faire. Mais quelles étaient les probabilités que deux personnes différentes viennent se risquer le même soir dans un endroit où il était de notoriété publique qu'elles n'étaient pas bienvenues? C'était sans doute pour cela qu'ils se reportaient encore de temps à autres sur le lycan qu'ils pensaient avoir repéré.

Si Logan avait l'air de se distraire en se reprenant une cacahuète supplémentaire, elle était en réalité très loin de l'inattention. Elle ne s'attendait en fait pas à un tel étalage d'informations personnelles. Et en fait, ça l'arrangeait énormément! Déjà il parlait de manière plus spontané, ce qui allait assurément provoquer le désintérêt des spectres, mais surtout, ce qu'il avait à dire était tout particulièrement intéressant.

Logan ne connaissait que les généralités concernant les opposés. Jamais elle n'avait vécu cette expérience, et jamais il ne lui avait été donné d'en voir ensemble. Du moins pas en toute connaissance de cause. Ce lien paraissait puissant, et les statistiques avaient prouvés qu'il ne touchait que des personnes ayant des origines dans la région. Et à en voir ce que cela apportait comme contraintes, elle devait sans doute s'estimer heureuse de ne pas en avoir. Les avantages lui paraissaient bien maigres pour un humain dénué de la moindre particularité. En revanche, pour un lycan par exemple, quelque chose lui disait que ce genre de relation était indubitablement un bonus.

Au détail près que Chris souffrait de quelques contraintes suffisamment imposantes pour lui pourrir la vie. Mais il y avait indéniablement plus. Le besoin de proximité était bien là, et aussi de préservation. Il serait en effet plus simple pour eux deux que le rituel se fasse, mais si l'autre parti ne semblait pas vouloir le protéger au point de le mettre en cage pour mieux le dénaturer, alors le lien qui les unissait comportait un petit quelque chose que le concept d'opposition seul ne pouvait décemment expliquer. Logan n'avait pas dit un mot. A dire vrai, pour rien au monde elle n'aurait voulu l'interrompre. Le flot d'information lui permettait de cerner nettement mieux Chris. Il était perdu, et en souffrance. Dans quelle mesure avait-il besoin d'une solution? Il avait bien plus besoin de la présence de son opposée, selon toute vraisemblance. A tout hasard, elle se hasarda à apporte un début de réponse.

"L'amour peut-être?"

Elle avait délaissé les cacahuètes pour simplement tenir son verre, profitant du reste de fraîcheur de ce dernier.

"Je ne suis pas la personne que tu aurais voulu rencontrer, mais je peux au moins t'écouter. Donc si je te suis bien..."

Il fallait résumer le problème. Car il était clair que le contexte ne faisait pas de cette relation quelque chose de fondamentalement bien.

"Ton opposée est également un spectre, mais qui semble renier son statut en respectant ce que tu es au mépris des lois. C'est intéressant. Cela signifie que pour elle, toi, qui et quoi que tu sois, compte plus à ses yeux que les raisons qui l'ont poussée à ce choix de carrière. Il y a là bien plus qu'un lien."

Mais ça ne faisait pas avancer le schmilblik d'un iota.

"Tu as besoin d'elle, ça, c'est évident. Et le manque n'aide en rien. Ce serait dommage que tu fasses une bêtise parce que son absence t'aurait empêché de te contrôler. Donc si tu veux parer au plus pressé, il faut la revoir. Le meilleur serait un lieu où il pourrait être normal pour elle de se rendre, et suffisamment peu surveillé pour te permettre de t'y glisser sans te faire remarquer. Vous avez un ami commun chez qui vous retrouver? L'homme que tu espérais rencontrer ce soir  par exemple?"

C'est vrai qu'un bar n'aurait rien d'extraordinaire. Chris était déjà là. Au pire s'il venait un peu avant l'ouverture, et avait accès à une arrière-salle pour qu'elle puisse le rejoindre après son service, ce serait pas mal. Mais il allait falloir que la personne qui les couvre soit fiable, et ça, seul Chris pouvait le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 27 Sep - 2:02.
"L'amour, peut-être?" Cette remarque me donna un léger sourire. Après seulement deux rencontre - malgré que je l'ai déjà embrassée - je n'était pas encore prêt à dire que j'étais amoureux. Quoi qu'elle pouvait bien avoir raison, aussi. Non, on ne devient pas amoureux en deux jours. Et puis, ce lien pouvait peut-être jouer des tours. Qui sait si Leigh serait venue à ma rencontre au parc, quand on s'est rencontré ? Qui sait si j'aurais attiré son attention ce jour-là ? Qui sait si nous aurions eu de l'affection l'un pour l'autre sans l'opposition ?

Et puis elle résuma ma situation, probablement mieux que je ne l'aurais fait-moi-même. Leigh, son rôle de Spectre, son acceptation de ce que j'étais et même qu'elle brisait les règles pour moi; et de l'autre côté : moi, son opposé qui représentait plus pour elle que son job.

"Ce n'est pas vraiment ça. Elle refuse de me forcer à la détresse que me causerait l'incarcération à Ribcage. La dernière fois qu'on a voulu me confiner à un bâtiment et son terrain, je me transformais au quotidien, je n'avais aucun contrôle sur moi-même. Et quand on m'a expatrié pour m'enfermé à Ribcage, j'ai abandonné la lutte contre l'animal. Je me sentais déjà suffoquer à voir les porte et le couloir qui menait à cette prison. Avoir lâché prise m'a permis de m'en sauver."

Elle remarqua que j'avais besoin de Leigh, et que l'effet des dépendance causé pas ce qui nous liait, la Spectre et moi, n'aidait pas. Je buvais mon verre, et Logan me disait qu'il fallait éviter de faire des bêtises à cause du manque qui m'empêcherait, un jour où l'autre, de me contrôler. Je devais revoir Leigh, il le fallait, je n'avais pas de meilleure option, pour le moment. Et ma "nouvelle amie de longue date" me proposait de trouver un lieu et un complice, s'il le fallait, pour que je puisse revoir Leigh.

"Ce n'est pas aussi simple que ça, elle n'est pas simplement une Spectre, elle est celle qui dirige la CAA. Il semblerait que j'ai des goûts plutôt élevés."

Je ne pouvais pas me retenir de faire une farce, de mauvais goût, mais si je réussissais au moins à la faire sourire pour que son scénario puisse mieux passer aux yeux du duo infernal qui nous observait toujours.

"Mais je ne crois pas encore être amoureux. Je ne réussirais probablement pas à décrire correctement ce que je pense ou ce que je ressens quand je suis avec elle, mais on se connait trop peu, elle et moi. Par contre, je peux te dire qu'elle est parfaite, à mes yeux. Même si elle est beaucoup plus petite que moi."

Je la revoyais, dans ma tête, et je ne sais plus où je regardais, je ne voyais qu'un simple point noir sur un fini vernis. Je finis ce qui restait de mon verre.

"Elle me manque... Le plus ridicule, c'est que je sais dans quelle direction aller pour me rendre à elle, mais je ne peux pas suivre cet instinct. Si j'essaie, je vais me faire tuer. Et pour ce plan que tu avais, je ne sais pas si je peux le demander à Joren. Il est énormément occupée avec ce bar, même si il a un jour de congé aujourd'hui, pour me permettre ce genre de rencontre clandestine."
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 27 Sep - 22:22.
Il devait y avoir une part de sentiments, probablement caché. Chris n'avait pas l'air de prendre cette perspective au sérieux, mais il y avait tout de même bien une raison émotionnelle pour avoir rejeter l'option la plus logique et la plus efficace: le rituel. La justification qu'il donna ne part pas vraiment valide aux yeux de la psychologue. A plus forte raison si ce qu'il lui disait était vrai. Ce serait simple de faire passer le Rituel de Chris en priorité, limiter l'enfermement, et ainsi tout irait mieux dans le meilleur des mondes au sein de leur relation d'opposés.

Mais le fait était que, toute puissante qu'elle puisse l'être, sa moitié s'était visiblement refusée à envisager cette option (pourtant la plus simple et efficace) pour le lycan. Qu'on ne vienne pas lui dire qu'il ne s'agissait que d'une histoire de lien. Ou alors peut-être que le rituel pouvait nuire à ce lien sur le long terme, et la demoiselle tenait à préserver ses performances, quitte à mettre la vie de Chris en danger et ça... Ce serait tout particulièrement inhumain.

Logan avait eu un petit sourire amusé. Le hasard faisait que le loup se retrouvait avec une opposée de choix. Un goût inavoué pour le luxe ou un penchant involontaire pour la recherche de mouise? Pour sa part, elle pencherait bien plus facilement pour la seconde option. Pourquoi faire simple quand on pouvait faire compliqué, hein? Une relation classique, c'était soooooo mainstream.

"Dans mon jargon personnel, on appelle ça un karma de merde."

Mais il n'empêchait que cela augmentait la quantité de problèmes dans le quotidien de Chris. Elle leva une main et indiqua chacun des points suivant en haussant un doigt l'un après l'autre.

"Voilà qui allonge sensiblement la liste des solutions à trouver. Déjà une phobie évidente pour toute notion d'enfermement... Puis une relation digne d'un Shakespeare, la verve dramatique en moins... Et enfin l'incertitude quant au fait de trouver une alternative satisfaisante pour parer au plus pressé."

Elle s'interrompit pour prendre une ou deux gorgées de bière alors que le barman passait à proximité, histoire que ses oreilles indiscrètes ne capte pas certains mots déplaisants entre deux mojitos. Quand il se fut éloigné, elle poursuivit.

"Si c'est réellement un ami, il aidera. Maintenant il faut savoir ce qui est le plus important pour toi: revoir ton opposée ou ménager ton amitié avec ce Joren?"

Elle fit tourner son verre sur le bar, portant sur Chris un regard interrogateur quelque peu scrutateur.

"La réponse me semble évidente. Et je gage que Joren préférerait garder son ami en bonne santé plutôt que transformé en bête sauvage trucidant tout sur son passage."

Après ce n'était que son opinion. Peut-être qu'il ne s'agissait que d'un confident qui savait garder sa langue et manquerait cruellement de discrétion dans le cas où il faudrait se mouiller un peu plus que verbalement. Il était vrai que tout soutien à une altération ou une aberration était considéré comme un crime. N'était-elle pas elle-même en train d'en commettre un? Elle s'en foutait totalement.

"Tu as déjà été enfermé contre ton gré à cause de ta nature?"

C'était fort probable. Mais rien n'empêchait également un traumatisme en tant qu'être humain. Si tant est qu'il ait été humain standard par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 28 Sep - 2:03.
"Karma de merde, effectivement. Mais ça rend chaque instant avec elle précieux... J'en ai si peu.

Et puis elle énuméra les problèmes liés à ma situation : mon inconfort à être enfermé - qu'elle avait qualifié de phobie - l'histoire Shakespearienne entre Leigh et moi - elle y allait un peu fort, avec Shakespeare - et, selon elle, une incertitude à vouloir trouver une méthode pour que je puisse revoir Leigh. Elle s'était arrêtée, le temps que le barman passa faire son oreille indiscrète, et je n'osai pas plus ajouter quelque chose, ça ne le concernait pas. Joren, je l'aurais bien invité à se joindre à la conversation, mais l'autre, non.

Logan m'exposa un choix que j'avais à faire, mais que je ne savais pas ce qui serait la meilleure option : m'organiser pour revoir Leigh, clandestinement, avec l'aide de Joren ou laisser le Barman en dehors de tous ça ? D'un côté, il avait déjà assez de problème avec ses amis, tous deux Nocturnes, et il venait de l'apprendre; de l'autre, je lui avait permis une survie plutôt que de finir dans l'estomac d'un autre lycan. Il était possible que Logan ait raison aussi, que Joren préfèrerait m'aider que de me laisser dépérire moralement comme je faisais. Mais je devais réglé un autre point d'abord :

"Phobie, tu y vas un peu fort, je n'ai pas peur. C'est juste que je n'aime pas être confiné entre quatre murs. Et c'est encore loin de Roméo et Juliette, ce qu'il y a entre elle et moi. Elle est mon opposé, c'est tout. Je ne suis pas amoureux."

Pourquoi m'avait-elle ramené sur ce sujet ? Ou c'était moi qui paniquait avec ça ? Dans la seconde option, pourquoi ?

"Je ne crois pas l'être. J'apprécie seulement être avec elle, sa présence m'est agréable."

Mais qui essayais-je de convaincre, au final ? Logan ? ou moi ? J'avais la chance de pouvoir m'accrocher à une personne sur ce sol étranger, une personne qui faisait que ma vie allait mieux, quand je la voyais - merci à l'opposition - et une très belle femme, qui plus est. Je ne l'avais vu que deux fois et pourtant, à chaque jour, je pouvais me remémorer parfaitement son visage, la couleur de ses yeux et le roux de ses cheveux. Je soupirai, finalement vaincu :

"Il est possible que je l'aime, vraiment. Non, je l'aime réellement. Tu avais raison, ce ne peut pas simplement être l'opposition qui me laisse comme je suis."

Elle me demanda si j'avais déjà été enfermé, à cause de la lycanthropie ?

"Oui. C'est assez long comme histoire, mais je peux essayer de résumer... Maude et sa famille étaient lycans et vivaient à Montréal. J'ai rencontrer cette fille à l'école et je l'ai draguée, elle me plaisait. Quand on a eu fini le secondaire, le jour de mon anniversaire, nous sommes allés au parc du mont Tremblant et son père nous a suivis. Maude et moi voulions profiter d'un moment pour nous deux et son père nous en a empêché, en me mordant. Quand je me suis remis de la douleur, j'ai été forcé de les accompagner, assez loin dans le nord de la province pour dire que nous étions coupés du monde. Ils ne voulaient pas que je quitte la maison, le temps que j'apprenne à me contrôler, ça m'a pris plus de quinze ans, avant qu'ils comprennent qu'être enfermé ne m'aidait pas. Et ensuite, la révélation, l'attaque des Forces canadiennes, l'expatriation, tu peux t'imaginer le reste..."
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 29 Sep - 0:03.
Il était intéressant de voir la rapidité avec laquelle Chris se défendait des raccourcis qu'elle avait pris. Car oui, elle n'était pas vraiment en séance avec un patient, elle ne faisait que passer du temps avec un inconnu tout en tâchant d'en apprendre plus sur lui au passage. Mais elle ne pouvait s'empêcher de noter que la simple évocation de Shakespeare avait pour lui une connotation immédiatement amoureuse. Pourtant Roméo et Juliette n'était pas sa seule et unique oeuvre, et l'auteur possédait un attrait évident pour les relations problématiques, qu'elles soient familiales, amicales ou sentimentales. Étrangement, c'était l'amour qu'il démentit en premier, et avec une spontanéité toute défensive qui fit hausser un sourcil à Logan.

Il resta sur la défensive et, amusée, elle reposa son menton dans sa main, sans réprimer un petit sourire un tantinet narquois peut-être. Devait-elle précisé qu'elle n'avait pas sous-entendu directement l'amour mais qu'il prenait lui-même ce chemin comme s'il n'avait jamais rien existé d'autre entre lui et son opposée? Noooon!
Elle préféra ne rien dire et le laisser faire seul le cheminement jusqu'à la solution toute trouvée. Elle aurait été tentée de rire mais s'abstint. Après tout, elle ne s'était à la base pas interposée pour juger, juste pour aider. Elle n'avait juste pas envisager s'intéresser à autre chose qu'à ces spectres que d'ailleurs elle n'avait pas regardé depuis un petit moment.

Là on touchait à autre chose: le passif du patient... Heu du client du bar. Donc il n'était pas né lycan. Ni n'était directement du coin. Sans doute aurait-elle dû prêter plus d'attention à un quelconque accent, mais le lieu n'importait pas tant que ça.

Le responsable de la transformation l'avait isolé, enfermé pour qu'il se maîtrise. Voilà une attitude étonnamment responsable, si l'on excluait le fait que le père protecteur n'avait rien trouvé de mieux que de très stupidement transformer le prétendant de sa fille pour mieux le kidnapper. Comment avait réagit la famille de Chris à ce moment-là? Et lui-même?

"Voilà une figure paternelle contradictoire. L'enfermement ne t'a visiblement pas réussi, mais saurais-tu dire pour quelle raison? Serait-ce la changement de ton identité élémentaire? Le fait de voir ton quotidien anéanti? Que s'est-il passé après ça? Tes parents t'ont-ils cherchés ou as-tu eu l'impression d'être abandonné?"

Quant à la suite, elle était le traumatisme de toute la population. Mais visiblement le trouble lié à l'enfermement datait d'avant la Révélation. Elle s'étonna que le résumé soit si bref. Il y avait l'être aimé, le père agressif, mais... Pas de famille de son côté à lui? Ou avait-il éludé cette partie parce qu'au fond cette dernière n'avait pas eu de rôle à jouer dans sa situation d'otage malgré lui? La peur de disparaître à jamais de tout ce qu'il avait toujours considéré comme son monde réel lui avait-il fait considéré l'isolement comme la fin de sa vie? Ou n'était-ce qu'un simple effet secondaire de la bête en lui qui ne supportait tout simplement pas la perspective d'être en cage au point de dominer l'humain en lui pour tenter de recouvrer la liberté?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 29 Sep - 2:43.
Rolland, un figure paternelle contradictoire? Un être contradictoire, mais qui avais fait énormément pour sa famille, y compris en faire une meute de loup, et m'inclure parmi eux pour sa fille. Malheureusement, j'avais été enfermé pour ça, et ce n'était rien pour m'aider à entrer à Ribcage et, pour Leigh et être avec elle, passer le rituel. Mes parents dans l'histoire ?

"Contradictoires, si on ne voit que le fait de m'avoir empêché de déshabiller sa fille à l'extérieur. Je crois plutôt que Maude avait planifié ça. Une ado lycanthrope amoureuse d'un humain et ayant un père suffisamment apte à se contrôler pour transformer ce dit humain en loup. Si elle a crû que j'étais celui qu'il lui fallait pour le reste de ses jours, elle a pu convaincre son père de me transformer et a tout planifié pour que je reste avec elle.

Pour ce qui est de l'enfermement, à chaque fois que j'essayais de sortir, Marc ou Rolland, normalement, m'en empêchait. Quand ça dépassait mes limites, je me transformait en loup malgré moi. Et eux suivaient, par eux j'inclus Maude et sa mère aussi. À quatre contre un, je n'en suis jamais sorti victorieux. Je terminais ce combat souvent inconscient, au début. Et la maison était à réparer, on avait abattu plusieurs fois les murs. Il est aussi arrivé que Marc me maitrisait avant même que j'aie eu la chance de me métamorphoser.

Pour mes parents, je ne sais pas vraiment comment l'expliquer. Mon père travaillait beaucoup, je ne l'ai jamais vraiment connu. Il travaillait à Vancouver et devait en plus voyager pour le boulot. C'est dans un voyage affaire à Montréal qu'il a rencontré ma mère, mais il a du retourné en Colombie-Britannique, on refusait de le transféré. Ma mère a choisi de rester à Westmount, sachant que mon père ne serait pas souvent présent, même si elle déménageait, et elle ne voulait pas s'éloigner de ma grand-mère. Mon père était toujours entre Vancouver Toronto, New York, Boston et Montréal et les rares moments qu'il était à la maison, il préférait les passer avec ma mère; j'avais douze ans quand on a passé, pour la première fois, un après-midi ensemble.

Pour ma mère, elle avait sacrifié une vie de couple à voyager constamment pour m'éduquer. Elle m'en a peut-être tenu rancune, je ne sais pas. Elle n'avait pas aimé Maude, et je me dis que c'était parce que Maude a été la première que j'ai ramenée à la maison. Quand on m'a demandé de l'appeler pour lui dire que je suivais Maude et sa famille, étonnamment, elle ne m'a pas retenu. Et n'a pas demandé à savoir pourquoi."

Je regardais le fond de mon verre, j'aurais bien avalé quelques gorgées de plus. Je me sentais perdu dans mes souvenir et il me semble que cette bière m'aurait fait du bien.

"Le point positif de cette partie de mon passé, le changement en lycan, je suis ici et j'ai eu la chance de rencontrer une femme extraordinaire et que j'aime. Ça fait bizarre de dire ça. J'ai aimé Maude, je ne peut pas m'en cacher, mais ça m'avait pris plusieurs mois avant de pouvoir dire que je l'aimais. Et là, ça fait peut-être six semaines qu'on se connait, et tout ce à quoi tu m'as emmené à réfléchir m'a fait réalisé que je l'aime et que ça va au-delà de l'opposition. C'est quoi ton truc ? Tu es profiler ?"
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 3 Oct - 11:04.
Des familles aux préceptes radicalement différents de la sienne, Logan en avait croisé pas mal. Non seulement au cours de ses voyages, mais aussi dans le cadre de son travail. Une seule chose l'avait passablement marquée: l'équilibre était une notion passablement abstraite pour la plupart des gens, même quand ses derniers se défendaient du contraire. Elle nota donc beaucoup de failles dans ce qui aurait dû être des exemples pour Chris.

Déjà une famille biologique qui n'en était pas une. Quelle mère accepterait que son enfant sorte de sa vie? Surtout quand celle-ci semblait plus attachée à sa famille (propre mère en l'occurrence) qu'à sa vie de couple? Regrets ou non, quand on faisait se genre de choix pour certaines raisons, on n'oubliait pas ses mêmes raisons au profit d'une nouvelle liberté. En ce sens, il n'était peut-être pas plus mal que Chris finisse chez des lycans, au lieu de rester avec une mère inconstante.

Mais la famille lycane n'était pas dénuée de défaut. Quel père accepterait de transformer un ado innocent parce que sa fille était convaincue que c'était le bon? Quel(le) adolescent(e) peut-il décemment savoir ainsi avec quel conjoint il passerait le reste de sa vie? Oh bien entendue, quand les hormones affluent à la puberté, la passion est autrement plus irraisonnée et plus convaincante. Mais c'est bien pour apprendre à sa progéniture à relativiser que les parents sont là. Elle aussi avait aimé, avec passion et conviction. Plusieurs fois. Mais jamais son père n'aurait accepté d'imposer un choix de vie à un jeune sous prétexte que sa fille le lui aurait demandé. Il s'agissait du respect le plus élémentaire de la vie. Était-ce en raison de leur part de loup? Il lui paraissait pourtant que des créatures si proches de la nature devraient pourtant en respecter les lois. Il n'avaient pas la vie aussi courte qu'un loup normal, leur bon sens et leurs besoin de compagnie aurait dû naturellement s'en trouver adapté. N'était-ce donc pas le cas? Peut-être qu'il faudrait sérieusement qu'elle se penche un peu plus sur une hypothétique culture en lien avec la génétique.

Au moins, dans son choix plus que discutable, le père loup avait assumé les conséquences. De manière agressive, sans doute, mais il fallait bien adapter les moyens à la situation. Et contrairement à sa mère biologique, sa "meute" d'adoption avait au moins l'avantage non négligeable d'avoir une notion plus stable de la famille. En quelque sorte.  

Mais cela n'expliquait pas particulièrement cette crainte qu'il avait de l'enfermement. Certes, pour toute créature un tantinet sauvage, cela devait être une torture. Mais il existait pourtant des lycans qui restait passablement sains en était coincés. Ils n'allaient pas bien, comme toute personne privée de sa liberté la plus élémentaire, mais ils ne développaient pas nécessairement une phobie. Une telle perte de contrôle devrait pourtant avoir une base commune. Se retrouver maîtrisé par une famille de loup pouvait apporté une raison, mais il avait s'agit d'un cadre familiale qu'il semblait pourtant avoir apprécié. Alors où se situait l'erreur? Avait-il extrapolé ce qui pourrait s'y passer à tel point de se créer une angoisse excessive? C'était possible. En un sens, jusqu'ici, il n'avait pas l'air d'avoir eu souvent le choix de sa vie. Une mère qui s'en fiche, une famille qui s'impose, une fille qui aurait dû être sa conjointe pour la vie, et un amour fortement aiguillé par un phénomène d'âme soeur. A quel moment Chris a-t-il pu être réellement maître de sa propre existence? Sans doute la seule et unique fois où il a pu décider pour lui-même et s'était enfui avant de se retrouver piégé à jamais.

Voilà. Peut-être que c'était ça. Mais là encore, elle ne faisait que dans la supposition en ne pouvant se baser que sur les informations qu'il voulait bien lui confier. Et sur ce qu'elle pouvait en extrapoler grâce à sa gestuelle et ses expressions. Elle acheva les dernières gouttes de sa propre bière, non sans noter que Chris semblait se perdre au fond du sien. Sa dernière réflexion lui arracha un petit rire amusé.

"Oui, quelque chose comme ça."

L'ensemble du tableau lui paraissait plus clair. Mais cela n'apportait pas pour autant de solution miracle à Chris. Pour ça, elle ne pouvait rien, concrètement.

"J'imagine que pour une fois que tu as pu prendre ta liberté en main, tu n'es pas prêt de laisser qui que ce soit de l'ôter. Voilà qui expliquerait pourquoi tu redoutes à ce point l'enfermement. C'est légitime. Mais pour ton opposée... Ce serait bien si vous pouviez avoir une conversation plus poussée sur votre relation. Car en l'état, elle n'est pas viable sur le long terme. L'un de vois risque de devoir faire un choix qui va changer radicalement sa vie."

Ou l'une devra renier ses principes et quitter son emploi, ou l'autre devra renier sa nature pour obtenir la légalité. Ou alors ils se battent ensemble pour changer le système, mais cette troisième option était non seulement la plus incertaine pour leur avenir, et aussi la plus dangereuse pour leur vie à tous les deux.


Dernière édition par Logan Frye le Mer 4 Oct - 7:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 6 Oct - 22:17.
C'était quand même difficile de parler de mon passé. Surtout de mes parents. De la façon et de la raison que j'avais abandonné ma mère. Je m'étais senti coupable. Et en parler, ce soir-là, ne m'aidait pas à me sentir mieux qu'au moment où j'avais composé le numéro de la maison sur le téléphone. Je me rendais compte, aussi, à quel point elle me manquait, après dix-sept ans, et après avoir perdu la famille qui m'avait accueilli. Oui, j'avais Leigh, cette femme était la seule personne qui me restait, mais, en un sens, j'aurais aimé avoir ma mère avec moi, malgré la dispute qu'on avait eue, quand je lui avait annoncé que je suivais Maude. Je ne ressentais pas du tout la même chose pour mon père.

Mais la remarque de Logan sur son lien avec les profiler me fit sourire dans cette mélancolie que j'avais, malgré que mentionner Leigh et l'affection que j'avais pour elle me faisait du bien. Et Logan continua. En un sens, elle avait probablement raison : c'était la première fois que j'avais le contrôle de ma vie, et je ne voulais pas perdre ça. Mais il y avait plus, je n'avais pas mentionné les jours que j'avais passé alité, malgré que je récupérais plus vite qu'un humain, parce que j'avais eu des blessures trop sévères. Et de l'autre côté, il y avait Leigh. Quelle serait la meilleur solution pour nous. Elle ou moi allait devoir choisir. Elle et moi allions devoir en discuter, éventuellement. La situation était difficile. Elle me manquait déjà trop, et elle devait aussi s'ennuyer de moi. Sacré lien qui nous unissait, au final. Mais qui accepterais de changer de vie.

Changer de vie, c'était facile pour moi de savoir qui, entre Leigh et moi, prendrait le choix de changer de vie : ce serait moi. Je ne voulais pas qu'elle renie ses valeurs et, honnêtement, je me rendais compte que la lycanthropie m'offrait maintenant plus de mal que de bien. Sans ça, je pourrais passer ma vie sans me cacher, je pourrais aussi passer plus de temps avec mon opposée. Alors, ,e posai finalement mon verre, il ne me servait à rien de continuer d'en fixer le fond, et je regardai Logan.

"La seule chose dont nous avons vraiment besoin de discuter, c'est du moment qu'elle pourra m'aider à entrer là-bas. Ça fait dix-sept ans que je suis ce que je suis et ça ma privé de tant de chose : après le secondaire, je voulais entrer au Cégep d'Ahuntsic en technique policière et, après avoir eu mon DEC, commencer un deuxième programme en psychologie, pour aller dans la Police montée, en Alberta. Ma mère était un peu déçue que je veuille déménager dans l'ouest, mais je lui ait dit qu'elle pourrait aller vivre avec mon père et que je pourrait quand même lui rendre visite régulièrement, c'est moins de deux heures d'avion entre Calgary et Vancouver. Peut-être que je pourrais faire quelque chose de similaire à Bristol."
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 8 Oct - 22:23.
Logan n'aurait su que conseiller. De fait, elle n'était pas nécessairement tenue de conseiller quoi que ce soit. Son job à la base, c'est d'écouter, et parvenir, avec le patient à des solutions. Mais jamais elle n'apportait le choix final. Elle l'observa fixer le fond de son verre. Peut-être qu'il lui en faudrait un deuxième. Peut-être même du plus corsé? A moins que ce soit elle qui ait besoin d'un bon tord-boyaux.

Tout humain un tant soit peu censé devrait conseiller vivement le rituel. Ce serait sans doute un sale moment à passer, peut-être même le pire à éprouver au court d'une existence, mais cela rendrait sa vie légale et simplifierait grandement tout. Et surtout cela le retirait des dangers ambulants comme les médias se plaisaient tant à le rappeler à grands renforts de nouvelles assez inquiétante pour justifier le pouvoir en place, mais pas assez alarmiste pour provoquer des mouvements de panique.

Mais elle revoyait encore ce pauvre gosse, répétant qu'il avait fait le bon choix comme pour essayer de s'en convaincre alors que tout son être hurlait à l'aide. Un future candidat au suicide, elle n'en doutait pas pour l'instant, et c'était bien pour ça qu'elle veillerait à le surveiller, faisant passer ça auprès des organismes concernés pour de la conscience professionnelle quant à la sécurité des honnêtes citoyens de Bristol. Si elle aurait dû donner son avis, elle lui aurait hurler de ne pas envisager cette option un seul instant. Seulement ce n'était pas sa vie à elle, et contrairement à son patient, Chris avait des objectifs dans la vie. De quoi lui fournir, avec son opposée, une excellente bouée de sauvetage pour s'en remettre.

"Disons que quel que soit tes options, elles te seront toutes accessibles en tant qu'humain. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui."

Voilà au moins une chose de sûre. Difficile d'envisager des études ou une carrière quand on devait cacher sa nature à une société qui vous traquait comme des pestiférés.

"J'ai quelques contacts dans le milieu sur Bristol et à Cambridge qui pourront t'aider à accéder à un cursus se rapprochant de ton objectif premier, tout en restant à proximité de ton opposée."

Sans compter que s'il se basait sur ce qu'il lui en avait dit de cette femme, elle pourrait même l'aider à débuter une carrière. Forces de l'ordre, CAA, psychologie... Tous ces secteurs pouvaient se recroiser et se compléter dans ces objectifs communs. Elle-même collaborait en un sens, en pouvant traiter des aberrations ou des altérations. Même si elle haïssait l'emploi de ces termes.

"Et puis vous pourriez ainsi avoir une relation qui ne soit pas entachée par le secret et la peur."

C'était aussi ça qui dominait le plus. Mais pour atteindre cette douce utopie, il allait falloir passer par l'étape Rituel, et ça, c'était une autre histoire. Surtout s'il lui fallait d'abord respecter des protocoles d'enfermements tout simplement incompatible avec ce qu'il pourrait supporter.

"Ce serait bien qu'elle puisse te faire accéder au Rituel sans avoir à t'enfermer. En tant que spécialiste, je pense même que ce serait mieux. Je crains que ta carcérophobie ne puisse nuire au bon déroulement d'un retour à l'état humain. Au fait, tu veux un autre verre?"
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 14 Oct - 21:25.
Depuis peu, tout me ramenait à passer le rituel. L'opposition, l'affection, mes aspirations passées, même vouloir revoir ma mère, le rituel semblait être la seule option qui s'offrait à moi. Mais Ribcage. Je n'arrivais pas à me faire à l'idée que j'allais devoir y entrer. Je ne voulais pas y aller, c'était tout ce que je souhaitais avoir dans ma vie qui m'y forçait presque. J'étais pris entre le besoin de rester libre et le désir de faire autre chose que de fuir ces chasseurs de la CAA. La seule chose certaine : je ne pouvais pas vivre libre sans passer le rituel, changer la perception de toute une ville était chose impossible et, malheureusement, j'étais dans la seule ville qui n'avait aucune tolérance pour les Nocturnes.

Logan étant une exception : elle était prête à m'aider, elle m'offrait presque la chance de faire les études que j'avais voulu faire, en finissant le secondaire. Si en plus, ça me permettait de rester près de Leigh, pourquoi me priverais-je ? D'accord, avant je devais faire un arrêt à Ribcage, chose qui ne me plaisait pas du tout. Le seul avantage que ça avait : je n'aurais plus à cacher ce qui me liait à la femme que j'aimais. Ça me faisait vraiment bizarre de qualifier Leigh ainsi, mais je le ressentais.

"Ce serait bien que je n'ai plus à me cacher pour être avec elle, mais qu'est-ce qui dit que ce sera mieux si je passe le rituel ? Je ne peux même pas la voir parce qu'elle travaille quasi constamment et le rituel ne changera pas ça, tout ce que ça va changer, c'est ce que je suis et la perception que les gens auront de moi. Si je passe à Ribcage, la seule façon que je puisse être avec sans restriction serait de m'enrôler dans la CAA et j'ignore si je serais capable de me ranger de leur côté. Il y a tellement de chose incorrecte qu'ils ont fait. Je sais que beaucoup de Nocturnes ne sont pas mieux, mais quand je vois la CAA abattre un loup qui ne contrôle pas ses transformations et qui a peur, je ne peux pas croire qu'il font la bonne chose."

Mais ça, c'était si je passais le rituel. Selon l'opinion de la psy, si nous pouvions faire un rituel en dehors de Ribcage, ça m'éviterait de subir le problème de je-ne-sais-quelle phobie.

"Je n'ai pas peur, je ne sais pas ce qu'il y a de difficile à comprendre, mais je n'ai pas peur. Je n'aime pas être enfermé, c'est tout. Et je ne crois pas que ce soit possible. Ce serait un rituel clandestin, ou presque, et probablement pas reconnu par Bristol. Comprends que je ne veux juste pas être enfermé, mais que j'accepterais d'aller à Ribcage si on nous prenait ensemble, Leigh et moi."

J'avais arrêté de réfléchir et de cacher le nom de la belle.

"Mais je ne serais pas contre l'idée d'un deuxième verre. Je te revaudrai ça, je n'aime pas avoir une dette envers les autres."

HJ: désolé pour l'attente
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 20 Oct - 20:42.
Le Rituel n'était pas la bonne solution. Sur ce point, Logan était d'accord. Ce système en lui-même, d'obliger ce qui est différent à rentrer dans le moule, allait à l'encontre même de la notion d'humanité. Pourtant, il restait la manière la plus fiable et efficace d'obtenir la vie que sa situation actuelle lui interdisait. Il pourrait vivre son amour au grand jour. Vivre tout court au grand jour. Puis, par la suite, mener la vie que sa modification à l'origine indépendante de sa volonté, lui avait retirée. Alors non, ça ne changerait pas la vie ou la disponibilité de l'élue de son coeur. Mais pour cette seconde partie, un spécialiste en relations de couple serait clairement plus indiqué qu'elle. La seule chose dont elle était certaine, c'était qu'en l'état actuel des choses, Chris n'aurait jamais le luxe de découvrir ce que c'était de se disputer avec son amour parce que ce dernier n'a pas assez de temps à lui consacrer. Tout ça, ces banals aléas de l'existence, il en était privé parce qu'il était un hors-la-loi. Chaque chose en son temps.

"On dirait presque que tu te cherche des excuses. La question n'est pas de savoir comment tu vas mener la vie de tes rêves avec la femme de tes rêves. La question est déjà de te permettre ne serait-ce que de rêver que cette vie puisse être réalité."

Quant au CAA et ses dérives, là aussi aucun d'entre eux n'y pouvais pas grand chose dans l'immédiat. Chris se posait des questions éthiques qui n'avaient pas lieu d'être, puisque pour l'heure, il n'avait même pas cette option à considérer.

"Rien ne t'empêche par la suite soit de changer le système de l'intérieur, soit de discuter des options de vie commune avec ton opposée. A moins qu'au fond, le Rituel ne soit pas pour toi une solution adéquate."

Ce n'était pas à elle de juger de ça. Mais de ce qu'elle pouvait en voir, si la perspective de se faire enfermer n'était soi-disant pas une peur, alors pourquoi ce sujet revenait-il sur le tapis en même temps que ces fausses excuses pour repousser la possibilité du Rituel?

"Clandestin ou pas, peu importe, tu ne serais plus un loup, et donc plus une cible. Mais là, ce serait à cette Leigh de décider si oui ou non elle est prête à t'épauler. Car il est plus qu'évident que la perspective de te faire enfermer suffit à elle seule à te trouver des excuses infondées pour esquiver le moyen le plus efficace de vivre ton amour."

Bizarre, ce prénom féminin lui disait quelque chose. Une impression sans doute. Sur ses paroles, elle fit un geste en direction du barman qui acheva de rendre la monnaie à des clients pour passer devant eux.

"Remettez-nous la même chose, s'il vous plait!"

Elle acheva sa commande d'un billet qu'elle déposa sur le bar et que le barman s'empressa de prendre.

"J'hésiterais à parler de phobie. Une phobie, cela vient d'un traumatisme non traité qui, alimenté par des expériences émotionnelles excessives, gagne en ampleur jusqu'à devenir un handicape au quotidien. Tu n'as pas l'air d'avoir vécu quelque chose justifiant ça et pourtant le fait est que le risque de te retrouver cloisonné suffit à faire passer tes sentiments pour Leigh au second plan. M'aurais-tu cacher des choses sur la manière dont tu aurais perçu le "soutient" de ta famille lycane dans la maîtrise de tes transformations?"
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 21 Oct - 0:50.
"Je ne cherche pas d'excuse ou quoi que ce soit, je suis simplement réaliste. J'aimerais vraiment éviter de me cacher et arrêter de vivre en hors-la-loi, pouvoir être avec elle."

Je me perdais un peu dans mes pensées, j'arrivais à revoir son visage. Surtout, j'imaginais l'expression faciale qu'elle afficherait quand nous allions enfin pouvoir nous revoir. Mais ça ne dura que quelques secondes, Logan me tira de ces pensées.

"Il faudrait déjà que ceux qui contrôlent la ville ait conscience que nous ne sommes pas des monstres, et ils refusent, c'est plus facile d'avoir peur que de comprendre."

Elle marquait un point : si l'objectif était d'être un être humain comme les autres, que le rituel ait lieux à Ribcage ou dans un sous-sol d'église, le résultat serait le même. Si seulement j'en savais un peu plus sur le déroulement de cet étape. Que ferait Leigh ? Accepterait-elle de m'aider à passer un rituel non officiel ? Si oui, m'aiderait-elle à le faire valoir au yeux de Bristol ? Je me posais peut-être un peu trop de questions. Et Logan affirmait que j'inventais des excuses pour éviter de vivre plus près de Leigh que je ne l'étais. Je ne répondis pas, je ne savais même pas ce que je voulais.

De son côté, Logan nous commanda une bière chacun. J'allais devoir me souvenir de cette soirée, je lui étais redevable, je détestais ça. Elle poursuivit avec son histoire de phobie, sujet que j'évitais depuis le début, mentionnant les traumatismes. Avais-je vécu quelque chose de traumatisant ? Je n'avais mentionné que la surface du problème, je refusais d'en parler, le vivre avait déjà été pénible, je ne voulais pas revivre ces souvenirs.

"Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? J'avais déjà accepté de les suivre, et on m'avait pris ma vie."

Je fermai les yeux, non pour mieux me souvenir, mais bien pour éviter de verser une larme, je ne voulais pas qu'on me prenne pour un faible.

"Je n'ai jamais pu sortir de cette maison. Dès que je posais la main sur la poignée de la porte, j'avais quelqu'un qui m'empêchait d'ouvrir la porte. Se transformer est déjà douloureux, Marc et Roland y arrivaient beaucoup plus rapidement que moi, et probablement avec moins de douleur. S'il n'y avait pas de confrontation, ça se terminait bien, mais..."

Je pris une grande respiration, avant de continuer :

"...quand il y en avait une, souvent je finissais alité, pendant des jours, si ce n'était pas quelques semaines. Je terminais ces affrontement souvent dans un état qui aurait tué un homme en santé, le corps complètement endoloris. Parfois, quand je réussissais à me relever, je me retrouvais avec la gueule d'un loup géant autour du cou."

Je penchai la tête, je savais que je ne tiendrais plus longtemps sans laisser paraître la détresse dans laquelle j'étais.

"C'est horrible, cette sensation d'impuissance, on a que deux choix dans cette circonstance : se soumettre ou mourir. C'est Maude qui empêchait son père ou son frère de me tuer. Ensuite, j'étais cloué au lit, et je souffrais. Les seuls moment de réconfort, si je peux le dire ainsi, c'était à mon réveil. Maude était toujours à mes côtés, je ne me souviens pas d'une seule exception, elle me répétait que je pourrais sortir le jour que je me contrôlerais. Le cycle se répétait, quand je ne perdais pas la maîtrise de moi-même sans raison apparente. Dans tous les cas, j'étais confiné, souvent alité parce qu'on m'avait massacré pour éviter que je fasse du mal à un autre."

D'un revers de main, j'essuyai la "poussière" que j'avais dans les yeux, c'était difficile de parler de tout ça.

"Je n'arrivais pas à garder un contrôle constant, je me transformais tout le temps. J'avais, éventuellement, commencé à avoir peur de tout ceux avec qui je vivais, même de Maude, et je ne voulais que partir de là, et on me retenait, faisant tourner la roue de ce cercle vicieux. Après un peu plus de quinze ans à vivre ainsi, Maude a compris que je devais sortir et nous sommes partis, pendant une nuit, au même endroit où son père m'avait mordu. Je me suis adossé à un arbre, avec elle dans mes bras. Nous nous sommes concentrés sur nous, sans même nous soucier de ce qui pouvait arriver si je me transformais. C'est aussi après cette nuit-là que j'ai commencé à communiquer avec la bête, Maude m'avait conseillé d'écouter ce qui se passait en moi, d'être à l'écoute de cette voix que j'entends depuis le fameux jour. Ce n'était pas la première fois qu'elle me disait ça ou que j'essayais, mais ça a été mon premier succès à cet exercice.

Quand nous sommes retournés à la maison, le comité d'accueil nous attendait. Ça s'est passé trop vite, tout le monde a changé de forme. Cette fois, Maude a tout de suite placé sa tête pour protéger ma gorge."


Dernière édition par Chris D. Ferrell le Dim 22 Oct - 1:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 22 Oct - 0:45.
Voilà qui avait le mérite d'éclaircir un peu la situation. Ce qui avait parut jusque-là une acceptation de tous les partis avait été une séquestration infernale durant de nombreuses années. La maison était devenue une prison avec de geôliers monstrueux qui ne retenaient leurs coups qu'à moitié compte tenu de la nature qu'ils avaient imposés à leur prisonnier. Étonnant qu'ils aient laissé tant d'année s'écouler avant que la solution la plus simple ne vienne s'imposer à l'un des leurs. A croire que bien que bête au fond d'eux, ils en oubliaient de respecter celle qu'ils avaient créé au plus profond de l'être d'un adolescent.

Logan eut un instant de réflexion quand les verres frais et bien remplis furent déposés devant eux. Le concept de confinement rimait nécessairement avec souffrance physique, morale et menaces constantes. Maintenant qu'il était libre, se revoir enfermé contre sa volonté, par des êtres qui une fois encore allaient décider à sa place de ce que devrait être sa vie était purement et simplement inconcevable.

"Je comprends mieux le fond du problème."

Car oui, c'était un problème. Et pas que dans l'optique où il lui faudrait passer par la case Ribcage. Si par malheur ses angoisses venaient à s'aggraver, ou si une situation s'avérait dangereuse pour lui, ce qui ne risquait pas de manquer compte tenu de sa situation, il était plus qu'évident qu'au moindre espace confiné, il serait possible qu'il dérape. Et s'il le faisait en étant proches de simples humains inoffensifs, ou pire, de son opposée tant aimée, les dégâts seraient irréversibles pour sa psyché. Pire, il serait alors catégorisé en ennemi à abattre coûte que coûte et ne pourrait jamais plus espérer avoir l'option Rituel accessible.

"En tant que professionnelle, je déconseille vivement le passage par Ribcage. C'est inconcevable en l'état actuel des choses. Si tu venais à y craquer et à blesser du personnel, il se pourrait même que tu sois jugé trop dangereux pour passer le Rituel."

Il restait encore la possibilité de le faire en passant par une voie bien moins légale, mais pour ça, Logan était tout simplement dépassée. Elle ne connaissait rien au Rituel, concrètement. Peut-être serait-il temps qu'elle en étudie les protocoles et les principes, ne serait-ce que pour avoir une idée plus précise de ce que pouvaient subir ses patients. Pensife, elle garda les sourcils froncés en suivant des yeux le parcours d'une goutte de condensation qui alla s'écraser sur le bois du bar.

"Il te faudra en parler avec Leigh. Mais en tous les cas, s'il est possible de faire une procédure accélérée en passant par Ribcage, il te faudra au préalable traiter ce problème de carcérophobie."

Elle fouilla prestement dans son porte-feuille et en sorti une carte qu'elle posa sur le bar et glissa vers Chris. Son état parlait pour lui. Evoquer le sujet était éprouvant pour lui, et la situation présente n'était pas l'idéal. S'il voulait dépasser ça, il allait falloir y travailler avec plus de sérieux, dans un endroit où il pourrait se laisser aller à ses émotions sans le jugements d'inconnus, et au bénéfice du secret professionnel.

"Voici mes coordonnées. Je ne peux pas faire grand chose pour les gens qui sont différents. Comme tu l'as dit, la peur est un peu trop présente parmi le commun des mortels. Mais comme toi, je ne suis pas d'accord avec ça.
Alors si tu veux aller de l'avant, je t'offre mes services."


Elle avait bien insisté sur le "offre". Chris n'était pas vraiment dans la possibilité de se payer une thérapie d'une manière trop visible et avec un dossier médical officiel. Mais officieusement, sans trace de paiement quelconque, tout restait possible.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 22 Oct - 3:33.
Le "grand méchant loup" était devenu aussi inoffensif qu'un ourson en peluche. Je ne savais pas comment mieux me décrire, je n'avais même pas approfondi le sujet, encore, et les larmes inondaient mes yeux, et mes joues. Je n'en pouvais plus. J'étais déstabilisé et désorienté. Je n'avais même pas remarqué que le barman avait posé les verres près de nous. Je ressentais l'ombre de la panique qui m'avait côtoyé durant ces années d'horreur. Et je n'entendais même pas ce que Logan pouvait me dire.

Je savais que je ne pouvais pas aller à Ribcage, je savais que j'y serais un danger pour tout le monde et pour moi-même, je savais que seul la mort m'y attendait, à moins de régler le problème, ce qui pouvait être long. Quinze ans que j'avais passé dans ce cercle vicieux traumatisant. Il était impossible de le régler en peu de temps, ça représentait presque la moitié de ma vie. Je devais quand même essayer, je n'avais pas beaucoup d'option devant moi : soit je ne faisais rien et, éventuellement, on allait me tuer; soit je travaillais sur ce traumatisme et ça m'offrait une chance d'être avec Leigh, au quotidien, si elle voulait de moi.

Je me reprenais, peu à peu. Je retenais plus facilement mes larmes et j'avais même réussi à me redonner une certaine contenance, bien que fragile. Je ne voulais plus parler de ces événements, au moins pour l'instant.

Entendre Logan me confirmer que je ne pouvais pas aller à Ribcage, au moins pour le moment, ne me remontait pas le moral, mais appuyait que j'avais raison de croire ne pas être prêt. Comme mentionné par la psychologue - honnêtement, je ne voyais pas comment mieux la décrire, en ce moment - j'allais devoir discuter avec mon opposée - j'aurais tant aimé avoir son soutient, présentement - pour possiblement réduire la duré du séjour à Ribcage, si j'acceptais de me concentrer un certain temps sur ma phobie.

Elle sorti son porte-feuille, je ne prêtait pas vraiment attention à ce qu'elle y cherchait, c'était ses effets personnels, après tout. Et puis, elle posa une carte sur le bar et me la tendit. J'étais encore un peu perdu, encore un peu sous le choc que m'avait laissé la narration de ce qui m'était arrivé. Pour tout dire, j'étais encore trop ébranlé pour parvenir à lire quoi que ce soit. Heureusement qu'elle me précisa que c'était ses coordonnées, mais il était étonnant qu'elle m'offre ses services. Que voulait-elle dire par là ? Surtout qu'elle avait mis de l’emphase sur le verbe "Offrir."

"C'est gentil, mais, si ça ne te dérange pas trop, j'aimerais changer de sujet, je n'en peux plus."

Remarquant la bière, j'en pris une gorgée. Je voulais passer à autre chose, j'avais eu assez de bouleversement pour le reste de la soirée, voir même la nuit et peut-être la semaine.

"Je ne sais pas de quoi on pourrait parler, mais j'ai besoin de me changer les idées, je n'ai pas envie de rester comme ça pour le reste de la nuit. Je veux finir notre conversation sur une note plus heureuse, j'espère que tu comprends pourquoi?"
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human normal is my jam
avatar
Logan Frye
❝ Human normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 39 Livres en banque : 1133 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 25 Oct - 23:56.
Non, elle ne pouvait définitivement pas faire grand chose. Pour aider, Chris allait avoir besoin d'un suivi. Une conversation seule dans un bar le soir pourrait éventuellement aider, mais cela n'apportait aucune solution concrète. Il était pourtant clair aux yeux de Logan qu'il allait avoir besoin d'un soutien plus poussé. Sa réaction parlait pour lui. L'émotion le submergeait, même s'il faisait de son mieux pour la contenir. Ses joues subissaient l'assaut des larmes qui lui avaient échappé, son regard se perdait, il paraissait ne plus se connecter pleinement avec la réalité. S'il pouvait avoir un endroit où se laisser un peu aller, cela ne pourrait lui faire que du bien. Il avait visiblement des émotions à exprimer.

Ce n'était en tous les cas ni le moment ni le lieu pour essayer d'aller au plus près du coeur du problème. Ils restaient dans un bar, au milieu des clients, de traqueurs du CAA ou de simples oreilles indiscrètes. Si la foule pouvait jouer en leur faveur, cela ne fournissait pas pour autant une protection suffisante. Sans compter que s'amuser à faire ressurgir des souvenirs désagréables pourrait aussi porter à des conséquences plus dramatiques qui causeraient assurément des dommages collatéraux non souhaitables pour qui que ce soit. Elle ne connaissait pas Chris, mais s'amuser à imposer des traumatismes qui avaient déjà conduit à des pertes de contrôle ne paraissait pas vraiment être l'idée du siècle.

Elle hocha la tête aux propos du lycan. Effectivement, mieux valait changer de sujet. Et puis elle n'avait pas pour but premier de le pousser à s'effondrer en pressant là où ça faisait mal. A la base, elle n'était venue s'en mêler que pour des raisons personnelles. Un besoin privé de se déculpabiliser de ne pas s'investir concrètement contre les inégalités. Mais parfois pour apporter une aide efficace, il fallait commencer par un simple petit geste.

"Nous pouvons parler par exemple de Joren! Tu voulais te confier à lui, donc c'est qu'il t'inspire des sentiments positifs. Comment l'as-tu rencontré? En venant prendre un verre?"

Ce serait l'hypothèse la plus évidente. Elle leva d'ailleurs son propre verre de bière pour appuyer ses propos et prit une gorgée rafraîchissante, mais petite. Celui-là, elle allait le descendre lentement. Elle n'en était de loin pas à sa première boisson alcoolisée de la soirée et, même si à la base elle était venue par ici pour atténuer ses prises de têtes dans le bruit et les verres, finir ivre ne faisait à présent plus partie de ses objectifs festifs du moment.

Là tout de suite, elle voyait peu d'autres sujets à connotation positive. Il fallait dire que la pluie et le beau temps restaient trop impersonnels, quant à parler projets, loisirs et passions, pas sûre que Chris puisse profiter de l'une de ces choses à l'heure actuelle. Compte tenue de sa situation, son sport actuel devait se limiter à esquiver le CAA, essayer tant bien que mal de survivre, et étouffer du mieux possible ce besoin viscéral de chercher à retrouver son opposée. De même, parler de Leigh ne l'aiderait probablement pas et ne ferait que lui rappeler qu'elle n'était pas là à côté de lui, où il en avait le plus besoin. Pourtant pour ça aussi il allait falloir qu'il trouve une solution façon système D. Car même s'il en venait à surpasser sa phobie, il n'en demeurait pas moins qu'il avait besoin de cette femme. Et c'était là qu'avec un peu de chance, Joren pourrait intervenir. Mais encore fallait-il estimer le degré de confiance que Chris pouvait lui accorder. Malheureusement, elle ne pourrait pas en juger ce soir, et puis de toute manière, il ne s'agissait plus dans l'immédiat de trouver des solutions mais de changer de sujet pour alléger un peu l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 176 Livres en banque : 3291
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 2 Nov - 0:27.
Je pleurais, les larmes coulaient d'elle-mêmes, sans que je puisse les retenir. Franchement, mon orgueil en prenait un coup. Ces quinze années avaient été si horribles. C'était difficile d'expliquer à quel point j'avais souffert, seul les larmes pouvaient en témoigner. Je devais changer de sujet, et une chance pour moi, Logan le comprenait. Ça faisait tellement mal d'en parler.

Mais de tous les sujet de conversation qu'elle pouvait suggérer, j'étais loin de me douter qu'elle voudrait parler de Joren, qu'elle voudrait savoir comment je l'avait rencontrer.

"C'est loin d'être ça, je l'ai empêché de se faire dévorer par un lycan, dans le port. Ce gars-là, c'est le genre geek accroc aux jeux vidéos. Il croyait qu'une balle en argent pouvait tuer un lycan, avant que je lui explique que c'était ridicule, l'argent est trop malléable pour en faire une balle qui aurait de la précision. J'ignore pourquoi, mais je ne lui ais pas caché ce que je suis et il a figé en l'apprenant. Avant qu'on se laisse, il m'a proposé de venir le voir ici."

Jamais je n'aurais cru que parler de Joren allait empêcher les larmes de continuer d'inonder mes joues. D'ailleurs, j'essuyai les derniers vestiges de leur passage, affichant une mine plus confiante.

"Mais je me suis pointé au mauvais moment, il venait de vivre un inspection du CAA et, en plus, ses amis terrorisé à l'idée que les Nocturnes existent ne nous aidaient pas à discuter."

Mais franchement, malgré que je fus venu dans ce bar pour lui parler, c'était loin d'être lui que je voulais voir. Je voulais voir Leigh, la serrer dans mes bras et passer un moment qui me rassurerait pendant un bon moment.

"Ensuite, j'ai rencontrer un jeune vampire, Aidan. Heureusement, d'ailleurs; c'est grâce à lui que je ne suis pas à Ribcage. J'étais vraiment dans la merde, cette nuit-là, et il était arrivé de nulle part et m'a permis de me cacher des collègues de nos deux amis."

En mentionnant les deux agents du CAA, je regardai dans le mirroir derrière le bar.

"Heureusement, sinon c'était la prison ou la mort qui m'attendait. Mais c'est loin d'être un de ces deux-là que j'aurais aimé voir, c'est Leigh. Et malgré tout ce qu'on m'aurait fait vivre à Ribcage, je n'aurais jamais osé mentionner ce qui me lie à elle."

D'un côté, je ne voulais pas devoir ma vie à ce simple lien; de l'autre, je lui avais promis de ne pas le révéler aux autres gars du CAA, elle ne méritait pas cette honte.

"Heureusement, aujourd'hui, je peux compter sur plus de personnes que Leigh. Je peux discuter avec Joren, quand on se voit, et j'ai Aidan qui est prêt à m'aider si besoin, et il peut compter sur moi si il se retrouve dans la merde. Avec toute celle qui se fait dans la ville, c'est rassurant, autant pour lui que pour moi, de savoir qu'on peut compter l'un sur l'autre."

J'avais droit à cette chance, connaître un vampire qui ne voulait faire de mal à personne et qui souhaitait seulement vivre en paix dans cette ville maudite. Sur ce point, nous avions tous les deux la même opinion : le gouvernement était stupide de nous faire passer pour des monstres sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Keep Calm and take a beer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» One bourbon, One scotch, One beer
» Shannon Beiste - One Bourbon, One Scotch, One Beer
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin
» Keep calm and pass your way ♙ Saewald [TERMINEE]
» Hey guys, keep calm ! ☮

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Southville & Bedminster :: The Canteen-