AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan

N'hésite surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Pour garder l'esprit rpgique, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois !
Personnages à privilégier

Ils nous manquent !
Pro-gouvernement - membres du CODECS/CAA
Un personnage CAA ou CODECS rapportera 100 points, un Ange ou Spectre 50 points.

Partagez | .
 

 Il est où Dédé? Faut chercher Dédé!!!!!!! ft Judd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Cassandra Cicéron
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Alexandra Daddario J'ai rédigé autant de missives : 257 Livres en banque : 1464 Je suis âgé(e) de : 30
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 24 Nov - 10:04.
Six mois de grossesse et mon ventre est déjà près à exploser. Je travaille toujours et en tant que palefrenière même si je prends moins de clients et pour Joshua. C’est pourquoi, quand vient le soir, je n’ai plus la force de faire quoi que ce soit. Poppy, sur ce point est adorable avec moi puisqu’il me fait une tisane et m’envoie au lit le plus tôt possible. Et si je proteste, il me fait une tisane ni vu ni connu et je m’endors rapidement. Ce fut le cas ce soir. Il a glissé ses herbes magiques dans une tisane aux fruits rouges le fourbe !

Avant de rejoindre les draps douillets de on lit, j’observe mon gros ventre dans le miroir tout en pensant à Blérim. Depuis que j’ai enfin accepté les faits, que j’ai relu la lettre encore et encore, je dors très mal et ce malgré les plantes. Mon esprit, mon inconscient semble beaucoup plus fort que le pouvoir des mixtures de Poppy. Mais je ne lui dis rien, je me dis que cela va bien finir par passer. Peut-être lorsque j’aurais enfin réussi à pleurer toutes les larmes de mon corps. J’espère en tout cas que je parviendrai à dormir avant la naissance parce qu’à mon avis ce ne sera pas quand Luana sera là que je pourrais dormir à poings fermés.

Je finis par m’allonger, prendre une semi position du foetus et serrer fort une chemise de Blérim. Morphée prend son temps pour me serrer à son tour dans ses bras mais au bout d’une petite heure voilà qui est chose faite.

Cassy semble apaisée, les yeux clos, dans son lit douillé. Enfin, ce serait vrai si on ne la voyait pas bouger dans tous les sens en gémissant et marmonnant. Cette situation dure plusieurs minutes avant qu’elle ne s’assoit dans son lit, droite comme un »i » et qu’elle ne s’évade finalement de la maison. Elle marche, les yeux clos, pendant un long moment. Avec le couvre-feu, personne ne croise son chemin sur la route, mais en ville c’est autre chose. Quand elle franchit les limites du centre, une heure plus tard, le couvre-feu n’est plus. Cassandra a mal aux pieds, mais elle doit trouver Dédé. Alors, elle attrape une première personne qui a peur et la rejette, puis une seconde qui a la même réaction. Il faut dire qu’une femme, les yeux clos, en pyjama qui cherche Dédé en plein milieu de la rue, il ‘y a rien de plus étrange et ce malgré l’existence des lycans et vampires ! Elle semble comme possédée. Finalement, pourtant, Cassandra s’assoit sur le rebord de la façade d’un café nommé le Blue Moon. Elle semble éveillée, assise là, droite comme un piquet à ceci près qu’elle a toujours les yeux clos.

Soudain, un homme fait irruption, prêt à ouvrir la porte quand elle se redresse, lui attrape le bras et déclare.

« Monsieur, avez-vous Dédé, je l’ai perdu, il faut absolument que je le retrouve ! Pouvez-vous m’aider ? S’il vous plaît ! » La panique se lit dans la voix de la jeune femme malgré un visage complètement impassible.

Cela n’a ni queue ni tête. Qui est ce Dédé ? Pourquoi le chercher soudainement. Il serait peut être temps que l’elfe retourne voir un psychologue pour qu’il l’aide à traverser ce qu’elle surmonte, car en ce instant, on ne peut que se rendre compte de l’état d’esprit perturbé de la jeune femme. Mais le pire de l’histoire sera surement quand l’homme lui racontera qu’elle cherchait Dédé. Mais ne dit on pas que le ridicule ne tue pas ?


Dans mon sommeil, je ses e froid me glacer le sang sans pour autant avoir la force de me réveiller pour ramener la couverture sur moi.Les sensation sont étranges, j'ai l'impression de ne plus être dans mon lit et que mon rêves s'est presque transformé en réalité. Mon esprit me joue des tours et ce n'est pas la première fois que je ressens ce type de chose. Et chaque fois c'est au moment où je me réveille finalement ...

"Où suis-je? Qui êtes-vous?" je demande alors après avoir froncé les sourcils dans un moment de latence. Mon esprit a du mal à remettre le puzzle en place. Je me suis endormie dans mon lit et je me réveille... en ville?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Judd Morrow
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Luke Grimes Double Compte : Risa Stroke | Nell Astinks | Tekla Volkov J'ai rédigé autant de missives : 58 Livres en banque : 318 Je suis âgé(e) de : 35
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
15/20  (15/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 4 Déc - 23:45.
J'étirais mes membres endoloris. La journée n'avait pas été de tout repos, comme d'habitude en fait. Jamais je n'aurais pensé que le Blue serait si attrayant et qu'il attirerait autant les foules. C'est dire à quel point je suis content que ce soit le cas. Le souci là-dedans, c'est que jour après jour, je reçois de plus en plus de monde et je dois bien admettre que je commence à manquer de main et de temps. Peut-être qu'il serait temps que j'engage quelqu'un. Oui, ce serait plutôt bien. Le problème c'est que trouver des barista devient rapidement compliqué et trouver un pâtissier... La belle affaire ! J'ai déjà essayé, mais tout s'est terminé en fiasco. La jeune apprenti que j'avais est tombée amoureuse de moi et ne faisait que me regarder amoureusement toute la journée et le jeune pâtissier a carrément ravagé ma cuisine en mettant le feu au four et en manquant de tout faire exploser. Je suis plutôt quelqu'un de sympathique, mais très honnêtement, il y a des limites à tout, je dois bien l'admettre. Je suis tolérant, mais vu les dépenses et les mécontentement que ça à engendré, je dois bien admettre que compter sur moi-même est devenu la meilleure solution. Sauf que même moi je ne suis plus. Je fatigue ces derniers temps et pourtant je ne finis pas aussi tard qu'avant. Je crois qu'entre ça et mon rôle de spectre, je suis un poil dépassé. C'est donc une nouvelle fois sur les rotules que je finis cette journée.

Y'a pas à dire, les clients sont adorables, l'endroit magnifique et je m'y sens comme chez moi, bien plus que l'appartement sordide un peu plus loin dans la rue. Mais je vais crever si j'arrête pas de me tuer à la tâche. Va me falloir un coup de pouce, mais va falloir bien choisir cette fois-ci. Je refuse de faire comme la dernière fois et de me retrouver dans la panade. Alors que le dernier client sort, s'excusant de son retard tardif, je me dis que mon frangin n'est pas passé ce soir. Il doit être bien occupé. Inquiet quand même je lui envoie un message histoire de savoir comment il va. Depuis mon retour et mon établissement ici au Blue, c'est devenu comme un rituel de le voir tous les jours, comme un besoin à combler. Dur de penser qu'on a dû rester si loin pendant si longtemps. La douleur ancrée dans mon âme bien présente quand je me souviens que si je vis encore, c'est grâce au souvenir de mon frangin et à l'envie de ne jamais, ô grand jamais le laisser seul ! Je secoue la tête et me met à nettoyer le Blue tranquillement. Il est assez tard finalement quand j'ai totalement terminé. Heureusement, demain c'est repos, sinon je crois que je ne tiendrais pas. J'ai bien besoin de cette journée de calme pour faire une bonne grasse matinée jusqu'à au moins neuf heures, parce que plus c'est pas possible.

D'aucun me dirait que ça, ce n'est pas une grasse matinée, je leur répliquerais bien qu'en tant que chasseur spectre du CAA, je peux pas me permettre non plus de dormir plus que nécessaire. Faut que je reste en forme, surtout vu ce qui se passe en ce moment ! Je soupire, ouvrant la porte alors que je sens une main s'accrocher à mon bras. Me premier instinct est de maîtriser l'importun qui a osé me toucher, mais alors que je suis presque à lui bloqué le bras dans le dos, la voix de l'inconscient s'élève. Merde, une femme en plus. Les vieilles peurs s'animent dans mon regard, ma peau se couvre d'une pellicule de sueur, je la sens couler dans mon dos, glaçant mes os jusqu'à la moëlle. Je me dégagerais bien, mais les paroles de la jeune femme percent la brume qui s'était formé dans mon esprit et je reviens rapidement à moi. Dédé ? Elle se fiche de moi non ? Pourtant quand je croise son regard, je remarque un étrange vide. Mince, elle est en plein rêve. Si je la réveille, je risque de la blesser. Enfin c'est ce qu'on dit sur les somnambule. Je prends quand même le risque de parler. « Mademoiselle. Il serait bon de vous réveiller. »

Ma voix est douce et calme, malgré l'angoisse qui me tord les tripes. Ce serait bien qu'elle me lâche et heureusement, elle le fait. Je peux presque ressentir le moment de son éveil et son regard perdu quand elle le pose sur moi. Très honnêtement, je ne sais pas trop comment réagir. Si au Blue j'arrive à peu près à gérer, là, je dois bien admettre qu'elle me fiche la trouille. Pourtant, elle n'a rien fait de méchant, mais les femmes et moi... C'est une grande histoire de désamour ! « Je m’appelle Judd et vous êtes devant mon établissement, le Blue Moon. » Je souris doucement, tentant de la mettre en confiance. Je dois bien admettre qu'elle doit être autant perdue, que je suis angoissée par sa présence si proche. « Vous m'avez attrapé le bras alors que je sortais en me demandant si j'avais trouvé Dédé parce que vous l'aviez perdu. » Je finis par me rendre compte qu'elle était enceinte. Oh bien joué Judd, t'as tellement la frousse d'une pauvre femme sans défense que t'en oublie presque d'être galant. Le souci c'est que toutes les autres avaient aussi l'air d'être sans défense, ça ne les a pas empêcher de se servir de lui comme jouet sexuel ! Je secoue la tête à cette pensée. « Mais je suis indélicat, vous semblez avoir froid. Entrez, installez-vous, je vais vous faire une boisson chaude. Café ? Thé ? J'ai même de délicieux gâteaux si vous le souhaitez. » Je la fait entrer et ferme la porte, m'installant alors derechef derrière le comptoir, une habitude. J'allume la lumière et attend sa réponse pour lui préparer quelque chose d'unique, histoire de la rassurer un peu.


Dernière édition par Judd Morrow le Dim 23 Déc - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Cassandra Cicéron
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Alexandra Daddario J'ai rédigé autant de missives : 257 Livres en banque : 1464 Je suis âgé(e) de : 30
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 23 Déc - 12:07.
Les traumatismes s’expriment toujours d’une manière ou d’une autre. Le plus flippant c’est qu’on ne choisit jamais le moment ni la forme.  J’imagine que les crises de somnambulisme font partie du processus de traumatisme. Lequel ? Au choix, celui d’être tombée enceinte au premier rapport avec un lycan ou encore être tombée amoureuse d’un lycan, que ledit lycan ait finit enfermé au Ribcage ou encore avoir reçu une lettre énonçant son décès… Enfin autant dire que les raisons ne manquent pas. D’autant qu’au-delà de Blérim et de ma condition, il y a également la lutte que l’on essaye de mener avec Joren et qui est franchement stressante.  Enfin, tout ça pour dire que mes crises de somnambulisme ont commencé il y a quelques semaines et que j’en ai toujours pas parlé à qui que ce soit. Pourquoi ? C’est une très bonne question, en revanche, je n’en possède pas la réponse. Au fond, je sais que je cultive parfois mon malheur tout simplement parce que j’ai peur, peur de souffrir, peur de faire souffrir les autres et d’être un poids pour mes proches. Du coup, je me renferme. Ce n’est pas la solution, c’est certain et une part de moi me crie d’hurler ma douleur et ma détresse pendant que l’autre me fustige d’avoir ne serait-ce que l’idée d’évoquer mon mal être du moment. Le fait est que j’ai l’impression d’aller toujours mal. J’ai cette foutue image de moi heureuse cinq minutes et malheureuse cinq ans ! Foutue vie ! Foutue destin !

Lorsque je me réveille, je suis complètement déboussolée. Où suis-je ? Pourquoi ai-je si froid ? Qu’est-ce que je fais dehors en nuisette et robe de chambre légère ? Et qui est cet homme ? Pourquoi je le tiens ? Je le lâche aussitôt que je m’en rends compte. J’observe autour de moi et je reconnais les lieux. Je suis proche d’un café où je me suis jurée d’entrer un jour où j’aurai le courage tellement l’odeur qui s’en dégage est douce et appétissante.  Je verbalise alors une partie de mon questionnement et sa réponse éclair un peu ma lanterne. «  Oh oui je voulais venir un de ces jours. » je réponds un peu dans le vague. J’ai réellement du mal à émerger de cette semi inconscience.  Mais lorsqu’il m’explique ce que j’ai fait, après un bug momentané le temps d’analyser ses mots j’explose de rire. Un rire qui n’est pas sorti de mon corps depuis des mois mais qui n’en est pas moins sincère ! « vous êtes sérieux ? Mais c’est de mieux en mieux ! Ahahaha… » je me calme un peu et ajoute « je suis vraiment désolée. » je tends alors la main pour serrer la sienne « Cassandra pour vous servir. Alors vous avez trouvé Dédé ? » Un sourire se dessine sur mes lèvres. Si vous saviez à quel point cela fait un bien fou de sourire et de rigoler de bon cœur en ce moment ! J’en ai presqu’oublié ma chair de poule.

Heureusement, ce Judd a vu mes tremblements et il me fait entrer. J’avoue être terriblement mal à l’aise et aussi effrayée même si je le cache au plus profond de moi-même. Cependant, je ne suis pas dans une tenue très descente et il est un homme.  J’hésite entre accepter sa boisson ou retourner directement là d’où je viens. Après tout, l’homme qui a abusé de moi avait été charmant et délicat au début… Je regarde le plafond et soupire. L’ascenseur émotionnel est mauvais lorsque les vieilles habitudes et peurs reprennent le dessus.  Le truc c’est que j’ai vraiment froid. Et… j’ai l’impression d’avoir… une contraction ? « Non non non calme toi ! » je lance alors un brun paniquée en parlant à mon ventre. Ni une ni deux j’entre dans le café. « Tisane vous avez ? Par contre je suis végétalienne ... » Mon cœur bat à cent à l’heure et je ne veux pas accoucher maintenant, pas dans ces conditions. Et puis rien est prévu. C’est surement une fausse alerte due au stress il faut que je me calme, que je respire et tout ira mieux.  Voilà, c’est ça Cassy…. Respireeeeee.  « Je suis désolée mais je suis tellement stressée que j’ai eu une contraction… » je lance alors en grimaçant pour expliquer mon comportement. C’est vraiment pas le moment de prendre de la caféine ou de la théine !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Judd Morrow
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Luke Grimes Double Compte : Risa Stroke | Nell Astinks | Tekla Volkov J'ai rédigé autant de missives : 58 Livres en banque : 318 Je suis âgé(e) de : 35
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
15/20  (15/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 6 Jan - 22:56.
Franchement, qui aurait bien pu croire que ce genre de chose arrivait encore ? Moi-même, j'ai été pris d'un doute, surtout quand elle a réveillé ma peur ancestrale. Pas seulement celle d'être touché, mais celle d'être touché par une femme. Jacob a beau me dire que je fais face admirablement et me demander comment je fais, la vérité est tout autre : je me contente d'enfermer la peur et de créer un masque. Je ne suis pas un héro, je ne suis encore que le petit garçon qui n'arrive pas à se laisser aller avec les autres. Celui qui a la trouille quand il se retrouve seul entre quatre murs et qui n'arrive pas à se détendre. Celui qui ne sait pas gérer la foule et qui pourtant a ouvert un café pour voir le sourire des gens. Je sais que certains me trouveraient bien lunatique, dans le genre changement de personnalité, si seulement ils pouvaient comprendre que la vie et les blessures sont plus que des blessures et qu'il faut bien plus que quelques années pour en guérir, je crois qu'on serait toujours heureux un jour de les entendre. Mais là n'est pas la raison de mon détournement psychologiquement interno blablabla. Ouais je sais, on essaie de se rassurer comme on peut. Bref, je finis par sortir de mon état de panique quand elle me parle de Dédé, et me rends compte qu'elle n'a rien de dangereux et que bien évidemment, elle est en plein rêve. Pourquoi ça tombe sur moi exactement ? Ah ouais, le Karma, cette idiotie karmique que tout le monde s'évertue à me vendre ces derniers temps. Si le karma existait réellement il me laisserait aller dormir dans cette appartement flippant. Je devrais penser à dormir au Blue, ça irait bien plus vite !

Je finis par la faire entrer, elle doit pas avoir chaud et elle semble enfin réalisé où elle est. « Oh bien, c'est l'occasion. » Un sourire pour l'occasion. J'imagine que ça ne doit pas être évident pour elle de me faire confiance. Cependant elle ne doit pas s'imaginer à quel point je me retiens de ne pas paniquer de la sorte. La dernière femme avec qui j'ai passé du temps seule est devenue ma meilleure amie, mais j'ai encore du mal parfois quand elle me touche, même si sa présence ne réveille plus ma peur panique. Y'a déjà du mieux. Je finis par me rendre compte qu'elle est réellement perdu, et surtout qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'elle m'avait demandé. Je balaye ses excuse d'une main désinvolte. « Pas de souci. » Heureusement qu'elle ne sait pas à quel point elle est passé proche de se faire maîtriser violemment, merci l'entraînement. On dit qu'il ne faut jamais réveiller un somnambule violemment au risque de lui causer de grave lésion. Visiblement j'ai été assez doux malgré la panique parce qu'elle fini par balancer un trait d'humour qui me fait esquisser un sourire. « Eh bien figurez-vous que j'ai choppé le coquin qui tentait de me piquer mes friandises. Heureusement pour moi, il a fini par s'enfuir sinon j'aurais dû cuisiner trois fois plus demain matin et il ne serait rien resté. » Je souris toujours et reprend. « Désolé mais je crains fort qu'il ne faille le chercher plus longtemps si vous voulez le trouver. Mais peut-être qu'avec une boisson il réapparaîtra. » Comment placer l'air de rien que je peux servir à toute heure de la journée... Ahem.

Elle finis par entrer un petit air paniqué sur le visage. Je n'ose pas dire quoi que ce soit, je vois bien qu'elle n'est pas à l'aise avec l'idée d'être seule avec moi ici, mais très honnêtement, je suis pas mieux de mon côté. Mon dos doit être trempée de sueur. Okay Judd t'es un grand garçon maintenant, elle va pas te dévorer la dame, en plus elle est enceinte jusqu'au yeux, t'as peur de quoi... Comme si la peur pouvait être raisonné ! Heureusement être derrière le comptoir me rend un peu de ma sérénité, c'est comme si mettre un comptoir entre elle et moi allait m'aider. J'écoute sa phrase et un petit clic se fait dans mon esprit. Vrai. « Pas de souci, j'ai de tout pour toutes les papilles. J'ai un délicieux dessert au lait de coco, tout ce qu'il faut pour les végétalien. Mes clients sont tellement divers que je me suis adapté à tout le monde, je vous cherche ça le temps que l'eau chauffe. » Je me rends dans la cuisine et va chercher le dessert que je rapporte et que je lui montre. Je souris doucement. C'est une recette asiatique. Un dessert entièrement au lait de coco, avec des fruits dessus. C'est quelque chose d'exagérément frais et agréable en cas d'insomnie, ou de crise de somnambulisme. Je l'écoute reprendre la parole et un autre clic se fait dans mon esprit. Vrai. Pour l'instant, elle n'a pas menti une seule fois, c'est une première. Je fini par prendre la tisane et lui tend, bien chaude, alors que je me fais un café pas trop serré pour éviter l'insomnie qui ne tarderait pas à venir d'elle même. Je prends une part du gâteau que je mets dans une assiette pour elle et que je dispose sur le comptoir devant elle et m'en sers une part que j'attaque sans me formaliser pour lui montrer que rien n'est empoisonné.

« Ne vous inquiétez pas, il n'y a pas de souci. Je peux comprendre que cette situation soit stressante et surtout totalement étrange. » Après tout se réveillé dans un endroit qu'on ne connaît pas, avec un inconnu qu'on ne connaît pas plus, ça ne doit pas être évident. « Détendez-vous. Je ne vous ferais aucun mal. Honnêtement, vous me faites très peur, pour une raison que je ne peux pas dévoiler, mais j'ai une trouille d'enfer. Je ne tenterais rien du tout, je sais que ça peut paraître débile dans ce genre de situation, mais c'est la réalité. » Je me tais un instant et reprend. « En fait, vous n'êtes pas réellement mon type. Pas que vous ne soyez pas jolie hein, ni attirante, mais si vous étiez disons... Plus homme, je pourrais peut-être craquer. » Je lui fais un sourire cent-mille volt pour tenter de la faire sourire et j'espère que ça marchera parce qu'elle est bien trop tendu et ce  n'est pas bon pour son enfant. « Vous savez, il paraît que je suis une super oreille. Donc si jamais vous voulez parler, de tout et rien, même de truc totalement n'importe quoi, je peux toujours écouter le temps qu'on déguste ce gâteaux que je vais probablement finir ce soir d'ailleurs en y pensant. » Je me servis une seconde part. Bah ouais, je résiste pas bien aux pâtisseries. « Et qu'on finisse nos boissons on a tout le temps de parler du temps qu'il fait ou pas. Je ne veux vous obligez à rien. » Je prends un tabouret derrière le comptoir et m’assois dessus histoire de manger confortablement mon gâteau et d'attendre tranquillement qu'elle veuille ou non me parler.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Il est où Dédé? Faut chercher Dédé!!!!!!! ft Judd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» "Il ne faut jurer de rien"...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Harbourside :: Blue Moon-