AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan

N'hésite surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Pour garder l'esprit rpgique, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois !
Personnages à privilégier

Ils nous manquent !
Pro-gouvernement - membres du CODECS/CAA
Un personnage CAA ou CODECS rapportera 100 points, un Ange ou Spectre 50 points.
soirée chatbox

Retombez en enfance avec nous le 14/12 à partir de 21h !

Partagez | .
 

 Destiny ft Anthea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human for the cause
avatar
Jacob Morrow
❝ Human for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Matthew Bomer Double Compte : Cassandra Cicéron & Hayden Godwin J'ai rédigé autant de missives : 64 Livres en banque : 460 Je suis âgé(e) de : 35 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
14/20  (14/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 30 Aoû - 21:42.
Je déteste ce type de mission qui m’amène à m’infiltrer dans l’antre du meurtrier pour décoder son comportement. D‘autant qu’aujourd’hui, il s’agit d’une boîte de nuit. Vous savez ces lieux pleins d’alcools, de drogues, de gens qui dépassent les limites… oui j’en garde une amère expérience de mon passé.  Mais le boulot c’est le boulot et à part Judd, je n’ai que ça dans la vie alors autant bien faire les choses.  Je me dirige donc directement vers le bar après avoir mis mes boules quies dans les oreilles pour atténuer les décibels. Rien que pour cette raison, ce genre d’endroit ne devrait pas exister ! Dommage que je ne puisse rien y faire. En revanche suivre le cours de ma mission, ça je peux parfaitement l’exécuter.

J’observe donc les personnes assises autour du bar. Le suspect agit toujours de la même façon en droguant sa victime au préalable. Je guette donc tout mouvement suspect autour du verre des personnes présentes et souhaitant uniquement s’amuser. On repère vite un comportement inadéquat dans un tel lieu. Enfin, si l’on sait observer et surtout quoi observer.  Et je ne mets pas bien longtemps à faire mouche. Un type avec une capuche. Tiens comme c’est commode ! Qui s’approche du verre d’une fille brune que j’ai vu aller danser pendant quelques minutes avec une autre femme… Il en a profité pour glisser une poudre dans son verre. Tellement cliché mais pourtant terriblement efficace. Techniquement, je suis censé, à l’aide de l’oreillette et du micro placés sur moi prévenir mon équipe, ce que je fais bien évidemment dans la seconde. Malgré tout, ils ne pourront pas être là assez rapidement, ils ont le signalement du suspect, la direction qu’il a pris moi je dois faire attention à la jeune femme. En effet, elle est déjà revenue et porte son verre à la bouche. Je me fraye en catastrophe un chemin parmi la foule vu que j’étais de l’autre côté du bar et au dernier moment je lui ôte rapidement le verre de la bouche. Mais trop tard elle a déjà bu et … ohhh non ! Elle s’évanouie.

Rapidement je lui offre un soutien puis je la porte à l’extérieur. Peu de gens se rendent compte que les services secrets sont en opération spéciale dans le lieu et pourtant… Une fois dehors, la jeune femme totalement inconsciente, mon responsable me demande de l’emmener dans l’hôtel le plus proche où un médecin viendra l’ausculter. Elle doit être protégée et comme le suspect n’a pas été appréhendé elle doit rester sous surveillance constante désormais. Et devinez quoi ? Je suis de garde toute la nuit !

Ce n’est pas ce que je préfère. Evidemment, il y a un garde également à l’extérieur de la chambre au cas où… Quant à moi, comme je ne dois pas fermé l’œil de la nuit pour vérifier à la fois son état de santé et que rien ne l’approche de près ou de loin, j’ai pris quelques dossiers du CODECS que je n’ai pas encore pu traiter jusqu’à présent.  Je me permets aussi de préparer du café.J’en donne à mon collègue et me réserve le reste de la cafetière. La nuit va être longue. J’ai l’impression que tout s’est passé extrêmement vite et pourtant je suis resté plus d’une heure dans cette fichue boîte.

~~~

Et la nuit a été longue, ainsi que je le craignais. La belle au bois dormant daigne finalement se réveiller vers 7h du matin. J’arbore alors un sourire de façade peu convainquant avec mes yeux rougis par la fatigue et e lui demande doucement : « Bien dormi ? Ne vous inquiétez surtout pas, je suis un agent du MI6 regardez… » et je lui présente ma plaque. « Vous avez été droguée et vous êtes désormais sous surveillance. » lui dis-je calmement en attendant une réaction.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Anthea Blackrain
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Jamie Alexander Double Compte : Cassandre Nealson J'ai rédigé autant de missives : 277 Livres en banque : 1564 Je suis âgé(e) de : 33 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day: Hurricane
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 31 Aoû - 23:27.


Cass Eda

Destiny 
Jacob & Anthea


Un concert de maracas et de percussions en tout genre avait lieu sous son crâne. Lui donnant la désagréable sensation d’avoir le cerveau dans un étau et de se payer une gueule de bois monstrueuse. Rien qui lui donnait envie d’ouvrir les yeux. C’était tellement mieux d’être dans le déni et d’espérer se rendormi pour attendre un réveil meilleur.  Se retournant, elle fit pourtant une tentative de se rendormir, sauf que le sommeil semblait l’avoir définitivement quitté pour le moment. Se maudissant intérieurement pour être dans cet état, pourtant elle n’avait le souvenir d’avoir beaucoup bu. D’ailleurs, ces souvenirs étaient vagues. Au point, qu’elle ignorait comment elle était rentrée chez elle.  

Résolue à enfin ouvrir les yeux, avec quelques difficultés, Anthea fut surprise. Déjà par la décoration de la pièce, visiblement elle n’était pas chez elle. Ensuite, elle n’était pas seule dans cette chambre. Bordel. Elle était tombée bien bas, pour se retrouver dans une chambre avec un inconnu. Méfiante, essayant de se redresser un tant soit peu, Anthea observait l’inconnu. Ses poings serraient sur le drap Elle ne percuta pas tout de suite à ses paroles. C'était tellement incongru. Un agent du MI 6 ? À côté d’elle ? Alors qu’elle n’avait aucun souvenir de la veille, enfin si mais c'était encore très flou. D’une main sûre, elle chopa le badge du type, afin de l’examiner. Ce n’était pas une experte, mais elle s’y connaissait un petit peu en ce qui concerne les faux papiers.  

Le badge dans la main, elle l’examina, en écoutant les explications. Il semblait réel. De la drogue ? Sous surveillance ? Bordel. Thea se força à se remémorer la soirée d’hier.  

Avec Stella et Jane, des collègues de boulot, elles étaient sorties au resto puis de prendre un verre, dans la boite de nuit à la mode. Jusque-là, ses souvenirs tenaient bons. Thea se souvenait qu’elles s’étaient bien amusées. Dansant toutes les trois et buvant des verres, rien d’anormal dans tout ça, avant le trou noir. C’était flippant.  

Thea lui jeta un regard noir et méfiant, avant d’enfin parler.

« C'est quoi ces conneries ?  »  

L’elfe était peu convaincue par les explications précédentes. Elle ramenait ses jambes vers elle et se redressa vraiment dans le lit.  

« Parce que vous jouez la carte de James Bond, vous pensez pouvoir vous en tirer et ne pas passer pour un pervers ?   »  

Se levant d’un bond tout en parlant, elle fit tomber les draps. Sa robe rouge semblait s’être fait la malle, dévoilant ainsi de la lingerie aux teintes carmines. Elle n’était pas génée le moins du monde, plutôt en rogne. De toute manière, ce Morrow il avait déjà dû se rincer l’œil, à quoi bon se cacher. Le menaçant avec son propre badge, parce qu'elle faisait avec ce qu’elle avait sous la main, c’est à dire pas grand-chose.  

« Et bien sûr, pour cette pseudo surveillance, vous avez été obligé d’enlever ma robe ?  »  

Maintenant, elle était bien réveillée, de mauvaise humeur mais réveillée. C’était la deuxième fois en peu de temps qu’elle devait supporter un agent à son réveil. Autant dire qu’elle n’appréciait pas. Même si elle ne faisait absolument pas confiance au type en face d’elle. En plus le concert de percussion montait en puissance à chacun de ces pas. Quel charmant réveil.









   
Boum
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human for the cause
avatar
Jacob Morrow
❝ Human for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Matthew Bomer Double Compte : Cassandra Cicéron & Hayden Godwin J'ai rédigé autant de missives : 64 Livres en banque : 460 Je suis âgé(e) de : 35 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
14/20  (14/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 1 Sep - 21:48.
Cela fait bien longtemps que je ne fais plus vraiment confiance aux femmes. Je n’ai pas pour autant viré de bord mais disons que je ne sais plus réellement me comporter comme il faut en leur présence. Certaines me collent de trop et me font peur, d’autres m’intéressent et je ne sais pas les aborder. J’ai toujours en tête cette histoire avec mon premier amour. Une histoire qui a mal tournée et m’a valu un accident de voiture et de frôler la mort de très près. Le côté positif de cet événement passé, c’est d’avoir pu retrouver Judd.

Tout cela pour dire que face à cette jeune femme qui se réveille suite à une soirée en boîte où elle a été droguée, je ne suis pas des plus subtiles. Et pourtant, j’ai été à sa place et j’imagine bien le mal de crâne qui lui écrase le cerveau ou encore la vision voilée, la confusion également. Mais… mais je ne sais pas quel type de femme elle est alors je reste froid et neutre. Ce qui évidemment ne semble pas fonctionner…

Lorsqu’elle se recroqueville sur elle dans le lit en m’accusant de lui raconter des conneries mon badge toujours à la main, j’argumente à nouveau : « Je vous assure que vous avez été droguée par notre suspect lors de la soirée et n’ayant pas pu vous empêcher de boire nous vous avons mis à l’abri. »

Quelque part, je sais que la confusion parle pour elle, mais il doit y avoir aussi la peur de se réveiller dans un endroit inconnu avec un inconnu qui vous surveille… Et bien sûr je suis le pervers de l’histoire. J’aurais dû m’en douter. Je sais maintenant pourquoi mon collègue a vite déserté devant la porte dans le couloir lorsqu’il a vu la jeune femme ouvrir les yeux. Sympa le collègue. Lâcheur !

Elle se lève alors que je tiens le silence, laissant tomber le drap et révélant sa féminité à peine voilée par des sous-vêtements. Je récupère le drap et la suit pour le lui reposer sur les épaules. « C’est le médecin qui vous a ôté vos habits pour vous ausculter. Je n’ai rien touché. » dis-je directement pour me défendre et détournant le regard en lui tendant le bras. « Vous ne voulez pas vous couvrir s’il vous plaît ? » je demande alors mal à l’aise.

Je m’éloigne un peu d’elle parce que je sens que je vais me prendre ma plaque dans la tronche dans pas longtemps. Non seulement elle n’est pas contente mais elle est en rogne et je le répète je me méfie des femmes. Et surtout, je n’ai pas envie d’avoir à la maîtriser.

« Vous vous sentez comment ? Mal de crâne ? Nausées ? Quoi qu’il en soit on peut vous fournir un petit déjeuner selon vos envies. » j’ajoute pour essayer d’adoucir les mœurs du moment. Paraît-il que la plupart des femmes sont gourmandes alors il y a surement de l’avoir avec la gourmandise, non ? Oui je sais c’est stupide mais je suis un peu désespéré et bizarrement j’ai envie qu’elle soit bien. Comme si cela m’avait jamais importé avant.

Au final je me dis que le mieux à faire est de reprendre ma place sur le fauteuil près de la fenêtre et d’attendre qu’elle se calme ou bien qu’elle m’attaque histoire de repartir du bon pied, car j’ai la fâcheuse impression que quoi que je dise elle le retournera contre moi ou bien le déformera tant qu’elle n’aura pas totalement repris ses esprits. Mais je laisse également traîner sur la table mon téléphone avec une photo du type qui verse quelque chose dans son verre. Si elle est curieuse elle posera naturellement des questions tout en se rendant compte que je ne mens pas et que la situation est bien plus complexe qu’elle ne le croit.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Anthea Blackrain
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Jamie Alexander Double Compte : Cassandre Nealson J'ai rédigé autant de missives : 277 Livres en banque : 1564 Je suis âgé(e) de : 33 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day: Hurricane
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 3 Sep - 17:36.


Cass Eda

Destiny 
Jacob & Anthea


Déboussolée. Malade. Paumée. L’elfe était furieuse de se retrouver dans une telle situation. Elle ne maitrisait rien. Le pire était qu’elle n’avait aucun souvenir, comme si son cerveau la trahissait. Thea détestait se sentir aussi vulnérable et voir un illustre inconnu devant elle, ne l’aidait pas vraiment. De suite, les pires plans se montèrent dans son cerveau. C’était peut-être un pervers qui avait pris son pied en la kidnappant ? Mettant son imagination sur pause quelques instants, elle écouta l’agent. Droguée par un suspect ? Elle avait donc bu de la drogue pendant cette soirée.  Diable. Cela ne lui était jamais arrivé. D’habitude, elle faisait attention à ne laisser qu’un verre vide et à ne pas boire une boisson qui avait trainé sur une table. Elle s’en voulut de s’être fait avoir, d’avoir baissé sa garde. Du coup, elle se retrouvait ici. Mais l’excuse de la drogue n’expliquait pas tout.  

Au lieu de se morfondre dans le lit, l’elfe préféra passer à l’attaque. Se levant d’un bond pour aller vers Morrow, dévoila sans un sourcillement sa lingerie, tendant la plaque de l’agent au type, elle était prête à beaucoup de chose pour avoir des réponses claires et précises. Mais en constatant la gêne de son vis-à-vis, elle sut que ce n’était pas lui pervers. Tout son langage corporel indiquait bien qu’il n’était pas à l’aise avec son corps à moitié dévêtue. D'ailleurs sa réaction la fit sourire. D’habitude, les hommes devant lesquelles elle était dans cette tenue, ne la quittait pas des yeux, au contraire. Mais lui il fuyait son corps. Certes, le contexte n’était pas le même, mais cela avait un coté amusant et aussi rassurant à cet instant précis. Parce qu’elle sut qu’il n'en voulait pas coup sa méfiance descendit d’un cran. Elle était toujours là, vu que c’était quand même un agent du MI6. Elle accepta de répondre positivement à sa requête.  

« Okay M’sieur l’agent, je m’en voudrais de vous faire rougir davantage.  » répondit elle en le taquinant. Elle récupéra le drap et l’enroula autour d’elle. Il était long, elle avait l’impression d’avoir une grande robe. C’était étrange. Encore plus étrange, elle garda la plaque identification dans la main.  

« Donc si je résume, parce que vous avez été incapable d’arrêter votre suspect à temps, j’ai été drogué et ausculté par un doc’ qui m’a désapé. Et pourquoi l’hôtel ?  Le personnel médical aurait tout aussi bien pu veiller sur moi... et ma sécurité n’aurait-elle pu être assuré là-bas?  »

Sa réaction aurait pu être différente et surtout moins méfiante, si elle s’était réveillée dans un lit d’hôpital, plutôt que dans une chambre d’hôtel. Le confort était surement meilleur ici, d’un regarde, elle jaugea la pièce. Prenant le temps de l’observer la déco, elle découvrit ses propres affaires déposés une chaise. Elle ne doutait que son sac avait dû être fouillé, son couteau surement découvert. Et voilà encore une fois, en peu de temps, elle avait attiré l’attention des autorités. Bon cette fois ci parce qu’elle était la victime. Elle détestait cette situation.  Elle jeta la plaque que le lit et avant d’écarter le rideau pour découvrir l’extérieur.

Le quartier ne lui était pas inconnu. Le soleil semblait tout juste se lever, elle n’avait aucune notion de l’heure qui l’était. Elle aurait pu aller voir ses affaires, mais elles étaient loin.  Puis, elle n’était pas bien, vraiment, elle ferma les yeux quelques instants pour respirer un grand coup. Comment elle se sentait ? Réouvrant ses yeux, ils se dirigèrent vers l’homme le fixant sans vergogne cherchant à déterminer à quel point il serait son ennemi.

« Mal »  répondit elle avant de ressentir le besoin de s'appuyer contre le mur et de se cramponner au rideau.« J’ai des vertiges, ma tête va surement imploser.  J’ai l’impression d’avoir la gueule de bois du siècle, sans le coté fun de la soirée. »  Elle trouva la force d'aller jusqu'au lit, s'allongeant.   « Le p’tit est obligatoire ! Et y’a intérêt d’avoir du café et des médocs... Mais vous avez de l’eau ?»

La base. Boire de l'eau et manger pourrait l’aider à se sentir mieux, en tout cas, elle l’espérait. Elle remarqua un miroir sur le mur à coté du lit, se tortillant sur le lit, avec un drap ce n’est pas très pratique, Anthea arriva à se placer devant pour voir l’étendue des dégâts. Elle se trouva très pâle et le pire était ses yeux. Ne s’étant pas démaquiller, cela donnait un effet panda avec des yeux rougis. En plus, cela accentuait la pâleur du reste de son visage. Elle soupira avant de demander.

« Douche ou baignoire ? » Etre sous l’eau lui ferait du bien, elle le savait mais ne sentait pas sûre de son corps pour y aller tout de suite. Puis elle regarda le reflet de l’agent dans le miroir, pendant quelques minutes. « Je pense que vous aurez aussi d’un café, vous avez une sale tête. Ce n’est pas pire que la mienne, mais quand même. » Cela était sorti sans filtre accompagné d’un mince sourire. Puis elle se remit sur le dos, et regarda l’homme directement sans l’artifice du miroir.

«Morrow, que fout le MI6 à Bristol ?»








   
Boum
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human for the cause
avatar
Jacob Morrow
❝ Human for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Matthew Bomer Double Compte : Cassandra Cicéron & Hayden Godwin J'ai rédigé autant de missives : 64 Livres en banque : 460 Je suis âgé(e) de : 35 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
14/20  (14/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 3 Sep - 22:55.
Je suis mal à l’aise. Vraiment. Les gars n’ont vraiment pas été sympas de me laisser seul avec une femme alors qu’ils savent tous que je suis mal à l’aise avec elles… Elles ont une fâcheuse tendance à me vouloir où je ne veux pas être et honnêtement depuis l’autre je ne sais plus vraiment si j’ai envie de tenter une quelconque aventure. Mais au-delà de ça, j’ai toujours cette fâcheuse impression d’être un morceau de viande ou de leur faire croire qu’elles en sont un alors qu’en réalité, je n’ai qu’une vie c’est me terrer au fond de mon bureau. C’est comme tout de suite ! Elle se balade presque nue alors que je suis là, sans aucune gêne.il est donc tout à fait normal que je lui rende la couverture pour qu’elle puisse se recouvrir et conserver son intimité non ?

Moi rougir ? Je mets automatique une main sur ma joue. Ah oui ! Elle est chaude. La honte ! Mon masque de neutralité et froideur il est où ? Aller reviens, te barre pas comme ça, me laisse pas en plan comme mes ingrats de collègues ! Pitié !!! Bon pensons à autre chose, vraiment, parce que ça le fait moyen d’être en activité et de ne plus être en possession de ses moyens. Que m’arrive-t-il ? Vraiment ? Je veux savoir ! Oh puis j’ai vraiment trop chaud maintenant. Je vais ouvrir la fenêtre tiens. L’une de ces fenêtres d’hôtel qu’on ne peut ouvrir que sur dix centimètres car les architectes nt peur qu’on se suicide alors qu’il y a une grande baie vitrée qui donne sur une terrasse. Cherchez l’erreur. Enfin, je reprends mon souffle.

« Techniquement ce sont mes collègues qui n’ont pas pénétré les lieux à temps. Je ne suis qu’un profiler. Regardez sur le badge ! » je précise. Pourquoi je le précise, aucune idée, mais j’ai la sensation que c’est important de le faire. « Pour l’hôtel c’est parce que la dernière victime a été achevée à l’hôpital malgré les surveillances. Les forces de l’ordre ne peuvent se coordonner comme il faut dans un hôpital plein d’imprévus et de matériel dangereux. Ici, il faut passer sur le corps de trois agents pour vous atteindre et deviner où vous êtes également. »

Je sens qu’elle ne va pas bien cependant. Elle essaye d’être forte et menaçante mais ce n’est qu’une façade un moyen de défense. Alors je tente de lui proposer mon aide pour l’apaiser. Un petit déjeuner est toujours signe de confort et de réconfort.

« Il y a de l’eau ici » dis-je en prenant la carafe et en lui servant un verre « et le doc a laisser ces médicaments pour vous » j’ajoute en les lui tendant avec le verre d’eau. « Quant au petit déjeuner, je vais demander à mon collègue de vous chercher un café et des croissants. » Prendre des forces l’aidera surement à aller mieux. Et l’eau est une très bonne idée pour réhydrater son corps après ce qu’il a subit.

« Baignoire. » je réponds « vous voulez que je vous fasse couler un bain ? » je demande galant. Je ne savais même pas que je pouvais l’être tiens donc ! C’est surement son instinct premier d’avoir voulu me défigurer qui a apaiser mes craintes. Je souris alors. Même s’il est vrai que je suis pâle comme elle le souligne si bien en me regardant dans le miroir. « Nuit blanche, ça n’aide pas. Mon collègue ramène du café pour tout le monde. » D’ailleurs il vient de passer la porte après m’avoir entendu parler de petit déjeuner pour la jeune femme.

« Mais le MI6 est partout M’dame ! » je réponds simplement. « Les criminels n’ont pas de frontière. » je souris à cette idée. Ce serait tout de même amusant d’avoir des frontières invisibles dans lesquelles les criminelles se heurteraient comme en pleine courses et bam une vitre invisible se dresse devant leur nez ! Oui je divague cela m’arrive pour compenser le masque froid que j’arbore en mission.

« Et sinon, vous savez si quelqu’un pourrait vous en vouloir au point de vous droguer ? Parce que j’ai clairement vu le suspect vous observer de loin. Notre problème est qu’il se cache le visage sous une capuche et nous avons beaucoup de mal à l’identifier. Nous n’avons que des photos sombres. » … Je suis vraiment désolé de l’interroger maintenant, dans son état, mais c’est une demande expresse de mes supérieurs.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Anthea Blackrain
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Jamie Alexander Double Compte : Cassandre Nealson J'ai rédigé autant de missives : 277 Livres en banque : 1564 Je suis âgé(e) de : 33 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day: Hurricane
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 11 Sep - 23:24.


Cass Eda

Destiny 
Jacob & Anthea



L’elfe fut amusée en constatant la gêne de l’agent. C'était assez drôle, mais ça lui donnait un coté plus humain. Parfois, la demoiselle avait croisé des agents si froid et distant, ressemblant à des robots. Lui semblait plus humain, un coté appréciable vu dans quelle situation, elle se trouvait. Bien qu’elle se méfiât de lui, un agent de la couronne, c’était des ennuis assurés.    

Un profiler, elle n’avait pas remarqué le détail sur son badge, elle était trop assommée pour la drogue pour avoir des idées claires. Mais elle observa à nouveau le badge et effectivement c’était indiqué. Mais cela ne l’empêchait pas de lui envoyer une pique.  

« Oh vous êtes un planqué, attendant que les autres se bougent le cul pour vous. »  remarqua-t-elle. Alors qu’elle apprenait qu’il y avait déjà eu une victime à cause de ce malade. « Waou quelle efficacité »  marmonna-t-elle.   Ce n’était pas non plus très rassurant de savoir que le type était capable de s’introduire dans un hôpital pour achever sa cible.  Mais pourquoi elle ? La question qu’elle se posait depuis quelques minutes restées sans réponse pour l’instant.  

Enfin l’eau débarqua dans son champ de vision, elle était vraiment à côté de la plaque pour être aussi passé à côté de ça. « Merci ! »  prit elle la peine de dire, avant de boire une grande gorgée d’eau pour faire passer les médocs. Elle sentait qu’elle avait vraiment besoin d’eau. Elle finit le verre en un rien de temps. « Encore ? »  demanda t’elle en tendant le verre vers l’agent, parce que clairement elle avait la flemme d’aller se servir à la carafe. La perspective d’un p’tit dej fit presque ronronner son estomac. Son corps avait besoin de reprendre des forces. Elle le sentait au plus profond de ses tripes, bien qu’elle ne fût toujours pas au top de sa forme.  

« Volontiers. »  répondit elle du tac o tac quand il lui proposera de lui faire couler un bain. C’était peut-être abusé, mais après tout il l’avait suggéré. L’elfe était plutôt douche en règle générale, mais un bain était une perspective agréable surtout si un agent du MI6 vous le faisiez couler.  Elle avait une sale tête, c’était indéniable. Lui aussi d’ailleurs.

Thea leva les yeux au ciel, après sa réplique sur le MI6, c’était si cliché, si énervant. Mais bon, à quoi devait elle s’attendre, si ce n’est qu’à une réponse bateau. Bien sûr qu’il n’allait pas lui cracher le morceau sur sa véritable raison d’être ici. Ah oui l’enquête.  Évidement les questions étaient presque obligatoires. Allongée sur ce foutu lit d’hôtel, réfléchissait toujours à la raison de sa présence ici, pourquoi elle était la cible d’un malade. Oui elle avait des ennemis.  Plusieurs, certains depuis son passé de résistante, des anges et leurs amis ; mais eux étaient plus du genre à frapper, plus qu’à droguer et à tuer.. Qui pourrait lui faire ça ? Et pourquoi ?  

« Aucune idée ! Que se passait il pour les victimes une fois qu’elles étaient droguées ?  »   alors que les rouages de son cerveau essayait de fonctionner à plein régime. « Vous êtes sûr que je suis la cible ? Après tout hier soir, j’étais avec deux amies et elles auraient pu aussi boire dans ce verre ! »  Direct, elle se redressa. « Comment vont Stella et Jane ?»  Voilà qu’elle a une pointe d’inquiétude pour ces amies. Elle espérait fortement qu’elles avaient pu rentrer chez elles saines et sauves.  

« En fait, vous n'avez pas grand-chose sur ce type ? »  demande t-elle, peu convaincue qu’elle était sur ces histoires de photos sombres. « Quelle drogue est utilisée ? Et qui sont ces victimes en général ? »  





   
Boum
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human for the cause
avatar
Jacob Morrow
❝ Human for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Matthew Bomer Double Compte : Cassandra Cicéron & Hayden Godwin J'ai rédigé autant de missives : 64 Livres en banque : 460 Je suis âgé(e) de : 35 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
14/20  (14/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 13 Sep - 8:56.
Mon métier m’amène a observer le moindre geste de mes « victimes » ainsi que le moindre mot prononcé en ma présence. Là, concrètement, je ne suis pas sûre que ma protégée s’en rende compte. J’ai bien compris qu’elle s’amuse de ma situation. Dans un autre cas j’aurais surement eu un petit mot mais s’agissant d’un amusement à mon égard je suis figé. C’est surement l’effet femme ça. Heureusement, elle dirige la conversation vers mon métier. Un métier qui me passionne plus que tout.  « J’aimerais même être plus planqué parfois. Je n’aime pas spécialement me mêler aux gens. Mais comme vous le voyez, j’étais sur le terrain hier soir, donc je ne suis pas si planqué que ça contrairement à ce que vous pouvez penser. » rétorquai-je d’un ton très neutre.  En effet, j’ai eu la malchance d’obtenir d’inestimables bons résultats aux examens théoriques et physiques, du coup mon patron n’hésites pas à m’envoyer sur le terrain. Il oublie juste que je suis mal à l’aise au milieu des gens et même lorsqu’il n’y a qu’une seule femme dans la pièce.

« Je ne vous le fais pas dire. Mais je crois également que vous ne vous rendez pas compte de la difficulté de protéger un hôpital avec toutes les entrées et les sorties, les angles morts, les plannings incontrôlables car ils changent tout le temps…un vrai casse-tête et une vraie panique et plus rien ne roule comme sur des roulettes.il est très fort – de toute ma carrière je crois que j’ai rarement eu de criminel au profil si intelligent. » Et c’était fortement frustrant car habituellement entre mes rêves prémonitoires et mes instincts de profiler je parvenais rapidement à mettre les criminels derrière les barreaux mais j’ai un taux de réussite de 80% ce qui signifie que des cas sont parfois insolvables, du moins, pas aussi rapidement que je le voudrais.

Je soupire mentalement puis donne de l’eau à la jeune femme. Heureusement elle reste polie ce qui signifie qu’elle a eu un cadre à un moment donné. C’est déjà cela est me confirme qu’il ne prend pas non plus n’importe quelle femme.  J’ai même pensé au fétichiste puisque ses victimes ont toutes un physique similaire, mais cela ne semble pas nous aider plus que ça. Il doit y avoir quelque chose que j’ai loupé…

Je lui servis finalement un autre verre d’eau et lui proposai de lui faire couler un bain. « Jensen, tu as entendu la demoiselle, tu peux faire ça pour elle ? » Il me fit les gros yeux et moi un grand sourire. Ca c’était pour m’avoir laissé m’occuper d’elle au lieu de rejoindre mon bureau loin de toute forme de féminité vile et fourbe. Enfin je l’espère. Non ne deviens pas parano Jacob tes collègues sont superbes ! Voilà ….

« Je crois que vous ne souhaitez pas le savoir… » je lui réponds alors qu’après avoir abordé les raisons de la présence du MI6 ici, elle me demande ce qui arrive au victimes après avoir été droguées…. Viol et meurtre par lacération. C’est vraiment quelque chose de violent à voir, j’observais encore les photos cette nuit. Nous en avons quatre pour le moment, tous dans cette ville, et nous aimerions rester à ce nombre.

« Pas de doute vous êtes la cible. Vos amies ont été surveillées jusqu’à ce qu’elles partent et personne ne les a suivi ou n’a essayé de les droguer. Des agents sont postés devant leur domicile au cas où. Aux dernières nouvelles elles vont très bien. L’une d’elle a même essayé de draguer un de mes collègues. Dommage il est gay. » dis-je en souriant pour alléger l’atmosphère. Et d’ailleurs c’est flippant je n’agis pas du tout comme d‘habitude avec cette femme… Je me sens plus… détendu ? Est-ce bien possible alors même que je ne la connais pas ?

« Il utilise du GHB.  Ses victimes sont toutes brunes dans les 1m75 et sveltes, voire athlétiques… ce qui nous a fait pensé à un fétichiste mais en dehors de ce physique rien ne colle et s’il doit cibler toutes les femmes correspondant à ce profil il va décimer la moitié de la population féminine de Bristol. Non il y a quelque chose de plus que nous n’avons pas vu. A moins que… » je me rapproche de la jeune femme  pour chuchoter afin que mes collègues ne l’entendent pas…  « Etes-vous une être doté de dons ? » A bien regarder, une lycante, deux humaines dotées de dons et une elfe… qui est Anthea Blackrain ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Anthea Blackrain
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Jamie Alexander Double Compte : Cassandre Nealson J'ai rédigé autant de missives : 277 Livres en banque : 1564 Je suis âgé(e) de : 33 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day: Hurricane
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 2 Oct - 23:30.


Cass Eda

Destiny 
Jacob & Anthea


Se sentir observer n’était pas très agréable, surtout dans une pièce aussi confinée et par un inconnu. Un agent du Codec en plus, c’était le must pour commencer une journée. Alors Anthea l’observait à son tour.  Certes, elle préférait observer les animaux, mais après tout l’être humain avait toujours quelque chose d’animal. L’homme aimait donc être un planqué et resté en retrait. Peu était capable d’avouer cela sans honte. Enfin, en tout cas, peu d’homme de sa connaissance.  C’était intéressant. Mais il tient quand même à démontrer qu’il ne se planque pas toujours. Brave garçon. Cette réponse la fit sourire. Parce qu’après tout il n’avait pas besoin de se justifier devant elle. Elle ne le connaissait pas et ce n’était qu’une victime de la soirée.  


« Ah non c’est sûr, je n’ai jamais cherché à protéger un hôpital. C'pas mon d'job » La seule chose qu’elle ait eu à protéger été son appartement et aussi le QG de la résistance, des lieux qui avaient pour avantage de ne pas être public. « Un génie du crime ? » demandait elle pour confirmer les dires de l’agent. Être la cible d’un génie était un peu plus glorieux que d’être celle d’un abruti de première classe. Question de point de vue assez étrange.  

Le verre d’eau était salutaire, ainsi que les médicaments qui commençaient à faire effet et à atténuer enfin les marteaux piqueurs qui jouaient dans son crâne. Enfin, la situation se mettait à s’améliorer doucement. Elle secoua la tête quand Morrow se débarrassa de la corvée à son collègue. Pfff même pas capable d’assumer jusqu’au bout, c’était assez désolant.  


« Oh mais si,  je veux le savoir !» insista-elle après la réponse foireuse de l’agent. Elle préférait savoir ce à quoi elle avait échappé, plutôt qu’on lui cache pour éviter de lui faire peur. C’était une attitude stupide. Elle ne lâcha pas Morrow des yeux, tenant ainsi à montrer sa détermination.  

L’espace d’un instant, l’elfe avait craint pour ses amies. Mais heureusement, elles avaient pu rentrer saines et sauves. Les veinardes, elle aurait bien aimé rentrée chez elle aussi. Elle imaginait bien Jane tentait de draguer un agent. Elle esquissa un sourire à l’écoute de l’anecdote.  

Le GHB, la drogue du viol, une véritable cochonnerie. Ah oui les caractéristiques données par l’agent étaient flippantes puisque cela lui correspondait totalement. Un fétichiste des brunes ? Euh ouais, Anthea resta sceptique face à cette théorie.  Elle fut surprise quand l’agent se rapprocha d’elle. Lui qui maintenait une distance de sécurité, le voilà tout près d’elle. Perturbant. Le laissant s’approcher, Anthea se rapprocha de lui pour mieux l’entendre. Elle eut un mince sourire quand elle entendit la question. De ses grands yeux noirs, l’elfe l’observait à nouveau. Pensait-il réellement obtenir une réponse ?  C’était un agent du gouvernement. Avouer à un agent, qu’on avait un don, cela signifiait à coup sûr être fiché comme altération. Et peut-être que cela entraînerait l’insinuation du Codec dans sa vie. Il en était hors de question. Les altérations commençaient à être mal vu par certain. Puis Thea ne voulait pas être ficher, autant éviter les désagréments quand on le peut.  

Anthea se leva  et se retint à Morrow, comme si elle allait tomber, enfin elle posa simplement une main sur son bras pour s’accrocher à lui, prenant soin de garder le drap contre son corps. « Oups la tête me tourne encore un peu. » C’était surtout pour le tester. Puis elle chuchota à son tour. « Peut-on considérer le fait d’attirer les ennuis ou les situations étranges comme un don ? Si c'est le cas, alors oui. » Cela serait sa seule réponse à sa question. Elle ne mentait pas vraiment mais ne disait pas non plus la vérité. C’était à prendre ou à laisser.  

L’elfe brisa le contact pour aller piquer un croissant, qui venait d’être apporté par un agent. Sa faim devait être comblé. Elle enfourna la moitié du croissant en une seule bouchée. Prenant le temps de mastiquer tout en regardant la vue depuis la fenêtre de l’hôtel.  Elle se rapprocha de Morrow.  L’autre agent était beaucoup moins intéressant, d'ailleurs, ce dernier s'était absenté pour une raison qu'elle ignorait.

« Et vous comptez faire quoi pour arrêter ce type ? »





   
Boum
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human for the cause
avatar
Jacob Morrow
❝ Human for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Matthew Bomer Double Compte : Cassandra Cicéron & Hayden Godwin J'ai rédigé autant de missives : 64 Livres en banque : 460 Je suis âgé(e) de : 35 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
14/20  (14/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 11 Oct - 20:03.
Ces enquêtes de terrain m’épuisent car concrètement je ne suis pas comme mon frère qui a vaincu ses peurs et qui est désormais le type super sociable qui tient un café ! non je suis Jacob, le type renfrogné qui reste toujours dans son coin et qui a du mal avec les relations humaines. Et dire qu’avant j’étais tout le contraire de ça… bon cela dit, le point positif c’est qu’une fois qu’on a percé la carapace, je redeviens un type cool. Mais en mission, je ne sais jamais si je suis trop formel, pas assez, trop froid et distant, trop condescendant peut-être même ? Et franchement, ça me prend la tête. Mais je suis le profiler, alors je dois être sur place et évaluer les victimes ou encore le comportement indirect des coupables.

« Oui il s’agit d’un criminel très compliqué à profiler. Mais je vais y parvenir, j’essaye juste d’empêcher de nouvelles victimes en attendant de le pincer. » Mais pourquoi je dis tout ça moi, elle n’est pas censée être au courant et ce n’est pas très rassurant comme propos. Boudiou Jacob ressaisis toi ! Et pour couronner le tout, elle veut savoir ce qui arrive aux victimes après la drogue. Vraiment, je ne suis pas convaincu du bien-fondé d’une telle révélation mais elle insiste. Je n’ose pas vraiment la regarder en face en songeant qu’il aurait pu lui arriver cela ce soir et plus encore avec ce foutu estomac qui me tord en mille morceaux au moment même où je m’apprête à lâcher le morceau.  « Viol et mort par lacération » finis-je alors pour lâcher comme un coup de massue sur la tête de quelqu’un.

J’espère qu’elle ne va pas paniquer car je ne saurais pas gérer la situation, surtout si elle saute à mn cou et m’étrangle. J’ai une fâcheuse tendance à prendre mes jambes à mon cou plus ou moins violemment. Non en réalité je serai totalement figé et il faudrait qu’un de mes collègues me sorte de ce pas. Je ne vous raconte pas la honte.  Mais au lieu de cela, elle se redresse et m’agrippe le bras. Instinctivement mon regard se pose sur sa main, fine qui serre mon bras. Mon coeur se met à battre plus vite. Je ne m’y attendais franchement pas. Car pour une fois je n’ai pas envie de fuir. Non ? Je passe même mon propre bras dans son dos pour la retenir. Jacob ? Je secoue la tête alors et lui donne plutôt mes mains laissant à nouveau une certaine distance entre nous. « Non je ne pense pas que l’on puisse considérer cela comme un don. Mais disons que je vous crois, vous seriez bien une exception. » dis-je alors, conservant mes suspicions pour le dossier.

« Malheureusement c’est une information que je ne peux pas vous révéler » je réponds alors que la belle jeune femme me demande ce qu’on compte faire pour arrêter ce type. Tout ce qui est en notre pouvoir, c’est certain, mais les détails appartiennent au MI6 et uniquement au MI6.  C’est à cet instant que Jensen trouve le moyen de couper la discussion et la proximité qui s’instaurait entre la demoiselle et moi sans que cela ne me fasse frissonner…  « Je crois que votre bain est prêt madame, vous pouvez y aller. Par contre je suis vraiment désolé mais par mesure de sécurité vous ne pouvez pas fermer complètement la porte et un de mes collègues doit se placer devant la porte au cas où. » j’ajoute de manière plus ferme sur la fin. Et quelque part au fond de moi, j’aimerais vraiment être son ange gardien et là, ça devient carrément louche tout ça !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Anthea Blackrain
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Jamie Alexander Double Compte : Cassandre Nealson J'ai rédigé autant de missives : 277 Livres en banque : 1564 Je suis âgé(e) de : 33 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day: Hurricane
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 20 Oct - 21:48.


Cass Eda

Destiny 
Jacob & Anthea


Moh c’était donc un bon samaritain, qui voulait sauver la veuve et l’orphelin, en l’occurrence, c’était plus les demoiselles en détresse. Bordel, dire qu’elle avait été en détresse, lui refilait presque la nausée. Mais bon, il ne fallait pas s’éterniser là-dessus, elle s’en était sortie c’était le principal. Même si c’était grâce à des agents de MI6. Brr limite, elle aurait préféré que ce soit par de simples flics. Mais bon, c’était trop tard pour faire sa mijaurée. L’elfe têtue avait tenue à savoir le sort réservé aux victimes. L’agent eut du mal à lui cracher le morceau avant de finalement s’y résoudre. Viol et lacération.

“ Ah Okay.” Un peu sur le ton d’un c’est tout ? Parce que vu que l’agent était réticent à lui dire, elle avait pensé à un truc plus crade. Non pas que cela ne l’était pas déjà, mais cela lui semblait peu de chose par rapport à tout ce qui pouvait se passer en ville ou à ce qu’il se passait à Reversa. Malheureusement au temps des heures sombres de Reversa, c’était le sort que les miliciens réservaient aux résistances qui tombaient dans leur filet. D'ailleurs, c’était peut-être une piste. Et si toutes ces femmes avaient participé à la Résistance contre les anges. Elle gardait cette théorie dans un coin de sa tête. En tout cas, elle était contente d’avoir échappé à ce sort. Mais elle n’était pas vraiment paniquée par cette révélation.  

Anthea se leva et se rapprocha de l’agent. Il avait quelque chose en lui qui l’intriguait. Elle ne saurait dire quoi, mais c’était un fait indéniable. Le fait qu’il cherche à chaque fois de mettre une certaine distance entre eux était assez amusant. Si elle était d’humeur taquine et sadique, elle pourrait encore plus s’en amuser. Mais ce matin n’était pas le bon moment. “Rho vous n'êtes pas drôle M’sieur l’agent. Du coup, tant pis je ne vous dirais pas à quoi ça me fait penser.” répliqua-t-elle comme une gamine.  

Ils furent interrompus par un autre agent. Son bain était prêt. Ainsi il lui avait vraiment fait couler un bain. Le pied. Chouette, ça lui ferait le plus grand bain. “ Oh merci agent Jensen, votre efficacité vous honore “ s’adressa-t-elle au dénommé Jensen. Laissant Morrow sur place, l’écoutant que d’une oreille Anthea  s’empara de son sac à main, puis alla vers la salle d’eau. Pièce où il n’y avait aucune fenêtre ni tout autre sortie. Mais il fallait qu’elle laisse ouvert par sécurité, c’était hallucinant “ Ah mais oui, si jamais l’agresseur passe par les conduits, hein on n’sait jamais. Puis tant que vous y êtes, Morrow, vous ne voulez pas venir mater par sécurité bien sûr.” elle le taclait sans prendre de gants, alors qu’il n’était pas le seul agent dans la pièce, mais  c’était plus fort qu’elle. L’elfe lança un regard noir et qu’elle espérait dissuasif aux agents, puis elle claqua la porte de la salle de bain. Elle ne la verrouilla pas, histoire de pas les pousser à bout. Mais elle tenait à fermer cette fichue porte.  

Son sac fut laissé en plan sur le lavabo, alors qu’elle était enfin seule. Depuis son réveil, on ne lui avait même pas laissé une minute pour souffler. Elle put admirer son corps dans le miroir. Les traces de maquillage autour de ses yeux étaient de toute beauté. Le teint était un peu cireux, comme un lendemain de fête mais en pire.  

D’une main, elle tata la chaleur de l’eau. Cela semblait parfait. S’immerger lui ferait le plus grand bien. Elle jeta un œil à son sac, pour voir que rien n’avait disparu, même son slip de rechange qu’elle gardait tout plier dans un coin. Cela allait lui être pratique ce matin. Par contre son couteau avait disparu. Elle posa une lime à ongle vers la baignoire, objet qui remplacera sa lame si besoin.  Anthea choisit les flacons présents, puis versant celui au meilleur parfum afin d’avoir une jolie mousse parfumée. Puis elle prit place dans l’immense baignoire de l’hôtel. L’eau était chaude à point. Ce Jensen s’y connaissait en manière de bain.  

L’elfe barbota un moment, tout en profitant pour se savonner. Elle en profita même pour s’immerger totalement, profiter du son apaisant de l’eau qui l’entourait. Un moment de calme, qui lui permit de se respirer profondément et de se recentrer. Elle réfléchit aussi à cette enquête. Devait elle parler de ses similitudes avec cette affaire datant de Reversa, quitte à dévoiler son passé de résistante. Elle n'arrivait pas à se décider. Puis après un moment, Anthea finit par sortir de l’eau et se rinça.  Elle s’enroula dans l’une des grandes serviettes mis à sa disposition. Elles étaient douces et moelleuses. Elle en prit une autre de plus petite taille pour égoutter ses cheveux, puis elle finit par s’en faire un turban au-dessus de sa tête. L’observation dans le miroir, légèrement embué, lui permit de se rendre compte de l’effet bénéfique du bain.  Ce bain lui avait fait le plus grand bien. L’elfe prit soin d’enlever les quelques restes de maquillage avec les produits tirés de son sac, les aléas de sa vie nocturne l’avait rendu prévoyante. Son visage était beaucoup plus joli sans l’effet panda. Elle enfila son slip propre tiré de son sac. Elle était prête pour le second round.

Anthea entrouvrit la porte de la salle de bain. “ Agent Morrow pourriez-vous m’amener ma robe, s’il vous plait ?” L’elfe se demanda s’il allait oser entrer seul dans cette salle de bain humide, ou s’il se débinera en envoyant un sbire. Elle s’éloigna de la porte pour retourner devant le miroir, resserrant bien la serviette autour de sa poitrine, elle ne voulait pas non plus faire dans l’exhibition. Puis elle entreprit d’hydrater sa peau en testant l’échantillon de l’hôtel, tout en se demandant si elle allait lui parler ou non.




   
Boum
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human for the cause
avatar
Jacob Morrow
❝ Human for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Matthew Bomer Double Compte : Cassandra Cicéron & Hayden Godwin J'ai rédigé autant de missives : 64 Livres en banque : 460 Je suis âgé(e) de : 35 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
14/20  (14/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 30 Oct - 21:45.
Habituellement, les femmes ont tendance à me faire peur. J’en ai parlé plus d’une fois à Judd et ce dernier a fini par me conseiller d’être plus  froid et distant avec elles plutôt que gentil et serviable pour éviter les folles et  pots de colle. Ce que j’essaye clairement de faire avec Anthea sans pour autant parvenir à maintenir complètement le masque. Il y a quelque chose chez cette femme qui m’attire et je le sens très mal. Faire ainsi tomber mes remparts et mon masque risque à nouveau de me faire paniquer. Remarquez, au pire je me casse d’ici et je confie la suite à un collègue. Pour lors, je n’en ai aucune envie. Elle m’intrigue. Je ne vais pas m’en cacher.

Par contre j’aimerais bien éviter de lui dire ce qu’il se passer après la drogue mais elle me pousse à avouer la vérité, sans vraiment que je ne m’en rende compte sur le coup. Sa réaction, en revanche, m’interpelle. Elle ne semble pas dégouttée ni effrayée…  Instinctivement je récupère son dossier sur la table pour vérifier un point mais non, elle ne semble pas avoir appartenue aux forces de l’ordre ni à l’armée… Hum. Je note.

« Tant pis » je réplique reprenant la distance du début de notre conversation. « Je le découvrirai bien à un moment donné.  Mais je reste intransigeant, les tactiques du MI6 restent au MI6. Je pourrai perdre mon boulot pour une telle révélation M’dame la victime. » j’ajoute en étant plus léger sur la fin de ma phrase sans aucune raison.

Je secoue imperceptiblement la tête comme pour reprendre mes esprits. Et l’agent Jensen m’aide dans cette volonté en nous interrompant pour le bain de la demoiselle. Je crois d’ailleurs que ledit agent en pince pour la victime vu les yeux roucouleurs qu’il lui lance. Non mais je vous jure, les jeunes recrues de nos jours…

« Ce n’est pas pour l’agresseur c’est pour vous Anthea… » dis-je agacé par la réaction puéril de la victime avant qu’elle ne nous claque la porte au nez. On s’observe atterré avec Jensen avant de laisser couler la situation. De toute façon il est clair que cette femme a le caractère bien trempé alors autant ne pas chercher le conflit. Elle paraît assez équilibrée pour que l’on puisse le permettre. Par ailleurs, je comprends tout à fait qu’elle ait besoin d’un peu d’intimité.  Et je profite donc du moment qu’elle prend pour elle pour réunir mes papiers, les trier et les rager. Je fais également le point avec l’agent de garde qui a fait le tour du pâté de maison. Rien de suspect, ce qui est déjà pas mal. En revanche, la jeune femme va devoir entrer dans le programme des témoins protégés pour un temps indéfini ce qui peut être contraignant. Je vais devoir lui en parler.

Enfin si je survie à cette matinée car déjà elle me demande pour lui apporter sa … robe. Ahem. Je déglutis et me dirige vers la chaise où cette dernière repose.  Je la récupère et me dirige vers la salle de bain. Jensen sourit en me voyant passer. Il me connaît et il sait que ce type de situation me met fortement mal à l’aise ce qui a tendance à le faire marrer… Il me le paiera, une fois de plus. Bref, je toque à la porte de la salle de bain avant d’ajouter verbalement : « Thea, j’ai votre robe. Puis-je entrer ? »

La porte étant à demie ouverte, je n’attends pas sa réponse pour faire un pas et lui tendre son vêtement. Dans le miroir, je peux percevoir une partie de son visage nettoyé de toute trace de maquillage et rafraîchi par le bain. Un visage par ailleurs magnifique.  Il semble à la fois doux et déterminé. Si je l’ai bien profilé cette femme possède une force incomparable. Et cette pensée me fait sourire De l’extérieur, cela doit sembler très étrange, mais pour une fois j’ai l’impression d’être en présence d’une femme normale, une femme qui mérite mon attention et ma curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf free will
avatar
Anthea Blackrain
❝ Elf free will ❞
J'ai pour Avatar : Jamie Alexander Double Compte : Cassandre Nealson J'ai rédigé autant de missives : 277 Livres en banque : 1564 Je suis âgé(e) de : 33 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
8/20  (8/20)
Don:
Songs of the Day: Hurricane
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 5 Nov - 19:49.


Cass Eda

Destiny
Jacob & Anthea


Le bain lui avait permis d’avoir du temps seule pour réfléchir. Être entourée d’agents n’aidaient pas vraiment à sa réflexion, alors pourvoir s’isoler pour penser à la situation lui a fait un bien fou. Un type l’avait pris pour cible, pour une raison qu’elle ignore. Droguée, l’elfe avait terminé dans cette chambre d’hôtel avec des agents du MI6 qui veillait sur elle. C’était beaucoup d’éléments qu’elle aurait aimé éviter. Mais bon, elle était néanmoins contente d’être vivante et entière.  

Parmi les deux agents, l’un l’intriguait plus que l’autre pour une raison qu’elle ignorait. Peut-être parce qu’elle avait perçu sa gêne en sa présence et que du coup c’était assez amusant de jouer avec gentiment, ce n’était pas non plus une harceleuse qui martyrisait ses victimes. L’elfe avait l’habitude du regarde des hommes sur elle et elle savait en jouer, aussi bien pour leur plaire et que pour les rembarrer. Il fallait savoir faire les deux. Mais avec Morrow, c’était un peu un jeu. Pour l’instant le bougre n’avait rien voulu dévoiler de l’enquête, qui la concernait quand même. Ce n’était que partie remise.

Enlevant les dernières traces de maquillages, elle retrouvait un visage plus serein et net. Elle put constater qu’elle n’avait aucune ecchymose ou autres plaies. Elle se sentait mieux, les effets de la drogue commençaient à se dissiper complétement. Sa migraine aussi s’estompaient progressivement. Comme quoi, elle avait eu raison de pas vouloir de chaperon et de laisser la porte entrouverte. Aucune des deux hommes ne semblent être des pervers mais il fallait parfois se méfier. Une fois prête à ressortir de son isolement bénéfique, Anthea demanda sa robe à Morrow.  

S’hydratant la peau quand il entra, l’elfe observa l’agent à travers le miroir. L'observation était mutuelle pendant plusieurs minutes. Pendant qu’elle enlevait sa serviette de ses cheveux et commençait à les sécher. Puis elle finit par se tourner vers lui et le regarder en face pour rebondir à ces dernières paroles, surtout au Thea qui l’avait surprise. « Thea, oh on utilise déjà les diminutifs, mais vous êtes un rapide Morrow ou dois-je vous appeler Jaja ? » le taclait-elle avec un grand sourire avant de prendre la robe de ses mains.

« Merci, tournez-vous. » ordonnait-elle tout en lui désignant le mur. Donner des ordres à un agent du gouvernement c’était assez grisant. Certes, elle aurait pu lui demander de sortir de la pièce, mais ce n’était pas aussi amusant. Puis par le miroir, elle pouvoir voir s’il allait se rincer l’œil, bien qu’il l’eût déjà vu en sous-vêtements dans la matinée. La robe enfilée, Anthea décida une nouvelle fois de mettre à contribution l’agent pour la fermer.  « Pouvez-vous m’aider avec la fermeture ? » Est-ce qu’elle abusait ? Peut-être un peu, surtout qu’elle aurait pu le faire elle-même. Mais ce n’était pas la même chose voyons. « Merci. » finit elle par le remercier. La voilà parée pour une nouvelle journée, elle remit ces affaires dans son sac à main.

« J'espère qu'il reste du café» e, elle avait faim. Son appétit s’était réveillé et elle voulait casser l’atmosphère étrange qui régnait avec Morrow dans cette pièce. C'était bizarre.   En sortant de la salle de bain, l’elfe s’adressa à Jensen. « Merci beaucoup pour ce bain, il était agréable » c’était surtout les circonstances, qui l’empêchait d’être parfait.

S’installant près de la table, elle se servit un café et prit une viennoiserie. Tout en regarde son téléphone et les multiples messages qui étaient arrivés. Ces amies étaient bien rentrées chez elles et s’inquiétaient de son sort. Elle pianota pour les rassurer. « Et maintenant ? La garderie se finit quand ? Parce que j'aimerais bien aller bosser. » Bientôt si on exhaussait son souhait, mais elle avait un doute.




   
Boum
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human for the cause
avatar
Jacob Morrow
❝ Human for the cause ❞
J'ai pour Avatar : Matthew Bomer Double Compte : Cassandra Cicéron & Hayden Godwin J'ai rédigé autant de missives : 64 Livres en banque : 460 Je suis âgé(e) de : 35 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
14/20  (14/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 5 Nov - 23:16.

Certaines enquêtes sont parfois plus plaisantes que d’autres. Autant celle-ci est compliqué dans le sens où le profilage du meurtrier est difficile à établir, autant avoir sauvé cette jeune femme semblait être quelque chose de plaisant à mes yeux. Non pas que je me laisse envahir par un quelconque désir, mais pour une fois, je ne me sens pas oppressé par une femme. Habituellement, je stress à l’idée même que la victime soit du sexe opposé.

Enfin, je divague un peu à songer à la victime alors que je me dois uniquement de m’assurer de sa protection. D’ailleurs, j’ai quelques coups de téléphone à passer et j’en profite pendant qu’elle est sous son bain. Je vois d’ailleurs Jensen essayé de zieuter la salle de bain avant de se raviser lorsque je lui lance un regard noir tout en parlant au téléphone. C’est bien, j’ai obtenu ce que je voulais pour Anthea : la protection rapprochée.

Soudain, alors que je finis ma tasse de café voilà que la victime m’appelle et me demande de lui apporter sa robe. Je dois avouer que c’est la demande la plus gênante qui soit. Pour le moment, mais je relève le défi et me présente de mon plein gré à la porte de la salle de bain. Finalement, je suis plutôt à l’aise pour quelqu’un d’intimidé. Je l’appelle même par un petit surnom. E me gifle intérieur en espérant qu’elle… ah bah non, elle souligne mes propos et bien même ! C’était couru d’avance non ? « Oh je suis confus. Veuillez m’excuser Anthea. »

Boudiou ! Que m’arrive-t-il ? Pourquoi autant de familiarités ? Je me prends peut être trop la tête mais de là à appeler l’une des victimes que je dois garder par un petit nom… bref, je lui tends la robe et me retourne pour qu’elle l’enfile en toute quiétude et intimité. Mais voilà qu’elle me demande de l’aider avec la fermeture éclair de sa robe. Je me retourne alors, et m’approche, lentement. Mon cœur bat à tout rompre je dois bien l’avouer. Son parfum enivre mes narines pendant que mon regard se pose sur son reflet dans le miroir. Elle est jolie et son reflet me renvoie une telle douceur mêlée de force et de combativité. Quelque part, au fond de moi je sais que je vais la revoir et qu’elle ne lâchera pas le morceau concernant l’affaire. En attendant, je ne me suis pas vu rougir mais la chaleur elle, modifie jusqu’à mon maintien et laisse ma main en suspens, posée sur la fermeture éclair remontée jusqu’au milieu des omoplates.

« Oui il reste du café, une tasse vous attend sur la table basse. » je lui réponds finalement en balayant son remerciement d’un sourire et d’un geste de la main.
« Mais de rien. Quant à maintenant, vous allez être sous protection rapprochée, je viens d’obtenir l’accord de mes supérieurs. Et ce jusqu’à nouvel ordre. Nous allons donc attendre votre protection et ensuite vous pourrez reprendre vos activités de manière à peu près normales… »

Je sais que c’est une procédure lourde surtout pour les victimes, mais nécessaire pour leur survie et leur bien être le temps que l’affaire soit résolue.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Destiny ft Anthea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marque of Destiny
» Your Destiny || Forum RPG
» AUSTRALIAN DESTINY & YELLOW TRICYLE :)
» Koh~Lanta Destiny Inscription !
» Destiny rpg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Dead End :: Archives :: Rp's-