AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan

N'hésite surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Pour garder l'esprit rpgique, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois !
Personnages à privilégier

Ils nous manquent !
Pro-gouvernement - membres du CODECS/CAA
Un personnage CAA ou CODECS rapportera 100 points, un Ange ou Spectre 50 points.
soirée chatbox

Retombez en enfance avec nous le 14/12 à partir de 21h !

Partagez | .
 

 Sur sa piste ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human Alteration is the new thing
avatar
Risa Stroke
❝ Human Alteration is the new thing ❞
J'ai pour Avatar : Emeraude Toubia Double Compte : Nell Astinks | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 734 Livres en banque : 1981 Je suis âgé(e) de : 30
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 1 Aoû - 21:37.
Pourquoi je me retrouve là ? La question est bonne. Je dirais que tout a commencé il y a une semaine dans Harbourside, sur le port. Des pêcheurs sont tombés sur quelque chose d'étonnant, un cadavre. D'un autre côté qu'est-ce qui pourrait m'amener ici franchement ? Enfin bref. Ce cadavre, c'était James Hupley. Un ange plutôt actif dans la chasse aux aberrations. Ce que son cadavre avait de particulier ? Eh bien mis à part qu'il s'était retrouvé à moitié grignoté par les poissons, pas grand chose. Visiblement mort d'un traumatisme contondant, un coup porté à la tête avec une violence inouïe, il n'y avait rien de particulier. Pas de trace d'ADN, pas d'indices, rien. Tous les enquêteurs s'étaient donné le mot et James s'était retrouvé sur une pile de dossier en attente, au cas où. C'est monnaie courante ces derniers temps, avec les purificateurs et leur chasse aux altérations, sans compter les meurtres étranges... J'ai l'impression que Bristol se transforme en tueuse en série. Cela faisait déjà quatre jours que James était devenu un dossier en attention, quand Maria était venu grossir les rangs. Maria ? C'était un humaine ritualisé sortie du Ribcage il n'y avait que quelques temps. Elle avait fini par être retrouvé dans Southville et Bedminster, en bordure de forêt. Quelque chose en rapport avec James ? Oui, son corps avait été retrouvé à moitié dévoré, comme le sien. Morte aussi d'un traumatisme contondant et bien évidemment, aucune autre trace que celle-là. C'est à ce moment-là que mon nom est sorti du chapeau et qu'on m'a sifflé. Je venais tout juste de sortir d'une enquête de disparition étrange quand on m'a collé les deux dossiers dans les mains, comme d'habitude avec tellement d'explication que je ne savais plus où donné de la tête -ironie quand tu nous tiens-

J'ai compilé de nombreuses données. Tout le monde me demandait pourquoi ? Comment ? Si j'avais des nouvelles, où si j'attendais un nouveau meurtre. Comme si je pouvais me contenter qu'un nouveau meurtre soit commis franchement ? Je suis retournée sur les scènes de crime, j'ai tout passé au peigne fin, récoltant les sentiments qui y était imprégné et une constante est revenue : les victimes n'avaient en aucun cas été tué sur les lieux où on les avait laissé. Alors pourquoi ? Pourquoi faire disparaître le cadavre de cette façon ? Il existe de nombreuses méthodes moins pénibles, plus efficace. Pourquoi choisir de les faire manger par un animal. Il y avait là quelque chose à gratter. De plus pourquoi un ange et une humaine ritualisé ? Était-ce l’œuvre d'une aberration ? D'une altération ? Ou alors de quelqu'un voulant se faire passer pour l'un d'eux ? Bristol renferme de nombreux barjot au vu des derniers événements. J'ai l'impression de ne plus reconnaître la ville et toutes ces restrictions me tapent légèrement sur le système. J'avais fini par me perdre dans mes récriminations lorsque finalement un coup de fil était venu me distraire. Un nouveau meurtre bien évidemment, quatre jours après celui de Maria. Les coïncidences avaient la belle vie ces derniers temps. Cependant ce coup de fil m’amenant à un nouveau meurtre, en amena un autre beaucoup moins agréable : le CAA. Bien évidemment, ils avaient entendu parlé de l'affaire et souhaitaient me mettre dessus. Personne ne s'en prenait à ceux qui représentaient la force de Bristol.

Alors où on en est aujourd'hui ? Eh bien je me retrouve au Zoo. Charmant endroit que je n'ai pas encore visité. Il faut dire que si j'avais un peu plus de vacances, ce serait nettement mieux. En tout cas, je suis arrivée ici rapidement après les deux coups de fil. Une fois sur place, mon badge en main, je me suis directement dirigé là où je ressentais des gens et je suis arrivée sur une scène de crime étrange, mais fraîche au moins. Finalement attendre un autre meurtre n'était peut-être pas une idée aussi idiote que ça. Même si ce n'était pas réellement réjouissant. La facilité que le tueur a pour laisser des cadavres sans être aperçu ne m'aide pas réellement et ne me plaît pas non plus. De plus s'il a décidé de nous laisser un cadavre tous les quatre jours, ça va être de pire en pire. L'escalade dans les tueries ne va faire qu'augmenter et ça va être Bagdad rapidement. Je suis presque soulagée qu'on m'ait envoyé un chasseur, quoi que … J'ai l'impression d'avoir de nouveau ma laisse autour du cou et d'avoir un tortionnaire qui se contorsionne au bout. Je secoue la tête, concentré sur le cadavre quand je ressens une nouvelle présence, une nouvelle signature émotionnelle que je ne connais pas du tout. Étrange... D'origine on m'envoie quelqu'un avec qui j'ai déjà travaillé. Ça va être amusant même si j'imagine qu'on l'a briefé un minimum. Sans lever la tête, je finis par prendre la parole. « J'imagine que vous êtes celui qu'on m'envoie. Êtes-vous un cadeau ? Ou un poison ? » Quoi ? Entrer dans le vif du sujet c'est plus pratique. Je me demande juste s'il va me laisser mener mon enquête normalement où s'il va s'immiscer dans chacun de mes choix et chaque décisions que je prendrais. Je n'ai pas besoin d'avoir les mains liés en ce moment. Mais grâce à sa présence, je vais pouvoir utiliser l'esprit empathique sans me prendre la tête.


Dernière édition par Risa Stroke le Dim 14 Oct - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Angel for the cause
avatar
Jon Wolfe
❝ Angel for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 54 Livres en banque : 292 Je suis âgé(e) de : 28
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
15/20  (15/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 8 Aoû - 7:30.
J’étais chez moi, une cigarette à la bouche à profiter d’un petit repos bien mérité après ma dernière chasse. Un sac à puces qui m’a bien fait courir à travers tout le quartier. Il fallait que je m’en occupe, il était « soudainement » devenu agressif envers les gens aux alentours et en me voyant sortir mon arme son instinct de survie lui a dicté de fuir. Mais avant de le perdre de vue j’ai eu le temps de lui tirer à l’arrière du genou, le faisant ralentir et boiter. Mais même ralenti, il arriva à me distancer. Heureusement je pouvais suivre sa trace grâce aux gouttelettes de sang. Je l’ai retrouvé plusieurs rues plus loin, dans la pénombre d’une ruelle, retrouvant son souffle. Je pus voir ses yeux écarquillés et presque suppliant quand j’ai posé mon desert eagle sur sa tempe. « Perdu ! » Et la détonation résonna dans le calme de la nuit.

C’est donc en repensant à cette aventure que je pouvais profiter du calme, une bière à la main, avachi dans mon fauteuil. Cela faisait du bien une petite pause. Ce n’est pas que je n’aime pas mon métier, au contraire même, j’ai la chance de pouvoir libérer la ville des vermines qui la peuplent. Mais être un peu au calme de temps en temps ne fait pas de mal. Mais je n’ai pas pu en profiter longtemps, mon téléphone sonna près de moi. En regardant l’écran je pus voir le nom du patron. Je soupirai en prenant le téléphone et « oups » mon doigt appuya sur le téléphone rouge. Mais je n’ai pas eu le temps de le redéposer qu’il sonna à nouveau.

Oui Satan ?
Ne faites pas le malin Wolf, je sais que vous avez droit à un peu de repos, mais la situation devient grave.
Grave ? Je vous écoute.
J’imagine que vous êtes au courant pour le tueur en série qui frappe en ville, figurez-vous qu’il a recommencé. J’ai donc décidé de vous envoyer épauler la personne qui est chargée de l’enquête. S’il s’agit d’une aberration vous pourrez lui être utile.
Chef ? Est-ce que j’ai l’air d’un putain de chaperon ? Je n'ai pas besoin de faire du babysitting pendant une chasse…
Pas mon problème ça Wolf. Vous allez filer au zoo et retrouver l’agent Stroke. Vous verrez c’est quelqu’un de douée dans ce qu’elle fait. Et tenez-vous, elle a une capacité qui lui permet de ressentir … des choses, vous le remarquerez vous-même, je ne voudrai pas trop vous gâcher la surprise, mais n’espérez pas la duper facilement.
Bon j’ai compris, je me douche et j’y vais, mais vous me devrez une journée de repos.
Vous aurez un café et un coup de pied au cul surtout si vous ne vous magnez pas Wolf !

Je posais ma bière et filai sous la douche. Je maudissais mon supérieur qui me collait une fille dans les pattes pour ma chasse. En sortant de la douche, je restais devant le miroir à me regarder un bref instant avant de commencer à me coiffer. Ça devait être le rituel le plus important quand je me préparai, s’il y avait bien une chose dont je suis fier ce sont mes cheveux. J’en ai toujours pris grand soin. Après tout bien paraitre est important et ma chevelure m’aide beaucoup à ça. Doux, soyeux, léger, je les coiffai avec grand soin. Après tout cela faisait partie de mon atout charme. En fait le matin quand je suis dans la salle de bain, je passais le plus clair de mon temps à m’occuper de ma belle chevelure.

Une fois prêt je filai vers le zoo. Une fois devant un agent essaya de me bloquer la route, mais en lui montrant ma carte de chasseur et en expliquant que j’étais ici pour aider une certaine Stroke. Il eut un léger rire et me laissa passer. En avançant dans le zoo, je pus remarquer un groupe de personnes rassemblées autour d’un cadavre. J’arrivai à proximité d’une femme qui regardait le cadavre et qui s’adressa à moi sans même se retourner. Décidément je sens que cette affaire va vite me taper sur les nerfs. Le chef m’a parlé de son don très succinctement. Mais j’imagine que c’est grâce à ça qu’elle a su que j’étais là. Reste à savoir comment exactement, si elle peut ressentir des choses.

Tout cela va dépendre de vous. Je suis là visiblement pour vous aider, mais ne tant que vous ne trainez pas dans mes pattes, on devrait pouvoir se supporter. Mais je vous préviens, je ne compte pas faire du babysitting. On trouve le responsable de tout ça, on règle les choses et c’est tout.

J’avais horreur de bosser avec quelqu’un et ça le patron le savait très bien. Je pense que c’est sa façon à lui de me punir de ne laisser que des cadavres d’aberrations au lieu de les ramener au Ribcage. Mais ce n’est pas mon problème, à mes yeux ces montres ne méritent qu’une seule chose : la mort. J’avais été créé pour les éliminer et c’est tout. J’étais plus un exécuteur qu’un chasseur. Et ce n’est pas cette gamine qui va m’empêcher de finir ma chasse comme je l’entends. Je bouillonnais constamment de rage et de haine pour ces viles créatures et ici on pouvait rajouter l’irritation de devoir aider cette fille.

Bon allez, je vous écoute, on a quoi exactement ? J’ai suivi l’affaire de loin, juste les brides qu’on laisse filer aux journalistes.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human Alteration is the new thing
avatar
Risa Stroke
❝ Human Alteration is the new thing ❞
J'ai pour Avatar : Emeraude Toubia Double Compte : Nell Astinks | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 734 Livres en banque : 1981 Je suis âgé(e) de : 30
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 8 Aoû - 14:20.
Cette affaire était non seulement pénible, mais en plus voilà qu'il me fallait un coup de main d'un crétin visiblement. Je pouvais déjà le sentir à peine arrivé. Son arrogance, son irritation et ce côté très sûr de lui. J'aurais pu faire comme si de rien n'était s'il n'avait pas ouvert la bouche. Honnêtement, des types pénibles, je m'en suis coltiné des masses. Des types à la ramasse pas mieux et des qui m'ont sous-estimé, c'est à la pelle que je peux les compter. Lui, il dépasse de loin tout le lot. Je me souviens encore ma rencontre avec Joshua qui avait fait explosé mon compteur d'envie de meurtre, mais lui... J'ai tellement envie d'exploser sa face de casse-couille sur le sol dégueulasse de cet enclos que ma main en bouge toute seule. Me mettre sur les nerfs à peine arrivé n'était pas une bonne idée et certainement pas la solution de facilité pour que cette enquête se passe pour le mieux. D'ailleurs en y repensant, je ne comprends réellement pas pourquoi on m'a collé un type qui visiblement n'a pas l'habitude d'enquêter. De ce que j'en sais, les chasseurs ne s'occupe que des aberrations, notre type pourrait très bien être un humain lambda comme j'en ai l'habitude depuis un moment. Il n'empêche que je finis par me relever. Certes, il est plus grand que moi, mais j'en ai maté des plus coriaces, ou alors qui se pensaient coriaces. Il ressemble à un de ces chiots qui jappent fort en reculant à chaque fois parce qu'ils ont la pétoche. Je plonge donc mon regard froid dans le sien, le visage toujours aussi fermé que d'origine et prends la parole. « Babysitting ? Sérieusement ? Vous êtes encore en maternel ou quoi ? Quelqu'un vous a voler votre sucette et vous êtes de mauvaise humeur. Pauvre petit chou. » Un poil de sarcasme ne fait jamais de mal.

« Que ce soit clair entre vous et moi. Ici, c'est mon enquête, et j'ai l'habitude de les mener sans l'aide d'un chasseur. Je ne sais pas pourquoi on vous a collé dans mes pattes, mais ça ne me plaît pas plus que vous. » Je tends la main vers l'un des sachets que le techniciens me tend pour récolter l'un des indices qui se retrouve sur le cadavre. De nouveau accroupi, je reprends comme si je ne m'étais pas arrêté. « Si quelqu'un fait du babysitting, c'est très probablement moi et j'ai aucune envie de me prendre la tête avec un type borné qui s'attend à ce que tout le monde marche au pas quand il ouvre la bouche. Je n'ai pas peur de vous, je n'ai pas peur de ce que vous pouvez faire. » Je peux faire autant voir pire et moi, je ne perdrais jamais votre trace. Ça vous dit quelque chose ? Je me demande si on l'a briefé sur ce que je fais d'origine pour le CAA ou pas, visiblement pas. Honnêtement, je m'en balance. Mais j'ai certainement pas envie qu'il me brise les ovaires parce que ça ne va pas comme monsieur estime que ça devrait aller. « Alors au lieu de faire votre roquet, vous feriez mieux d'être un minimum conciliant à défaut d'être aimable avec ceux qui ont l'habitude de suivre ce genre d'enquête. » Surtout qu'on venait de me la refiler et que ça ne m'arrangeait pas. « Pour ce qui est de l'affaire, on se retrouve avec un troisième cadavre sur les bras. Le premier était un ange, le second une ritualisée et le troisième ici pas encore identifié. Tous ont été retrouvé mort, la bonne blague et on les as tous laissé dans des endroits où les animaux pouvaient les dévorer en espérant que toutes les traces disparaissent. » C'est un bon résumé si on préfère ne pas s'attarder sur les détails.

Je finis par passer en esprit empathique un moment et regarde les traces résiduelles que les émotions ont laissés. Quelque chose cloche une fois encore. « Une fois encore le corps a été déplacé. Il ne reste rien, pas d'indice probant, pas d'ADN, même pas une trace du tueur. C'est comme s'il opérait avec une combinaison à chaque fois. » Et ça ne m'aidait pas du tout. Pour suivre une trace émotionnelle, j'ai besoin de quelque chose à quoi me rattacher. Une véritable scène du crime qui me percute de sa violence et me permet de trouver des filaments que je peux suivre. Ici, une fois encore, il n'y a rien. « Tous avaient en commun le fait d'être rattaché au nouveau gouvernement, au CAA ou au CODECS. J'imagine que ce sera la même chose pour celui-ci. » Je me lève de nouveau fait le tour du mort. Mon visage n'a pas bougé d'un iota, je me contente de regarder, d'imaginer. Ce serait plus simple si j'avais sous les yeux la véritable scène de crime. « Multiple lacération comme pour les autres. On peut voir des traces de crocs, à déterminé s'il s'agit d'un animal ou autre. Tiens qu'est-ce que c'est que ça. » Je me penche et sur le lambeau de chemise, je trouve une marque. Étrange, comme un tatouage qui aurait bavé. Je découpe la marque et l'embarque dans un nouveau sac avant de me diriger vers le chasseur. « Bon et si vous arrêtiez votre air de chien enragé et qu'on discutait franchement. Vous n'avez pas envie d'être là, je n'ai pas envie que vous soyez là. On vous a visiblement refiler l'affaire sans que vous ayez de jour de congé, on m'a collé ces dossiers dans les bras alors que je venais de résoudre ma dernière affaire et ce n'est pas prêt de se terminer. » Oui, j'ai remarqué son air légèrement fatigué et puis, j'ai fait des recherches, je dois bien l'admettre. « Vous pensez qu'on peut bosser ensemble, ou j'appelle pour vous faire remplacer ? » Non parce qu'il est hors de question que je passe mon temps à me taper sa mauvaise humeur et ses émotions de merde.


Dernière édition par Risa Stroke le Dim 14 Oct - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Angel for the cause
avatar
Jon Wolfe
❝ Angel for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 54 Livres en banque : 292 Je suis âgé(e) de : 28
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
15/20  (15/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 14 Aoû - 7:00.
Visiblement mes quelques mots réussissent à l'énerver un peu. La jeune femme se retourna et plongea son regard dans le mien. Rien ne laissait transparaître une émotion. Elle me fit bien comprendre qu'elle n'avait pas besoin d'un chasseur pour l'aider et qu'elle ne comprenait pas ma présence sur l'enquête. Ma foi je voyais surtout ça comme une punition de ma hiérarchie, mais de son côté à elle, je n'en sais rien. De ce que je sais d'elle, ce n'est pas une mauvaise agente.

Je ne sais pas non plus pourquoi on m'a appelé sur l'affaire. Et encore moins sans être sûr que nous avons affaire à une de ces créatures. Car si on va poursuivre un humain, je n'ai aucun intérêt à être là. Et en aucun cas je cherche à vous faire peur, ça n'aurait pas d'utilité tout comme je ne vous ferai rien pour la même raison.

Elle continuait ses prélèvements sur le cadavre. Je pouvais ressentir toutes les personnes autour de moi, tout le personnel d'investigation qui bloquaient la zone, les gens qui s'attroupaient pour voir ce qui se passaient. Je les ressentais tous tant qu'ils étaient à cinq mètres de moi. Je ressentais également les animaux à proximité, je me demandais si je pouvais utiliser mon don sur eux, je n'avais jamais essayé, mais après tout ça marche bien sur les lycans, pourquoi pas d'autres animaux. Je ne comprenais vraiment pas l'intérêt de ma présence. Je suis un chasseur, ça veut dire que je chasse quand j'ai une proie en vue surtout. La recherche ce n'est pas mon boulot justement.

Elle me fit la remarque d'être moins agressif et d'au moins être conciliant. Je commence à comprendre pourquoi j'aime bosser seul. Mais bon autant donner un coup de main sur l'enquête, histoire de ne pas être venu pour rien. Je me massais le haut du nez avec mon pouce et l'index tout en soupirant.

Elle m'expliqua brièvement la situation concernant l'affaire. Ça avait clairement l'air d'un beau merdier cette enquête. Visiblement les marques sur le corps faisant penser à des crocs, il n'est pas exclu que ça soit une aberration qui soit la coupable. Mais bon cela pourrait être un humain qui envoie sur une fausse piste. Je ne connais pas encore la vraie cause de la mort.

Vous avez raison, je suis arrivé de manière un peu agressive. Je ne peux pas promettre d'être forcément la personne la plus aimable, mais être professionnel ça je peux.

Je regardais les traces sur le corps, les crocs ont été bien plantés profondément dans la chair. Des traces de griffes peut-être aussi. Une chose est sûre, cette personne a méchamment dégusté.

C'est un gros dossier qu'on nous a refilé là visiblement. Ce qui est étrange c'est que si j'ai bien compris on les laisse là où ils peuvent se faire dévorer, mais jamais suffisamment que pour que le corps disparaisse. Donc il veut qu'on les retrouve. Mais la blessure initiale doit servir uniquement à tuer sa cible et appâter les animaux, sinon il suffirait de les lancer aux cochons et en quelques heures il n'y aurait plus une seule trace.

L'enquête n'allait pas être simple il fallait l'admettre. Il n'y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. Je la voyais juste prélever une trace d'encre sur le reste de chemise de notre cadavre. Je ne sais pas exactement à quoi ça peut servir de le récupérer. Je ne faisais jamais ce genre d'enquête plus scientifique. En général je connais ma proie, je me renseigne dessus, je la trouve, la traque, l'isole et achève ma mission.

Votre trace d'encre à votre avis, on peut en tirer quelque chose d'utile ? J'avoue qu'en général je ne fais pas ce genre de chose, les prélèvements et tout. C'est votre domaine je vous laisse faire, mais si je peux donner un coup de main. Mais si les victimes sont soit du gouvernement, du CAA ou du CODEC, ça nous fait pas mal de cibles potentielles, c'est impossible de toutes les surveiller. Si seulement on avait un indice sur la prochaine, on pourrait essayer d'anticiper. On a combien de temps avant le prochain meurtre ?

En général il faut faire vite dans les affaires de tueur en série, certains sont assez rapides et enchaînent les morts alors que d'autres prennent plus de temps. Mais même si plus on a de cadavre, plus on a de chance de trouver des indices, il vaut mieux trouver le coupable le plus vite possible, sans compter la pression qui va nous tomber dessus par plus haut. Je fis plusieurs pas en arrière, histoire d'avoir une vue d'ensemble de la scène et des alentours. Je commençais à tourner autour de la scène lentement, cherchant tous les passages qui y menaient. J'étais de plus en plus perplexe sur le tueur. Je revenais lentement vers la jeune femme en me massant les paupières.

Donc personne n'a vu quelques choses de suspect ? Parce que j'ai l'impression que c'est un fantôme qui est venu déposer le corps ici, car corrigez-moi si me je trompe, mais puisqu'il n'a pas été tué ici, c'est juste une mise en scène, mais une personne qui balade un cadavre, ça devrait se voir pourtant. Et quand je regarde les chemins qui mènent jusqu'ici, je ne vois pas spécialement de traces à pister non plus.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human Alteration is the new thing
avatar
Risa Stroke
❝ Human Alteration is the new thing ❞
J'ai pour Avatar : Emeraude Toubia Double Compte : Nell Astinks | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 734 Livres en banque : 1981 Je suis âgé(e) de : 30
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 17 Aoû - 23:13.
Ah tout ça ne va pas être simple, c'est certains. À peine arrivé et voilà qu'il se prend pour ce qu'il n'est pas. Pourquoi est-ce que j'ai l'impression d'être dans un jardin d'enfant parfois. Vous savez le moment où vous jouez tranquillement et où un type qui s'estime plus populaire que vous, cherche à vous pousser et à prendre votre place. Place durement acquise d'ailleurs. Et bien évidemment, vous faites tout pour la garder. Pourquoi est-ce que vous laisseriez la place ? Ici, je sais exactement qui je suis, comment je bosse et je sais de quoi je suis capable. Il n'est qu'un chasseur, je suis un flic. On a rien à voir tous les deux et pourtant, on va devoir coopérer. Ça ne me donne pas autant d'urticaire que tout le monde pourrait le penser. Ce que je trouve dommage avec les chasseurs, c'est qu'ils estiment que toutes les aberrations sont mauvaises. Qu'une seule mauvaises expériences peut vous amener à tout comprendre. Mais moi qui voit d'une façon différente, je peux dire que tout est différent et que personne n'est pareil à un autre. Je souris intérieurement à sa répartie. « Oh, honnêtement, je pense surtout que vous devez me garder à l’œil. Je n'ai pas le droit de me servir d'une partie de mon don sans un chasseur me collant au cul. » Autant être tout à fait honnête avec lui. Je bien évidemment murmurer ça pour éviter que tout le monde ne se rende compte que j'ai un don. Autant éviter de foutre le bordel sur la scène de crime, c'est déjà assez merdique comme ça. « Et puis il s'agit de personne importante pour le gouvernement depuis le début. Le but c'est d'arriver à boucler l'affaire sans d'autres morts. »

Je continue tranquillement ce que je fais, sans me soucier réellement de sa présence. J'ai l'habitude de faire ça, ce n'est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière. Après tout, j'ai choisir de faire ce métier non. Je hausse imperceptiblement les épaules, comme si je me répondais et au fond, c'est toujours le cas. « Amusant vraiment. » Je lève la tête, le regarde. « Vous vous excusez, mais vous ne le pensez pas réellement. J'imagine que vous préférez bosser seul. C'est dommage, parfois quand on est deux, on appréhende mieux les choses, on les voit d'une autre façon. C'est toujours plus profitable, mais c'est un choix. » Je retourne à ce que je faisais avant de rajouter. « Oh et puis on ne peut pas dire que je sois un modèle de chaleur, alors au fond, vous pouvez vociférer autant que vous voulez. Tant que vous ne me faites pas chier et que vous ne marchez pas sur mes plates bandes. Vous pouvez tirer la tronche et vous montrer peu avenant. Je ne vais pas vous juger. » Sauf si tu finis par m'emmerder royalement, je n'hésiterais pas une seconde à t'envoyer dans les roses. J'ai vraiment autre chose à faire que de me prendre la tête avec quelqu'un qui s'en fou très probablement d'avoir le véritable tueur. Peut-être qu'il espère au fond de lui que ce soit une aberration pour partir en chasse. J'imagine qu'il faut aimer son boulot pour chasser ainsi des humains... Enfin après qu'est-ce que j'en sais... Ah ouais, parfois, c'est moi le limier.... Je secoue la tête rapidement et passe à autre chose. Comme expliquer le pourquoi du comment on est là.

Sa réflexion me fait presque lever les yeux aux ciels. J'oublie toujours que c'est un novice. « On ne fait appel à moi que lorsque les cadavres commencent à s'accumuler, que c'est étrange et qu'il n'y a aucun indice visible sur les corps. » C'est comme ça que ça fonctionne. Quand on peut pas résoudre... Ben faisons appel à la criminologue, ça l'occupera ! « Et bonne déduction Sherlock. Il fait en sorte que les animaux dévore la plupart des preuves, mais que le corps soit découvert avant qu'il ne soit trop mordiller pour qu'on puisse l'identifier. C'est ce qu'on appelle une carte de visite. » Je soupire un instant, pas bruyamment, et certainement pas contre lui, mais surtout contre toute cette merde. « Il a envie qu'on reconnaisse son boulot. Il veut montrer qu'il est là, qu'il comprend les aberrations et les altérations désormais. Qu'il est contre le gouvernement et qu'il lutte contre lui. Sauf qu'en fait ce n'est pas une lutte correcte, mais plutôt une élimination. » Je récupère encore quelques preuves et continue. « Il espère que ceux aux pouvoirs auront peur, parce que pour l'instant, il ne s'en prend qu'à leur marionnette. Des gens qui les représente. Il veut faire monter la pression et leur montrer que bientôt, très bientôt ce sera leur tour. Un bon vieux psychopathe comme on en fait pas mal ces derniers temps. » C'est dingue tout de même la recrudescence de meurtre depuis ce sérum anti-altération... Je me demande bien ce que va devenir Bristol à ce rythme.

Je repère une petite tâche d'encre. Étrange... Je la récupère, découpe un morceau de tissu et la met à l'abri. Mon regard se vrille au sien quand il reprend la parole. Si je n'avais pas été empathe, peut-être que j'aurais mal pris sa façon de poser la question. Mais je sais bien que ce n'est que de la curiosité et rien d'autre. « En fait tout indice peut être utile. La moindre petite chose qui peut être analyser, le plus insignifiant fragment, la plus petite tâche. C'est souvent dans ce genre de détails qu'on arrive à trouver un indice. Les tueurs pensent souvent à effacer ce qu'ils voient facilement et tendent à oublier le reste. C'est pour cela que les techniciens regardent et qu'ils me laissent regarder. Mon œil est exercer depuis toute petite à trouver le moindre indice qui pourrait échapper à un expert. C'est pour ça que je suis criminologue, même si même moi, je laisse le soin au médecin légiste de trouver ce que je ne trouve pas. » Parce qu'il ne faut pas en douter, je n'ai rien d'infaillible contrairement à ce que certains s'imagine. J'ai encore des enquêtes non résolu au placard et bien d'autre chose. « Pour l'instant, on retrouve un corps tous les quatre jours. Le problème c'est que d'après les dernières observations, les personnes sont enlevés un ou deux jours avant, peut-être un rituel. Ça nous laisse donc deux jours pour trouver une probablement victime. » Je me relève. « le gros souci avec les sociopathe, c'est qu'il y a inexorablement une escalade dans leur crime. Plus ça va et plus ils doivent tuer rapidement. Dans peu de temps, il réduira encore le temps malgré que celui-ci soit déjà assez court. » Je ne peux pas faire mieux dans mon explication et puis, il s'agit d'un chasseur, il connaît l'urgence j'imagine.

« C'est l'un des gros problèmes. Il arrive à passer totalement inaperçu. » Je plante mon regard dans le sien. « Vous connaissez maintenant la frustration intense de résoudre des meurtres en série, avec des sociopathe bien plus dangereux que certaines aberrations. » Un léger sourire et je reprend mon masque froid. « Le truc c'est que même moi qui voit bien mieux que vous, je ne peux pas le traquer correctement. Il faut voir si les techniciens peuvent tirer quelque chose de cette tâche et si le médecin légiste trouve autre chose. Ensuite compiler des données et si on arrive à trouver des indices, les suivre. C'est tout le travail d'un enquêteur et c'est ce qui nous rend chèvre. Hors de question de traquer quelqu'un au hasard en espérant chopper la bonne personne. Mais vous allez être utile. Je vais avoir besoin d'un œil neuf sur le dossier. Venez avec moi, on rentre au poste. » Je regarde l'un des technicien s'approcher de moi. « Demandez au doc de me prévenir dés qu'il aura fini. Priorité absolu sur tout le reste, peu importe ce qu'on lui a déjà dit. Ces gens étaient du gouvernement, lui aussi probablement. Le but prioritaire est de trouver son identité. Pareil pour les prélèvements, priorité absolue, rapidité et discrétion surtout. » Il hoche la tête et j'embarque mon coéquipier du jour vers le poste de police.


Dernière édition par Risa Stroke le Dim 14 Oct - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Angel for the cause
avatar
Jon Wolfe
❝ Angel for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 54 Livres en banque : 292 Je suis âgé(e) de : 28
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
15/20  (15/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 21 Aoû - 9:39.
Honnêtement je ne voyais toujours pas pourquoi j'étais là avec cette femme, je ne suis pas du genre à mener toute cette partie de l'enquête. Ce n'était pas mon domaine. Mon domaine c'est la chasse, pas la recherche d'indice scientifique. Là-dessus je n'y connais rien, juste ce qu'on voit à la télé, mais ça ne doit pas être grand-chose. Elle soumit l'hypothèse que j'étais surtout ici pour la tenir à l'oeil, si c'est le cas, alors je fais bien une sorte de baby-sitting. Mais je m'en serai bien passé. J'imagine qu'elle n'est pas conne au point d'utiliser son don n'importe comment.

Peut-être, on m'a demandé de vous épauler au mieux, mais il n'est pas impossible que ça soit une façon d'être sûr qu'un chasseur vous garde à l'oeil. Personnellement, je ne connais pas l'étendue de vos ... capacités. Je sais juste que ça vous aide lors de vos enquêtes, ça m'a suffi. Je préfère que la personne concernée m'en parle plutôt que ça passe par un intermédiaire qui risquerait de déformer des détails. Et en effet ce sont des personnes importantes, mais de ce que je sais vous êtes un bon agent, donc quelque soi la victime vous vous en occuperiez pareil j'imagine. Il est à mon sens inutile d'essayer de vous mettre une pression en vous imposant un chasseur.

Je restais à côté d'elle, alors qu'elle continuait ses recherches d'indices, je regardais autour de moi, il doit bien y avoir une trace quelque part du passage de notre fantôme. Je ne peux pas croire qu'il ait pu traverser le zoo sans se faire remarquer. Même les animaux auraient dû réagir. A moins que ... ça soit un don qui permette de faire ça. Elle me regarda à un moment, me donnant son point de vue sur le travail d'équipe. J'eus un léger rictus.

Certes pour votre travail avoir une deuxième personne pour vous épauler, donner un second avis, c'est toujours bon à prendre. Mais personnellement, je mène toujours mes chasses seul, pour la bonne raison que de cette façon je ne dois pas me soucier de l'autre. Je ne dois pas regarder à un coéquipier qui pourrait être blessé, à la traîne. Je vais en ligne droite. En général je n'ai pas besoin d'un second avis, on me donne un nom et je le traque jusqu'à l'arrêter. Et quant à vous faire chier, je ne risque pas. Je n'ai aucun intérêt à vous emmerder dans l'enquête. Je sais rester professionnel. On m'a demandé de vous aider et c'est ce que je ferai.

Elle m'expliqua le rôle de la criminologie ici. Le pourquoi du comment des cadavres dans cet état. De la pression que le tueur veut mettre sur le gouvernement. Je venais de comprendre qu'on ne m'avait pas juste refilé une merde d'enquête, mais qu'on venait de me balancer dans une fosse de purin. Mais je dois admettre que ce tueur est fort, très fort même.

D'accord, même si je trouve que ce truc de carte de visite est superflu. Vu son « talent » pour ne pas se faire voir, je suis juste étonné qu'il n'ait pas déjà frappé plus haut alors. Il ne devrait pas avoir de mal à frapper un membre important du haut du gouvernement. Même en effet, comme vous dites ce sont des exécutions, des avertissements. Il fait comprendre qu'il arrive lentement. Il se prend pour la faucheuse. Mais personne n'est infaillible, il laissera un indice qui le fera chuter, même la plus méticuleuse des personnes finit toujours par faire une erreur. Il faut juste espérer l'avoir avant qu'il remette ça.

Il est hors de question de laisser un tueur en série en liberté. On va bientôt avoir les gros titres qui parleront d'un nouveau Jack the Reaper. Et j'espère que le dénouement ne sera pas le même et que nous, on arrivera à le coincer. Hors de question de laisser notre fantôme nous échapper. Je ne pourrai malheureusement pas l'abattre vu qu'on m'a collé une flic avec moi, mais j'espère qu'il se débattra pour me donner une bonne raison de le cogner. Je n'aime pas qu'une proie m'échappe, mais ici c'est encore plus difficile du fait que je ne sais pas qui traquer.

Elle m'expliqua ensuite l'importance de chaque petit indice, c'est un travail minutieux où il faut repérer le moindre petit détail. Mais visiblement notre tueur ne laisse pas grand-chose derrière lui. Même la crim' galère à trouver quelque chose. Elle m'explique ensuite le rythme des meurtres. Quatre jours, c'est court, surtout s'il attrape sa proie après deux jours seulement. Mais ça pourrait être aussi un indice utile.

Oui donc on n'a pas beaucoup de temps à partir d'aujourd'hui pour le retrouver si dans deux jours il aura capturé sa prochaine victime. Mais d'un côté en sachant cela, rien ne nous empêche le troisième jour de contacter les services du gouvernement pour savoir s'il leur manque quelqu'un qui n'aurait pas prévenu non ? En espérant qu'il ne commence pas à accélérer trop vite. Mais il faut faire vite en effet.

Elle finit ses explications en disant qu'il fallait attendre les résultats des techniciens et du légiste. Je n'aime déjà pas ça, j'aurai horreur d'attendre. Mais j'imagine que nous n'avons pas le choix. Je vais accompagner la jeune femme pour lui donner un autre avis comme elle le souhaite, après tout je suis là pour l'aider. Elle donne les dernières instructions aux techniciens avant de m'emmener au poste.

D'accord, autant voir si je peux vous être utile avec ce que vous avez déjà comme indice alors. Je comprends bien que vous ne voulez pas perdre votre temps à traquer la mauvaise personne. Mais si notre tueur est aussi intelligent qu'il le laisse croire, il faudra faire attention à ce qu'il ne nous aiguille pas sur de fausses pistes j'imagine. Mais je viens de penser à une chose concernant notre fantôme. Et si le fait de passer inaperçu, était un don ? Je ne sais pas de mémoire les dons des différents habitants, mais peut-être qu'il en existe un qui fait en sorte qu'on ne remarque pas sa présence ou quelque chose du genre. Un don qui pourrait altérer la perception des gens autour de lui. Parce que des dons qui peuvent altérer les gens dans un périmètre autour du porteur, j'y connais quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Human Alteration is the new thing
avatar
Risa Stroke
❝ Human Alteration is the new thing ❞
J'ai pour Avatar : Emeraude Toubia Double Compte : Nell Astinks | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 734 Livres en banque : 1981 Je suis âgé(e) de : 30
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 26 Aoû - 11:14.
Finalement, il n'est pas si catastrophique que ça ce chasseur. Même s'il est légèrement agaçant sur les bords. Mais au fond, qui ne l'est pas hein ? Après tout, j'imagine que ça ne doit pas être agréable de devoir surveiller quelqu'un quand on a l'habitude d'être seul sur le terrain. De plus on ne se connaît pas ça n'arrange pas les choses. Je ne comprends vraiment pas pourquoi ils ne m'ont pas envoyés quelqu'un habitué à moi plutôt que lui. C'est étrange tout de même, à moins qu'ils ne veuillent me le coller dans les pattes à la place des autres. Tiens c'est peut-être la raison. Honnêtement, j'espère pas. Je n'ai pas envie qu'il couine chaque fois qu'on devra bosser ensemble. Au moins les autres sont mécontents mais se contentent de faire ce qu'on leur demande sans râler toutes les trente secondes. Je secoue la tête et me remet dans la conversation quand il reprend la parole. « Pour moi la justice prime plus que tout. Peu importe la victime, peu importe le tueur. Je ne fais de différence envers personne. S'il est coupable alors il reçoit son châtiment point. C'est comme ça que le monde devrait marcher. Après tout, nous sommes tous nés sur cette terre, malgré le fait qu'on ait des dons ou pas, on mérite tous une justice équitable. C'est pour ça que je fais ce boulot. » Parce que pour moi, la justice se doit d'être équitable. Peu importe qu'on soit aberration, altération ou humain. Malheureusement, ce n'est pas le cas pour tout le monde et j'imagine que ce chasseur ne fait pas exception à la règle. Je finis cependant par reprendre. « Pour ce qui est de mes talents, disons que vous ne pouvez pas me cacher ce que vous ressentez. » Voilà une belle entrée en matière pour signifier que je suis une empathe non ?

« Oh et puis vous pouvez toujours essayer de me mettre la pression. Je n'y suis pas sensible. Je mène mes enquête comme je le sens, que ça plaise ou non. Et j'ai toujours des résultats. » Parce qu'effectivement je n'ai pas énormément d'affaire non résolu. Pas seulement parce que je suis douée dans mon boulot, mais surtout parce que je ne lâche rien. Même si ça m'arrive parfois de ne pas avoir assez pour traduire qui que ce soit en justice. Et ça c'est une torture parfaite pour les criminologue comme moi. Je secoue la tête alors que le dialogue reprend. J'imagine que la première impression est assez mal passé entre nous. Cela me ferait presque sourire si j'étais motivée à montrer mes sentiments. « Vous considérez les autres comme des chaînes, moi je les considère comme des maillons. Ils ne me permettent pas seulement de voir ce que je n'ai pas vu, ils me permettent de voir les choses autrement, sous un autre angle. Dans mon métier on ne peut pas se contenter d'une seule méthode de pensées et comme nous en avons tous une particulière. C'est plutôt utile. Après je ne dis pas que vous ne devriez pas faire ça, soyons honnête. Juste que votre boulot et le mien sont différent. Vous devez traquer, je dois trouver. Vous avez déjà la cible, je n'ai que des indices et pas de suspect. Ça change pas mal de chose. » Je me relève tranquillement et puis finis par reprendre « Même si parfois je tombe sur certains boulet que j'aimerais éjecter. » Parce qu'il ne faut pas s'imaginer qu'il n'y a que de bon inspecteur dans la police. Parfois j'ai l'impression que certains ont de la gelée à la place du cerveau.

Je lui explique ensuite comment je vois les choses. Comment elles tournent. Sa réponse ne se fait pas attendre et me fait presque sourire. Par contre je suis surprise qu'il comprenne aussi bien la façon dont le tueur réagit. « Ce n'est pas tant des avertissements qu'une façon de dire que personne n'est à l'abri, pas même le gouvernement. J'imagine qu'effectivement ces derniers temps, avec toutes les restrictions, certains se sentent acculés. Le problème c'est que s'il était une bonne personne au départ, jamais il n'aurait trouver cette solution pour se faire entendre. Il aurait manifesté, fait des pétitions ou autres. Sa façon de réagir tend à prouver qu'il avait déjà des tendances sociopathe et peut-être qu'on n'a pas trouver ses victimes avant, mais que maintenant, il s'attend à ce qu'on les trouve, pour faire comprendre sa colère et son envie de défier le gouvernement de nous mettre en cage une nouvelle fois. » C'est l'explication la plus plausible qui existe et oui, j'ai dis nous, parce que moi aussi je m'inclus dans le lot. Après tout, je suis une altération et même si je bosse pour le gouvernement, certains ne verraient pas réellement la différence et s'imagineraient que je le fais pour être protéger. S'ils savaient qu'avec moi, personne n'est à l'abris, peu importe ce qu'ils sont, peut-être qu'ils reverraient leur jugement. « Très peu de temps en fait, surtout qu'il y a l'escalade et après trois meurtres, j'ai bien peur qu'il ne commence à accélérer. » Je secoue la tête avec assentiment à sa question. « Oui, c'est une très bonne idée. Ils connaissent leur membre mieux que nous. Il nous faudrait aussi la liste des ritualisés si vous pouvez la demander au CAA, ce serait pas mal, histoire de voir si tout le monde est chez lui. »

Parce que tout ça ne concerne pas seulement les membres actifs du gouvernement, ça concerne aussi ceux qui ont décidés de redevenir humain. « Vous avez une bonne réflexion, mais ce que je recherche en priorité, ce n'est pas tant le tueur, mais surtout l'endroit où il tue ses victimes. Ce n'est pas en me focalisant sur une unique personne que je pourrais trouver quoi que ce soit. J'ai l'impression d'avoir affaire à une altération avec soit un don d'illusion, soit un don d'ombre, soit un autre don comme vous l'avez souligné. Il faudrait demander la liste des dons recensé auprès du CODECS, je vais m'en charger. Si vous pouvez vous concentrer là-dessus. » Je lui montre les tableaux avec toutes les données que j'ai récupéré, compilé. « Il y a plusieurs points avec lesquels je n'arrive pas à relier les victimes. Parce que pour que ce soit si proche, elles devaient être dans le même environnement, la même partie de la ville. Hors visiblement, aucune d'elle n'habitait au même endroit. Il faudrait trouver dans la pile de document là un lieu commun où elles auraient pu se retrouver. Ce n'est pas leur boulot, pas l'habitation, mais je n'ai pas eu le temps de chercher autre chose avec le nouveau meurtre. Vous voulez bien me filer un coup de main le temps que je passe le coup de fil au CODECS et je vous rejoins. » Je récupère mon téléphone. « Si on trouve un endroit commun, cela veut dire que le tueur doit être aux alentours. La vie de la dernière victime ne devrait pas trop tarder. Dans quelques heures on devrait avoir des données sur elle. » Même si ça ne me plaît pas d'attendre, mais je ne peux pas partir en conjecture. Je sors rapidement de la pièce pour appeler le CODECS et demandé des informations sur les dons des altérations pour savoir s'il existe des personnes connues avec une capacité à se cacher, se fondre dans les ombres ou autres et je reviens filer un coup de main au chasseur pour trouver un endroit commun à nos deux premières victimes en espérant que les infos sur la troisième arrivent rapidement, ça nous filerait un coup de boost sévère.


Dernière édition par Risa Stroke le Sam 8 Déc - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
The Crown
❝ Admin ❞
J'ai rédigé autant de missives : 581 Livres en banque : 1840
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
20/20  (20/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 8 Déc - 20:36.
Bonsoir !
Ce post n'a pas reçu de réponse depuis 1 mois ou plus longtemps. Si celui-ci est terminé ou à placer en attente, merci de le signaler dans ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Sur sa piste ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [bug] Piste cyclable et éclosion
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» Piste de danse
» Un sacré jeu de piste... (PV Philippe d'Artagnan)
» ÉNERGIE RENOUVELABLE / La piste prometteuse du Jatropha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Dead End :: Waiting Room-