AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan ♥
N'hésite surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Pour garder l'esprit rpgique, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois !
MAJ d'Halloween : découvrez les nouveautés
Personnages à privilégier
Ils nous manquent !
Pro-gouvernement - membres du CODECS/CAA
Un personnage CAA ou CODECS rapportera 100 points, un Ange ou Spectre 50 points.

Missions Horrifiques
Les inscriptions sont ouvertes !
Ici

Partagez | .
 

 L'éveil du loup ft Nell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 1 Mai - 22:44.
L’odeur humide de la prairie chatouille mes narines alors que mes yeux s’ouvrent lentement faisant face à la douleur de la lumière vivace du soleil levant. Mon regard se perd au loin et rapidement, d’un coup d’œil circulaire je me rends compte que je suis au milieu de la forêt. Le couvert des arbres me protège du soleil vif de cette journée qui semble exceptionnelle. Je me redresse et me voit nu. Complètement nu. Pourtant, je n’ai pas froid. C’est comme si la température de mon corps était assez élevée pour me réchauffer convenablement. Mes yeux parcourent alors le ciel au-dessus de ma tête, et j’y vois trôner l’ombre de la pleine lune. Elle m’attire, sans que je ne comprenne vraiment pourquoi.

Je me relève doucement. Ma tête tourne. Mes sens sont en éveil. J’entends comme de petits raclements, mais aussi des pas et quelque chose qui gratte la terre. Je sens l’odeur de dizaines de fleurs différentes ainsi que la caresse de la brise matinale sur tout mon corps dénudé. J’ai la sensation que tous ces ressentis ne sont pas normaux, que je ne devrais pas pouvoir tout écrire avec tant de précision, d’un autre côté, j’ai l’impression que c’est normal. C’est alors que je me demande ce que je peux bien faire ici nu comme un ver. Aucune réponse. Je regarde mes mains, puis mes bras… ils sont couverts de tatouages dont la signification m’échappe. De même sur mon torse et mes jambes. Mon corps n’est pas entièrement recouvert, mais il doit bien y avoir une trentaine de tatouages différents répartis sur toutes les zones. Ce qui m’échappe c’est pourquoi j’ai tout ça ? Ils paraissent récent en plus bien que totalement cicatrisés.

Je secoue la tête, désorienté par tout ça. Je me décide finalement à avancer au milieu de la forêt, je ne peux décemment pas rester là. Mais pour aller où ? J’habite où ? Je dois me diriger dans quel sens ? Quel est mon nom ? QUOI ? Pourquoi je n’ai pas la réponse à toutes ces questions. Les battements de mon cœur s’accélèrent et j’ai envie de frapper, soudain, la colère m’envahie. Je ne sais pas d’où elle vient. Alors je me mets à courir, encore et encore, sans même savoir où je vais et si cela sert à quelque chose. Au fond, j’ai peur, mais je ne le reconnaitrai jamais je pense. D’autant que je me sens puissant et invincible. Cette sensation est vraiment étrange et je ne sais pas quoi penser de tout ça.

Finalement, je tombe sur un chalet. J’ai faim, mais surtout il me faut des vêtements. Je ne peux pas me balader nu éternellement. Je sais que cela ne se fait pas dans la coutume locale. Encore une chose incompréhensible. C’est comme si je savais comment l’on doit vivre et je peux donner un nom aux choses, aux concepts, mais je n’ai plus aucun souvenir de ma propre vie, plus une once de mémoire concernant qui je suis, quel est mon passé et pourquoi j’étais nu allongé sur le sol dans la forêt. Si vous cherchez une situation déstabilisante, je vous offre volontiers la mienne.

Pour le moment, cependant, je dois me fondre dans la masse. Pourquoi ? Aucune idée. Mais je sais que je dois le faire. Je m’approche alors du chalet dans l’espoir de trouver des fringues quand j’entends un bruit derrière moi. Instinctivement, je me planque derrière un arbre, fermant les yeux pour voir d’où vient le bruit. J’hume également l’air comme si cela allait me donner une indication…
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 7 Mai - 11:16.
Cette vie n'est pas une vie, c'est moi qui le dit et le proclame. Bordel, qui ose donc me faire lever aussi tôt alors qu'on s'est couché à pas d'heure pour un putain de plan qu'on ne met finalement pas en place, parce que ce n'est pas logique hein ? Je rage toute seule dans mon coin alors que je me lève, les yeux collés et l'énergie à deux pour cent pour découvrir mon frère pimpant. L'enfoiré. Il a pas assisté à la réunion hier parce qu'il avait soit disant quelque chose à faire. Je lui exploserais bien sa petite tête blonde de premier de la classe quand je vois son sourire. « On peut savoir ce que tu fais ici ? » Il me regarde avec un sourire narquois. « Finalement le gars a annulé hein. Je le savais. T'aurais dû m'écouter. » Je grogne contre lui, comme d'habitude. Honnêtement, je serais un de ces lycans que ça ne m'étonnerais pas. Enfin je me doute que ce n'est pas aussi simple que cela paraît. Je me demande ce que je ferais avec de longs crocs. Après un haussement d'épaule, je me dirige vers la cafetière, nous fait un café et recommence à couiner sur mon frère. Il est venu parce qu'il a une affaire et il a besoin de mes compétences. À six heures du matin bardel !! Ce mec se fou de ma gueule, c'est pas possible. Je secoue la tête, bois mon café qui a un goût de jus de chaussette tellement j'ai la tête dans le cul, lui assure que je l'aiderais -comme si je pouvais faire autrement sérieux- et lui demande de se tirer avant que je lui botte sévèrement le cul pour m'avoir réveillé de sitôt.

Je regarde l'heure, me dit qu'il est trop tôt pour être levé -surtout que je n'ai dormi que deux heures- mais je sais aussi que maintenant que je suis réveillée, je ne vais pas me rendormir de sitôt. Un autre grognement sort de mes lèvres. Sérieux quoi. Je me pose dans mon canapé et regarde les murs, à droite, à gauche. C'est dimanche, je ne bosse pas, je n'ai pas contrat et l'autre ne m'a pas encore filé ce qu'il me faut pour l'aider. Qu'est-ce que je pourrais bien aller faire ? Le vieux m'a toujours dit un truc, quand tu n'as rien à faire, va courir, ça t'ouvrira l'appétit. Je me suis toujours demandé de quel appétit il parlait. Mais soit. J'enfile mon legging, un tee-shirt à bretelle et je me dirige vers la forêt pour faire un peu de course. Ce sera bon pour mon humeur grincheuse, pour me réveiller -ou me rendormir quand je serais rentrée- et puis honnêtement, c'est aussi bon pour ma forme. Je ne fais pas que voler par l'intermédiaire des nouvelles technologies. Quand il y a besoin de quelqu'un de petit, demandez qui on vient chercher ? Moi bien évidemment. Avec mon mètre soixante je suis idéale. Je secoue la tête et me met à courir. Je me dirige naturellement vers les endroits que je connais. Depuis que je suis arrivée, j'ai parcouru assez de fois cette forêt. Au minimum une fois par jour. Elle est parfaite pour s'entraîner. Pourtant, je sens aujourd'hui que quelque chose est différent. Les animaux sont méfiant, j'en ai vu un détaler à toute allure il n'y a pas cinq minute. Intrigué, je me dirige vers l'endroit où il était.

Je me fais aussi petite que possible et m'avance tranquillement vers l'endroit où il y a le chalet. Étrange, personne ne vient jamais par ici d'origine. Tout le monde sait qu'ils sont grognon dans ce chalet, même moi qui ne suis pas là depuis longtemps en fait. Je m'avance encore jusqu'à passer pratiquement au travers des feuillage pour voir quelqu'un se faufiler derrière un arbre. Niveau souplesse et cachette j'y connais quelque chose et je dois bien admettre qu'il est loin d'être invisible. « Euh... » Ouais, super conversation Nell, t'es douée, on le savait tous, maintenant bouger ton cul. Soit tu dégages, soit tu laisses ta légendaire curiosité te pousser encore dans les emmerdes. Étrangement, je laisse le petit démon avoir raison. J'adore me foutre dans le pétrin et c'est ce que je fais. Je m'avance à découvert pour paraître moins suspecte. « Hum... Vous savez que derrière cette arbre vous êtes aussi discret qu'un écureuil dans une réunion de hamster. » Humour pourris du jour, bonjour. Je m'avance encore un peu, me râcle la gorge. « Je ne vous conseille pas d'entrer dans cette cabane. Ils sont toujours grincheux avec les étrangers et encore plus depuis quelques jours. » Je me demande s'ils ont peur de quelque chose. Allez savoir avec tous les surnaturels de partout. « Je m'appelle Nell et vous ? » Tentons une approche calme et décontracté. Avec un inconnu ? Bah oui Nell bien joué.


Dernière édition par Nell Astinks le Mar 10 Juil - 14:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 18 Mai - 22:37.
Je vois un lapin détaler lors que j’approche d’un bosquet. D’ailleurs je sens l’odeur de son sang. Il est blessé. Surement s’est-il entaillé la patte au moment de passer dans le fouillis de ronces là-bas. Mais pourquoi est-ce que je peux sentir cette odeur et mettre un mot dessus ? Je ne comprends plus rien. Mon cœur bat la chamade partagé entre une forme d’adrénaline que je ne connais pas et la peur de ne pas savoir ce qu’il m’arrive. Je ne comprends pas.

Soudain, j’entends au loin des bruits de pas. Ils se rapprochent assez rapidement mais la personne n’est pas bien grande au vue de son déplacement. Instinctivement, je me cache derrière un arbre me disant que l’idée du chalet sera pour un peu plus tard, lorsque je serai sûr de pouvoir m’y rendre sans être pris la main dans le sac. Parce que quoi qu’il arrive je ne peux pas rester nu de la sorte pour aller en ville. Tiens aller en ville pourquoi faire d’ailleurs ?

Mais je n’ai pas le temps de poursuivre ma réflexion que déjà la jeune femme entendue et sentie quelques secondes plus tôt se trouve où moi-même je me tenais ces mêmes quelques secondes plus tôt. Le son de sa voix raisonne alors entre le feuillage des arbres environnants. Il me paraît doux et méloieux. Rien de bien inquiétant n’en soit. Mais je reste caché, des fois que cela soit un piège. La voilà, pourtant, qui poursuit et me compare à un écureuil. Je ne peux m’empêcher de rire. La boutade est si stupide … Enfin, désormais qu’elle a vu un morceau de mon corps et entendu le son de ma voix, je me décide à sortir de derrière ma cachette de fortune. Nu.

« Oui mais il me faut bien des habits. Et je ne sais pas où sont les miens. »
Oui ça peut paraître bête, mais en réalité, je ne sais même pas où j’habite et encore moins où je suis. C’est la misère, vraiment, comment j’ai atterri dans cette forêt.

« Enchanté Nell… mais je ne sais pas comment je m’appelle… » j’ajoute alors pour lui rendre la pareille autant que faire se peut. Mais ma voix est hésitante et grave. Elle marque tout à fait mon incompréhension de la situation et les nombreuses questions que je peux me poser en une fraction de seconde. Cette jeune-femme pourrait-elle m’aider ? Le voudra-t-elle ? C’est une autre question. Mais j’avoue que j’aurais bien besoin d’un coup de main ne serait-ce que pour savoir o je dois aller en premier. L’idée que j’aurais c’est de me présenter au commissariat de police mais quelque chose en moi me dit que ce n’est pas la bonne solution dans mon cas.

« Je suis désolé mais je me suis réveillé ici, nu et je crois que j’ai perdu toute ma mémoire. Je ne sais plus rien… »

Enfin non c’est faux, je connais les gestes basiques, les mots, les concepts, je sais par exemple qu’il n’est pas poli d’être nu devant quelqu’un encore moins une femme même si je percute toujours pas l’idée alors que la dénommée Nell me fait face… mais alors quelle est cette frontière que j’ai franchie entre celui que je suis et celui que j’étais. Qui étais-je ?

« Vous pouvez m’aider ? »
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 20 Mai - 11:00.
La situation est comme qui dirait... étrange. Même plus qu'étrange au fond, je ne sais pas trop comment réagir au fait qu'un type se planque derrière un arbre. Je pourrais me dire que je pue et ça, ce serait vraiment pas cool de le faire remarquer, après je fais mon jogging quoi, qui sent bon quand il fait son jogging. Je peux aussi me dire que je fais flipper, bah merde, je suis petite et je suis trempée de sueur, mais de là à s'imaginer que je fais flipper... J'ai un truc collé sur le visage peut-être ? Je me tourne et palpe mon visage mais non, il n'y a rien. Donc c'est ce que je disais, tout ça est très étrange. Je finis bien évidemment par ouvrir la bouche, parce que bon rester dans rien dire, c'est pas mon truc d'un et de deux je suis quelqu'un de très curieux qui a envie de tout savoir, que voulez-vous. Mon père me dit que c'est pour ça que je suis devenue hackeuse, parce que fouiner, c'est ma spécialité. Je lui ai demandé pourquoi il était devenu faussaire alors ? Et j'ai émis l'hypothèse que c'était parce qu'il n'aimait pas sa tronche, je me suis prise une calotte derrière les oreilles... merci la famille. Enfin bref. Je ne peux m'empêcher de le fixer du regard en attendant de savoir ce qu'il va faire, et je le vois sortir de derrière l'arbre entièrement nu... Oh mon dieu. Okay, je n'ai jamais demandé autant de transparence. Je lève le regard pour le plonger dans ses yeux histoire d'éviter de regarder autour. Mon visage prend probablement une belle couleur tomate vu que je sens la rougeur. Je le laisse parler, cherchant un moyen de me retourner sans pour autant qu'il le prenne mal. Sa phrase me fait rire et je ne peux m'empêcher de lui répondre. « Je vais vous aider, mais vous savez, se présenter comme ça devant les gens, nu comme un bébé qui vient de naître, c'est pas l'idéal. Une femme moins bien élevé aurait pu vous sauter dessus et en profiter. »

Mais qu'est-ce que je raconte moi, ça ne va pas non. J'ai pas regardé d'abord. Bon okay, si, un petit peu. Mais vraiment pas beaucoup je le jure. Juste de quoi mettre l'eau à la bouche et surtout me sentir gêné. Merde Nell, maîtrise tes pensées ma grande, ça va pas le faire si tu continues comme ça sérieux ! Bave pas, surtout ne bave pas. « Je vais déjà aller vous chercher des vêtements dans la cabane là et ensuite on pourra parler correctement hein. » Je souris maladroitement et me détourne. Je connais cet endroit, je sais parfaitement où me placer et quoi faire pour ne pas qu'on me voit. Voleuse professionnelle, que voulez-vous, on se refait pas !Je m'approche en silence de la cabane, fini par grimper et passer sur le toi de l’appentis et  reviens quelques minutes plus tard avec des fringues que je lui tends. « Bon, c'est lavé, je crois que c'est à peu près votre taille et j'ai aussi trouvé ces chaussures. Ça par contre je sais pas trop si ça va t'aller. Par contre faudrait qu'on s'éloigne d'ici avant. » Je lui prend le poignet alors que je me rends compte que j'ai fini par le tutoyer... Eh beh cette journée continue. Je nous éloigne de plusieurs mètres avant de lui laisser le temps de s'habiller et je remarque finalement que je l'ai quasiment trainé. Mais qu'est-ce qu'il me prend sérieux. « Oula, désolé, je t'ai embarqué comme ça.. Et puis je te tutoie, tout pour plaire hein ! » Je me sens trop mal alors je me tourne. Mais bordel, si le vieux me voyait comme ça il m'arracherait probablement la tête. Combien de fois il m'a intimé de ne pas parler aux étrangers ? De ne surtout faire confiance à personne ? J'en sais rien, j'ai plus compté quand j'avais dix ans. Mais je sais pas, j'ai envie de lui faire confiance à lui et de l'aider.

Alors forcément, j'ai envie de l'aider, bien que je ne sache pas trop comment. J'ai cependant remarqué un truc tout à l'heure quand je lui ai pris la main. Mais bon, je le laisse s'habiller tranquillement et quand il a fini, je me retourne et le détail. C'est qu'il est plutôt mignon. Son regard est réellement attirant et je ne sais pas, il a un petit quelque chose particulièrement sexy... Oh reprends-toi Nell, c'est pas le moment de fantasmer sur lui merde ! Mais qu'est-ce qui me prend sérieux. Je suis pas en manque à ce point-là, j'entends déjà les rires de mon jumeau, tellement que je pourrais lui répondre. Enflure celui-là aussi. Je secoue la tête et fini par reprendre la parole. « J'ai remarqué quelque chose quand je t'ai embarqué tout à l'heure. Toutes mes excuses pour ça d'ailleurs. » Je m'approche doucement et lui prend le poignet et le retourne. « Regarde, il y a écrit Hayden, je pense que c'est ton prénom. » Mais pourquoi diable l'écrire sur son corps... C'est une grande énigme cette homme et il attise ma curiosité. Il ne devrait pas, ce n'est jamais bon d'attiser la curiosité de notre famille. Je le regarde droit dans les yeux et souris doucement. Parce qu'il n'a pas besoin de curiosité pour l'instant, mais surtout d'un peu de douceur j'ai l'impression. « Je vais vous conduire en ville. Peut-être que ça vous aidera à vous rappeler quelques trucs qu'en pensez-vous ? Et puis, je pense que vos tatouages vont pouvoir nous aider. » Je ne vais pas réellement lui laisser le choix, je ne peux de toute façon pas le laisser dans la rue comme ça. Et puis au pire... Ouais plus tard, on pensera à ça plus tard d'accord. « Vous venez ? » Ou alors je dois vous embarquer comme tout à l'heure ? Tiens étrangement ça ne me dérangerais pas de lui prendre la main une nouvelle fois... ça devient carrément ridicule là !


Dernière édition par Nell Astinks le Mar 10 Juil - 14:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 23 Mai - 22:16.
Je me rends compte que la situation est étrange dans le sens où il n’est pas normal qu’une jeune femme d’apparence sans défense reste sereine devant un type nu qui ne sait pas qui il est. Après tout, je pourrais lui sauter à la gorge dans la seconde. Je sais que ça paraît fout mais je peux entendre des choses et sentir des odeurs que la plupart des humains sont incapables de percevoir.  Malgré tout, malgré la colère que je ressens sans savoir d’où elle vient, je reste face à elle sans broncher, sans sourciller. Je ne fais pas réellement attention au fait qu’elle cherche à fuir la vue de mon corps nu. Après tout, c’est normal pour le coup. Qui regarde sans gêne une personne du sexe opposé dans la tenue d’Adam ?

A ses mots, je me regarde de haut en bas et lâche « Oh faites-vous plaisir ! » je n’ai aucune idée de la raison pour laquelle j’ai prononcé ces mots pourtant, je les pense au plus profond de moi. Comme si l’animal n’attendait que ça, de s’accoupler avec une jolie femelle. L’animal en moi ? Suis-je conscient d‘avoir un animal caché derrière l’âme de l’humain ? Aucune idée au fond. Mes réactions, mes paroles ne sont pas réfléchies. Pas pour le moment. Je suis désorienté et conduit par des instincts basiques.

« Merci »

Voilà la seule chose que je suis capable de dire alors que je vois la jeune femme partir à la recherche de vêtements que je pourrai utiliser pour couvrir ma nudité. J’ai alors l’impression de percevoir des battements de cœurs rapides. Sont-ce les miens ou les siens ? Je m’assoie alors tranquillement sur l’herbe encore humide et m’allonge même. Le regard perdu dans le ciel, j’écoute tout ce qu’il se passe au loin, jusqu’à entendre les pas de la demoiselle.  Je ne suis donc pas surpris lorsqu’elle revient et je me redresse, prenant les affaires qu’elle me tend, sans dire un mot. Je ne suis pas spécialement bavard, en réalité je ne sais pas vraiment quoi dire. J’observe surtout.

« Merci, c’est gentil à vous. » Ca c’est la moindre des choses que je peux dire.  Par contre je n’ai pas le temps de dire autre chose et d’enfiler quoi que ce soit que je me fais attraper par le poignet et traîner de force. Elle a de la chance que je ne réalise pas trop les choses parce qu’elle aurait probablement fini sur les fesses sinon. A croire, également, qu’elle cherche à me garder nu un peu plus longtemps pour s’en mettre plein la vue ! « Hey calme-toi ! Il n’y a pas de problème ! Après tout nous avons atteint un certain degré d’intimité. » je lui dis pour la détendre en me montrant toujours nu. «  Je peux peut-être m’habiller avant qu’on reprenne la route non ? A moins que tu veuilles encore profiter de la vue. »  Tiens j’ai l’air d’avoir un côté taquin au fond la colère n’est peut-être pas la seule chose que je puisse ressentir.  Mais surtout je la sens gênée pour tout ça et je dois dire que je ne sais pas bien comment je dois me comporter et quel genre de type je suis. Dois-je profiter de la situation ? Dois-je m’enfuir ? Aucune idée. Je me contente donc de la laisser reprendre son souffle et d’enfiler les fringues qu’elle m’a trouvées. Les chaussures sont trop petites alors je reste pieds nus sans que cela ne semble me déranger comme si j’y étais habitué.

Je secoue alors la tête quand Nell reprend la parole pour me donner un indice sur mon identité. L’un de mes tatouages, celui sur la face intérieur de mon poignet droit, semble indiquer mon prénom. Je retourne alors mon poignet gauche et je colle les deux l’un à côté de l’autre. On peut alors lire « Hayden Godwin ». « Tu crois que c’est mon identité complète ? Je me serais fait tatouer des indices sur mon corps au cas où je perdrais la mémoire ? » C’est la première hypothèse qui me vient.  D’ailleurs je remarque qu’elle est repassée au vouvoiement alors que je reste sur le tutoiement, je préfère, ça me donne un repère. Et j’ai comme la sensation qu’elle sera un pilier désormais.

« Euh je ne sais pas. Et si je suis recherché ? Si ma perte de mémoire est volontaire et qu’on a cherché à me protéger ? Et j’ai l’impression de ne pas être normal… » car oui j’ai même oublié ce qui est en moi.  Je ne suis vraiment pas sûre de devoir aller en ville, même si à nouveau la jeune femme glisse sa main dans la mienne.  « Ca ne te fait pas peur de ne pas savoir la personne que je pourrais être ? » je lui demande alors étonné. Après tout, peut être que je suis un assassin !

Je prends alors une grande inspiration et emboîte le pas à Nell. « Après tout tu as raison, il faut bien que je fasse quelque chose ! »
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 31 Mai - 14:28.
Faites-vous plaisir … Mais… Mais…. Je rougis comme une adolescente prise en flagrant délit. Qu’est-ce qui lui a pris de dire ce genre de chose franchement ? Ça ne va pas. On ne dit pas ça aux gens comme ça dans le délire. Bon dieu… Je me demande pourquoi je ne suis pas aussi douée avec les histoires de coeur que je ne suis douée dans mon boulot. Ça m’aiderait d’avantage franchement ! Oh mon dieu, ça y est, j’ai des images de la meilleure façon de lui sauter dessus… C’est bon, c’est la misère… Remballes tes idées ma grandes et va lui chercher ces foutus vêtements, ce sera mieux. Je m’éclipse et en deux coups de cuillère à pot, je lui ramène des vêtements. Okay, je les ai piqué, mais ce n’est pas ça qui me dérange. Après tout, on dit bien voleur un jour, voleur toujours… Ouais oh hein ! Avec ma famille on est peut-être des voleurs, mais on a de l’honneur, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Je serre les dents en lui tendant les fringues et l’embarque sans préambule. Sachant que je viens de piquer quelque chose, mieux vaut ne pas rester à proximité, on me l’a bien appris ça et je l’ai surtout retenu. « Hein, quoi ? » Bravo Nell, t’es doué, tu parviens à peine à aligner trois mois et en plus t’écoutes pas ce qu’on te dit… Les mots finissent cependant par faire leur chemin jusqu’à mon cerveau et je me rends compte de ce que je fais.

« Pardon. C’est juste qu’une fois qu’on a piquer un truc, mieux vaut ne pas rester dans les parages ça évite le bordel. » Enfin ce que j’en pense. Je devrais arrêter de dire ce genre de truc, sinon il va sérieusement se poser des questions. « Et non c’est gentil je veux pas profiter de la vue. » Je me sens trop gênée pour ça, même si d’une certaine façon j’aime être proche de lui… Hum, c’est très étrange ça. D’habitude j’envoie boulet les garçon sans commune mesure. Je suis plus douée pour les envoyer chier que pour les laisser me faire la cours. C’est comme ça et pas autrement. Mais là… Oulala, ça sent le pâté tout ça, pourquoi est-ce que j’ai envie de le protéger… Je le connais pas ce mec. Et pourtant… Son regard, son air perdu, ça me donne envie de me rapprocher de lui. Okay, cool ma grande. Tu ne lui saute pas dessus, tu ne fais rien que tu pourrais fortement regretter plus tard. Tu évites de faire ta maligne et surtout tu ne sors pas tes vannes toutes pourries. Par contre y’a un truc qui m’a sauté aux yeux. Je m’approche de lui une fois habillé et récupère en douceur son poignet pour lui montrer. « Je n’en sais rien. Mais c’est déjà un indice. Ça pourrait faire une bonne base et je m’y connais assez en informatique, je pourrais effectuer une recherche si tu veux. » Je hausse les épaules en même temps. Je ne veux pas m’imposer après tout.

Mais, mes compétences en informatique sont un gros tout en fait. Je suis ce que mon père appel un petit génie de l’informatique. Je me balade sans commune mesure sur le web, crack des systèmes et hack ce qu’il faut comme s’il s’agissait d’une seconde personnalité, ou alors d’une extension de la mienne. Je peux quasiment tout trouver, et même si décrypter me demande toujours plus de temps cela m’offre aussi des défis pour le moins intéressant. Je ne serais pas contre un petit dérouillage d’ailleurs, parce que ces derniers temps on n’a pas apporter beaucoup de chose à mon moulin et je me sens comme frustrée. Surtout que je recherche intensément avec mon frangin la raison pour laquelle nos parents ont décidés de faire escale ici. « La normalité, c’est chiant. Donc dis-toi que c’est cool de ne pas être normal. Je ne suis pas normale non plus. » Si tant est qu’on puisse parler dans ma vie d’une quelconque normalité. Entre ce don super cool où j’ai l’impression de comprendre les animaux et ma vie de voleuse à temps plein, je vois pas en quoi je serais normale. Par contre il marque un point sur le fait qu’il est peut-être recherché. Je fouille dans ma mémoire à la recherche du moindre indice qui me permettrait d’aller dans cette hypothèse et reprends doucement. « Je n’ai vu aucune affiche où ta tête est mis à prix. Au pire je connais pas mal de façon de passer inaperçu et puis je connais bien cette ville. » Étrange hein pour une fille qui vient d’arriver.

Eh bien, pas tant que ça en fait. Le truc pour être efficace quand on vole, c’est surtout d’avoir une longueur d’avance sur tout le monde et donc de tout connaître. On a donc quadrillé la ville avec le frangin dés notre arrivée et on a fait en sorte d’imprégner les quartiers dans notre mémoire pour ne rien oublier. Lui, il est versé dans la partie plus musclée des opérations. Moi, je suis plus dans la finesse, mais à nous, on forme une équipe d’enfer qui a déjoué pas mal de problème. Même si par moment, on est pas loin de se faire chopper. Purée je me souviens de cette fois à Toulouse là, où le frangin a bien faillit se faire pincer. L’adrénaline coulait dans nos veines comme s’il s’agissait d’eau dans notre gorge et on a fini sur…. Oula je m’égare, je m’égare, si bien que j’ai faillis louper un truc. « Euh… Ben…. » Ouais, je sais, je suis super douée dans la communication. « Honnêtement non. C’est bizarre d’ailleurs, mais je sais pas… étrangement, je te fais confiance, comme si dans mon fort intérieur, je savais parfaitement que je pouvais le faire. Je sais pas... » Et je me mets à rougir de plus belle, parce que cette histoire est réellement débile. C’est comme si je savais, que quoi qu’il arrive, il ne me ferait pas de mal. Ce qui est soit dit en passant, totalement débile vu qu’on ne se connaît pas… Mais je ne sais pas comment le dire. Ouais bon, je divague encore. Vague… Comme m’aurait sortit mon frangin et son humour de merde !

Enfin bref, je finis par reprendre la route, espérant qu’il me suivra et sa phrase fait naître un sourire sur mes lèvres que je m’empresse de partager avec lui. Le sourire hein, pas mes lèvres… même si c’est fortement tentant de se laisser aller dans ce sens… Okay on se reprend ma fille, t’arrête de faire n’importe quoi, ça évitera de finir comme une conne. « T’en fais pas, je te protégerais au pire. » Ouais bon, je sais pas me battre, je suis juste plutôt agile, et je suis douée en informatique. Mais je connais quelques recoins. « Dit voir, ta perte de mémoire est complète ? Tu ne te souviens de rien ? Famille, ami, petite-amie ? » Pourquoi j’appuie sur le dernier terme ? T’es débile ou quoi ? Je secoue la tête. « Enfin ça doit pas être évident de se réveiller en pleine nature, sans rien se souvenir. J’aimerais pas ne pas me souvenir. Je crois que mon frère m’étriperais probablement s’il venait à me récupérer amnésique. » Je ricane doucement. Mon frère, mon roc, celui sur qui je peux compter sans arrêt. Sans lui, j’en serais où ? Honnêtement, je n’en sais rien, mais je sais une chose, je ne voudrais pas être loin de lui !


Dernière édition par Nell Astinks le Mar 10 Juil - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 8 Juin - 19:13.
Je souris en voyant la jeune femme gênée. Elle s’est fichue toute seule dans la panade avec ses propos un peu déplacés mais je ne lui en tiens pas rigueur. Je prends le temps d’enfiler les vêtements qu’elle a volé pour moi avant d’écouter sa théorie alors qu’elle me prend le poignet. J’y vois un prénom gravé et sur mon autre poignet, il y a ce qui semble être un nom de famille. C’est un début comme elle le dit. « Merci pour ton aide. Il faudra me dire ce que tu souhaites en retour. » Parce qu’à mes yeux tout service se rend en retour par un autre service. Tiens, j’ai l’air d’être un gars plutôt bien sous une apparence bizarre.

Si vous saviez la sensation que cela provoque quand tous nos souvenirs nous échappent. C’est notre identité toute entière mais également tout ce qui nous définit qui n’existe plus et au final, on ne sait pas même ce qu’on est, quel type de personne notre enveloppe corporelle abrite. Et si j’étais un meurtrier psychopathe avant tout ça ? Faudrait-il que j’oublie l’idée e mon passé pour reprendre tout à zéro et devenir quelqu’un d’autre ? Je ne sais absolument pas où je vais et je dois bien avouer que cette jeune femme, Nell, est en train de devenir le pivot de ma nouvelle existence sas même le savoir.

Je me torture l’esprit et me pose des tas de questions alors que Nell me propose d’aller en ville. Là je suis réticent. Je lui expose d’ailleurs les problèmes que l’on pourrait rencontrer, mais cela ne semble pas faire peur à la jeune femme. Remarquez, ce n’est pas elle qui a perdu la mémoire et qui ne sait pas pourquoi tout cela lui arrive. Mais elle est gentille et semble sincèrement vouloir m’aider alors je devrais peut être la laisser prendre les choses en main pour le moment. « Ou enfin c’est bien de ne pas être normal lorsque l’on sait pourquoi on ne l’est pas… » Je grimace, et d’autant plus alors qu’elle reconnaît que je pourrais bien être recherché. Mais au fond, j’ai comme la sensation que je saurais me défendre et me cacher quoi qu’il arrive, comme si cela faisait partit de moi. « Mais tu es qui au fond ? Non parce que tu n’as pas peur de moi alors que moi-même je me demande si tu ne devrais pas, tu as direct analyser mon corps et mes tatouages pour ne trouver un qui pourrait avoir une signification, tu te débrouilles sur le net, tu sais voler et tu sais dissimuler… tu fais des activités illégales ? » Cette fille est impressionnante, je dois bien l’avouer et elle me rend curieux, très franchement.

Ce qu’elle me montre d’elle est assez impressionnant. Elle semble authentique, spontanée et elle m’accorde une confiance que je suis moi-même incapable de m’offrir. Malgré tout, elle me fait rire alors qu’elle propose de me protéger. « Merci mais je crois qu’à ce niveau-là, je saurais prendre soin de ma défense jolie demoiselle. » Je n’ai aucune idée de l’effet que je lui fais aussi, quand elle me pose la question suivante, je remarque à peine l’intention de sa question. Et puis, nous nous sommes mis à marcher en direction de la ville je suppose. Je regarde le sol, fronce les sourcils et réfléchie à sa question. Non pas de famille, pas de petite amie, pas d’amis, pas de souvenirs d’enfance, pas de travail, pas de mission particulière, pas d’habitudes et je me rends compte que je ne sais même pas ce que j’aime en matière de vêtements, nourriture ou encore hobby et pourtant je connais tous ces concepts. Je soupire alors au moment de lui répondre : » Non c’est vide, totalement vide. Il y a des tas de concepts que je semble connaître, comme le fait de manger ou d’avoir des hobbies, mais je ne saurais pas te dire ce que j’aime… je ne me souviens de rien… c’est frustrant. »

C’est bien le mot qui va avec mes émotions du moment. Mais heureusement Nell et sa bonne humeur me font un peu oublier mes questionnements.
« Tu as un frère ? Il est comment ? Tu ne crois pas qu’il va te faire la peau si tu me ramènes avec toi et qu’il l’apprend ? Si j’avais une sœur je lui ferai la misère… » Peut-être que j’ai une sœur si je suis sûre du comportement que je pourrais avoir avec elle. Soudain, j’enlève alors mon t-shirt, enfin celui que nous avions volé à un inconnu et je me mets face à la jeune femme. « Il n’y aurait pas un autre prénom tatoué quelque part ? » je lui demande alors. Après tout, si mon identité est gravée sur mes poignets, celle d’autres gens, des proches, peut également se trouver à d’autres endroits de mon corps. En revanche, si ce n’est pas le cas, je ne sais pas quelle piste prendre. Je tourne alors le dos à Nell, plein d‘espoir et dans le but qu’elle analyse les tatouages qui s’y trouvent et moi je cherche sur mon torse et mes bras… c’est là que je trouve un prénom : Gwendoline. « Là ! Nell ? Là, sur mon torse … » je lui dis alors en montrant mon pectoral droit. « Tu vois ? » Je deviens excité comme une puce. Il y a donc une femme importante à mes yeux. Mais aucun souvenir ne revient en lisant son prénom. J’ai hâte de trouver un ordinateur pour faire des recherches. « Et si nous nous dépêchions, j’ai besoin de réponses ! » Pauvre jeune femme, elle m’aide, et je me focalise sur mon problème, sans voir ses propres sentiments. Je lui prends alors la main et l’entraîne à ma suite oubliant même de remettre le t-shirt.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 11 Juin - 22:13.
Je me sens décalé ? Déboussolé ? Désemparé ? Nan c'est pas un de ces foutu mot qui commence en dé, honnêtement, je ne sais même pas comment je me sens à l'heure actuelle. Je devrais m'éloigner, me dire qu'il me faudrait bien plus de distance, ou alors m'acheter… mince comment ça se nomme déjà ? Ah oui une conscience... Non, c'est pas ça non plus... mince alors, je perds réellement la boule c'est pas possible. Même mes pensées ne sont plus cohérentes, ça crains réellement tout ça... Je secoue la tête et laisse tout ça me passer au dessus, concentrons-nous sur autre chose. Et pas sur le type nu proche de moi... C'est le truc le plus compliqué que j'ai dû faire depuis longtemps bordel... Un peu d'eau froide, est-ce que quelqu'un dans l'assistance aurait un peu d'eau froide s'il vous plaît, je crois que j'en ai besoin. Ma réflexion s'arrête instantanément quand il reprend la parole. « Bah, je veux rien c'est gentil, mais si j'aide, c'est juste pour aider, je n'attends rien en retour. » Je lui fais un sourire totalement sincère et doux. Je n'aide pas pour quelque chose. Ça se fait encore ce genre de truc ? Les gens sont si peu altruiste de nos jours ? Faut dire que j'ai pas mal voyager, je connais pas les mœurs de la région, mais visiblement, c'est bien le bordel par ici. Pourquoi donc les vieux nous ont obligés à nous installer ici bardel ! Ça y est, je repars dans les méandres de mon cerveau, je me demande si je suis la seule à me perdre aussi facilement dans mes pensées comme ça.

La conversation continue tranquillement et un sourire triste s'affiche sur mes lèvres. « Effectivement, mais personnellement, je préfère ne pas être normale. Être différente c'est ce qui fait ce que je suis, pourquoi me contenterais-je d'être normale, alors que je peux être autre chose ? Mais j'imagine que quand on ne sait pas, la réflexion devient tout de suite plus abstraite. » Je continue en parlant du fait qu'il est peut-être recherché, ça j'aurais peut-être dû la mettre en veilleuse, surtout que bien évidemment, ma bouche continue de l'ouvrir en lâchant des trucs que je ne devrais pas lâcher.. Mais qu'est-ce qui m'arrive ? D'habitude je fais attention, j'évite de m'approcher des gens que je ne connais pas, je suis prudente quoi. Mais là, toute prudence semble m'avoir déserté, c'est comme si... Comme si j'avais l'impression de le connaître et que je savais qu'il ne me ferait pas de mal. Oh putain, un frisson vient de me dévaler la colonne et m'électriser comme jamais... C'est quoi ce délire, il se passe quoi avec ce type ? Pas le temps d'essayer de démêler quoi que ce soit qu'il reprend la parole et je me rends encore plus compte de ce que j'ai fais. « Hum... Eh bien... Disons que je suis une personne bien intentionnée. » Tu parles ouais, voleuse au grand cœur... Le frangin se foutrait bien de ma gueule tiens ! « Pour la peur j'en sais rien, je trouve ça autant bizarre que toi, mais c'est comme si... » Je laisse ma réflexion.

« Pour le reste, disons que je suis informaticienne donc bon, forcément je me débrouille avec le net, je connais quelques trucs quoi. Et non, mon dieu, je ne fais pas dans les activités illégales. » Mon air outré il est comment hein ? C'est pas que je sais pas mentir, mais putain, c'est que j'ai pas envie de mentir, et si on continue sur cette lancée, cette traîtresse de bouche va lâcher un truc qu'il ne faut pas. La ferme Nell ! Juste la ferme où le vieux va t'étriper ! Sympa la conscience, va donc t'acheter de l'amabilité et on en reparle hein !! Attends, j'ai.. J'ai bien entendu... Il me trouve jolie ? Et voilà c'est repartie dans les circonvolutions du cerveau de la hackeuse. Bravo, nan mais alors là, bravo, pas moyen de rester concentré deux secs depuis la rencontre avec ce foutue mec... Mais c'est quoi ce délire. Ouais je me répète et alors !! On se calme, on se recentre, on fait un sourire timide et on reprend la route. On ouvre bien évidemment sa bouche pour balancer un truc qu'il ne faut pas hein, tant qu'à faire pourquoi pas. Je me sens conne d'un seul coup quand j'entends son soupire et je ne sais pas réellement comment l'aider. Je ne connais pas d'amnésique, c'est le premier et puis, je ne le connais pas, donc je ne pourrais même pas l'emmener dans les différents coin de sa connaissance pour raviver ses souvenirs. C'est effectivement frustrant tout ça.

Je le regarde s'exciter quand je parle de mon frère. « Euh... C'est mon jumeau, paraît qu'il est beau gosse. Tu t'intéresse aux mecs ? » Ce serait bien ma veine... C'est quoi cette pensée pourrie ? Faut que j'arrête sérieusement, c'est pas moi ça. « Mon frère ? Me faire la misère ? Il a plutôt pas intérêt, sinon il risque fort de manger de la soupe durant quelque temps. Faut pas abusé, je suis plus une enfant hein j'ai vingt-huit ans tout de même. Faudrait pas qu'il se prenne pour le vieux, lui par contre, il m'engueulerait pendant des plombes, mais bon, je suis libre de vivre comme je veux. » Petite pointe d'agacement ? Même pas ! Le pire c'est qu'elle pense tout ce qu'elle dit, mais personne ne l'interdirait de faire ce qu'elle veut. Certes, ils s'inquiètent, mais ils savent aussi parfaitement qu'elle est capable de se sortir de plusieurs situation catastrophique. D'un autre côté, c'est eux qui l'ont entraîné non ? Je sais parfaitement de quoi je suis capable et si je ne suis pas faite pour me battre, je sais bien d'autre chose, et non je n'en ferais pas l'étalage devant des inconnus, faut pas déconner non plus ! Okay, concentrons-nous sur la suite. Je le vois enlever son tee-shirt. Instinctivement, je me retourne, mais qu'est-ce qui lui prend sérieux ! « Euh tu sais... » Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'il reprend.

Que je regarde quoi ? Un prénom ? Bah... C'est pas que j'ai pas envie, mais c'est ultra gênant quand même. Je ne me suis jamais retrouvée aussi proche de quelqu'un en si peu de temps, c'est en même temps grisant et flippant. Je sais pas trop comment je vais gérer ça et puis je n'ai pas le temps de me poser plus de question qu'il reprend tout excité. « Hein ? Où ? » Ma curiosité l'emporte sur la gêne qui avait coloré mes joues. Je regarde l'endroit qu'il me montre et serre les dents en voyant le prénom Gwendoline. « Je vois. » Je me sens... J'en sais rien en fait, c'est comme si quelque chose s'était éteint en moi. Purée, y'a vraiment quelque chose qui cloche chez moi, c'est pas possible d'être comme ça. Qu'est-ce que je m'en fiche de ce prénom, d'abord, je le connais pas ce mec, il est peut-être marié qui sait... Pourquoi j'en fais toute une histoire ? J'en sais rien, mais étrangement, je me sens blessée, sans pouvoir l'expliquer. J'ai l'impression d'avoir sauter plusieurs pages d'un roman et de ne plus pouvoir suivre l'histoire. Je remarque à peine qu'il me prend la main alors qu'une partie de moi enthousiaste s'éteint doucement. Oh bien évidemment j'ai envie de l'aider, je suis du genre à aider ceux qui me croisent de tout façon, mais... Mais rien secoue-toi, c'est pas le moment de s’apitoyer, ça lui permettra sûrement de trouver des réponses. Allez ma vieille, déprime pas pour un mec que tu ne connais même pas !

Ouais, c'est ça, je le connais pas. C'est pas grave, on s'en fiche. C'était qu'une attirance physique mineure. Je serre les dents, n'y croyant qu'à moitié, mais mon esprit se rallume et je tire sur son bras pour le faire arrêter. « Okay, okay. On va aller c hercher des infos mais... » Je le regarde de haut en bas, moins gênée que tout à l'heure, même s'il persiste quelque chose dans ma tête. « Tu ne peux pas te balader sans un tee-shirt. Disons que tous ces tatouages sont assez voyant et le but c'est quand même de passer inaperçu. Faudrait qu'on te trouve un sweat à capuche, ça nous aiderait ça, ouais. Viens, je t'emmène dans une boutique pour des pompes et un sweat. Je rentre vite fait chez moi me changer et ensuite on va à la bibliothèque pour trouver ce que tu veux okay ? » Enfin c'est pas comme si je lui laissais le choix. Après tout, pour l'instant il est sous ma protection vu qu'il ne souvient de rien. Peut-être qu'après avoir retrouver cette fille, il reprendra sa vie... Mon cœur se serre à cette pensée, mais je n'ai pas le droit de flancher, je dois l'aider avec sa mémoire et ça passe par retrouver cette Gwendoline. Déterminée, je l'embarque vers la ville.


Dernière édition par Nell Astinks le Mar 10 Juil - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 24 Juin - 22:51.
Cette fille est impressionnante. C’est totalement hors de propos mais par une force invisible je l’embrasserais bien là tout de suite maintenant, même si la petite voix de la conscience qu’il reste au fond de moi me siffle que ce n’est pas du tout correct d’avoir un tel comportement après une rencontre si fortuite et étrange. Mais elle a ce quelque chose, cette innocence et cette façon détachée de vouloir m’aider qui m’attire malgré moi. D’ailleurs cela doit se voir dans le regard que je lui lance régulièrement, à la fois enjôleur et mangeur. Car oui, je la dévore littéralement des yeux et j’en viens presqu’à me dire que j’aimerais bien qu’elle soit dans ma situation, torse nue.

Je secoue finalement la tête, me demandant ce qu’il m’arrive. Je ne peux pas dire que ces pensées ne me ressemblent pas car je ne sais plus qui je suis, mais ce dont je suis certain c’est que c’est complètement hors de propos, je le répète et l’affirme. Ce qu’il me faut, actuellement, c’est trouvé des réponses à mes questions. Et visiblement, la belle plante intelligente qui me fait fce pourrait être une clef importante du jeu dans lequel je semble me trouver.

« Je comprends ta volonté d’être bien plus que normale et c’est tout à fait « normal », mais comme tu le soulignes, être dans ma situation n’a rien ‘enviable. Ce n’est pas une différence que je souhaite à d’autres. Je me sens vraiment bizarre ».

Je me sens à la fois fort et pitoyable, prêt à conquérir le monde et aussi frêle qu’un nouveau-né. Ces sensations antagonistes grandissent à mesure que mon esprit s’ouvre au monde qui m’entoure, comme s’il prenait conscience de la situation malgré moi, dans une cachette que je ne peux atteindre. D’ailleurs, il y en a une autre que je ne peux percevoir tout simplement car il ne s’agit pas de la mienne mais de celle de Nell, cette fille qui fait tout pour m’aider sans que je n’ai eu à demander quoi que ce soit et qui semble d’ailleurs tremper dans des activités illégales… ah non ! En réalité elle est informaticienne. Je me gratte le menton et ne peut m’empêcher de lâcher… « C’est dommage parce qu’informaticienne et voleuse, tu pourrais sans doute faire une bonne hackeuse. » Mais d’où je sors ça moi ? Franchement… J secoue la tête et reviens alors aux mots de la demoiselle. « Au fait, tu n’as pas fini ta phrase…. C’est comme si ? » Oui je suis curieux et j’ai envie de savoir, au fond si elle se sent aussi attirée que moi vers elle sans comprendre le pourquoi du comment. Ce que je n’aime pas et qui fait grogner le loup en moi (le loup ? pourquoi je pense ça tiens ?bref…, c’est que j’ai l’impression d’être un pantin dont on tire les ficelles.

Heureusement, la marche m’aide à me recentrer sur la discussion et à dissimuler les impulsions bestiales qui m’animent depuis mon réveil. D’ailleurs je lui notifie que je peux prendre soin de moi tout seul même si son intention est bonne. Quoi qu’il en soit la laisser parler me laisse un brin de repos. Jusqu’à ce qu’elle évoque son frère. L’instinct du frère se réveille en moi. Si j’avais une sœur et que je sais qu’elle ramène un type amnésique inconnu chez elle je lui laminerai le visage pour son inconscience, alors lorsqu’elle me demande si je m’intéresse aux hommes je pouffe de rire. « Si tu savais ce qu’il se passe dans ma tête tu ne me demanderais pas si je m’intéresse aux gars ! » Elle m’explique alors que son frère a intérêt de rester à sa place… Ahhh ces sœurs ! Décidemment cette notion me paraît familière, bien trop pour que je l’ignore et c’est pourquoi je lui demande s’il n’y a pas un autre prénom sur ma peau. J’enlève directement mon t-shirt et lui demande de regarder avec moi sans même écouter son début de protestation.

Je m’observe surement mieux que je ne l’ai jamais fait. Nell pose ses doigts sur moi et des frissons parcourent mon échine provoquant des réactions physique inattendues quand soudain je trouve le jackpot ! Un prénom, il m’évoque quelque chose assurément. Quoi par contre ? En revanche, alors que je fais face à ma sauveuse, je ne peux passer devant le changement d’humeur auquel elle fait face. « Que se passe-t-il ? » je lui demande alors toujours excité par la découverte et impatient d’en apprendre plus. Je finis d’ailleurs par lui prendre la main pour l’entraîner en avant, oubliant les détails techniques. Alors que son petit bras retient le mien, un flash me foudroie le cerveau. Gwendoline… ma sœur… dans un cercueil… quelqu’un qui me murmure ses condoléances à mon oreille… Quand le flash me fout la paix je secoue la tête la rage au museau. « Gwendoline était ma sœur » je lui dis finalement le voix grave… Je ne réponds pas à sa question que je n’ai finalement pas entendue, occupé à analyser ce que mon cerveau me révélait. « Tu as raison, on fait selon ton plan ». je pense que c’est mieux ainsi, j’ai besoin de quelqu’un qui connaît le coin et qui m’empêche de faire des conneries à coté, j’en suis conscient. Alors autant profiter de l’aide que m’offre gracieusement cette jolie jeune femme. Nous reprenons donc la route alors que j’enfile à nouveau le t-shirt, foulant le sol de mes pieds nus, pour finir à l’entrée de la ville. Je regarde ma dégaine avant d’ajouter « Il vaut peut-être mieux que je t’attende là, à moins que tu veuilles me faire faux bond… » évidemment si c’est le cas, elle ne me le dira pas.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Juil - 14:08.
Il existe tellement de chose que je ne comprends pas dans ce monde. Comme le fait que mes parents aient décidés du jour au lendemain de venir ici. Alors d'accord, techniquement, c'est parce que grand-père avait vécu ici et qu'il paraît que grand-mère y habiterait aussi. Je comprends que mon père veuille absolument la retrouver pour lui parler, pour comprendre. Moi aussi j'aimerais comprendre. Comprendre pourquoi je n'ai pas ce lien absolu entre mon jumeau et moi, comprendre pourquoi je suis visiblement la seule avec ce don hyper cool mais étrange, comprendre pourquoi j'ai l'impression d'être à ma place ici alors que je ne l'avais nul part ailleurs... Comprendre... Oui, j'aimerais bien comprendre les choses et surtout lui. Je veux dire, c'est cool, il est sexy, un regard à tomber et honnêtement, si je n'étais pas celle que j'étais et que donc je m'y connaissais plus en relation intime, je lui serais peut-être bien tombée dessus, ou alors je lui aurais fait du rentre dedans. C'est comme ça que ça se dit non ? Bref, on s'en fou. En tout cas, j'aurais tout fait pour qu'il s'intéresse à moi ne serait-ce que pour une nuit. Sauf que... sauf que je n'y connais rien et que je réagis bizarrement avec lui. Pas que ça me fasse peur, d'après mes parents je suis une créature bizarre.... Créature mon cul ouais. Je secoue la tête et sourit doucement à sa remarque sur ma normalité. « C'est compréhensible. Peut-être qu'après avoir recouvré la mémoire, tu préféreras ne plus être normal. » et que tu danseras nu sous la lune aussi... Bah ouais Nell, t'as vraiment des idées à la con.

La discussion continue tranquillement sur une base plus personnelle et je finis par lâcher qu'en fait, je suis informaticienne. Sa réponse a le don de me faire rire. Parce qu'il n'a pas tout à fait tord. « Oui, beaucoup m'ont accusé de hacking, mais honnêtement je crois que dés le moment où quelqu'un touche à l'informatique, on le soupçonne de hacking, c'est moche quand même non ? » Un petit sourire. Bordel si tu savais réellement ce qu'il en est, comment tu me verrais ? Est-ce que pour toi ce serait dérangeant ? Je n'ai jamais ouvert mon intimité à qui que ce soit à cause de ce que je suis. Mon frère n'a pas tant de scrupule lui, il se fiche bien de tout, il ne cherche que des relations sans lendemain, mais moi, j'ai vu mes parents, je veux ce qu'ils ont, j'ai envie de plus qu'une histoire de sexe sans lendemain. Est-ce qu'il pourrait accepter le fait que je sois une voleuse de haut vol et recherché ? Mais à quoi je pense moi ? Pourquoi est-ce qu'il aurait besoin d'accepter cet état de fait ? Ce n'est pas comme si... Je relève la tête quand il reprend ma réflexion de tout à l'heure. Je pourrais lui expliquer, mais au fond... Je ne m'en sens pas le courage. Trouillarde va ! Ouais la conscience, je suis une trouillarde, mais si on avait pas autant de chose à cacher aussi, ce serait plus simple bordel ! « Désolé je me souviens pas. Mon esprit est incorrigible. Parfois je m'arrête de parler en plein milieu de mes phrases pour penser à autre chose. Mon frangin me tue chaque fois que je fais ça. » Je rigole en repensant à la tête qu'il fait quand je fais ça délibérément. Est-il bon de dire qu'en fait je n'oublie rien mais que je suis douée pour faire croire le contraire ?

Certainement pas ! On fini par parler bien évidemment du frangin. Brave gars qui s'imagine que sa moitié est tranquillement devant ses ordinateurs. Ce qu'il ne faut pas faire pour lui faire plaisir à celui-là hein ! S'il me voyait là ? Bien évidemment qu'il s'exciterait sur moi comme un sauvage, franchement, ce type est très probablement bipolaire. Parfois on dirait un bisounours, d'autre fois, j'ai l'impression d'avoir un sauvage à côté de moi. Je secoue la tête en repensant à mon frère et je finis par demander à Hayden si les mecs lui plaisent, sa réponse me laisse dans l'interrogation totale et complète. Ce qu'il se passe dans sa tête ? Il ne peut pas s'y passer plus de chose que dans la mienne si ? Non parce que là le pauvre, je plains son état mental, après tout, c'est hyper compliqué de faire cohabiter autant de pensée dans une caboche, j'en sais quelque chose... J'ai un cerveau hyperactif et ça me rend marteau. Je pourrais presque prendre la tronche de l'émoji correspondant tiens. Je secoue de nouveau la tête alors que je le voie enlever son tee-shirt et qu'il trouve un prénom... Mon cœur se fait un arrêt cardiaque à lui tout seul, bordel ça devient gênant je vais finir par aller consulter parce que là, merci l'angoisse. Et puis franchement ces sautes d'humeur, merci bien. Je vais pas avoir mes règles pourtant et puis je n'ai pas de saute d'humeur moi d'origine, ça c'est mon frère. Il déteint pas sur moi. Oh putain pitié, faites qu'il ne déteigne pas sur moi ce crétin, parce que sinon bonjour la catastrophe, je veux pas devenir une bipolaire obsédée moi !!

« Rien, rien, désolé. Parfois il se passe tellement de chose que je réagis pas comme il le faut. Ça m'intrigue ce prénom en fait, surtout s'il est tatoué. » Bah ouais bien sur, bobard woman va ! Je relève la tête alors que je vois son regard s'assombrir un moment. Je suis pratiquement à lui mettre la main sur la joue pour voir comment il va quand finalement il reprend la parole. « Une sœur, oh. Bizarre de se faire tatoué le prénom de sa sœur. C'est comme si... » Je fronce les sourcils un moment. « C'est comme si on avait tenté de te faire passer un message, c'est très bizarre quand même. » Les tatouages qui représentent son nom, ceux de sa famille et le reste ? Je trouve cette histoire encore plus étrange qu'avant et je ne remarque que maintenant que je me sens soulagé. Bon merde, cette histoire me prend la tête, je suis pas instable sentimentalement, qu'est-ce qui m'arrive bordel ? Je prends alors une décision, une de celle que j'ai prise toute ma vie. Je vais l'aider et après basta. Ce type menace de trop mon équilibre émotionnel et puis merde quoi, je ne peux pas me permettre de perdre les pédales alors que j'ai besoin de réponse sur ma famille et sur cette foutue ville. Je ne sais pas ce qu'elle abrite, mais quelque chose me gêne ici. « J'ai toujours des bons plans il paraît. » Je souris tranquillement et continue de marcher jusqu'à s'arrêter, sa remarque me fait presque grincer des dents. « Tu penses réellement que je me ferais chier à t'embarquer jusqu'ici pour finalement te larguer comme une vieille chose en mode démerdes-toi ? » C'est une vraie question, mais je ne lui laisse pas le temps de répondre. « L'honneur est sacré dans ma famille et j'ai promis de t'aider. Je tiens ma promesse. » Il n'y a aucune animosité dans ma voix, rien qui ne soit méchant, violent, il s'agit d'une simple constatation. L'honneur d'un voleur qu'est-ce que ça vaux ? Certainement plus que ce que certains s'imaginent.

« Bouge pas de là, je reviens rapidement. » Et je déambule dans les rues de Bristol sans trop me poser de question. Il me faut quelque chose de bien précis, mais d'abord, je dois passer chez moi. Il me faut dix minutes pour arriver à mon appart. Je prends une douche rapidement et m'habille d'un jean slim avec un tee-shirt moulant et un sweat à capuche. Le temps tourne rapidement ici. Je récupère aussi mon sac à main et me rend dans différentes boutiques. Je parviens à trouver une paire de basket avec une paire de chaussette ainsi qu'un sweat à capuche bleu nuit et je repars vers l'endroit où il devrait se trouver. Une bonne heure et demi est passé et j'ai l'impression de l'avoir perdu depuis des jours. Ouais, va falloir sérieusement que je m'éloigne de ce type une fois que je l'aurais aidé. « Hayden, j'ai ce qu'il te faut. » Et je m'approche avec mes affaires. « J'ai pris de quoi manger aussi, j'avais une faim de loup et je me demandais si toi aussi. » Je finis par m'arrêter. « Hayden t'es là ? » Purée j'espère qu'il a pas pensé que j'étais partie et que je l'avais laissé ici. J'étais sérieuse en parlant d'honneur.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 11 Juil - 15:24.
Je ne comprends pas ce qu’il se passe. C’est un fait. En revanche il y a cette petite voix en moi qui m’affirme qu’elle n’agit pas normalement. Elle semble emballée par mon histoire (qui n’est pas vraiment une histoire puisque je ne peux rien raconter sur moi si ce n’est ce qui est visible…) et focalisée sur mon corps également. Est-ce les tatouages qui lui font cet effet ? J’avoue que ne me voyant pas dans un miroir j’ai aucune idée de la proportion qu’ils prennent sur ma peau. Enfin peu importe de toute manière l’idée première et de trouver mon identité complète, savoir si j’existe aux yeux du monde et trouver pourquoi je n’ai plus un seul bon dieu de souvenir !!
« Peut-être » conclus-je à l’idée d’aimer être différent. Pour le moment, je ne le conçois pas. Je le suis peut-être trop pour le moment.  La différence est une singularité que chaque être humain possède. Certains plus que d’autres, certes. Cependant, il y a trop de mystères autour de moi, là tout de suite, pour que j’apprécie la situation à sa juste valeur. Alors c’est peut être excitant pour elle mais pour moi c’est frustrant plus que tout autre chose. Qui suis-je ? Tout se résume à ça. Tout…

« Je ne te juge pas c’est juste l’analyse de tes divers compétences qui m’amènent à te poser la question. » mais comment puis-je faire une telle analyse ? Qui suis-je ? A nouveau la même question… Je grogne comme un réflexe inné mais que je ne comprends pas.  Tout comme je ne comprends pas toutes ces idées qui passent par ma tête concernant cette jeune femme. J’ai comme l’impression que nous devions nous rencontrer, comme si notre destin était scellé depuis longtemps et la part sauvage en moi créé des images interdites à un jeune public.  Je secoue alors à nouveau la tête. Il faut que je me concerne. Car toutes ces histoires de cours de récréation ne vont pas m’aider à découvrir la vérité à mon propos. Car il faut le dire je suis une énigme même pour moi-même et il est certain que je ne dois pas être récupéré par les flics…. J’ai peur, quelque part, d’avoir commis un crime condamnable par la peine capitale.

Mais visiblement cette idée ne traverse pas  l’esprit de Nell qui se perd dans ses pensées. J’aimerais d’ailleurs vraiment savoir de quoi elles sont faites car elle en perd le fil de ses mots qu’elle n’est même plus capable de ressortir seulement quelques secondes plus tard.  Je souris alors avec amusement avant d’être foudroyé par une vision alors que je viens de trouver un prénom gravé sur mon corps.  Tout s’enchaîne d’un coup et alors que j’ouvre les yeux à nouveau, je vois la main de Nell proche de mon visage. Surpris je recule d’un pas et la regarde comme si je la voyais pour la première fois.  « me faire passer un message ? Mais qui chercherai à me faire passer un message ? » et une violente pulsion prend possession de moi me faisant faire un demi-tour rapide sur mes appuis et amenant mon poing à heurter le tronc d’un arbre. « Arrrrrgh putain de merde !  » j’hurle pour libérer toute cette frustration et la colère qui semble animer une autre partie de moi-même.  Ce que je n’ai pas remarqué tout de suite c’est la fente que mon poing a créé. J’ai mis de la force dans le coup, mais à ce point ? Mes phalanges sont ensanglantées mais je ne ressens pas le besoin de les soigner. On verra plus tard.

Puis notre chemin se poursuit et lorsque nous arrivons à l’orée de la forêt, proche de la ville, je suggère d’attendre la jeune femme ici, mettant également en doute ses intentions pour obtenir une réaction de sa part. Réaction qui me paraît authentique. Réaction qui me rassure quelque part.  « Merci pour ton honneur alors. » je lui dis avec un sourire aguicheur en la regardant partir par la suite.

Pendant son absence, j’ai fouiné les alentours. J’y ai trouvé une voiture garée sur le bas côté de la route, les portes ouvertes. Les gens, à qui la voiture appartenait surement, se trouvaient dans la forêt non loin de là. Je pouvais sentir leurs odeurs.  La fenêtre côté passager est ouverte et j’y vois un petit carnet avec un stylo emballé encore tout neuf posé le sur siège. Rapidement, je m’en empare et je retourne me cacher dans la forêt. Je me pose contre le tronc d’un arbre et décide de reproduire tous les tatouages visibles sur mon corps sur les pages de ce petit carnet. Cela me fera passer le temps en attendant Nell. C’est étrange d’ailleurs mais son départ a créé un vide en moi. Peut-être est-ce parce qu’ellle a donné du sens à ma présence ici sans le savoir ? Aucune idée. Et alors que je griffonne sur une page blanche je me rends compte que mes phalanges abimées plus tôt ne présentent désormais plus aucune trace de blessure. Mais que suis-je ? Qui suis-je ?

Je ne sais pas combien de temps s’est écoulé depuis le départ de Nell, mais lorsque j’entends à nouveau sa voix, un sourire se dessine sur mes lèvres et je décide de lui faire une blague, je la contourne alors à pas feutrés et passe derrière elle. Je l’attrape dans mes bras par derrière lui bloquant les siens et la soulève du sol brièvement. « Je suis là ! Tu as eu peur ? » J’ai entendu son rythme cardiaque changer à mesure qu’elle m’appelait. Incertaine de me retrouver.  Alors que je la repose je fais en sorte de lui faire face et l’observe avec un grand sourire. «  J’ai une faim de loup tu rigoles ! T’as bien fait ! » Et comme une impulsion venue de nulle part je pose mes lèvres sur les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 16 Juil - 11:15.
L'analyse de mes diverses compétences. Bah bordel, il est doué le petit, peut-être que j'ai un poil trop bavassé aussi, ce serait pas la première fois et puis franchement... Quel idée de dire ce que je suis aussi, et d'aller piquer des trucs pour lui. Mais j'allais pas sérieusement le laisser se promener à poil non ? Si ? Au fond, ça n'aurait pas été dérangeant, il est plutôt... Okay Nell tu fermes tout de suite cette porte, claque là bordel, claque moi cette foutue porte... Merde c'est foutu, je me souviens en détail de ce que j'ai vu. Ohlalala ça chauffe dans mon esprit, mes neurones sont en ébullitions, ça suffit bordel ! Je me secoue, claque vigoureusement la porte alors qu'une autre image se superpose. Ouais j'ai vraiment un souci franchement. C'est pas possible, je suis pas un mec et pourtant j'ai l'impression de penser avec ma queue. Je comprends un peu le frangin en fait... Si à chaque fois qu'il rencontre une fille ça lui fait cet effet, je finis par avoir pitié de lui. Ouais enfin bizarre quand même, c'est pas le premier mec que je rencontre et... Stop, recentrons-nous s'il vous plaît. Neurones au garde à vous ! Ça pourrait être mal interprété ça aussi. Ahem. « Je ne dis pas qu'il y avait du jugement dans ta voix, juste que c'est amusant de voir que chaque fois on pense toujours qu'un informaticien est un hackeur. Ce n'est pas la première fois qu'on me fait cette remarque c'est pour ça. » Je lui fais un léger sourire. Mais il a quand même une capacité d'analyse impressionnante pour un amnésique. Je devrais me méfier un peu de ce qui passe par ma bouche comme ça.

Je finis par répondre à ses questions, laissant de côté de nouveau la réponse à une question dont je n'ai aucune réponse et qui loin de me terrifier me donne envie de creuser pour en savoir plus. On finit par trouver un prénom, qui me met dans tous mes états sans que je ne comprenne pourquoi. Soudain je vois son regard s'assombrir et je porte ma main à sa joue, mais avant que je n'ai pu faire quoi que ce soit, il recule. Je serre les dents pour ne pas montrer à quel point je me sens vexée par son geste. Ça devient vraiment débilitant tout ça. Vivement qu'il trouve ce qu'il veut et que ça s'arrête là, parce que franchement je finis par ne plus savoir quoi penser quand il est là et je trouve ça, hyper frustrant et dérangeant par la même occasion. Je finis par lui expliquer ma façon de penser sur ces tatouages et il me pose une question à laquelle je n'ai pas de réponse. Je trésaille quand il frappe du poing un arbre. Oula, un peu plus et c'était ma tête ? Peut-être, peut-être pas qui sait. « Honnêtement, je ne sais pas. Mais c'est comme si on tentait de te donner des indices sur qui tu étais sans réellement te dire qui tu es. Comme s'il fallait que tu le découvre par toi-même. On dirait un acte prémédité. » Quelqu'un lui aurait effacé la mémoire exprès ? Mais pourquoi ? Voilà la fameuse curiosité maladive qui repointe le bout de son museau. Vas-y vient ma cocotte, tu me permets de faire tellement de chose quand tu es là, tu me pousses à me dépasser pour un but moins noble... Okay je devrais pas penser de cette façon, mais c'est en partie la vérité faut dire.

« Merci à mon honneur ouais. » Je répons à son sourire avant de partir. Je me sens étrange, comme si quelque chose me tiraillait de l'intérieur. La faim très probablement, je viens de me dépenser sans compter et bien évidemment, mon corps a envie de nutriment. Fichu frangin qui m'a réveillé à pas d'heure. Je le retiens, la prochaine fois qu'il doit faire une nuit blanche, je vais aller m'éclater à le réveiller à six heures du matin va ! Je finis par aller prendre une douche rapide, me changer, récupérer ce qu'il me faut pour Hayden et revenir avec de la bouffe en prime, parce que j'ai trop faim. Sauf que quand j'arrive, je ne le vois pas. Merde, où est-ce qu'il est sérieusement ? Il n'est quand même pas partie, j'ai dis que j'allais revenir... Enfin pourquoi est-ce qu'il m'aurait cru franchement ? Je suis conne ou quoi ? Je manque d'un certains jugement le concernant c'est certains, mais de là à me gourer complètement si ? J'ai un bon instinct d'origine quand même. Je finis par me retrouver emprisonné dans des bras, le cœur battant la chamade, un cri coincé dans la gorge quand sa voix parvient à mon oreille. « Bordel ça va pas, t'as envie de me tuer ou quoi. » Mon rythme cardiaque élevé, c'est dû à la frousse qu'il m'a fait. D'ailleurs comment il a fait pour me surprendre ? Je ne me suis rendu compte de rien alors que d'origine, je suis toujours sur le qui vive. Question d'habitude. Y'a vraiment des trucs étranges le concernant, tout comme cette main ensanglanté qui ne l'es plus et sa furtivité... C'est étrange.

Je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit d'autre qu'il me repose et me tourne vers lui avec un grand sourire. « Nunuche va ! » Mais je ne peux m'empêcher de sourire et secoue mes sacs quand il parle de bouffe. Je n'ai cependant pas le temps de dire quoi que ce soit, que je le vois se pencher et que ses lèvres se posent sur les miennes. Je me sens comme électrisé par ce contact. Mon cœur cogne fort dans ma poitrine, j'en lâche le sac qui vient s'étaler par terre et je me surprends à lui rendre son baiser avec douceur. Je suis même prête a... à quoi exactement ? Soudain l'étrangeté de la scène vient se coller dans mon esprit et je détache nos lèvres avec douceur tout en posant mes mains sur son torse pour le repousser. Dieu qu'il est chaud... Il me donne envie de me coller à lui. Et ses lèvres, douces et fermes me donne de nouveau envie de l'embrasser. Okay Nell, on se calme et on s'éloigne. « Dit donc tu embrasses toutes les filles que tu croises ou quoi. » Un léger sourire sur les lèvres et je me penche pour ramasser le sac. Merde, je me sens mal à l'aise maintenant, j'aimerais tellement m'enrouler autour de lui... Mais quelle idée débile franchement ma pauvre fille. T'arrête de fantasmer, de toute façon t'y connais rien à l'amour alors... C'est pas faux, c'est pas faux. Pourtant... Pourtant rien du tout, tu te calmes et on continue tranquillement. « Tu ne devrais pas faire ce genre de chose. Ça ne se fait qu'avec les gens qu'on aime tu sais. »

Un sourire et je plonge la tête dans le sac, quasi littéralement vu comment mon cœur s'est serré à la pensée d'une autre. Ça devient vraiment ridicule. J'en ai ma claque de tout ça. « Je t'ai pris un pull et des basket et des chaussettes. Logiquement c'est la bonne taille, j'espère que ce n'est pas trop grand. » Je lui tends les affaires et vais m'asseoir le long du tronc d'arbre. Ça tombe bien, mes jambes flagellaient tellement qu'elles allaient finir par me lâcher. J'étale sur le sac plastique tout ce que j'ai apporté. « Euh j'ai pris plein de gâteaux vu qu'on est le matin, je savais pas trop quoi prendre en fait. On prendra un truc plus conséquent ce midi. Pour l'instant on va se contenter des sucreries parce qu'il faut se dépêcher d'aller à la bibliothèque si on veut pouvoir consulter pas mal d'info pour en savoir plus sur ce qui aurait pu t'arriver. » Je regarde notre butin du jour, promis, je n'ai rien volé. Mes vols sont bien plus classieux d'origine quand même, faut pas pousser le vice hein ! « Quelque chose te fait envie plus qu'autre chose ? » Je le regarde avec un sourire doux. Je n'ai pas oublié, je n'oublierais pas et ça risque de nous compliqué la tâche surtout comme mon esprit semble vouloir à tout prix dérivé vers l'amnésique, mais bon, faut bien avancer non ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 19 Juil - 21:50.
C’est vrai que dans mon esprit j’ai associé son métier d’informaticien au hacking. Mais après tout qui est le mieux placer pour ce type de boulot ? Un informaticien. Je souris donc pour en finir avec cette discussion car elle n’a pas d’issue possible pour moi. J’ai tort visiblement. Je l’accepte. Après tout je ne sais même pas qui je suis alors que pourrais-je bien savoir de la vie en générale, des us et coutumes, de ce qui se fait ou non ? Ah… ça visiblement pourtant je n’ai pas de problème à m’en souvenir. C’est étrange. C’est comme si je savais agir et me fondre dans la masse mais que mes souvenirs eux étaient juste bloqués derrière une porte. Etrange… D’autant plus alors que l’analyse de la situation faite par Nell m’intriguait. Elle pensait que j’étais un acte prémédité et que je devais mener l’enquête. Comme si tout était prévu et que j’étais la marionnette de quelqu’un. Mon regard s’assombrit, mes pensées tournent et virent comme un lion en cage. Sans réponse, la colère monte et je me sens comme le pantin d’une machination qui paraît bien plus grande que tout ce que nous pouvons imaginer.

Mon silence est évocateur de la frustration qui me gagne peu à peu. Et même la belle jeune femme qui me fait face n’y peut rien. Elle n’est pas faiseuse de miracle alors je suppose que je dois m’en remettre à son expertise, sa gentillesse et son honneur comme je viens de l’évoquer pour la remercier d’être là tout simplement. Quelque part, je sais que j’ai eu de la chance de tomber sur quelqu’un qui m’aide de la sorte. J’aurais pu avoir la malchance de croiser un chasseur. Tiens, d’où me vient cette idée ? Hum… Trop de questions sans réponse. J’ai vraiment hâte qu’elle revienne. J’ai besoin de m’occuper l’esprit d’ailleurs car je ne pourrais simplement pas l’attendre là, comme un parfait élève premier de la classe.

C’est ainsi que je pars en reconnaissance. Mon alter-ego me guide. Un alter-ego ? bon sang c’est quoi ces conneries encore ! Bref, je secoue la tête et je laisse mon instinct me guider. Il fait mouche puisqu’il me permet de récupérer de quoi m’occuper. Je m’installe ensuite contre le tronc d’un arbre et me met à reproduit tous les tatouages que je peux voir dans le petit carnet que j’ai volé.

Quand Nell revient, évidemment, elle ne me trouve pas. Je suis caché un peu plus loin. Mon ouïe fait le reste. Pour détendre l’atmosphère que j’avais bien refroidie tout à l’heure, je décide alors de lui faire une petite blague et d’arriver furtivement derrière elle.  Je ne peux m’empêcher de rire alors qu’elle réagit avec entrain à ma petite farce d’ado de quinze ans.  « Surement pas ! T’es ce qui m’est arrivé de mieux aujourd’hui ! » je réponds avec entrain. Je souris quand elle me traite de nunuche et lui fait part de ma faim de loup !  Alors qu’elle secoue les sacs pleins de nourriture (je le sens de là) une impulsion me pousse à l’embrasser. Oui, comme ça, sans gêne aucune ! Comme i nous nous connaissions depuis des lustres et que j’avouais enfin mes sentiments ou au contraire, comme si je ne cherchais qu’à la mettre dans mon lit. Mais ce baiser n’est pas en adéquation avec cette seconde comparaison. Et alors qu’elle répond à mon contact je l’enlace et je pousse ce baiser un peu plus loin.

Mais elle finit par le rompre et me repousser et je ne lutte pas. Par respect. C’était peut-être une erreur, mais mon alter-ego semble content. Qui encore, cet alter-ego ? Je secoue à nouveau la tête. J’y comprends vraiment plus rien !

« Non que toi, mais j’en avais vraiment envie et j’en ai toujours envie d’ailleurs… » dis-je sans aucune pudeur. Comme si tout cela était normal. En revanche, il est évident que je la gêne alors je me tais et essaye même de changer de discussion. « Bon alors ce repas ! » je lance avec enthousiasme. J’ai encore plus faim qu’il y a quelques minutes, c’est pas possible ! Mais quand elle me parle de chaussettes, je comprends qu’elle a totalement squeezé ma phrase, perdue dans ses pensées ou alors plus gênée que je ne l’imagine.  Je la laisse alors me présenter ce qu’elle a et le programme qu’elle envisage et quand enfin elle a fini sa tirade, je prends son menton entre mes doigts et je souris, la fixant droit dans les yeux. «  Je suis terriblement désolé si je t’ai mise mal à l’aise. Je me tiendrai à carreau désormais, je te le promets. » Puis je la lâche et récupère le sac pour en sortir un gros pain au raison. «  Ca c’est une super idée ! » Je le dévore alors en trente secondes. « La première chose qu’il va falloir faire à la bibliothèque c’est essayer d’avoir un accès à internet et retrouver où je vie. Cela nous donnera surement des indices sur qui je suis et ce que je fais de ma vie. Ou peut-être pas… Si quelqu’un est passé pour tout vider cela ne nous avancera pas. Mais au moins j’aurai un toit pour dormir. »

Je récupère un nouveau pain aux raisins. Visiblement j’adore cette viennoiserie et mon estomac me remercie bruyamment de le nourrir.

« Merci Nell, je te revaudrai ça, je te le promets. »

Je ne sais pas quel homme j’étais mais ce que je sais à présent c’est que j’en dois une immense à cette femme qui n’a pas hésité à prendre en charge l’amnésique que je suis.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 24 Juil - 22:17.
Je me sens... Je ne sais pas trop comment dire, mais déboussolé est un mot trop peu fort pour ça. Je ne sais pas trop ce qu'il se passe dans ma tête, ni dans mon corps. Je ne sais pas trop comment et pourquoi je réagis comme ça, mais c'est totalement inédit et totalement incroyable. Il existe tellement de chose dans ce monde, on ne peut pas dire que je sois une novice en matière de monde. Après tout, chaque seconde de chaque heure de chaque jour je vois le monde d'une façon différente, je vois le monde comme quelque chose à conquérir, je vois le monde comme un moyen d'atteindre mes objectifs, de faire plaisir à mes parents, de trouver ma place et en un souffle, il a balayé toutes mes convictions. Ce n'est pas tant qu'il ait fait écroulé les fondements même de ce que j'imaginais, c'est plutôt que je ne sais pas trop quoi en penser en fait. Dans ma tête, tout se bouscule, un coup je suis sous le charme, un coup j'ai peur, un coup je ne sais pas comment réagir. Les idées fusent au fur et à mesure, se percutant l'une et l'autre et le pire, c'est quand ses lèvres se posent sur les miennes. Le monde s'est évanoui comme s'il n'existait plus, seuls les sensations sont restés, la douceur, la chaleur, l'envie, le désir. Je n'avais jamais éprouver ce genre de chose. D'un autre côté, personne n'avait jamais osé poser ses lèvres sur les miennes. Alors bon, je ne sais pas ce que je devrais ressentir, mais ce que je ressens actuellement est totalement inédit et j'ai tellement envie d'y céder, tellement envie de continuer, que je me détends quasiment imperceptiblement entre ses bras et puis finalement la mémoire me revient. Nous sommes au milieu d'une forêt, on ne se connaît même pas et puis c'est mon premier baiser enfin !

Je ne lui dis cependant pas et me contente de faire comme si ce n'était pas la première fois. Balançant une phrase qui me semble totalement irréaliste. Sérieux Nell, t'as réellement dit pas ? Bah écoute ma bouche, c'est ce que mes oreilles ont entendu écoute. Okay, pas du tout schizophrène hein, on repassera pour le t'es pas seul dans ta tête mais on t'en veut pas. Cependant, sa réponse me laisse sans voix à un moment, surtout quand il dit qu'il en a toujours envie d'ailleurs. Mon dieu, je sens mes joues se colorer rapidement, mon embarras est pire que tout le reste. Mais au fond, je ne vais pas le nié, le petit démon sur mon épaule dit encore et même l'ange se met à en espérer plus. Pourtant, l'humaine elle botte en touche comme une pro et passe à autre chose. Oui, c'est une bonne idée de passer à autre chose, de voir autre chose. Faisons ça hein, parce que c'est trop perturbant... ou pas assez... Nan mais c'est que je serais presque masochiste ma parole. Mon frère déteint sur moi, c'est obligé, je ne peux pas avoir autant envie de me poser dans les bras de quelqu'un comme ça alors que je ne le connais pas n'est-ce pas ? Je suis malade vous croyiez ? J'espère bien que non, d'après mon dernier bilan de santé, je suis en pleine forme, faudrait pas abuser. Je finis par déballer le repas et lui demande ce qu'il veut. Il me surprend encore alors que je sens ses mains sur mon menton. Son toucher m'enflamme encore plus que ce baiser. Mon dieu, je suis totalement perdue, c'est fini.

Je ne peux qu'être malade franchement non ? Ou alors c'est autre chose ? J'ai entendu parler de personne avec des dons, est-ce que certains sont capable de faire tomber les gens amoureux ? Attends j'ai penser quoi là ? Non pas amoureux, je ne sais même pas ce que c'est l'amour. Si ? Non... Si ? Non... Oula c'est reparti, je m'égare de nouveau. Je me perds encore et c'est pas gagné. Finalement, il me raccroche au présent en reprenant la parole. « Oui, la bibliothèque. » Purée c'est vrai que c'est ce qu'on avait prévu. Aller à la bibliothèque. Je préférerais rentrer chez moi... Mais non, pas pour ce que vous pensez enfin ! C'est parce que chez moi j'ai ma batterie d'ordinateur spécial hacking. Et non, c'est pas une excuse !! Je ne vous permets pas de douter de mes paroles. Et puis d'abord j'ai jamais... Enfin vous voyez quoi, jamais alors taisez-vous... Je secoue la tête, parce que je sais que j'ai encore déraillé, mais je sais aussi que c'est inenvisageable de l'emmener chez moi. Je ne peux pas lui dévoiler mon secret, même s'il a tiré des conclusions plutôt intelligentes, pour le moment, ce ne sont que des conclusions hasardeuses. « Tu ne m'as pas mise mal à l'aise au fait, c'est juste que ça ne se fait pas d'embrasser les inconnus. » Même s'ils sont canons. Je souris doucement, comme si j'y étais habitué. Bah bien sur Nell, c'est sur que là, t'es en terrain inconnu.

Je laisse de nouveau tomber mes pensées et je reprends doucement. « Bon par contre la bibliothèque j'espère qu'on trouvera quelque chose. Parce que parfois les informations sont bien bien caché. Mais on pourra déjà avoir un aperçu. On pourra aussi chercher ton adresse en espérant trouver quelque chose là-bas. J'espère qu'il y a quelque chose de viable. » Parce que franchement j'ai pas envie de le laisser sans rien. Ça doit déjà être assez compliqué de se réveiller sans souvenirs et j'aimerais pouvoir lui donner quelque chose, un os à rongé en somme... Ohh c'est pas un clébard enfin ! Ou peut-être que... J'ai une étrange impression, je ne sais pas comment l'expliquer. Enfin bref, hors de question de partir dans ce sens, assez de spéculation. J'enfourne un chausson aux pommes dans ma bouche, j'adore les chaussons aux pommes. Et je finis par me relever alors que sa phrase percute mon cerveau. « Tu sais, il n'y a pas de quoi. Je n'aimerais pas me réveiller seule et sans savoir ce qui m'entoure, qui je suis, ce que je suis. » Parce qu'après tout, il y a tellement de chose qu'il pourrait être. Ici, il n'y a pas que des humains à ce que j'ai entendu. « Bien on y va alors ? » Je souris en lui tendant un autre pain au raisins, qu'il semble aimé tout particulièrement, et me lève tranquillement prête à prendre la route vers la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 26 Juil - 0:18.
Je crois qu’involontaire notre rencontre a provoqué le choc de deux tempêtes qui s’emmêlent désormais pour prendre le même chemin. Quel est le but de cette épopée, nul ne le sait, mais ce qui est évident c’est que l’un comme l’autre, nous sommes totalement dépassés par cette situation. Je suis mon instinct comme la bête qui semble m’habiter tandis que Nell rame à contre-courant en essayant de se persuader qu’elle ne ressent pas ce que je l’oblige (en quelques sortes) à ressentir. Je peux le lire dans ses yeux quand ses paroles me disent de m’éloigner et que son regard et les battements de son cœur révèlent le contraire. Je ne sais pas comment je parviens à faire cette analyse mais elle est sûre au sein de mon esprit. Je suis certain de ce que j’avance, je pourrais presqu’en mettre ma main à couper. Mais au lieu de pousser le bouchon et le destin, je fais un pas en arrière et je m’excuse. Je reviens sur mes actes pour la mettre plus à l’aise et essayer de faire la lumière sur ce qui m’a poussé à poser mes lèvres sur les siennes et ainsi goûter le fruit défendu d’une inconnue qui a pourtant tout mis en œuvre pour m’aider depuis quelques heures.

Tout cela nous amène alors à évoquer de nouveau le plan de base : se diriger vers la bibliothèque pour y monopoliser un ordinateur qui nous donnera surement des informations concernant mon passé. Je l’espère du moins. Vivement. Même si d’un autre côté, j’aimerais que tout cela dure le plus de temps possible pour ne pas avoir à quitter l’aura rassurante de Nell. Nell qui revient d’ailleurs sur la situation de tout à l’heure. Comme quoi, malgré mes efforts (piètres surement !) elle n’a pas oublié -voire même l’idée lui trotte encore avec fougue dans la tête. « Je sais mais je n’ai pas pu m’en empêcher et si je m’écoutais je recommencerai… » je me sens bien proche de toi. C’est une sensation étourdissante et enivrante. J’aimerais vraiment pouvoir la mettre de côté car comme elle le souligne nous ne nous connaissons pas et cela pourrait presque paraître irrespectueux, mais je fais en sorte d’oublier… Non je ne peux pas ! Alors je focalise mon attention ailleurs. Oui, c’est ça la solution ! Me focaliser sur autre chose…. Autre chose comme la bouffe ? Oui j’ai terriblement faim ! Il s’est passé quelque chose dans cette forêt qui m’a mis totalement à plat… alors je pique les pains aux raisins au fur et à mesure de la discussion.

« Si la bibliothèque ne peut pas nous donner ce qu’on cherche, tu connais un autre endroit qui pourrait être une mine d’informations ? » Oui, j’ai moi aussi tenté une autre approche car la bouffe n’est pas éternelle et ne peux donc être une diversion à long terme. De plus, je veux vraiment retrouver qui je suis, où je vie et pourquoi j’ai tout oublié. Quel drame a provoqué tout cela sur moi ?

Je finis simplement par la remercier parce qu’elle l’a franchement mérité. Je souris à sa réponse et j’enchaîne sur une question. Je ne peux pas lui dire qui je suis mais on peut tout de même apprendre à se connaître non ? D’une certaine manière du moins…

« Tu as raison, cela n’a rien d’enviable. Mais heureusement tu m’as trouvé. Enfin j’espère que c’est un « heureusement » que je dois penser…. Sinon, tu as de la famille autre qu’un frère ? Tu es originaire d’ici ? D’ailleurs on est où ici ? » j’interroge alors en remarquant que je ne connais même pas l’endroit où nous nous trouvons. Du moins, à la surface.

« Je suis désolé, je pense que je vais avoir pleins de questions stupides mais je crois que j’ai oublié vraiment tous les souvenirs de ma vie ici… Seuls les automatismes sont restés et les comportements… c’est vraiment étrange. »

Je baisse alors la tête, plongeant dans mes pensées abyssales. Au fnd de moi j’espère réellement que toute cette histoire n’est qu’un sacré malentendu. Du genre un accident fortuit et l’auteur m’a laissé pour mort dans la forêt… je me suis réveillé sans mémoire et voilà… Je croise les doigts pour que ce soit une histoire aussi bateau que celle-ci. Enfin, elle n’expliquerait pas les tatouages cependant…
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 29 Juil - 15:28.
Recommencer... Recommencer... Reco... Okay stop les films Nell ça suffit on a compris, tu serais pas contre malgré toutes les belles paroles que tu pourrais prononcer. Mais ce n'est pas le moment de flancher, d'une on ne se connait pas. De deux, je suis novice en terme de relation. De trois, j'ai des secrets qu'il vaut mieux éviter d'éventer. En plus si j'en crois mon père, il a trouvé quelqu'un de parfait pour moi... Arg.. Je sens encore venir un de ces foutus dîner de merde où je vais devoir jouer la potiche. Et ça ne me tente pas, mais alors vraiment pas !! Je secoue la tête, j'ai de plus en plus tendance à me perdre dans mes pensées et ça en devient catastrophique tout de même. Va sérieusement falloir que je trouve un moyen de discipliner ce cerveau si je ne veux pas finir à l'asile, ou alors bourré de médoc comme une schizophrène. Je n'ai pas plusieurs personnalités, d'après les médecins, je suis bien toute seule dans ma tête, sauf que mon activité cérébrale est plus, comment dire... Intense, ouais c'est le mot employé. Il paraît que tous les génie ont ce genre de petit problème. Je dois bien admettre que si tout ce qui se passe dans ma tête se passe dans la leur, je comprends pourquoi ils évitent les relations et pourquoi ils ne sont pas doués avec les gens. Je ne suis pas mieux. Pourtant, paraît que j'ai un sourire éblouissant. La dernière fois j'ai demandé à mon frangin et il m'a répondu qu'à chaque fois qu'il me voyait sourire, il avait l'impression de se retrouver dans une pub colgate. Vous imaginez sérieux ? Un sourire colgate... ça crains. Je vais le frapper en rentrant tiens, juste pour le plaisir de lui enfoncer ses dents dans le palais à ce crétin...

Je sors de mes pensées et finis par parler de la bibliothèque. La réponse d'Hayden me donne envie de lui répondre que je pourrais chercher plus efficacement chez moi, mais bon. « Eh bien le seul endroit que je connaisse et qui pourrait être une mine d'information, serait de trouver un hackeur. Mais désolé, je n'en connais pas. » Menteuse, menteuse, c'est pas bien ! Comment si je pouvais dire que j'en était une sérieux. Ce type se retrouve sans mémoire et si jamais il était flic et que je lui dise 'oh en fait je suis une voleuse professionnelle et une hackeuse aussi. Mon nom sur la toile c'est Keys parce qu'aucune porte ne me résiste. Mais surtout ne le dis à personne hein !' Bah oui, bien sur, belle entrée en matière. « Mais bon, on pourra déjà trouver les informations de base et avec celle-là on pourra très certainement trouver d'autre chose. Enfin j'imagine. » J'espère sincèrement que toute sa vie n'a pas été effacé parce que sinon on va avoir de sérieux problème pour en apprendre plus et je détesterais avoir des problèmes pour quoi que ce soit, parce que cela m'obligerait à faire quelque chose et que dés que je me plonge dans ce genre de chose, je ne m'en sors que quand j'ai trouvé. Ça fait beaucoup de chose hein ? Ouais, va falloir que je change ma phase de voir, mais par quoi je pourrais remplacer chose... Il arrête ma réflexion en me remerciant et je ne peux m'empêcher de lui dire qu'il n'y a pas de quoi. Tout simplement parce qu'il n'y a réellement pas de quoi et que je détesterais tout particulièrement me retrouver dans sa situation. Honnêtement, ça n'a rien d'enviable et c'est ce que je lui dis. Sa réponse me fait de nouveau sourire.

« Oui heureusement. » Je crois qu'étrangement je n'aurais pas aimé que quelqu'un d'autre que moi le trouve... mais elle sort d'où cette réflexion surréaliste sérieux ? Depuis quand je me soucie de ce genre de chose moi ? Oula faut vraiment que j'arrête de me pencher sur les problèmes des autres, j'ai l'impression de m'identifier à eux et de vouloir aider tout le monde. Je voleuse bon sang, pas une héroïne ! « Eh bien j'ai mes parents, mon grand-père est mort il y a quelques temps et c'est pour ça qu'on est ici. Sinon je suis née en France donc non originaire d'ici. » Et je ne dirais rien d'autre, parce que j'ai l'impression de subir un interrogatoire et j'en ai déjà trop dit je crois. Sauf que je ne peux pas ne pas donné d'informations, c'est encore plus grillé que d'en donner et mentir, je sais faire aisément, donc autant mentir sur certains point. Le vieux m'a expliquer un jour que le meilleur moyen de mentir, c'était de donner en partie de vraie informations. Je n'ai pas répondu sur le d'où je viens, mais je lui ai dit où j'étais née. Ouais je sais pas si tout le monde voit où je veux en venir. Pas grave. Parfois j'ai l'impression que le frangin me déteint un peu trop dessus, va falloir que je change sérieusement de fréquentation. Je finis par sortir de mes pensées quand il reprend la parole et je me rends compte que j'ai oublié de répondre à une question... Quelle gourde je vous jure. « Pardon je me suis perdue dans mes pensées et pas de souci. C'est normal de poser ce genre de question quand on a perdu tout ce qui faisait ce qu'on était. » Je souris doucement. « Ici, on est Bristol. Au Royaume-Uni »

Je le regarde un instant et souris de nouveau. « Il y a beaucoup de chose qui se passe en ce moment. La ville semble agitée pour une raison que je ne comprends pas, mais ce n'est rien en comparaison des gens. » J'ai entendu tout un tas de chose. Ce qui lui arrive, je suis persuadée que c'est un acte délibéré. Pourquoi se serait-il retrouvé avec tous ces tatouages si ce n'était pas fait exprès ? Et puis personne ne perds totalement la mémoire comme ça du jour au lendemain. Sans compter que... Enfin trop de chose sont étranges. Nous marchons tranquillement vers la bibliothèque quand finalement j'en pousse les portes et emporte Hayden. Je n'ai d'ordinaire pas besoin de la bibliothèque pour faire une recherche, mais j'ai néanmoins une carte qui me permet d'accéder aux livres et qui me permettra aujourd'hui, d'accéder au parc informatique. Je me pose devant l'un des ordinateurs et finis par chercher quelques trucs, en commençant par les pertes de mémoires etc... rien de très probants et ces ordinateurs sont d'une lenteur d'escargot, c'est exaspérant en fait. Je finis par chercher Hayden Godwin dans le moteur de recherche. Rien ! Bien évidemment, ça aurait trop facile. J'en viens à me dire que si quelqu'un avait délibérément effacé sa mémoire, il surveillerait le réseau pour voir s'il faisait des recherches. Alors je faisais en sorte de faire comme si c'était lui qui cherchait et je finis par dégotter une adresse. On remarquait à peine que j'étais calé en informatique vu ma rapidité d'action sur le clavier. « Regarde j'ai trouvé une adresse pour ton nom. » Et je lui tends le papier sur lequel je viens d'écrire l'adresse. À lui de décider quoi en faire.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Hayden Godwin
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai pour Avatar : Daniel Sharman J'ai rédigé autant de missives : 85 Livres en banque : 997 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
11/20  (11/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 31 Juil - 9:45.
Actuellement, il y a deux choses qui tournent en boucle dans ma tête comme deux obsessions qui me torturent à chaque seconde. La première c’est  de retrouver mon identité. Retrouver la personne que je suis et découvrir pourquoi on m’a ôté ma mémoire et on m’a abandonné au milieu des arbres. La seconde c’est cette attirance incontrôlable pour cette jeune femme. Comme si quelqu’un m’avait mis sur son chemin en connaissance de cause. Je sais que je fabule, mais c’est tout de même perturbant et frustrant de ne pas comprendre.  Je me sens perdu, c’est certain et une colère profonde s’empare d’une part de moi alors que je me pose de plus en plus de questions et c’est à cet instant que la présence de Nell intervient. Elle m’apaise. Nous ne nous connaissons pas et cette femme incroyable détient le pouvoir de me calmer.  A quel moment je hurle pour exprimer toute ma frustration ? D’autant qu’une nouvelle s’ajoute au tableau alors que Nell me remet à ma place quand je l’embrasse. Ce geste est fou, je le sais, insensé même, mais j’en avais envie et je n’ai pas réfléchie. Tant pis pour moi.

Cela aura au moins eu le mérite de nous remettre sur le droit chemin de la bibliothèque où nous sommes censés trouver des informations me concernant. Je l’espère vraiment soit dit en passant, car sinon, je ne sais vraiment pas ce que je ferai. En attendant sa réflexion concernant le hackeur me fait sourire car je reste persuadé qu’elle en est une mais je ne relève pas et je reste silencieux. Que dire de plus de toute manière ? On fera avec les moyens du bord et puis c’est tout. D’un côté je comprends qu’elle ne veuille pas se mettre en danger pour un total inconnu.

« Oui j’espère » dis-je pensif. Et si on ne trouve rien ? Vraiment ? Qu’est-ce que je vais faire ? Je vais voir les fédéraux ?  Comme si la police pouvait être d’une aide capitale. Surtout si elle m’enferme pour une raison X. Et si ça se trouve je suis un fugitif.  « Et si je suis un criminel Nell ? Si j’ai fait quelque chose d’horrible ? » Que vas-tu faire ? Me vendre au plus offrant ? Je soupire. Tout cela me fatigue réellement.

Je secoue la tête et finalement je la remercie d’être là.  E vois sa petite moue alors qu’elle répète l’un de mes mots mais je ne dis rien. J’analyse sa personnalité et je verrai bien après. Mais quelque chose me dit qu’elle aussi est perturbée par quelque chose.  J’ai envie de lui dire qu’elle est belle, mais pas comme un homme le ferait pour avoir une femme dans son lit, avec la plus grande sincérité. Ne me demandez pas pourquoi j’ai cette envie, cela fait je ne sais combien de temps que je vous explique tout le mystère qui entoure cette attirance !

Arrêtons de divaguer et passons à autre chose. Et si je me renseignais plus sur elle ? «  Wah, la France ! Cela doit être joli ! J’aimerais bien y aller un jour tiens. En fait j’y suis peut-être déjà allé… Hum alors le reste de ma vie va se résumer à ça… » je finis par ajouter à voix basse. Me demander si oui ou non j’ai déjà fait telle ou telle chose ou j’aime telle ou telle chose. Cela dit je préfère ne pas trop m’attarder sur ce point mais Nell est à nouveau perdue dans ses pensées quand elle s’en rend finalement compte et qu’elle répond à ma question. Je souris pour la remercier.  « Nell tu vas bien ? Depuis tout à l’heure tu es souvent ailleurs. Tu sais, si la situation te gêne, tu as tout à fait le droit de me laisser me débrouiller, tu as déjà fait énormément pour moi, je ne t’en voudrais pas. » je lui dis avec une grande gentillesse qui m’étonne.

Etais-je vraiment comme ça avant ou étais-je plutôt quelqu’un de violent ? Je crois que je ne le saurai jamais. Et peut-être qu’au fond, cette situation est comme une seconde chance. Une manière de me prendre ma revanche sur le passé d’une autre manière ?

Nous arrivons finalement à la bibliothèque  et Nell nous conduit droit vers les ordinateurs. Naturellement, je me poste devant l’un d’eux et je vais rechercher dans les annonces de disparitions. Aucun avis de recherche à mon nom.  Comme Nell je fais une recherche simple. Rien. Par contre Nell trouve quelque chose ! « Ah c’est bien ça il y aura peut-être quelque chose à l’adresse que tu as trouvé ! Par contre il n’y a rien dans les avis de recherche ni même sur internet à ce nom… » j’ajoute un peu déçu. « C’est comme si j’avais été effacé. J’ai l’impression d’être seul au monde…C’est étrange je dois t’avouer. » j’ai une sensation de creux qui s’installe au cœur de ma poitrine. Je ne saurais l’exprimer, mais elle n’est pas agréable, pour sûr.

Les ordinateurs étant horriblement longs, je prends le bout de papier que m’a tendu Nell. «  Je pense que je vais aller voir directement à l’adresse que tu as trouvé. Je te remercie énormément Nell. »  Je lui dépose un baiser sur la jour puis je m’élance vers la sortie de la bibliothèque. Au fond de moi j’aimerais qu’elle vienne, j’aimerais ne pas la laisser, mais elle a peut être autre chose à faire et je ne veux pas la retenir plus que de raison.  D’autant qu’être à ses côtés me perturbe également plus que cela ne devrait être le cas.  Une partie de moi aimerait explorer ces sensations.  L’autre n’a qu’une raison d’être : trouver qui je suis.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Nell Astinks
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai pour Avatar : Abigail Kasyanyuk Double Compte : Risa Stroke | Judd Morrow J'ai rédigé autant de missives : 99 Livres en banque : 1098 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
10/20  (10/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 1 Aoû - 22:51.
J'ai l'impression que l'idée d'en savoir plus sur lui, lui fait autant peur qu'envie. Enfin je peux le comprendre honnêtement. Se retrouver sans savoir qui on est, qui on a été, ce qu'il s'est passé. Ne pas savoir si c'est volontaire ou dû à un accident. Ça devient vite compliqué de ne pas virer paranoïaque. Alors quand il pose sa question, je reste comme deux ronds de flan à le regarder avec des yeux ronds. « Attends, attends, t'imagine que je vais te dénoncer si jamais tu es un criminel ? » Je pourrais presque rire alors qu'il se trimballe avec une criminelle depuis le début, mais je ne peux pas lui dire ce genre de chose quand même. « Écoute, c'est peut-être incompréhensible, mais je ne crois pas que tu sois un criminel. Et si c'était le cas ? Eh bien je ferais comme si de rien n'était, même si c'est difficile à croire. Mais honnêtement, personne ne prendrait la peine d'effacer la mémoire de quelqu'un s'il était criminel. » Parce que oui, je suis persuadée que tout a été fait intentionnellement. S'il n'y avait pas eu les tatouages j'aurais pu croire qu'il s'agissait d'une perte de mémoire accidentelle, mais ces tatouages, ils ressemblent bien trop à des messages, comme si on voulait lui donner des pistes, mais sans qu'il ne se souvienne de tout. Ça ne me plaît pas du tout, mais alors pas du tout. Non seulement j'ai l'impression qu'on le manipule, mais en plus … Je ne sais pas, il y a trop de chose qui cloche. « Je ne sais pas si c'est joli, on n'y est pas resté longtemps. J'étais un bébé quand on est parti. Enfin j'avais quoi cinq ans, pas plus. Je n'y suis jamais retourné depuis. » Et c'est peut-être mieux en fait.

Et puis une fois encore je me perds dans mes pensées. Tout tourne, le baiser, les tatouages, sa nudité, ses souvenirs disparus, et tout ce qui vient de nous arriver. Tout ce que je pourrais trouver si j'étais chez moi et pas en route vers la bibliothèque. Beaucoup de chose qui se brise sur d'autre comme si la mer avait décidé de se déchaîné et qu'elle avait pris mon cerveau pour terrain de jeu. Bah ouais quoi, ça va avec la vague. Faut que j'arrête les vannes pourris même si elles ne sont que dans mon esprit, ce sera tout aussi bien hein. Je reviens au présent et répond a une question que j'avais oublié et sa réponse me laisse encore une fois comme deux ronds de flan. Je le regarde et ris doucement. « Pardon, mais c'est... » Je ris encore parce que je ne peux pas m'en empêcher, j'espère qu'il ne va pas croire que je me fiche de lui. « Excuse-moi Hayden. » Je finis par me calmer. « Tout ça, ça n'a rien à voir avec toi. Disons que j'ai un cerveau très actif et beaucoup de chose se passe dedans. » Je suis pas un petit génie pour rien, 162 de QI c'est pas si mal non ? Mais on s'égare une nouvelle fois là. « En fait je me perds tout le temps dans mes pensées, parce que je calcule tout le temps des tas de probabilités que telle ou telle chose se passe, ou que ceci arrive, ou n'arrive pas etc... » Je souris doucement en me tapotant la tête. « Je te laisse imaginer le chantier là-dedans. » Je souris de nouveau et reprends doucement. « Tu sais, si la situation me gênais, je serais déjà partie hein. » Je ne suis pas du genre à rester indéfiniment avec quelqu'un si quelque chose me dérange.

On finis par arriver à la bibliothèque. Quand on rentre là-dedans, il y a quelque chose d'étrange je trouve. Comme si de nombreuses personnes vous regardait sans réellement vous voir. C'est un peu flippant, mais le pire c'est la bibliothécaire. Heureusement qu'elle ne sait pas ce que je fais pour gagner ma vie, elle ne me laisserait certainement pas attendre le pôle informatique. Un léger sourire sur les lèvres, je finis par rechercher, comme si je cherchais quelque chose de classique, mais rien... C'est encore plus étrange. Mis à part une adresse, il n'y a rien. Il y a toujours quelque chose logiquement. Un compte facebook, un instagram, ou autre je ne sais pas. Une adresse mail, mais non, lui, il n'y a rien à part une adresse. « Oui effectivement, c'est très étrange. Ou alors tu es quelqu'un de très secret qui garde tout pour toi. » C'est une possibilité à laquelle je ne crois pas. Je finis cependant par lui tendre le papier avec l'adresse et me lève tranquillement en fermant la session, quand je l'entends et le vois partir. Sérieusement ? Juste un merci et basta. J'ai très envie de frapper quelque chose alors que je le vois disparaître à travers la porte de la bibliothèque. Très bien, qu'il aille se faire voir. Comme tout le monde de toute façon, pourquoi est-ce que j'ai imaginé que les choses changeraient. Mais crois-moi mon pote, t'en as pas fini avec moi. Je vais déterrer tout ce qui est possible et imaginable et je saurais parfaitement ce qu'il en est dans peu de temps. J'en fais le serment. C'est avec des sentiments bien différent que je prends le chemin du retour. J'ai du boulot et le frangin n'a pas intérêt à s'incruster où il va être vite reçu. Je suis légèrement en rogne là, faudrait pas venir me chercher tant que je ne me suis pas défoulé !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

L'éveil du loup ft Nell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Dead End :: Archives :: Rp's-