AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan ♥
N'hésite surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages!
Personnages à privilégier
Ils nous manquent !
Pro-gouvernement - membres du CODECS/CAA
Un personnage CAA ou CODECS rapportera 100 points, un Ange ou Spectre 50 points.
Soirée chatbox
Dimanche 23/09 à 21h
Participez à la soirée CBSM, au programme :
du fun, du hasard, de l'habileté, des gages...

Partagez | .
 

 Once upon a time

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat
avatar
Kahlan Flynn
❝ Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat ❞
J'ai rédigé autant de missives : 186 Livres en banque : 1682 Je suis âgé(e) de : 24
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 11 Mar - 13:58.

"Et là, elle me trouve pendue par les pieds à une branche d'un vieux chêne ! Je te dis pas la tête qu'elle a fait ! J'ai eu le droit à un savon avant que ma mère ne rentre et elle m'a fait promettre de ne rien dire ! mais moi, tout ce que je voulais c'était lui rapporter ce fameux gland. Quand je lui ai donné, elle s'est presque excusée de m'avoir engueulée."

Kahlan se mit à rire en se souvenant de cette journée d'été où Katrina avait tenté d'avoir un moment à elle, affirmant qu'elle jouerait avec Kahlan quand elle lui rapporterait un gland. Une gland en plein mois de juillet, c'était une affaire. Mais la petite fille avait été bien décidée à le lui ramener et avait passé l'après midi entière à le chercher. La baby siter avait eu la paix un long moment mais, lorsqu'elle n'avait pas réussi à retrouver l'enfant, elle avait commencé à paniquer. Tout s'était bien terminé, au final mais les deux femmes s'en souvenaient toujours.

L'irlandaise n'avait pas mis longtemps à parler de sa meilleure amie à Ljena et, bien vite, celle-ci avait compris qu'il y avait plus, pour elle, qu'une forte amitié. Même si Kahlan n'avait pas eu l'intention d'en parler, cela lui avait fait du bien et elle ne le regrettait pas. Tant que l'albanaise tenait sa langue. Mais elle n'avait pas eu à se plaindre jusque là. L'employée était appliquée, ponctuelle et très sympathique. Une amitié sincère était née entre elles et cela rendait les journées plus agréables.

La clochette de l'entrée tinta et Kahlan se retourna, tout sourire.

"Bonjour à tous et bienvenue !"

La classe de maternelle venait d'arriver et Kahlan sourit à Ljena en s'éloignant. C'était son moment préféré de la semaine. Elle espérait que, bientôt, d'autres écoles décident de venir profiter des séances de lecture qu'elle proposait aux classes.

Après avoir été saluée par tous et avoir rappeler les règles au sein de la librairie, Kahlan laissa les enfants regarder les livres du coin jeunesses pour discuter avec l'enseignante, lui montrant les livres qu'elle avait choisi pour aujourd'hui et lui demandant son accord. Puis, elle prit place à même le sol, sur un coin de tapis. Aussitôt, les enfants vinrent s'assoir devant elle, sur le sol ou des coussins prévus à cet effet et le silence se fit.

Kahlan sourit en voyant toutes ses têtes impatientes et ouvrit le livre.

"Le loup qui voulait changer de couleur."

Tous les enfants fermèrent instantanément les yeux et l'irlandaise sourit en voyant l'enseignante en faire de même. Du coin de l'oeil, elle vit Ljena disparaître avec un carton dans l'arrière boutique.

"Il était une fois, un gros loup noir qui n'aimait pas sa couleur. Il trouvait le noir trop triste."

La libraire commença alors l'histoire de ce pauvre loup qui testait plusieurs couleurs sans jamais en trouver une qui lui aille. Elle aurait pu en rire si elle avait su que le client qui ne tarda pas à pousser la porte et venir s'assoir non loin était lui-même un loup. Drôle de coïncidence. Kahlan lui sourit à son arrivée. Un panneau, sur la porte et sur le comptoir expliquer que, lors des séances de lectures, Kahlan n'étant pas disponibles, les clients étaient priés d'attendre pour régler leurs achats ou de se joindre aux auditeurs, sauf, évidemment, lorsque Ljena était présente pour les renseigner ou encaisser les achats. La jeune femme ne devrait d'ailleurs pas tarder à arriver. Elle devait avoir entendu la clochette et savait que Kahlan était indisponible.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
J'ai pour Avatar : Finn Jones J'ai rédigé autant de missives : 985 Livres en banque : 3036 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 15 Mar - 18:45.
Once upon a time

Kahlan, Ljena & Blerim



Les semaines se sont écoulées. Même si sa liberté n'est que provisoire, du moins officiellement, Blerim va mieux. Surtout depuis qu'il a appris que Drita était peut-être encore en vie, le lycan se sent revivre. Il a tenté de la retrouver, il l'a cherchée partout. Il n'a pas beaucoup d'argent et il y a énormément de monde à Bristol pour qu'il puisse la retrouver à l'odeur, mais l'Albanais garde espoir. Tout l'inverse d'il y a quelques mois à peine. Parce que, souvenez-vous, on lui avait dit au Ribcage que sa petite sœur était morte, qu'elle n'avait pas survécu à la cruauté des hommes de son oncle... Ils avaient été tellement convaincants, que le peu d'espoir qu'il tentait de garder depuis son arrivée en Angleterre avait fini par fondre comme neige au soleil, surtout qu'il était coincé dans cet enfer et qu'il n'avait aucun moyen pour tenter de retrouver Drita.

Sauf que, désormais, il y croit. Et si elle est toujours en ville... Il faut absolument qu'il la retrouve. Qu'il lui parle, qu'il lui demande pardon pour ce qu'elle a subi à cause de lui. Peut-être ne le pardonnera-t-elle jamais, mais... Il serait déjà bien content de pouvoir la regarder, être sûr qu'elle est en vie. Dans les quartiers auxquels il a eu accès, le lupin a déjà cherché un peu partout, dans les bars, dans les hôtels. Mais sans avoir de photo, ça peut être compliqué. Et pour la retrouver à l'odeur... Plus il y a de monde et plus ça devient impossible. Mais bon, il a le droit, et le devoir surtout, d'essayer. Clifton, l'un des quartiers interdits aux créatures comme lui, était l'un des seuls où il n'avait pas encore mis les pieds. Jusqu'à aujourd'hui. C'est peut-être un risque énorme, qui pourrait le mettre dans de sales draps, mais Blerim sait qu'il n'a pas vraiment le choix. Pour Drita, il est prêt à prendre des risques. Il est libre aujourd'hui, mais cela pourrait changer d'un moment à l'autre, après tout. Autant en profiter pour faire ce pour quoi il est venu en Angleterre : retrouver sa petite sœur.

Un soupir s'échappe de la bouche du blondinet. Il vient de passer plusieurs heures à la chercher, il est entré dans plusieurs bars, personne ne se souvient d'avoir vu une albanaise. Le grand nombre de touristes et de curieux du surnaturel, ça n'aide pas non plus... Le lycan est tout simplement fatigué. Les doutes envahissent alors son esprit, son optimisme s'estompe à nouveau. Ce ne sera pas aujourd'hui non plus, apparemment. Ce ne sera peut-être jamais, même. Regardant autour de lui, toujours aussi méfiant, le Balkanique décide d'aller se changer les idées, faire une pause... Parce que là, il n'y arrive plus. Son regard cristallin remarque une petite librairie et l'étranger se dit que c'est peut-être une bonne idée d'entrer. Et puis... Ce ne serait pas une mauvaise idée non plus s'il se décidait enfin à améliorer son anglais, vu qu'il n'est pas près de retourner en Albanie. Acheter un livre, ou une grammaire plutôt...

Entrant dans la librairie, l'Albanais déambule tranquillement à l'intérieur de cette dernière, encore un peu sur ses gardes. Mais, rapidement, il se rend compte qu'ici, c'est plutôt un havre de paix qu'autre chose. Même s'il y a quand même un petit peu de bruit. Apparemment, il y a un groupe d'enfants ici, d'où l'absence de la libraire. L'ancien trafiquant s'approche du comptoir, lisant le panneau. Une séance de lecture... Ah mince. C'est qu'il a vu un livre qui lui semblait pas mal, mais... Qu'est-ce qu'il en sait, lui ? Alors, que faire ? Poireauter là ou rejoindre la séance de lecture ? Bon, finalement il choisit la deuxième option. Sans se douter de ce qui allait se passer ensuite. Discrètement, le jeune homme s'assoit sur un coussin libre, dans le coin.

Dès que les mots prononcés par la jeune femme parviennent à ses oreilles... C'est comme si un film se déroulait dans son esprit. Et la qualité de l'image est maximale, il faut dire. Il comprend absolument tout. Ou plutôt... Il le voit. Il le vit, presque. Surtout que ça parle d'un loup, rien que ça. Les yeux du blond s'humidifient, brillant sous le coup d'une émotion assez particulière. Il est complètement pendu aux lèvres de la narratrice, jusqu'au bout. Moment où Blerim rouvre les yeux, qu'il cligne plusieurs fois. Il ne s'attendait pas à ça en rejoignant ce petit groupe, mais alors là, pas du tout... Une fois l'histoire terminée, l'étranger se lève pour ensuite s'approcher de la libraire. Il ne sait pas trop quoi dire... Mais il veut quand même dire quelque chose.

« Bonjour. C'est... Votre histoire... C'est fantastique. Je veux dire... Je vois tout, dans ma tête ! Presque réel... Comment vous faîtes ? »

C'était une expérience tellement intense, tellement incroyable ! Une simple histoire pour enfants. Et pourtant, il l'a presque vécue comme si c'était un véritable film, avec les paysages et tous les petits détails... Blerim passe une main dans ses cheveux. Peut-être devrait-il se faire discret, plutôt que de se faire remarquer, lui, un lycan à Bristol, dans un quartier où il n'est pas vraiment censé mettre les pieds.

« Euh... Je veux pas vous... » Déranger ? Embêter ? Allez, c'est trop lui demander, hein. Surtout avec un vocabulaire aussi limité. Rah, que c'est frustrant parfois ! Blerim pousse un léger soupir. « Mon anglais n'est pas bon. »

made by black arrow


Dernière édition par Blerim D. Troshani le Mer 11 Avr - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat
avatar
Kahlan Flynn
❝ Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat ❞
J'ai rédigé autant de missives : 186 Livres en banque : 1682 Je suis âgé(e) de : 24
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 17 Mar - 15:38.

Kahlan remarqua, du coin de l'oeil, la présence d'un nouveau client mais n'y prêta pas une grande attention. Ce moment était dédié aux enfants et ils devaient être les premiers vers qui son attention se focalisait. La jeune femme s'amusait énormément à lire l'histoire, prenant des voix différentes pour chaque personnage et sourit en voyant l'effet que sa lecture faisait aux jeunes gens. Mais, comme toutes les bonnes choses doivent avoir une fin, celle de l'histoire arriva et elle referma le livre avec un large sourire. Petit à petit, les enfants ouvrirent les yeux et réclamèrent une autre histoire mais leur enseignante dut les décevoir car il était l'heure pour eux de retourner dans les locaux scolaires.

"Ne vous en faites pas ! Je vous en prépare d'autres pour la prochaine fois ! Et on se revoit bientôt !"

Après quelques minutes de logistique pour rassembler rhabiller correctement chaque élève, la classe s'en alla et la librairie redevint très calme. Elle prit alors le temps de se tourner vers son client qui commençait déjà à approcher, les yeux brillants. Avait-il pleuré ?

"Bonjour. Je suis désolée pour l'att…"

Mais elle n'eut pas le temps de terminer que l'homme se mit à parler avec un accent certain qui lui rappela quelque chose et un large sourire étira ses lèvres.

"Je suis contente que ça vous ait plu ! Il s'agit de mon don. Je peux projeter dans l'esprit de mes auditeurs la scène animée du passage que je lis."

Puis, il sembla reprendre pied dans la réalité et s'excusa en bégayant. Visiblement, il cherchait ses mots et avoua qu'il ne parlait pas bien anglais.

"Ce n'est pas grave, ne vous en faites pas. En fait, votre accent me rappelle quelque chose, … vous venez d'un pays de l'est, c'est ça ?"

Elle lui sourit chaleureusement et l'invita à s'assoir dans le coin lecture, près de la cheminée allumée.

"Si ça vous intéresse, j'organise aussi des soirées de lecture pour adulte de temps en temps. Le planning est mis à jour sur notre page Facebook. Je n'ai pas encore de site internet mais j'espère que ça viendra."

Puis, constatant qu'il n'y avait personne d'autre dans la boutique, elle se dit qu'elle ne risquait pas grand chose à lui proposer quelque chose à boire. Après tout, il fallait qu'il se remette de ses émotions.

"Vous voulez boire quelque chose ? Thé ? Café ? Chocolat ?"

Elle s'apprêta à rejoindre le comptoir le temps de préparer les boissons.

"Mais vous veniez peut-être pour chercher quelque chose de particulier ?"

Après tout, on ne passait pas la porte d'une librairie pour boire un café, en général.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
J'ai pour Avatar : Finn Jones J'ai rédigé autant de missives : 985 Livres en banque : 3036 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 22 Mar - 19:24.
Once upon a time

Kahlan, Ljena & Blerim




Blerim regarde la jeune femme, admiratif. Elle a un don ! Un superbe don, si jamais on lui demande son avis. L'expérience qu'il vient de vivre était tellement... intense. C'était presque réel. Comme si un monde imaginaire l'avait soudainement englouti, un monde où il n'était pas en danger, où il n'y avait pas à s'enfuir ou à se cacher. Un monde où il pouvait assister au spectacle de la vie sans avoir peur pour lui. Cela pourrait sembler assez banal comme besoin, mais la vérité est que le lycan n'a pas vraiment eu l'occasion de s'évader comme ça depuis qu'il est sorti du Ribcage. D'habitude, ce n'est pas l'imagination qui le retient, mais plutôt la réalité qui finit toujours par le rattraper. La peur, la méfiance, l'incertitude, les doutes. Un véritable cauchemar, un film d'horreur dont il est toujours le protagoniste. Alors oui, cette petite pause lui a fait du bien. Il se sent même un peu plus léger, détendu.

« C'est... Incroyable. »

Il ne pourrait trouver de meilleur mot pour qualifier cette expérience, y compris s'il avait eu chance de parler couramment la langue de Shakespeare. Blerim passe une main dans ses cheveux, avant de commencer à reprendre pied. Pas sûr que ce soit une bonne idée de se faire remarquer comme ça, alors que la présence des Aberrations dans ce quartier était interdite. Et puis, il ne voulait pas déranger la libraire, elle avait peut-être encore des choses à faire ou à ranger. Sans oublier le fait que son anglais est tellement merdique parfois... Le lycan préfère carrément la fermer que de se ridiculiser en massacrant cette langue qu'il ne maîtrise toujours pas. Néanmoins, la brunette lui assure que ce n'est pas grave, avant de lui dire que son accent lui rappelle quelque chose, lui demandant ensuite s'il vient d'un pays de l'est. Un léger sourire se dessine sur les lèvres du blond, même s'il reste méfiant.

« Oui... Monténégro. Je suis ici depuis peu de temps... Travail. »

Nouveau sourire tendu. Elle a l'air sympa, mais... Peut-il vraiment lui faire confiance ? Il ne sait pas vraiment, pas encore. Et il hésite. Alors voilà, le mensonge a franchi ses lèvres, presque naturellement. Monténégro, plutôt qu'Albanie. Un pays voisin, mais avec une culture et une langue différentes. Mais pas sûr que la Britannique puisse détecter la moindre différence, n'est-ce pas ? Un peu comme lui, qui n'arrive pas vraiment à détecter les petites différences entre les accents anglais. Elle lui propose l'invite alors à s'asseoir dans un coin près de la cheminée. La chaleur est agréable, lui fait du bien. Puis l'humaine à don lui parle de ses soirées de lecture pour adultes. Blerim lui adresse un petit sourire, un peu plus sincère cette fois-ci. Lui, dans un club de lecture... Le monde à l'envers, n'est-ce pas ? Et pourtant, ça pourrait être sympa. Mais il n'est pas sûr que ce soit une bonne idée... Comme d'habitude. Parce que le seul endroit où il se sent en sécurité, c'est chez Cassandra. Et encore, il a mis du temps à s'y sentir en paix.

« Okay. »

Il n'accepte pas ouvertement, mais il ne décline pas non plus la proposition, ne sachant pas encore de quoi l'avenir sera fait. La Bristolienne lui demande alors s'il veut boire quelque chose. Par contre, une bonne bière ou de la vodka l'aurait bien tenté davantage, tiens. Néanmoins, l'Albanais se garde de lui dévoiler ces pensées.

« Euh... Chocolat. Merci. »

Ça change de la vodka, quand même. La jeune femme lui demande alors s'il était venu pour chercher quelque chose de particulier. Ah mais oui ! Avec toute cette histoire de don, il en avait même oublié ce qu'il était venu faire dans une librairie, tiens.

« Euh... Je veux apprendre anglais. Besoin d'un livre, grammaire... Truc comme ça. »

Un dictionnaire Albanais-Anglais aussi... Mais s'il le dit, il brise le petit secret sur sa nationalité. Il préfère attendre encore un petit peu avant d'éventuellement prendre le risque.

made by black arrow


Dernière édition par Blerim D. Troshani le Mer 11 Avr - 12:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 22 Mar - 22:18.

 
Kahlan, Dushkan & Drita // Once Upon A Time

 
Je rigole franchement en écoutant Kahlan me raconter ses souvenirs avec Katrina. Elle m’avait très vite parlé de sa meilleure amie, et vu ses propos, j’en ai vite déduis qu’elle avait des sentiments pour elle. Surtout qu’elle m’avait avoué être lesbienne le jour où j’ai postulé pour ce poste. Malheureusement, les sentiments ne sont pas réciproques… J’aurai aimé lui donner plus de conseils, mais je crois que je ne suis pas très douée de ce côté-là… Moi et l’amour… Enfin voilà quoi, mes premières et seules expériences sont avec des clients de maison close… Alors les sentiments amoureux, je ne connais pas… En tout cas, elle sait que je suis là pour elle si besoin, et que je ne dirais rien à la principale concernée. Kahlan et moi nous sommes vite rapprochées. Nous nous entendons bien, et je ne regrette vraiment pas  d’avoir trouvé ce boulot.

La clochette de la porte d’entrée sonne. Un groupe d’élève rentre. De temps en temps, Kahlan reçoit des petits groupes d’élèves et leur fait la lecture. Elle utilise son don, que je trouve toujours aussi formidable. Pendant ce temps là, je m’occupe de la boutique. Je salue les enfants, et leur accompagnatrice, avant de me diriger vers la réserve. Il reste encore quelques cartons à ranger… J’en attrape un en hauteur, qui m’échappe des mains. Il fait un bruit sourd en s’écrasant par terre, ce qui m’empêche d’entendre la sonnette de la porte d’entrée. Je grommelle dans mon coin, voyant tous les livres à ramasser. J’espère aussi ne pas en avoir abîmé… Je me penche, commençant à les ramasser un à un, lorsque j’entends un bruit provenant de sous l’étagère. Un son, doux, ressemblant à un miaulement de chat. Fronçant les sourcils je me penche, et découvre une petite boule de poils, pas bien vieille, recroquevillée tout au fond sous l’étagère. Il a du profiter de la fenêtre ouverte pour rentrer peut-être… Le carton a du lui faire peur en tombant… Je tends la main vers lui, pour essayer de l’attraper, mais me prend un coup de patte. Je retire ma main griffée avec une grimace.

« Aïe. Laisse-toi faire p’tit chat, je veux t’aider… »

Je cherche un moyen de le faire venir à moi, et me souvient qu’on a des petits gâteaux dans la réserve, en cas de petite faim. Je vais en chercher un, et en casse un petit bout que je présente au chaton. Aucune réaction. Je persiste, ne perdant pas patience, ni espoir. Je vois ses pupilles se refermer doucement, signe de confiance commençant à venir. Je le laisse approcher à son rythme, alors qu’en haut, j’entends les enfants qui parlent. La lecture doit être terminée, vu le bruit. Ils ne vont pas tarder à partir. Le chaton à portée de main, je l’attrape doucement, tout en lui donnant son petit bout de gâteau. Victorieuse, je retourne dans la boutique en apostrophant Kahlan.

« Kah’ ! Regarde ce que je viens de trouver dans la réserve ! On pourrait le garder en… »

Ma phrase, tout comme mon corps, s’arrêtent nets. Le chaton contre moi, je ne bouge plus. Je crois que mon cœur s’est arrêté. Enfin… Il s’est arrêté un long moment avant de reprendre à battre, aussi fort et vite qu’il le peut je crois. Je… Je sens les larmes me monter aux yeux, sans que je ne puisse les arrêter. C’est un rêve, ce n’est pas possible.

« Dushkan … ? »

Mon frère, si longtemps recherché, qui m’a tant manqué, se trouve devant moi. Non, je ne rêve pas. C’est bien lui. Et ce n’est pas un fantôme, Kahlan semble le voir aussi. Il n’est pas mort… Je le savais ! Je pose le chat sur la table à côté de moi, le pauvre étant devenu le cadet de mes soucis, et cours me jeter dans les bras de mon frère. Non, ce n’est vraiment pas un fantôme, je peux le tenir contre moi. Je me recule un instant, et le regarde, pleurant toujours. Je frappe son torse de ma main, avec ma force de guêpe, et lui parle dans notre langue natale.

« T’es qu’un idiot ! T’étais où ?! Pourquoi t’as fais ça ?! Je t’ai tellement attendu ! Tu m’as tellement manqué ! »

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat
avatar
Kahlan Flynn
❝ Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat ❞
J'ai rédigé autant de missives : 186 Livres en banque : 1682 Je suis âgé(e) de : 24
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 25 Mar - 16:44.

Le client était donc à Bristol pour une raison professionnelle et venait bien d'un pays de l'est. Kahlan aurait été bien en peine de situer précisément le Monténégro mais elle savait que le pays ce trouvait dans la partie sud est de l'Europe. Pas loin de l'Albanie en somme. Voilà pourquoi l'accent lui disait quelque chose.

Alors que la libraire se dirigeait vers le comptoir pour lui préparer une boisson chaude, il avoua sa préférence pour le chocolat. Elle sourit en se mettant à en préparer suffisamment pour trois mugs. Ljena ne devrait pas tarder à revenir de l'arrière boutique et en voudrait sûrement aussi. D'ailleurs, Kahlan se demandait bien ce qui pouvait la retenir si longtemps.

En revenant, elle le questionna sur la raison de sa présence. On franchissait rarement le seuil d'une librairie sans la volonté d'acheter un livre. Sa présence à lui était des plus pratiques. Il cherchait un livre pour apprendre l'anglais. Un livre de grammaire. Cela fit grincer des dents la libraire mais elle n'en montra rien.

« Si je peux me permettre, ce n'est pas en lisant un livre de grammaire que vous apprendrez l'anglais. Il faudrait plutôt une méthode audio ou, tout simplement, sortir et parler avec les gens, … c'est encore comme ça qu'on apprend le mieux, … Un dictionnaire de traduction peut-être, … »

Elle revint vers lui et lui tendit son mug, en laissant un sur le comptoir pour Ljena et apportant le sien.

« Mais si c'est vraiment ce que vous voulez, je dois avoir de quoi vous contenter. »

Elle avala une gorgée de chocolat.

« Au fait. Je suis Kahlan. »

La jeune femme lui sourit et allait se diriger vers les rayonnages lorsque la voix de Ljena se fit entendre. L'albanaise revenait enfin. A en croire ses paroles, elle avait trouvé quelque chose dans la réserve. Cela expliquait sa longue absence. Mais, étrangement, elle s'arrêta net dans sa phrase et dans son avancée, en posant les yeux sur le client. L'irlandaise fronce les sourcils, ne comprenant pas ce qu'il se passe. On aurait dit que Ljena avait vu un fantôme. Elle prononce ce que Kahlan interprète comme un prénom. Ou un juron en albanais mais elle préfère largement la première solution. De toute évidence, ces deux-là se connaissent mais ce n'est qu'après quelques secondes, en voyant Ljena poser ce qui ressemble à un chaton et courir dans les bras du client qu'elle conclut qu'il s'agit d'une connaissance positive.

Le sans doute dénommé Dushkan lui rend son étreinte et les deux jeunes gens se mettent à parler une langue inconnue de l'irlandaise. Kahlan avale une gorgée de son chocolat et décide de leur laisser un peu d'espace. Visiblement, ces retrouvailles semblent importante. Elle pose son mug et soulève le petit chat qui lapait allègrement dans la tasse dédiée à Ljena et le porte devant son visage.

« Salut toi ! T'es vraiment mignon ! Tu sors d'où ? »

Le petit chant tigré noir et roux la fixait de ses magnifiques yeux vert d'eau. L'irlandaise lui sourit en l'entendant miauler lentement et le serra contre elle en le caressant doucement alors que le chaton se mettait à ronronner. Il ne lui avait fallut que quelques secondes pour en tomber amoureuse et elle eut tout de suite envie de le garder. Mais il appartenait peut-être à quelqu'un et elle se devait de signaler qu'elle l'avait trouvé.

« Il va falloir qu'on te trouve de quoi manger jusqu'à ce qu'on retrouve ton maître, … »

Et une litière aussi. La jeune femme avait quelques courses en perspective.


Chaton:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
J'ai pour Avatar : Finn Jones J'ai rédigé autant de missives : 985 Livres en banque : 3036 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 3 Avr - 12:14.
Once upon a time

Kahlan, Ljena & Blerim




Le jeune homme regarde la libraire alors qu'elle lui dit qu'il y a de meilleurs moyens qu'un livre de grammaire pour apprendre l'anglais. Les méthodes audio, il a déjà essayé, et c'est vrai que ça a aidé. Sortir et parler avec les gens... Effectivement, il a beaucoup appris en échangeant avec des Anglais, d'abord à Réversa puis ensuite à Bristol. Mais étant donné qu'il est une Aberration... Un soupir s'échappe de la bouche du lycan. La résignation s'empare de son âme, le pessimisme éteint la flamme qui brûlait dans ses yeux. Comment regarder vers l'avant, penser à l'avenir, lancer des projets, si la vérité est qu'il ne maîtrise même pas son présent, encore moins son avenir. Non, son avenir est entre les mains d'une bande d'abrutis racistes, qui n'attendent plus que de l'enfermer à nouveau dans le Ribcage. L'étranger en a tellement marre... Marre de ne pas avoir une vie à lui, un futur qui ne lui fasse pas peur.

Un faible sourire prend momentanément place sur les lèvres du Balkanique lorsque la jeune femme lui tend son mug. Blerim la remercie poliment, avant de relever ses prunelles claires vers la brunette, qui lui dit qu'elle aura sûrement de quoi le contenter si un livre de grammaire est ce qu'il veut vraiment. L'ancien trafiquant ne sait pas trop quoi lui répondre, alors il étire un nouveau sourire timide. Peut-être qu'il vaut mieux qu'il se concentre seulement sur le fait de rester en vie et oublier cette idée stupide d'apprendre l'anglais. Peut-être qu'à force d'entendre des natifs il finira par apprendre à les imiter et à ne plus massacrer les verbes, qui sait. A vrai dire, tout ceci lui semble si dérisoire. Sa vie même lui semble si dérisoire. Depuis qu'il a perdu Drita, sa vie n'est devenue que ténèbres et déceptions. Pourquoi se battre, pourquoi s'acharner ? Il l'a cherchée partout... Ça fait des semaines, des mois, il ne l'a pas trouvée, nulle part. Le regard perdu dans le vague, l'Albanais finit par se réveiller en entendant la voix de la Britannique, qui se présente.

« Moi, j'suis Blerim. »

Dit-il, avant de porter ses lèvres au mug pour goûter au chocolat chaud. Une saveur agréable, qui lui rappelle sa jeunesse, qui lui rappelle Drita. Tellement que, le temps d'un instant, la créature a l'impression d'entendre la voix de sa petite sœur. Sûrement une nouvelle illusion, une mauvaise blague de la part de son cerveau...

Puis il l'entend appeler son nom. Son vrai nom.

Vivement, le lupin tourne la tête. Le mug s'échappe d'entre ses doigts, allant se briser en mille morceaux, renversant le liquide foncé. Le jeune homme n'en croit pas ses yeux, écarquillés, choqués. Le temps semble s'être arrêté, le monde extérieur a soudainement disparu. Il n'y a qu'eux deux ici. Lui et sa sœur, ou le mirage, voire le fantôme de celle-ci. Oui, ça ne peut être qu'une hallucination... Ça ne peut pas être elle, c'est forcément une autre femme lui ressemblant... Ou bien... Ou bien, si, c'est bien elle. Drita. Sa petite sœur adorée, qu'on lui a enlevé, qu'on a manipulée, souillée, blessée. Elle est là. Elle est là, bon sang. Il l'a retrouvée, après tout ce temps. Elle est toujours en vie. Et elle est dans ses bras.

« Drita... C'est vraiment toi ? »

Sa voix se brise, il arrive à peine à respirer. Elle est bel et bien là. Culpabilité et joie extrême se mélangent, dans un cocktail explosif qui lui fait tourner la tête. Incrédule, dépassé, tremblant, l'Albanais ne pleure pas, contrairement à Drita. Il sourit, il ne sait pas quoi dire. Ses yeux croisent ceux de la jeune femme, réalisent que ce n'est pas une illusion, mais bien la réalité. Surtout lorsqu'elle frappe son torse, lui reprochant son absence. Je t’ai tellement attendu ! Tu m’as tellement manqué ! Ces mots lui font monter les larmes aux yeux, malgré lui. Elle ne lui a pas dit qu'elle le haïssait, qu'elle ne voulait plus jamais le revoir. Non, elle a dit qu'il lui a manqué. Qu'elle l'a longtemps attendu. Blerim n'ose pas bouger, de peur qu'elle se recule et s'éloigne. Qu'elle ne devienne que fumée, une hallucination. Pourtant, c'est tout ce qu'il veut. La serrer contre lui, lui dire que tout ira bien, que plus jamais il ne l'abandonnera.

« Je t'ai cherchée partout... Dès que j'ai appris ce qu'il avait fait... Je t'ai cherchée partout. En Albanie, en Europe, ici en Angleterre... Pendant des mois... Je n'ai pas réussi. »

Il fait un effort pour ne pas pleurer, pour ne pas briser l'image du frère protecteur, incassable. Sauf qu'il ne l'est pas, incassable. Perdre Drita l'a brisé, l'a détruit. Après ces preuves qu'on lui a montrées au Ribcage, il l'a même crue morte à un moment donné. Mais elle n'est pas morte. Sa petite sœur est enfin là, juste devant lui. Et il ne compte plus la laisser tomber. Plus jamais.

« Je suis désolé, Drita, tellement désolé... »

Le lycan ne peut s'en empêcher. Il s'approche à nouveau de l'Albanaise pour la prendre dans ses bras, les larmes coulant le long de son visage. Quelques secondes s'écoulent. Serrant toujours la jeune femme contre lui, le Balkanique dépose un baiser sur sa tempe.

« Dardan ne nous fera plus de mal désormais. »

Autrement dit, je l'ai tué. Peut-être que ce n'était pas une bonne idée de souligner son côté sombre, mais c'est sorti tout naturellement. Parce que c'est bien Dardan qui est derrière tout ça, même s'il a piégé la brune surtout pour punir son neveu. Est-ce qu'elle le sait ? Est-ce qu'elle est au courant... pour ce qu'il faisait réellement ? Dans le fond, Blerim a besoin de savoir, mais il n'ose pas vraiment poser la question. Si seulement les choses avaient pu rester comme avant, quand Drita ignorait qui il était réellement et à quel point le monde pouvait être cruel...

made by black arrow


Dernière édition par Blerim D. Troshani le Mer 11 Avr - 12:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Invité
❝ Invité ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Avr - 22:26.

 
Kahlan, Dushkan & Drita // Once Upon A Time

 
Je n’en crois pas mes yeux. Il y a encore quelques minutes, j’étais tranquillement dans la réserve en train de récupérer un chaton coincé sous l’étagère, et me voilà à présent dans les bras de mon frère. Ce frère que je croyais mort, si longtemps recherché tout de même. L’espoir comment à s’en aller. Je commençais à me dire qu’il était peut-être vraiment mort, que cette silhouette que j’avais vu sur le parvis de la mairie, c’était peut-être vraiment une hallucination et rien d’autre. Je n’avais pas cessé de penser à lui, il me manquait horriblement. Mais je commençais malheureusement à me faire à l’idée de ne plus jamais le revoir. Et pourtant, il est bien là, il est bien vivant. Je le serre contre moi, je peux sentir battre son cœur contre ma poitrine, je peux sentir son souffle dans mes cheveux, et je peux sentir son parfum qui m’enivre. Je ne supporte plus le contact, mais pourtant ce contact là me fait revivre. Je crois que je pourrais rester là, contre lui, sans bouger, pendant une éternité. Mais sa voix me fait relever la tête pour le regarder. Je hoche la tête, les yeux humides, même si sa question n’attendait pas vraiment de réponse. Evidemment que c’est moi. Un peu plus maigre qu’avant certainement, mais c’est bien moi. J’ai l’impression d’être redevenue cette petite fille qui trainait toujours dans les pattes de son frangin autrefois.

Mais je le frappe. Pas méchamment évidemment. Ma main vient claquer son torse, alors que je lui demande où il était passé pendant tout ce temps, le traitant d’idiot et lui avouant qu’il m’avait énormément manqué. Je plante mon regard dans le sien, sans pouvoir m’en détourner. Il m’avoue qu’il m’a cherchée partout, en Albanie, en Europe, puis ici. Je vois que lui aussi est marqué par cette mésaventure. Je vois ses yeux humides, brillants. Je sais qu’il m’a cherché. Il a même tué oncle Dardan, et je croyais que ses hommes de main l’avaient tué, lui… Il s’excuse, me dit qu’il est vraiment désolé, avant de me resserrer contre lui. Il n’a pas besoin de s’excuser, il était déjà pardonné depuis longtemps. Jamais je ne pourrai lui en vouloir, de toute façon. C’est mon grand frère… Je le serre aussi fort que je le peux contre moi, comme si j’avais peur de le perdre à nouveau, alors qu’il m’avoue que Dardan ne pourra plus rien contre nous. Je sais… Je sais déjà ce qu’il a fait, mais j’ignore si les hommes de main de mon oncle le croient vraiment mort, ou s’ils m’ont juste menti à ce sujet.

« Je sais… Mais les hommes de Dardan m’ont dit qu’ils t’avaient tué, quand tu avais essayé de me sortir de là… Je ne savais pas s’ils m’avaient menti ou non… Je ne voulais pas y croire, mais je n’entendais plus parler de toi… Je… Je te croyais vraiment mort. »

Il faudra aussi que je lui demande si ce qu’ils m’ont dit d’autre est vrai. Est-ce qu’il travaillait vraiment avec eux ? Est-ce qu’il les aidait pour le trafic de femmes ? Savoir pourquoi, s’il s’avère que c’est juste. Je veux tout savoir. Je me sens si bien contre lui que j’en avais oublié que nous sommes encore à la librairie, et la présence de Kahlan. Je m’éloigne légèrement de Dushkan, tout en m’excusant et lui disant d’attendre un court instant, pour aller à la rencontre de mon amie, et patronne. En anglais, je m’adresse à elle après avoir essuyé mes yeux d’un revers de main.

« Désolé Kahlan ! Je… C’est une longue histoire que je prendre le temps de te raconter, mais en gros, il s’agit de mon frère, dont on m’avait séparée pendant presque deux ans… Est-ce que… Est-ce que je peux prendre un instant pour parler avec lui s’il te plait ? Je rattraperai mes heures, évidemment ! »

J’espère de tout cœur qu’elle va accepter, car honnêtement je n’arriverai vraiment plus à travailler là, si je ne parle pas avec Dushkan. J’aurai la tête ailleurs, à coup sûr. Nous avons tellement de temps à rattraper. Je veux tout savoir. Il va vouloir tout savoir aussi… Mais je ne peux pas tout lui dire. Je ne peux pas parler de l’avortement. Je ne sais pas comment il le prendrait, mais je ne veux pas risquer qu’il s’en veuille. Il ne le doit pas. Cet enfant, je n’en voulais vraiment pas. Il n’aurait pas eu une vie à envier.

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat
avatar
Kahlan Flynn
❝ Défenseuse des femmes libérées de la litière pour chat ❞
J'ai rédigé autant de missives : 186 Livres en banque : 1682 Je suis âgé(e) de : 24
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 11 Avr - 20:36.

Kahlan écarquille les yeux et grimace en voyant le mug de chocolat chaud se précipiter aussi rapidement qu'inéluctablement vers le sol. Ce qui devait arriver arriva et le contenant se brisa en de nombreux morceaux, répandant la boisson chaude sur le tapis trop fin de la zone de lecture. Aussitôt, le tissus coloré prend une teinte bien moins joyeuse te la tâche se répand à la vitesse grand v dans un mouvement circulaire.

Il était dorénavant trop tard pour faire quoi que ce soit et le tapis se révélait irrémédiablement tâché. Mais la scène se passant sous les yeux de la libraire était bien plus importante qu'un peu de chocolat sur un tapis. L'émotion transparaissant des réactions de Ljena et Blérim était touchante et Kahlan décida de se retirer un peu pour leur laisser l'intimité dont ils avaient besoin. Elle reporta son attention sur le chaton que l'albanaise avait remonté de la soute. Celui-ci devait être à peine sevré, vu sa taille, et devait certainement appartenir à quelqu'un.

Alors que l'irlandaise faisait une photo du chaton avec son téléphone portable, entre deux câlins, Ljena revint vers elle, les yeux encore humide. Elle lui fit un résumé de la situation qui finit d'étirer un large sourire sur le visage de la rouquine.

« Mais c'est super ! Prends tout le temps qu'il te faut. De toute façon, c'est la pause déjeuner et j'ai quelques courses à faire. Vous n'avez qu'à rester là pendant que je suis sortie, ça vous laissera le temps de vous retrouver. Et quand je reviendrais tu pourras faire ce que tu veux. T'en fais pas pour les heures ! Occupe-toi simplement de Mushu en mon absence, tu veux ? »

Elle lui colla le chaton dans les bras et fit le tour du comptoir pour attraper son sac et son manteau.

« A toute à l'heure ! Et ravie de te rencontrer Blérim ! »

Mais, après réflexion, il était fort probable que ce ne soit pas son véritable nom. Qu'avait dit Ljena déjà ? Dustan ? Tucsan ? La rouquine haussa les épaules et sortit de la librairie, prenant soin de retourner l'écriteau en passant, le positionnant sur l'indication de fermeture. Elle devait passer acheter de la litière, un bac et des croquettes pour le chaton. Et quelques jouets pour le distraire également. Et puis, il fallait penser à changer le tapis abîmé et passer chez l'imprimeur pour éditer des photos de l'animal afin de retrouver son propriétaire. Un vaste programme mais, plus elle passerait de temps à l'extérieur et plus Ljena aurait de temps disponible avec son frère.


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
J'ai pour Avatar : Finn Jones J'ai rédigé autant de missives : 985 Livres en banque : 3036 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 16 Avr - 13:47.
Once upon a time

Kahlan, Ljena & Blerim



Il n’en revient pas. Drita est là, dans ses bras, en chair et en os. Vivante. Blerim a presque la tête qui tourne, les sentiments partant dans tous les sens. La joie à l’état le plus pur, mais aussi la culpabilité, les remords. Savoir que c’est à cause de lui que sa petite sœur a subi tout ce qu’elle a subi, ça le torture silencieusement depuis des mois. Il s’en veut terriblement, il s’en veut à mort. Si seulement il pouvait remonter le temps et défaire ce qu’il avait fait… Jamais il n’aurait dû défier ainsi son oncle, surtout sans avoir préparé la fuite de Drita d’abord. Il n’a pas été prudent, non, il l’a juste condamnée à… Il n’ose même pas y penser. Les choses qu’on a dû lui faire subir. Désolé, il l’est réellement, c’est plus qu’un simple mot. Déposant un baiser sur la tempe de la jeune femme, le Balkanique lui assure que, désormais, elle est en sécurité, que Dardan ne pourra plus lui faire du mal, ni à elle ni à lui. Une façon indirecte de lui dire que leur oncle est mort, ou plutôt, que c’est le blondinet qui l’a tué.

Le lycan caresse l’épaule de Drita avec douceur, alors que la jeune femme lui dit qu’elle le croyait mort, que les hommes de Dardan lui avaient dit qu’ils l’avaient tué lorsqu’il avait essayé de la sauver. L’ancien trafiquant hoche lentement la tête, avant de reprendre la parole.

« Ils ont presque réussi à me tuer, oui. Ils m’ont tiré dessus, ici à Bristol, alors que je les suivais. J’ai dû m’enfuir, j’étais en train de saigner, il faisait nuit… J’ai marché jusqu’à la ville voisine, Réversa, puis le reste, je ne me souviens pas. Un type bien, Lyle, m’a secouru et a appelé une ambulance. Quand je me suis réveillé, j’étais à l’hôpital et une quarantaine avait été mise en place. Je ne pouvais pas sortir de Réversa, et étant un loup, je ne pouvais pas non plus venir à Bristol te chercher.Mais j’ai essayé, Drita, je te le jure… Plusieurs fois. J’ai demandé de l’aide à des détectives, mais aucun n’a réussi à te trouver. Puis il y a eu la Révélation et on m’a envoyé dans le Ribcage, où ils ont enfermé les gens comme moi. Je n’y pouvais plus rien. »

Les yeux de l’Albanais se font de plus en plus larmoyants. L’émotion est de plus en plus difficile à contenir.

« Là-bas, on m’a montré des photos… Cette fille te ressemblait… On m’a dit que tu étais morte. Je les ai crus. »

Il les a crus et a même accepté le deal qu’ils lui proposaient, à savoir, qu’ils n’accepteraient pas de le confier aux autorités albanaises pour qu’il soit jugé pour les crimes qu’il avait commis là-bas, en échange de sa coopération. Il arrêtait de se battre, se laissait manipuler par les scientifiques, et il pouvait même garder cette identité qu’il avait adoptée depuis plus d’un an. Aujourd’hui, le lycan en a honte, d’avoir été si faible. D’avoir cru leurs paroles comme si c’était la vérité. Les larmes coulent le long de son visage, malgré ses efforts. Le blondinet détourne son regard, cherchant à se ressaisir un peu. La seule à avoir le droit de pleurer ici, c’est sa sœur, parce que c’est elle qui a cruellement payé pour les erreurs que lui a commises. C’était elle la seule innocente dans toute cette histoire, pas lui…

Finalement, Drita s’éloigne légèrement de lui, allant parler à Kahlan. Bien, comme ça il aura quelques secondes de répit, qui lui permettront de se ressaisir un peu. Prenant une profonde inspiration, l’étrange sèche ses larmes, avant de regarder la jeune femme. Un fin sourire prend place sur les lèvres. Il est heureux, profondément heureux de l’avoir retrouvée enfin. C’est comme s’il était enfin en train de se réveiller, sortant d’un terrible cauchemar qui n’avait que trop duré. Par contre, lorsque les yeux clairs du lycan se posent sur la tasse qu’il a brisée il y a quelques minutes… Et le tapis, merde ! Il était tellement déboussolé qu’il n’avait même pas remarqué les dégâts qu’il avait faits. Finalement, Drita s’éloigne de la libraire, qui ne met pas longtemps à se diriger vers la sortie. Elle lui dit alors être ravie d’avoir fait sa connaissance, ce à quoi le Balkanique répond.

« Moi aussi ! »

Et elle s’en va si rapidement qu’il n’a même pas le temps de s’excuser pour le tapis. Enfin, il ne sait même pas comment on dit tapis en anglais, mais bon, il suffirait de désigner du doigt cette sale tâche qui a ruiné le pauvre tapis. Lorsque Drita se rapproche de lui, le lupin a encore son regard posé sur ce dernier.

« Je crois que j’ai ruiné son tapis… »

Et il en est sincèrement désolé. Il espère vraiment que Kahlan ne se vengera pas sur sa petite sœur à cause d’une connerie qu’il a faite… Vraiment, hein. Il serait prêt à payer ce qu’il faudrait pour empêcher ça.

« Alors… Tu bosses ici, ça fait combien de temps ? Ça te plaît ? »

Relancer la conversation, reprenant sur un sujet moins douloureux. Mais les questions sont toujours là, des deux côtés, attendant des réponses qui risqueraient de faire mal. Mais qu'importe. Sa petite sœur est enfin là. Il peut enfin respirer à nouveau.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
J'ai pour Avatar : Finn Jones J'ai rédigé autant de missives : 985 Livres en banque : 3036 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
7/20  (7/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 9 Juil - 15:28.
RP TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Once upon a time

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» All Time Low

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Dead End :: Archives :: Rp's-