AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan ♥
N'hésitez surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Toute inscription rapportera 300 points !
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥️
Lancement event
Rendez-vous sur For My Sake ! rp Evil or Very Mad

Partagez | .
 

 Le destin du cygne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Connor O. Burton
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 218 Livres en banque : 1702 Je suis âgé(e) de : 32
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 14 Jan - 11:07.

Connor bailla en récupérant son mug de café encore chaud. Le travail était assommant, les collègues déprimants et les dossiers bien trop encombrant mais, au moins, le café était bon. C'était encore tout ce qui permettait au spectre de tenir le coup dans cette anti-chambre de l'enfer.

Alors qu'il rejoignait son bureau à pas lents, pas pressé pour un sou de retrouver la paperasse qui l'attendait, il aperçut une jeune femme sortir de l'ascenseur, l'air un peu perdu. Lorsqu'elle s'approcha du premier bureau, il l'entendit prononcer son nom. Merde. Cela devait être son rendez-vous de onze heures. Il n'avait plus aucune notion du temps, dans cet endroit et avait dû manquer l'appel de la secrétaire lorsqu'il était à la machine à café.

Il vit le blondinet en costard - ça devait être Mark ou Matt, ou alors Mitch – le désigner d'un air gêné. Aussitôt, la brunette tourna le regard et croisa le sien. Connor soupira et attendit qu'elle le rejoigne.

« Eléonore Swann, je suppose ? Mon bureau est ici. »

Il l'accompagna jusqu'à la porte et la laissa entrer la première, lui désignant un siège. Le spectre contourna son bureau et s'assit sur son fauteuil. Il récupéra le dossier posé sur le haut de la pile après avoir posé sa tasse et s'interdit de regarder sur le côté afin de ne pas croiser le regard de la fouine qui ne devait pas manquer de l'observer.

« Vous êtes là pour une évaluation afin de statuer sur votre isolation, ou non, au Ribcage. »

Ce n'était que le millième entretient de ce genre qu'il effectuait. Les humains possédant des dons dont la dangerosité n'était pas évidente devaient tous passer par une évaluation de ce genre. Les individus en questions pouvaient venir confiants, effrayés ou se donnant un aspect indifférent mais cela importait peu pour Connor. Seuls les faits et leurs réponses étaient déterminants.

« Parlez-moi de vous. »

Délaissant le document, le spectre se laissa tomber sur le dossier de son siège, reprit son mug et avala une gorgé de café en écoutant la réponse de la jeune femme. Il aimait procéder ainsi. Bien que le dossier soit assez complet, ce que quelqu'un choisissait de dire, ou de passer sous silence, était bien plus révélateur.

Il écouta attentivement les propos d'Eléonore et observa ses gestes et sa posture durant son discours afin de déterminer son état d'esprit et le degré de vérité de ses dires.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'ai rédigé autant de missives : 31 Livres en banque : 820
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 16 Jan - 8:27.

LE DESTIN DU CYGNE
CONNOR & ELEONORE
Il était tôt. Très tôt même. Beaucoup trop tôt pour être convoquée au bureau du CODEC. Eléonore n’avait rendez-vous qu’à onze heures mais elle était déjà réveillée. Il était cinq heures du matin. Eléonore n’utilisait pas son pouvoir depuis des mois. Cela la perturbait et notamment l’empêchait de dormir. Elle s’était habituée à son pouvoir qui lui permettait d’éviter de dormir. A présent, elle ne pouvait utiliser cela pour être en forme. Elle se sentait fatiguée. Se réveillant donc très tôt, elle avait pris un café et passé un peu de temps à répéter ce qu’elle devait évoquer. On lui demanderait sûrement de détailler un peu son passé, ce qu’elle avait vécu.

Eléonore craignait le résultat de sa rencontre aujourd’hui avec l’inspecteur du CODEC. De cela dépendrait son avenir, rien de moins. Elle savait ce qui l’attendait si d’aventure ils décidaient qu’elle était un danger. Elle n’en était pas un, mais la croirait-il ? Ce n’était pas elle qui décidait. Comme toujours. Toute sa vie avait été conditionnée par cela. Elle ne pouvait infléchir le cours du torrent. Elle se sentait portée par l’eau qui allait l’abandonner sur une berge inconnue qu’elle ne pourrait qu’accepter. Toute sa vie avait été ainsi. Elle n’avait pas choisi d’avoir un don. Elle n’avait pas choisi d’être strip-teaseuse. Elle n’avait pas choisi de perdre l’amour de sa vie ainsi que son propre fils.

Elle poussa un soupir et se dirigea vers la salle de bains. Se glissant sous l’eau brûlante, elle ressentit un délassement bienvenu. Puis, elle sortit de l’eau, se séchant les cheveux et s’habillant d’une robe simple, la mettant en valeur. Elle se regarda un moment dans la glace, se fixant dans les yeux, comme pour se donner du courage. Bon. Quand il faut y aller… Ca ne devait pas être pire que de monter sur scène pour se dévêtir devant des hommes, non ?

Arrivée au bureau du CODEC, elle prit l’ascenseur. Le bâtiment semblait immense et elle était un peu perdue. Elle regarda à gauche puis à droite. Beaucoup de personnes allaient et venaient mais personne ne semblait s’arrêter. Elle avisa le bureau en face d’elle et frappa doucement à la porte. Un jeune homme blond releva la tête de ses dossiers.

Pardonnez-moi, je cherche M. Burton. J’ai rendez-vous avec lui à onze heures.

Elle tourna le regard lorsque ce dernier lui indiqua un homme juste derrière elle dans le couloir. Elle le remercia poliment puis se dirigea, le cœur battant, au bord des lèvres, vers l’homme qui allait décider de son destin.

Oui, c’est bien cela.

Sa voix était faible et elle se secoua mentalement. Elle ne devait pas se laisser abattre. Elle était plus forte qu’elle ne le paraissait. Rejoignant le bureau de Burton, elle entra et s’installa sur la chaise face à la table. L’homme s’assit en face d’elle, sortant son dossier et lui indiquant qu’elle était là pour une évaluation afin de déterminer si elle serait enfermée ou non. Elle déglutit difficilement.

Oui… Je… Je sais ce que je risque…

L’homme semblait d’une neutralité à toute épreuve. Il devait en voir défiler des humains à dons. Il ne devait plus les considérer que comme des numéros avec le temps. Eléonore avait cette impression en tout cas. Il lui demanda de lui parler d’elle. Eléonore prit une grande inspiration, plongeant directement son regard dans celui de Burton.

Je me prénomme Eléonore Swann. J’ai 30 ans et je suis née à Réversa. J’y ai vécu presque toute ma vie. Je… Je n’ai jamais connu mon père, ma mère étant une prostituée…

Elle fit une pause. Eléonore était quelqu’un de fier. Et elle n’était pas fière du métier qu’avait exercé sa mère. Elle-même s’était toujours refusé de partager sa couche avec des hommes pour de l’argent. Paradoxalement, elle trouvait cela moins dégradant de danser nue devant des inconnus que de coucher avec eux.

J’exerce la profession de strip-teaseuse depuis que j’ai l’âge de 18 ans. Je ne sais rien faire d’autre… J’ai découvert mon don lorsque j’ai rencontré mon mari.

Elle s’arrêta net, contrôlant les larmes qui commençaient à lui monter aux yeux, comme à chaque fois que ses pensées s’arrêtaient sur Clément.   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Connor O. Burton
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 218 Livres en banque : 1702 Je suis âgé(e) de : 32
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 17 Jan - 19:36.

Connor écoutait la jeune femme raconter son histoire en la détaillant. Elle semblait fatiguée. Comme beaucoup de ceux qui passaient ici, elle ne devait pas avoir bien dormi la nuit précédente. Swann avait dû angoisser depuis le jour où elle avait reçu sa convocation mais, au moins, le regardait-elle dans les yeux. Nombreux étaient eux qui fuyaient son regard sombre, cachant tout ou partie de la vérité.

Un regard direct pouvait signifier qu'elle était honnête. Ou alors, elle avait un sacré aplomb. Mais, compte tenu de ce qu'elle racontait, son attitude devait sans doute démontrer une certaine fierté malgré ses origines et sa profession. Après tout, Connor n'était pas non plus très fier de toutes ses actions mais, lorsqu'ils les évoquaient, surtout face à un inconnu, il ne baissait pas le regard. Cela serait perçu comme une faiblesse. Au lieu de ça, maintenir un contact visuel prouvait qu'il assumait ses actes, quelqu'en soient les conséquences. De toute évidence, Swann en faisait autant. Elle acceptait qui elle était et l'assumait entièrement. Et puis, jusque là, tout concordait avec les informations qu'avait le spectre.

En évoquant son mari, la brune interrompit son discours. Elle tentait de se contrôler. C'était prévisible. La jeune femme n'avait pas eu une vie toute rose. Cela rappela sa propre existence à Connor et le brun soupira plus bruyamment qu'il ne le voulait. D'un geste mu par l'habitude, il ouvrit le second tiroir de son bureau et en retira, sans même regarder, une boîte de mouchoirs en papier qu'il posa sur son bureau, juste devant la jeune femme.

"Clément, c'est ça ?"

Le ton de sa voix était moins sec que d'ordinaire. Le spectre savait ce que c'était que de tout perdre et son but n'était pas de blesser qui que ce soit. En fait, il n'avait aucune envie d'être là mais c'était le travail qu'on lui avait imposé.

ll regardait Eléonore avec un regard qu'il voulait non agressif et attendit qu'elle soit prête à reprendre. Il n'était pas un salaud insensible contrairement à ce que pensait pas mal de monde. Mais il n'était pas non plus un pigeon. S'il savait être patient, il ne supportait pas qu'on tente de l'amadouer. Si c'était l'objectif de Swann, elle serait bien reçue. Cependant, pour l'heure, il lui laissait le bénéfice du doute.

Connor se radossa donc à son siège et attendit patiemment, sans lâcher le visage d'Eléonore du regard, maudissant une fois de plus celle qui l'avait placé dans ce fauteuil à perdre son temps de la sorte.  
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'ai rédigé autant de missives : 31 Livres en banque : 820
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 3 Fév - 20:22.

LE DESTIN DU CYGNE
CONNOR & ELEONORE
Eléonore avait pleinement conscience qu'elle jouait sa vie en une rencontre. L'homme ne la connaissait pas, ne l'avait jamais vu de sa vie. Il n'avait qu'un dossier qu'il avait lu plus ou moins bien, elle n'en savait rien, et cette entrevue pour décider du reste de sa vie, son avenir était entre les mains de cet homme. Eléonore se demandait combien de personnes pleuraient à son bureau, le suppliait de ne pas les enfermer ou bien tentaient de l'amadouer ou de le corrompre. Le regard sombre qui était planté dans le sien semblait lui indiquer que l'homme était droit et honnête, du peu qu'elle pouvait en juger. Eléonore ne cherchait nullement sa pitié ou quoi que ce soit. Elle était fière. Elle avait eu une vie difficile. Mais elle ne cherchait nullement à ce qu'on la plaigne. Elle était bien trop fière pour cela.

La jeune femme conserva ses yeux bleu ciel fixés dans ceux du jeune homme. Elle répondait seulement à ses questions, franchement, sans faux semblant. Sans rien. Et elle verrait bien. A part son emploi qu'on pouvait lui reprocher, elle n'avait jamais fait rien de répréhensible. Elle était responsable de ses actes et elle avait toujours eu comme ligne directrice de les assumer entièrement.

Les questions de l'homme les amenèrent à évoquer son époux, Clément. Et par là même son fils. Mort. John. Les larmes étaient montées aux yeux d'Eléonore. Détail qui n'avait pas échappé à Burton. Il ouvrit un tiroir et en sortit un paquet de mouchoir qu'il plaça devant elle. La jeune femme pinça les lèvres. Elle fit une longue pause. Puis, d'un geste lent, elle repoussa fermement la boîte de mouchoirs et ravala ses larmes. Elle n'avait que faire de sa pitié. Il ignorait ce que c'était de perdre son enfant, la chair de sa chair. Le seul être au monde qu'elle avait aimé au-delà de tout.

Oui, Clément. Un client qui était venu me voir danser. La première nuit que nous avons partagée a déclenché mes pouvoirs. Nous étions mariés depuis un an lorsque nous avons eu notre fils, John…

Elle s'arrêta. Non. Elle n'avait pas envie de parler d'une chose aussi dure, difficile à un étranger. Son regard dur s'était égaré un bref instant sur la table en face d'elle avant de revenir se ficher dans celui de son interlocuteur.

Savez-vous ce que c'est que de tout perdre ? De sentir votre cœur s'émietter et se fendre. Une telle douleur qui vous terrasse que vous ne parvenez pas à respirer ?

Elle fit une pause.

Savez-vous ce que c'est de perdre son enfant ?

Une tristesse infinie émanait d'Eléonore mais aucune larme. Rien.      
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Connor O. Burton
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 218 Livres en banque : 1702 Je suis âgé(e) de : 32
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 4 Fév - 20:09.

Connor ne réagit pas lorsque la brune repoussa la boîte de mouchoirs vers lui. Elle ne voulait pas de son aide ? Très bien. C'était définitivement une jeune femme orgueilleuse. Il l'écouta tout de même sans broncher lorsqu'elle reprit son récit. Elle raconta brièvement sa rencontre avec son mari et l'apparition de ses pouvoirs avant de mentionner son fils. C'était la partie de l'histoire que Connor n'aimait pas.

Mais cela n'était rien en comparaison de ce que devait ressentir Swann. Connor garda un visage impassible, à grand peine, et encaissa ses semi-accusations.

Tout perdre ? Oui, Connor savait ce que c'était mais il n'était pas là pour parler de lui. Sentir son coeur se briser, presque littéralement ? Oui, il voyait parfaitement de quoi elle voulait parler. Il avait encore du mal à respirer, la nuit, dans sa grande chambre vide et froide, alors que plus rien ne pouvait occuper son esprit.

Perdre son enfant ? Non. Connor ne le savait pas. Du moins, il ne voulait pas le savoir. La semaine avant la mort de Mary, elle s'était mise à être malade, sans aucune raison apparente. Ils en avaient discuté et s'était mis d'accord pour acheter un test de grossesse. Puis, tout était devenu incontrôlable en ville et c'était passé au second plan. Mary était morte sans avoir eu le temps de faire le test et Connor avait refusé de voir les résultats de l'autopsie. Il préférait se dire que ce n'était rien. Qu'ils s'étaient trompés. Qu'il n'avait pas, aussi, perdu un fils, ou une fille. Ca aurait été trop dur.

Le spectre avait relégué cette histoire au plus profond de son esprit. Il ne voulait pas y penser. Il voulait oublier.

"Il ne s'agit pas de moi."

Son ton n'était pas cassant mais plutôt conciliant. Le brun soupira doucement et se rapprocha de son bureau pour y poser les coude et se pencher quelque peu vers Eléonore.

"Ecoutez, je ne souhaite pas vous mettre mal à l'aise, ni remuer le couteau dans la plaie. Pour tout vous dire, je déteste ça autant que vous, mais j'ai un job à faire."

Le brun jeta un oeil à son mug et reposa le regard sur Swann.

"Je vais vous chercher un café."

Aussitôt, il se leva et contourna le bureau avant de sortir. Cela lui donnait l'occasion de retrouver ses esprits et laisser le temps à Eléonore d'en faire de même. Lorsqu'il revint, il posa une tasse fumante devant la jeune femme et reprit sa place derrière son bureau.

"Parlez-moi de votre don. Comment se manifeste-t-il ? Quand et comment l'utilisez-vous ?"

Il lui fallait des informations pour déterminer si le don de la brune nécessitait un contrôle particulier ou non.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'ai rédigé autant de missives : 31 Livres en banque : 820
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 6 Fév - 11:43.

LE DESTIN DU CYGNE
CONNOR & ELEONORE
Eléonore ignorait tout de l'homme qui se trouvait en face d'elle. Qui était-il pour juger de sa dangerosité ou non, elle se le demandait. Avait-il eu une vie tellement difficile qu'il pouvait comprendre ce qu'elle avait traversé ? Il n'était pas là pour ça. Il était juste là pour déterminer si elle représentait un danger pour ses contemporains ou non. Etonnamment, Eléonore était curieuse et elle se demandait comment il parvenait à trier le bon grain de l'ivraie. Lorsqu'elle lança ses questions, l'homme resta impassible, impavide. Son regard sombre continuait de plonger dans le sien, comme pour la sonder. Elle le soutint, sans agressivité. Eléonore était une femme douce et délicate malgré une grande force morale. Combien de femme se serait suicidée à la mort de leur enfant ? Elle avait toujours fermement refusé cette alternative. Pour elle, c'était se renier. C'était abandonner.

Bizarrement, Eléonore avait l'impression que l'homme comprenait ce qu'elle lui disait. Avait-il lui aussi subi des pertes ? Dans le monde actuel, la vie était loin d'être tranquille et le danger rodait partout. Pour un agent du CODEC dans un bureau, elle doutait cependant que le danger résidait dans les dossiers qu'il analysait. Mais qui sait s'il n'avait pas un jour été sur le terrain ?

L'homme rompit le silence, lui déclarant d'une voix étonnement douce qu'il ne s'agissait pas de lui. Eléonore resta silencieuse un bref instant.

Vous nous demandez de vous parler de nous, de nos vies, de notre pouvoir pour déterminer si nous sommes dangereux ou non. Et nous ? Croyez-vous que nous ne nous interrogeons pas sur qui vous êtes ? Pourquoi vous êtes là ? Pourquoi vous faites ce métier ?

Elle avait prononcé ces mots de façon douce également. Elle n'était nullement en colère, seulement curieuse. Mais l'homme ne lui répondrait sûrement pas et elle ne voulait pas insister pour ne pas le mettre en rogne. La précision concernant le fait qu'il n'aimait pas cela intrigua encore plus Eléonore. Il n'était peut-être pas un ennemi ou un homme horrible après tout. Elle lui adressa un léger sourire.

Je vous remercie de votre franchise. Je suis désolée que votre job vous pèse, sincèrement.

Après tout, il n'y était pour rien. Il était le maillon d'une chaîne qu'il n'avait pas forgé. Il proposa de lui ramener un café et la laissa donc seule quelques instants. Elle inspira profondément et relâcha la tension qui naissait en elle. Tout cela était du passé à présent. Elle n'aimait pas se souvenir de tout ça. Lorsqu'il revint, il déposa devant elle une tasse de café fumant. Eléonore le remercia d'un sourire de gratitude. Elle prit le mug entre ses mains, le serrant et se réchauffant agréablement les mains à son contact. Elle prit le temps de boire une gorgée du liquide chaud avant de répondre :

Mon don me permet d'entrer dans les rêves des gens qui sont dans le sommeil. Je peux voir ce dont ils rêvent. Je peux également modeler leur rêve selon mes désirs. Changer des éléments de décor, des éléments du scénario. Ce don se manifeste lorsque je suis fatiguée principalement. Je n'ai jamais bien compris ce qui m'arrive mais d'une certaine façon je me nourris de l'énergie des rêves et je n'ai ainsi pas besoin de dormir. J'utilisais mon don pour tenter d'apporter du réconfort aux personnes qui sont sujettes aux cauchemars. Je n'aime pas voir les gens souffrir. Lorsque je pénétrais dans un rêve torturé, je changeais des éléments, faisais apparaître des paysages magnifiques pour apaiser le dormeur.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Connor O. Burton
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 218 Livres en banque : 1702 Je suis âgé(e) de : 32
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 7 Fév - 16:00.

Connor tâcha de garder une voix calme lorsque Eléonore reprit ses questions.

"Je vous l'ai dit. Il ne s'agit pas de moi."

Il n'avait nullement l'intention de déballer sa vie à cette femme. Il ne la connaissait pas et doutait fortement que cela l'intéresse réellement de toute façon. Qui aurait voulu un exposé de sa vie merdique ? Aussi loin qu'il puisse remonter dans ses souvenirs, Connor n'avait jamais eu vraiment de chance. Le seul moment heureux de sa vie n'avait pas duré lui avait été retiré brutalement sans espoir de le récupérer. A dire vrai, lui-même n'aurait pas aimé un discours sur sa succession de poisse.

A la place, il alla lui chercher un café après qu'elle l'eut plaint pour son job. Ce n'était pas ce qu'il cherchait. Il ne voulait pas de pitié. Juste qu'on le laisse tranquille. Mais ça, c'était sans doute trop demander, … En revenant, il jeta un regard noir sur la fouine qui l'observait du bureau d'à côté et fit de son mieux pour l'ignorer une fois son siège regagné.

Le spectre orienta de nouveau la discussion sur l'ordre du jour et écouta Swann lui parler de son don. Voilà qui était intéressant. La jeune femme affirmait pourvoir se reposer en s'infiltrant dans les rêves d'autres personnes. Elle n'avait donc plus besoin de dormir et pouvait modeler les songes à sa guise.

Connor alluma son ordinateur et le dossier de la jeune femme apparut sur son écran.

"Est-ce que vous contrôlez ce dont où est-ce lui qui vous contrôle ?"

Cette première question était extrêmement importante. Une altération ne maîtrisant pas son don pouvait s'avérer extrêmement dangereuse pour elle-même comme pour les autres.

"Y a-t-il des limites à ce que vous pouvez faire ? Vous est-il déjà arrivé de transformer un rêve en cauchemar ? Pouvez-vous insuffler un rêve ou seulement le modeler ?"

Autant de précisions nécessaire à la prise de décision. Connor nota scrupuleusement toutes les réponses que lu fournissaient Swann sur son dossier en tapant rapidement sur les touches du clavier sans la quitter des yeux plus d'une ou deux secondes. L'informatique ne lui avait jamais posé de gros problème et voilà bien longtemps qu'il savait taper à l'ordinateur sans regarder le clavier.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'ai rédigé autant de missives : 31 Livres en banque : 820
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 13 Fév - 17:13.

LE DESTIN DU CYGNE
CONNOR & ELEONORE
L'homme resta calme mais c'était clairement une fin de non recevoir. Il ne répondrait pas à sa question. Pourquoi le ferait-il d'ailleurs ? Il ne connaissait rien d'elle, il n'allait pas se mettre à lui raconter sa vie.

Eléonore aimait les gens, elle s'intéressait aux autres. Elle était quelqu'un de fondamentalement généreux. Le coeur sur la main, toujours prête à aider son prochain. Elle était cependant loin d'être une nunuche sans force. C'était bien mal la connaître que de le penser. Elle savait s'affirmer et était quelqu'un de fort. Sans cela, elle n'aurait pas survécu aux catastrophes qui lui étaient tombées dessus. C'était étrange, la réaction de cet homme. Il semblait réagir comme elle. Lorsqu'elle avait fait preuve d'une infime preuve de compassion envers lui, son visage s'était fermé complètement, comme s'il la refusait.

Mais si elle s'intéressait à lui, lui ne devait la considérer que comme un numéro, un dossier en plus à traiter, voilà tout. Le café cependant lui réchauffait agréablement les mains et lui donnait du courage. Elle en but une autre gorgée qui chassa les pensées sombres qui planaient autour d'elle.

Ils en venaient enfin au coeur du sujet, son don. Il devrait déterminer si ce dernier était potentiellement dangereux ou non. Etape délicate s'il en est. Eléonore savait qu'elle devrait faire attention à la façon de présenter les choses. Un mauvais pas, une erreur et elle serait enfermée au Ribcage. Et cet homme relativement gentil, suffisamment en tout cas pour lui proposer un café, n'aurait aucun scrupule à l'y envoyer.

La question qu'il lui posa la ramena à la réalité.

Depuis plusieurs années, j'ai acquis une bonne dextérité avec mon don. Je ne me laisse pas submerger par mes émotions. Je peux donc dire que c'est plutôt moi qui contrôle mon don que l'inverse.

C'était la réalité. Il était loin le temps où elle perdait le contrôle et s'insinuait sans le vouloir dans les rêves de personnes de son immeuble par exemple.

Je n'ai pas encore exploré toutes les limites de mon don. Déjà, je ne peux évidemment entrer que dans un rêve à la fois. Je ne peux pas être dans deux rêves de deux personnes différentes. Lorsque je suis dans un rêve, vous avez l'impression que je suis ailleurs, comme si j'étais dans mes pensées mais les yeux ouverts. Au tout début de la découverte de mon don, j'ai transformé une fois un rêve en cauchemar mais je m'en suis aperçu de suite et j'ai lâché. Lorsque je lâche, le rêve redevient ce qu'il était avant que je ne le modifie. Je ne veux pas faire du mal aux autres. Je peux créer un rêve chez quelqu'un qui ne rêve pas encore, oui. C'est le même procédé que pour en modifier un, je pense à des éléments de décor, des gens, des choses et le rêve se créé dans la tête du dormeur.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Connor O. Burton
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 218 Livres en banque : 1702 Je suis âgé(e) de : 32
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 14 Fév - 19:26.

Connor nota scrupuleusement ce que disait la jeune femme. Elle avait appris à contrôlait son don et le maîtrisait aujourd'hui. Toute action était donc volontaire. Si cela jouait en sa faveur pour exclure le risque d'accidents, c'était aussi à double tranchant. Elle ne pourrait pas avancer de circonstances atténuantes dans le cas d'une utilisation abusive.

Elle entra alors dans les précisions relatives à son don. Elle ne pouvait parasiter qu'un seul rêve à la fois. Donc, pas de victimes simultanées. Swann affirma qu'elle pouvait pénétrer un rêve en étant consciente. Elle n'avait pas besoin de dormir pour cela. En effet, lorsqu'elle utilisait son don, elle se décrivit elle-même comme semblant être ailleurs, pensive, mais les yeux ouverts.

Elle avoua aussi avoir déjà changé un rêve en cauchemar mais affirma qu'il s'agissait d'un accident alors qu'elle découvrait son don et qu'elle y avait mis fin rapidement. A quel point Connor devait-il la croire ? Il déterminerait ça plus tard, lorsque l'entretien serait terminé. La jeune femme répéta qu'elle ne voulait faire de mal à personne mais, là encore, à quel point lui faire confiance ?

Enfin, Eléonore lui avoua pouvoir créer un rêve à partir de rien. Chez un dormeur qui n'était pas encore en train de rêver, elle pouvait alors faire ce qu'elle voulait.

Après avoir taper les derniers mots, Connor s'adossa à son fauteuil et fixa la jeune femme un long moment sans parler. Pensif, il tâchait de déterminer dans quelle catégorie il pouvait la placer.

Son don ne semblait pas dangereux mais il constituait une violation de la vie privée de sa victime. Tout le monde ne souhaitait pas que l'on s'immisce ainsi dans ses rêves. Cependant, était-ce assez pour l'enfermer ? Non.

Après plusieurs minutes de silence réflexif, Connor soupira et se redressa sur son siège.

"Vous êtes libre sous certaines conditions."

Il put sentir le soulagement s'échapper de la jeune femme comme c'était le cas pour toutes les aberrations qu'il jugeait suffisamment inoffensives, ou plutôt insuffisamment dangereuses, pour conserver leur liberté et éviter le Ribcage.

"Vous ne devrez utiliser votre don que sur des personnes consentantes. Cela veut dire que vous devez obtenir le consentement oral de chaque personne dont vous visitez le rêve. Dans le cas contraire, vous serez inculpée pour violation de la vie privé."

Il la laissa enregistrer cette information avant de poursuivre.

"Et vous devrez signifier tout changement de votre don à votre agent de liaison que vous devrez rencontrer une fois par mois."

Le spectre s'assura qu'elle avait bien compris tout cela avant de conclure.

"Vous recevrez bientôt un courrier vous précisant tout cela et vous donnant le nom et le contact de votre agent attitré. Ne manquez pas un rendez-vous."

Connor fixa alors sur elle ses prunelles sombres dans l'attente d'éventuelles questions.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Le destin du cygne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Le Bateau Cygne
» Loominëi , la déesse du destin.
» Arc-en-ciel [PV Zarathos][DESTIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Redcliffe :: City Council-