AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan ♥
N'hésitez surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Toute inscription rapportera 100 points !
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages!
MAJ d'avril
Kill your scarlings before they kill you
Découvrez les nouveautés - Intrigue

Partagez | .
 

 Homeless | Cassandra & Blerim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 619 Livres en banque : 2593 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 10 Jan - 14:05.
Homeless

Cassandra & Blerim



Il est tard, deux heures du matin passées. Blerim referme la porte d'entrée, doucement. Il sait qu'il y a des règles à respecter ici. Des horaires. Mais lui, il en a marre. Il a juste envie d'être libre. De ne pas avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. Qu'on lui foute la paix une bonne fois pour toutes. Si cela ne dépendait que de lui, il ne serait pas chez quelqu'un d'autre. Non, il serait seul, dans un appartement miteux, et il rentrerait à l'heure qu'il voudrait, voire pas du tout s'il n'en avait pas envie. Depuis qu'on l'a accueilli ici suite aux incidents qui ont eu lieu dans le Ribcage vers mi-octobre, l'Albanais fait un effort pour ne pas trop déranger le vieux et sa fille, mais parfois c'est vraiment trop lui demander. Ici, il ne se sent pas à l'aise, il se sent surveillé. Il sait qu'ils se méfient de lui. Parce que c'est un lycan. Parce que c'est un étranger. Et un ancien trafiquant, en plus. Oh oui, le blondinet se doute bien que le CAA leur a filé un dossier sur lui, sur son passé. Alors, eh bien, s'ils ont un dossier sur lui, c'est pas la peine de faire leurs curieux et de lui poser plein de questions personnelles. Il a toujours été du genre réservé, de toute façon, et ce n'est pas aujourd'hui que cela va changer. Il ne faut pas compter sur le jeune homme pour découvrir tous les détails sordides de son passé. Et pas qu'à cause de son anglais assez limité, d'ailleurs.

Le lycan est fatigué. L'incertitude, par rapport à sa situation, par rapport à sa petite sœur qu'il refuse de croire morte, ça l'épuise. Il aimerait juste pouvoir s'installer quelque part en ville, trouver sa petite sœur, morte ou vivante et... ne pas avoir peur tout le temps. Mener son petit bonhomme de chemin sans emmerder qui que ce soit, et sans qu'on vienne l'emmerder aussi. Il n'a jamais rien demandé à personne. Car il sait que l'aide, ça vient toujours avec un prix. Quelque chose qu'il faut donner en retour. Là, c'est pareil, il suppose. Ces bons citoyens veillent sur lui, font peut-être même un rapport pour le CAA. Non ? Cela ne l'étonnerait pas. Ce n'est pas de la générosité gratuite, et il le sait. Ils ont passé un accord avec le CAA... Ou bien ils ont été obligés de le faire. Qu'est-ce qu'il en sait ? Tout ça le dépasse tellement. La politique, la manipulation. Certains parlaient des Anges à Réversa, de ce qu'ils avaient pu faire par le passé. Mais ces humains, ces Bristoliens... Valent-ils mieux que ces Anges ?

Un soupir s'échappe de la bouche du jeune homme. Les lumières sont éteintes, il n'entend pas de bruit. Super, ils sont déjà partis se coucher, probablement dorment-ils déjà, sans aucun cauchemar terrifiant. Il les envie presque, cette normalité qu'ils possèdent. Des vies banales, ou du moins, c'est ce qu'il croit. Le vieux, d'origine indienne, semble être un homme paisible, possédant une force tranquille assez impressionnante. Très différente de la force brute qui suintait des pores de son oncle tyrannique et qui inspirait la peur. Cassandra, la fille adoptive, était quant à elle assez discrète. Ils n'avaient que rarement parlé plus d’une minute de suite. Elle est belle, elle a des yeux magnifiques. Blerim ne s'est jamais réellement retenu de la regarder, d'apprécier sa beauté. Mais, clairement, elle n'est pas intéressée par lui, alors il a fini par garder ses distances lui aussi. Ne pas faire de vagues, faire un effort pour obéir aux règles établies, tout simplement. Collaborer dans certaines tâches ménagères parfois. Et comme il y a la forêt tout autour, il laisse son loup se dégourdir les pattes parfois, comme dans le temps. Ça, c'est la plus grosse raison pour qu'il n'ait pas encore tenté de s'enfuir. Ici, il a trouvé un environnement qui lui rappelle la vallée où il est né, en Albanie. La forêt. La Nature. La paix... Cela lui fait beaucoup de bien, ce contact avec la Nature. Il en oublie presque que le Ribcage n'est pas très loin. Dans le fond, l'idée de rester ici ne lui déplaît pas tant que ça, à vrai dire.

Par contre... Ils ne sont pas au lit, non. Le lycan vient tout juste de s'en rendre compte, grâce à son odorat fin. Les lumières s'allument alors soudainement. Ils l'attendaient. Bordel.

« Bonsoir. »

Dit-il, comme si de rien n'était. Bah quoi ? Ce n'est pas la première fois qu'il rentre tard sans prévenir, mais... Lui n'est pas son père et elle, elle n'est pas sa sœur ! Ils ne vont pas le gronder quand même ? Le Balkanique se dirige alors vers le frigo pour attraper une bière, qu'il décapsule ensuite. Son regard cristallin croise celui de l'indien, lourd de reproches. Blerim serre la mâchoire. Etrange sensation, il aurait presque préféré qu'il le gronde. Il regarde alors la jeune femme, avant d'aller s'affaler sur le canapé, bière à la main. L'étranger poussa un soupir.

« Désolé. Le temps passe trop vite... Je ne vois pas l'heure. Je ne veux pas inquiéter. »

Comme d'habitude, son anglais est rouillé et il ne sait toujours pas conjuguer les verbes au passé. Mais quoi, il vient de s'excuser, non ? Il ne manquerait plus qu'ils l'interrogent sur ses occupations, hein ? Quand il n'est pas sous leur toit, il peut sniffer autant de coke qu'il veut. Ils ne sont pas sa famille. Pas son foyer. Il refuse.

made by black arrow


Dernière édition par Blerim D. Troshani le Mer 11 Avr - 12:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Cassandra Cicéron
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 67 Livres en banque : 1723 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 14 Fév - 17:37.
Nous l’avons accueilli, mon père adoptif par pure générosité, et moi car il me ressemble. Nous sommes tous les deux plus que de simples humains mais nous sommes aussi des monstres aux yeux de ces mêmes humains. La plupart d’entre eux nous pourchasseraient et nous voudraient morts. Nous le savons. En revanche, ça Blérim ne le sait pas encore. Que je suis un elfe. Que je suis à part, comme lui. Et il semblerait que lui aussi nous ait caché des choses. Nous avons quelques informations aujourd’hui. Papa s’est débrouillé pour en apprendre plus, pour me protéger. Il est comme ça, il fait confiance mais jusqu’à une certaine limite. Il ne veut pas mettre sa famille en danger et il sait à quel point je peux être vulnérable, même si ça m’écorche complètement la langue rien que d’y penser.

Malgré tout, le regard qu’il porte à Blérim que l’on a accueilli avec générosité chez nous et sans rien demandé ne va pas aider à la discussion, je le sais, car à la place du garçon, je me serais juste terrée dans un profond mutisme. Alors je prends une initiative qui me coûte cher mais qui va surtout fortement déplaire à Poppy, mais c’est pour le mieux, pour tout le monde.

« Poppy, tu veux bien nous laisser seuls Blérim et moi, tu voulais aller voir les étoiles cette nuit, profites-en… » je lui dis en souriant.

Il me regarde longuement, sans réellement exprimer le moindre sentiment. Il finit par se lever, jeter un regard noir au garçon et me chuchote à l’oreille d’être prudente et de l’appeler dès que nécessaire. Je dépose un baiser sur sa joue et souris en le regardant s’en aller. Je prends alors le dossier que Poppy avait dans les mains et je le dépose devant Blérim qui s’est installé dans le fauteuil comme chez lui. A vrai dire, il est chez lui, c’est ainsi que nous avons souhaité qu’il soit lorsque nous l’avons accueilli.

« Ne t’en fais pas tu es libre de rentrer quand tu veux du moment que tu ne réveilles pas tout le monde. Comme si tu étais chez tes parents en somme. Mais nous sommes là car nous t’attendions. Nous avons reçu ça aujourd’hui… » et je dépose le dossier devant lui. Le logo du Ribcage est surement ce qui marque au premier coup d’œil. Et dès la première page, il y a les informations connues sur Blérim. Ensuite, il y a des infos concernant des activités qui lui seraient reconnues.

« Poppy n’a pas apprécié la lecture car tu n’as pas été sincère avec nous. Tu as une explication ? »

Je suis calme et douce quand je lui parle car comme avec Jarod, je suis positive et je laisse toujours le bénéfice du doute aux autres. Moi-même je suis vue comme une monstruosité par des gens qui ne savent pas qui je suis, alors je peux comprendre que l’on cache ce que l’on est ou notre passé. Tout comme je cache mon identité et mon passé à ceux que je ne connais pas… soit énormément de monde. Peut-être est-il tant de dire la vérité, moi aussi, à cet homme qui n’a plus de vraie maison. Car ce qui m’a le plus marqué dans ce dossier, c’est de voir qu’il a une petite sœur disparue…

« Non, en fait, tout ce que je veux savoir c’est si malgré ce qu’on peut lire dans ce dossier, tu peux nous promettre que nous risquons rien. C’est tout ce que Poppy veut savoir. Quant à moi, je me demande bien qui a pu glisser ce dossier dans notre boîte aux lettres et qui peut bien en savoir autant sur toi. » Car en effet, tout cela me paraît bien louche.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 619 Livres en banque : 2593 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 15 Fév - 19:12.
Homeless

Cassandra & Blerim



Il se sent stupide, de ressentir ainsi une certaine culpabilité pour son comportement, comme s'il était un adolescent qui avait brisé les règles. Parce qu'il n'est plus un adolescent et les règles, il a toujours dû les briser. Sauf celles que lui imposait son oncle, bien entendu. Blerim n'a pas envie de se justifier, pas envie de s'excuser. Il voudrait juste qu'on oublie qu'il existe et qu'on lui foute la paix, une bonne fois pour toutes. Etait-ce trop demander ? Apparemment, oui. Décapsulant une bière, tout en se justifiant quand même d'un air désinvolte, le lycan finit par pousser un soupir fatigué. Il aurait sérieusement préféré qu'ils soient déjà en train de dormir, qu'ils ne l'aient même pas entendu rentrer. Sauf que, pas de chance, ils semblaient l'attendre, peut-être bien pour le gronder comme on gronderait un gosse. Sérieux, si le vieux veut vraiment le faire, il risque de le voir faire demi-tour et partir. Qu'ils aillent tous se faire foutre, tous.

Finalement, c'est Cassandra qui prend la parole, demandant à son père adoptif de les laisser seuls. Le regard du blondinet croise brièvement celui de l'homme, tandis qu'il n'ose piper mot. Allez, c'est ça, va voir les étoiles et fous-moi la paix. Installé dans le canapé, le loup détourne le regard, se contentant de boire tranquillement une gorgée de sa bière. Mais il arrive mine de rien à entendre ce Poppy vient de dire à la jeune femme. Une ouïe particulièrement développée, voilà l'un des avantages de la lycanthropie. L'Albanais se pince les lèvres, agacé. On le voit toujours comme une menace, comme un délinquant. Il a tout fait pour leur plaire, du moins à sa façon, mais bien entendu, ce n'est pas assez, ce ne sera jamais assez. Il sera toujours un étranger, un lycan, un monstre que les gens voudront chasser de chez eux. Il ne devrait même plus s'en étonner, à vrai dire.

Une fois que Poppy est parti, Cassandra s'approche du Balkanique, lui assurant qu'il est libre de rentrer quand il veut, du moment qu'il ne réveille pas tout le monde. Comme s'il était chez ses parents. Ces paroles résonnent dans l'esprit du jeune, réveillant des souvenirs aussi agréables que douloureux. Il n'a pas grandi dans une grande maison, bien au contraire, il est né dans une petite maison sans grandes conditions, où il faisait trop froid l'hiver, avec des parents pauvres qui ne pouvaient pas lui offrir une vie pleine de luxe. Mais il avait de l'amour ; ses parents étaient là pour lui, ils prenaient soin de lui, même si la vie était dure et que la vie dans la campagne n'était pas facile, surtout dans ce petit village isolé dans les Alpes albanaises. Ils lui avaient imposé des règles, des horaires, lui avaient confié des tâches, avec les animaux ou bien dans l'agriculture, mais ce n'était pas parce qu'ils ne lui faisaient pas confiance. Non, c'était tout l'inverse. C'était justement parce qu'ils savaient que Blerim ne les laisserait pas tomber. En réalité, il n'avait rien d'un rebelle avant que Dardan ne les emmène tous vivre à Tirana avec lui, suite à la mort de son père. Son caractère relevait plus de l'agneau innocent que du loup sadique. Mais ça, c'était avant. Il y a bien longtemps. Blerim déglutit, toujours aussi silencieux.

Puis il le reconnaît, ce logo.

La créature frissonne, sa respiration se fait plus saccadée, malgré lui. Mille pensées se multiplient dans son esprit, les sentiments partent dans tous les sens. La peur, plus forte que tous les autres. Il ne veut pas y retourner, vraiment pas. Il fera tout ce qu'il faudra, absolument tout, pour ne pas avoir à subir ce martyre à nouveau. Le lycan pose alors sa bouteille sur la table basse, avant d'attraper vivement le dossier. Comment ça, ils ont reçu ce dossier aujourd'hui ? C'est qui qui est venu leur apporter ça ? Et dans quel but ? Le cœur de l'étranger s'accélère, tandis que ses yeux parcourent rapidement les diverses pages, étudiant les mots, les phrases. Les infos, surtout. Il y a... tout. Poppy et Cassandra sont au courant de tout maintenant, ils connaissent désormais ses plus sombres secrets, la noirceur qui se cache derrière ses yeux bleus. Pas étonnant qu'ils lui en veuillent... Blerim lâche le dossier, avant de passer une main dans ses cheveux, nerveusement. Main qui se glisse ensuite sur ses yeux, sur son visage, alors que la voix douce de Cassandra lui demande des explications. Le lycan relève son regard clair vers la brunette.

« Je ne veux faire du mal à personne. Jamais. »

Dit-il, les sourcils froncés. Buvant une nouvelle gorgée de bière, plus longue cette fois-ci, le loup se penche ensuite en avant, les coudes appuyés sur ses genoux.

« Je sais pas. Le Ribcage sait tout. Le gouvernement d'Albanie aussi. Je vois pas... qui d'autre. »

A moins que ce ne soit son frère aîné, Arbën, qui l'ait dénoncé. Cela fait longtemps qu'il ne l'a pas vu, parce qu'Arbën, lui, est parti en Italie il y a quelques années déjà, échappant ainsi au contrôle d'oncle Dardan. Mais, de toute façon, c'était lui que Dardan voulait, pas l'aîné. Il voulait le mâle le plus jeune, le plus manipulable. Son bras droit, son futur héritier. Alors qu'en réalité, le jeune Albanais voulait juste vivre sa vie, loin de cet enfer, de ce chemin qu'il n'avait pas choisi. Alors si c'est vraiment l'œuvre d'Arbën, ça l'étonnera quand même. Parce qu'il n'a pas donné de nouvelles depuis longtemps. Et puis, comment aurait-il su qu'il était en Angleterre ? Blerim n'en a pas la moindre idée. Un lourd soupir s'extirpe de la bouche du blond. Il n'ose pas regarder Cassandra dans les yeux. La honte est trop forte, cuisante. Trop douloureuse.

« Maintenant, vous savez tout. Tout ça... C'est vrai. Je suis mauvaise personne. Je suis monstre... pas parce que je suis loup, mais... Parce que je suis mauvaise personne. »

Sa mâchoire se serre, les larmes voilent ses yeux.

« Je ne veux pas être un monstre. Je suis... obligé. C'est mon oncle qui m'oblige. Il vient dans mon village, on va tous à Tirana. Moi, mon frère, ma petite sœur et ma mère. Mon père est mort, on a besoin d'argent. Mon oncle a l'argent, et il veut moi avec lui. Il épouse ma mère, et il lui fait du mal. Il la tue. J'ai juste peur... Je veux protéger ma sœur, alors je dois faire ce qu'il veut. Choses... horribles. Je fais tout. Comme ça, Drita va bien, elle fait des études. Puis... » Sa voix se brise, les larmes traîtresses s'échappent. La main du lycan va aussitôt en sécher la moindre trace, rageusement, honteusement. « Je veux arrêter, je veux pas faire ça... Alors j'aide les femmes, elles s'en vont. Mon oncle sait et il fait disparaître Drita. Il l’envoie, avec les prostituées. Parce que j'ai fait ça... Alors oui, je tue mon oncle. Si je peux, je le tue dix fois. Parce que... Drita est morte. Ils me disent, au Ribcage. Elle est... morte. »

Le Balkanique se relève, tournant le dos à la Britannique. Reniflant pendant un instant, Blerim tente de reprendre contenance. Sa fierté vient de prendre un sérieux coup, mais au moins, il l'a dit. Non sans massacrer les temps verbaux, mais il l’a dit.

« J'aime pas parler de ça. Si vous voulez, je m'en vais demain. »

De toute façon, il est seul, il a toujours été seul, et ça ne changera jamais.


[HJ : Désolé pour le pavé, j’étais à fond XD]

made by black arrow


Dernière édition par Blerim D. Troshani le Mer 11 Avr - 12:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Cassandra Cicéron
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 67 Livres en banque : 1723 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 18 Fév - 10:19.
Je suis contente de voir que Poppy coopère. C’est surement car il sait que je suis douce et donc plus à même d’obtenir la vérité et des éléments de réponse.  Surtout avec Blérim qui est un lycan et étranger et doit donc ne pas se sentir à l’aise ici. Ce qui est dommage car je me suis attachée à lui en quelques mois et il a obtenu ma confiance. Cependant, avec le dossier que nous avons eu en mains, je ne suis pas sûre de pouvoir continuer sur le même chemin. Forcément, je vois les choses d’un autre œil. Pourtant, comme avec Jarod il y a quelques jours, je lui laisse le bénéfice du doute et l’occasion de s’expliquer, de me convaincre, de m’expliquer. Je suis convaincue qu’il y a du bon en chacun de nous, même en ceux qui ont propagé le feu dans la forêt de Reversa, même en celui qui m’a violé.

Je peux lire l’incompréhension dans le regard de Blérim alors que je dépose le dossier sous ses yeux, puis la peur. Je lève un sourcil dans l’attente de voir ce qu’il va me dire. Je sais qu’il reconnaît le logo, son regard parle pour lui. J’ai d’ailleurs remarqué que j’arrivais souvent à interpréter ses faits et gestes. Quoi qu’il en soit, je crois le connaître assez pour voir s’il ment ou non. Et à voir la transformation soudaine de ses traits faciaux, Blérim n’est pas bien avec cette histoire.

« Le Ribcage, tu le sais aussi bien que moi, ce logo en est le symbole… Est-ce que tu crois que c’est un avertissement pour nous prévenir qu’ils savent qu’on t’héberge et donc où te trouver ? »

Je suis moi-même une elfe et je dois faire profil bas, ma seule chance étant qu’ils s’intéressent à d’autre types de personnes, des personnes comme Blérim. Et ça me fait mal au cœur, car nous sommes tous pareils finalement et nous ne choisissons pas notre naissance. De plus être lycan ou elfe ou encore humain à don ne fait pas de nous des êtres forcément dangereux. C’est notre éducation ou encore notre conditionnement qui fait de nous l’être que nous sommes.  J’observe alors le garçon dont l’expression change, soudain. Son regard se voile et sa voix tremble. Il m’explique tout avec une sincérité fulgurante. Mon cœur se serre et je m’en veux de l’avoir poussé à s’expliquer, mais cela me permet aussi de voir qu’il n’est qu’un pion, le pion d’un homme apparemment vil. Car oui, même si je laisse le bénéfice du doute à la plupart des gens, je sais aussi qu’il existe des personnes qui rejettent leur bon côté.

Son discours est épreint de tant d’émotions…cela me brise le cœur. Je comprends qu’il a été forcé de faire toutes ces horreurs pour survivre et pour protéger sa petite sœur… mais où est-elle désormais ? Ma question trouve rapidement réponse et je suis horrifiée. J’ai beau être agoraphobe et phobique du toucher, je ne suis pas insensible et je sais à quel point un petit contact peut apaiser un grand chagrin. Alors je me lève et je m’approche de Blérim. Sans crier gare je le serre dans mes bras. Mes mains tremblent, je n’ai plus l’habitude de cet exercice moi qui était pourtant douce attentionnée et tactile envers mes proches avant. L’étreinte est brève mais sincère. Alors que je m’écarte, je mets mes mains tremblantes sur son visage.

« Blérim, il n’est pas question que tu partes, on peut t’aider. Mais nous avons besoin que tu sois sincère avec nous. On ne peut pas t’aider si tu refuses de nous faire confiance. Tu comprends ? »
Je romps alors le contact et me recule.

« Tu m’autorises de parler de tout ça à Poppy ? »
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 619 Livres en banque : 2593 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 20 Fév - 17:27.
Homeless

Cassandra & Blerim



Ce logo le fait frissonner. Parce que c'est bien plus qu'un simple logo. C'est le symbole-même de l'enfer. Cet enfer où on l'a privé de sa liberté, de sa dignité. Cet enfer où on l'a manipulé, torturé, agressé. Cet enfer où on lui a dit que sa sœur est morte. Ce logo, c'est le symbole d'un passé récent, encore trop douloureux dans son esprit. Pire, c'est le rappel que sa liberté ne tient qu'à un fil. Il suffit simplement qu'ils ordonnent son emprisonnement à nouveau, et c'est fait, cette liberté est détruite, réduite en poussière. A moins qu'il ne décide de s'enfuir... Mais pour aller où, et avec quel argent ? Et avec quels documents ? Après avoir tué son oncle et mis le feu à la maison, Blerim avait quitté l'Albanie avec plusieurs fausses identités bien cachées et pas mal d'argent également. Désormais, le Ribcage lui avait tout enlevé. Le lycan regarde Cassandre, avec un étrange mélange de révolte et de résignation qui lui rongeait les entrailles.

« Ils savent. C'est eux qui envoient les prisonniers en ville après l'incendie. Ils voient tout. Ils voient tous. »

C'est marrant que Cassandra en doute... peut-être que Poppy ne lui a pas tout raconté ? Parce que c'est bien le gouvernement, et plus précisément le Ribcage, qui l'a envoyé ici. Ils ont envoyé les Aberrations chez des familles d'accueil, temporairement. Blerim sait depuis le début que cette liberté retrouvée, c'est juste parce que le Ribcage a brûlé et qu'il est désormais inhabitable. Ce n'est pas parce qu'ils sont soudainement devenus généreux qu'ils lui ont rendu sa liberté, non. Pour combien de temps au juste ? Ça, le Balkanique n'en sait rien. Il essaie de ne pas y penser, de ne pas se poser de questions... Mais parfois, c'est difficile de faire comme si de rien n'était, voire même impossible. Le passé le rattrape, ses peurs les plus profondes l'étranglent. La preuve, il a fait une crise de panique dans ce bar, il y a quelques semaines. Comme quoi, le lycan est un bel et bien humain aussi.

Le jeune homme sait qu'il lui doit des explications. Ainsi, il laisse la vérité franchir ses lèvres, douloureuse, chargée de souvenirs pas moins douloureux. En parler, c'est comme revivre toutes ces situations à nouveau. Cette peine qu'il ressent est si forte qu'il en a l'impression de ne plus avoir vraiment de cœur. Juste un trou béant, au fond de son âme. Alors qu'il relève ses prunelles cristallines vers la brunette, le lupin remarque que cette dernière vient de se rapprocher de lui. Puis elle le prend dans ses bras. Immobile, la créature ne sait pas comment réagir. Il n'ose même pas lui rendre son étreinte, trop dépassé par les sentiments qui le secouent. Et par ce contact humain, si rare depuis plus d'un an et demi. Bon Dieu, que ça lui fait du bien. Sauf qu'alors qu'il s'apprête à passer ses bras autour d'elle, Cassandra rompt le contact. Trop tard. Déstabilisé, le lycan déglutit, avant de fermer les yeux quand la Britannique prend son visage entre ses mains. Lui faire confiance... Ce n'est pas si facile pour lui, mais en cet instant, Blerim lui fait confiance, oui. Hochant la tête, l'ancien trafiquant rouvre les yeux, mais encore une fois, alors qu'il voulait plonger son regard dans celui de la jeune femme, elle rompt le contact et s'éloigne. L'étranger ignore si elle a fait exprès ou si c'est juste le hasard. Mais le fait est qu'il voudrait la prendre dans ses bras pendant de longues minutes.

Mais ce n'est peut-être pas une bonne idée, alors autant ne rien dire. Il était un intrus ici, dans cette maison, dans cette famille. Et il devrait retourner au Ribcage un jour ou l'autre, non ? Autant ne pas trop s'attacher. Le loup doute fort que, même si par miracle ils le veulent, Poppy et Cassandra puissent réellement convaincre les autorités de le garder ici avec eux, de toute façon. Mais bon, ne serait-ce que pour quelques semaines de plus, il a au moins un toit, un endroit sûr où il peut dormir, où on lui donne à manger, et qui en plus se trouve près d'une forêt où son loup peut se dégourdir les pattes sans embêter personne. En réalité, il n'a pas vraiment de quoi se plaindre, lui qui a passé presque dix mois en captivité, comme un animal. Blerim soupire.

« Oui. Il sait maintenant qui je suis, de toute façon... »

Et puis, il n'a pas vraiment le droit de l'empêcher de tout raconter à son père. Pas s'il ne veut pas redevenir ce monstre qu'il a longtemps été. Il faut qu'il fasse un effort pour faire taire sa paranoïa et ne pas croire qu'elle va tenter de lui planter un couteau dans le dos. Fatigué, Blerim va à nouveau s'asseoir dans le canapé.

« Ma liberté... Ma liberté est... j'sais pas comment dire. Peu de temps. Le Ribcage brûle, alors les gens sont en ville, mais... Le Ribcage ne veut pas d'Aberrations libres. Et ils savent qui je suis. Je peux pas fuir. »

Il est coincé dans cette ville, comme il l'était avant à Réversa à cause de la quarantaine. Sauf qu'à Bristol, c'est pire. Parce qu'ici, le surnaturel n'est pas normal, et encore moins toléré. A se demander si cela pourra vraiment changer un jour...
made by black arrow


Dernière édition par Blerim D. Troshani le Mer 11 Avr - 12:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Cassandra Cicéron
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 67 Livres en banque : 1723 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 14 Mar - 21:29.
Être une aberration dans le monde actuel n’a rien d’une partie de jeu de carte. C’est compliqué à assumer et pire à affronter. Soit l’on vit derrière un masque qu’il ne faut enlever sous aucun prétexte au risque d’être découvert, soit l’on vit en cage comme n’importe quelle expérience de laboratoire. C’est honteux, car personne n’a demandé à en être une et pire faire partie de cette catégorie de la population ne fait pas de nous des êtres mauvais. Mais le Ribcage s’en contre-fiche et suit désormais des tas de personnes. Visiblement, Blérim en fait partie. Mais cet homme, qui me fait face, n’a riend ‘un monstre. Sur le papier peut-être, dans son passé il l’a été assurément, mais dans le présent, au sein de notre foyer, il est une personne que nous apprécions. Son seul défaut : nous avoir caché la vérité sur son passé. Car celle-ci est importante et surtout en être au fait nous prémunie de potentielles surprises futures.

Pourtant, je m’en veux de l’obliger, presque, à raconter ce qu’il a fait pourquoi il l’a fait et surtout de voir toute l’émotion avec laquelle il évoque ce passé tabou. Mon cœur se serre et mes traits se tirent. Je sais que je suis un cœur d’artichaut et c’est d’ailleurs ce trait de personnalité qui abaisse mes barrières quelques instant et me permet ainsi de le prendre dans mes bras, de le toucher, de le rassurer via un contact physique que je ne me serais autrement pas permis, par simple peur du toucher. Car j’en suis arrivée là de mes propres aventures…Je sais que ce que je lui donne est peu mais j’espère au moins lui faire comprendre qu’il ne craint rien et que je ne le rejette pas, pas le moins du monde. Je comprends qu’il ait un passé difficile, qu’il ait dû faire des choses horribles que je ne peux pas juger. Et je respecte son chagrin, sa propre honte, également, envers ce qu’il a bien pu faire.

Je finis par lui sourire avec douceur. De celle que j’ai également avec les animaux, parce que je les comprends et je peux lire leur douleur. Je la vois aussi en Blérim et en sa part animale.

« Merci Blérim, merci de me faire confiance. »

Je vais alors m’assoir à côté de lui dans le canapé, prenant un plaid pour me couvrir. Les loups ont de la chance, ils n’ont jamais froid et Poppy a laissé la porte entre-ouverte en partant, surement pour mieux entendre…

« Tu penses que ta liberté va être de courte durée ? » je lui demande pour l’aider à trouver ses mots. Mon regard se fige sur le mur qui nous fait face. Malheureusement, je pense qu’il a raison, à moins que nous l’aidions.

« Dis moi, tu connais des gens ici, à part Poppy et moi ? Car nous pouvons peut être t’aider à te faire une nouvelle identité. Il te restera à trouver un emploi et un logement pour ne pas que le Ribcage te retrouve le temps que tu puisses faire ce que tu étais venu faire. » j‘ajoute, enthousiaste à l’idée d’aider quelqu’un dans le besoin. Je pourrais toujours faire appel à l’homme qui m’a fait mes faux papiers il y a des années de ça désormais…
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 619 Livres en banque : 2593 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 22 Mar - 14:15.
Homeless

Cassandra & Blerim



Le lycan lui adresse un petit sourire fugace alors que Cassandra le remercie pour lui avoir fait confiance. En effet, ce n'est pas facile pour Blerim de s'ouvrir de la sorte et encore moins de faire confiance à quelqu'un. Après tout ce qu'on lui a fait subir, d'abord en Albanie et ensuite en Angleterre, notamment pendant son séjour au Ribcage, le blond se méfie énormément de tout le monde. Toujours sur le qui-vive, toujours à craindre le pire. Mais ce n'est pas si étonnant, pas vrai ? Parce que c'est bel et bien ce à quoi il a toujours eu droit, et aussi ce qu'on lui a appris à faire aussi : le pire. Mais aujourd'hui, il peut déceler dans les yeux de la jeune femme une compassion sincère et une réelle envie de l'aider. Il n'y est plus vraiment habitué, tellement que cela le met un peu mal à l'aise. Mais il ne lui tourne pas le dos, il ne s’enfuit pas. Non, il reste, parce que sa présence lui fait du bien et que, pour une fois, il arrive à parler de son passé sans qu'on ne le pointe du doigt.

La créature retourne finalement s'asseoir dans le canapé, avant de reprendre la parole. L'étranger veut souligner le fait que sa liberté n’est que temporaire, mais il a, comme si souvent, du mal à trouver les mots justes. L'Albanais hoche alors la tête lorsque Cassandra essaie de l'aider. Une liberté de courte durée, effectivement. La jeune femme lui demande alors s’il connaît des gens à Bristol, à part Poppy et elle, lui proposant ensuite son aide pour qu’il puisse se faire une nouvelle identité, histoire qu'il puisse faire ce qu'il était venu faire ici au départ : trouver Drita. Des haut-placés du Ribcage lui ont dit que sa petite sœur était morte, mais... L'espoir brûle encore, timidement, au fond de lui. Devrait-il vraiment s'y accrocher, encore et encore ? Le regard clair du Balkanique se fait plus pensif au fur et à mesure que les paroles franchissent les lèvres de l’Anglaise. Il est partagé entre l’envie de semer les types de la CAA et la lassitude que le fait de se cacher provoque. Le lycan attend quelques secondes avant de lui répondre, le regard toujours perdu dans le vague.

« J’suis fatigué d’avoir peur... Et de me cacher aussi. Je suis juste... Fatigué. Tellement fatigué… »

Un soupire s’extirpe de la bouche de l’ancien trafiquant, qui passe une main dans ses cheveux bouclés. Sa vie est devenue un merdier sans nom. Retourner en Albanie, c’est juste impossible pour lui. Pas avant un long moment, en tout cas. Les hommes de Dardant veulent le voir mort, tandis que la police albanaise sait pour ses crimes, notamment le meurtre de son oncle. D’ailleurs, les autorités albanaises voulaient le juger là-bas, ils voulaient son extradition. S’il n’avait pas passé cet accord avec les types du Ribcage, on l’aurait juste renvoyé dans son pays natal sans aucune pitié et il serait aujourd’hui en prison, voire mort. Mais, de toute façon... Dushkan est mort, Dushkan n’a plus de famille. Dushkan était un gentil garçon qui a été obligé de devenir un monstre pour pouvoir survivre. Dushkan est condamné à mort.

Mais pas Blerim. Pas forcément.

Blerim représente sa deuxième chance, son nouveau départ en Angleterre, loin de toutes ces histoires de trafic, de meurtres, de décadence. Et, mine de rien, les dirigeants de la CAA lui ont permis de garder cette identité, de ne plus redevenir Dushkan. En quelque sorte, ils le protégeaient... Même s’ils lui faisaient aussi subir le martyre avec tous ces tests et expériences louches dans ces laboratoires. Il n’y a pas à dire, ce ne sont pas des gens bien, ils s’en foutent s’il va bien ou non. Mais redevenir quelqu'un d'autre, adopter une autre identité, ça en finirait avec cette pseudo-protection qu'il a encore contre les autorités albanaises. Le problème, là, c'est qu'il n'est pas vraiment en mesure de se faire passer pour un Britannique. Il ne parle couramment que l'albanais, son anglais est bancal. Il lui faudrait des cours, énormément de cours, pendant des mois, voire des années. Et une fausse identité albanaise... Eh bien, le lycan se doute bien que la CAA ne mettrait pas bien longtemps à remonter jusqu'à lui, désormais qu'ils le connaissent, lui et son histoire. Le Balkanique relève ses prunelles claires vers la jolie brune.

« Je veux pas me cacher tout le temps. Et... Je veux pas vous mettre en danger. Si je dois retourner dans le Ribcage... Je sais pas. Je le fais ou je m'en vais. Mais... je peux pas retourner en Albanie... Et ils savent tout, fausse identité n'aide pas beaucoup... Mais merci pour l'aide. Vous faîtes beaucoup pour moi déjà. »

C'est la première fois qu'ils les remercie ouvertement pour leur accueil, mais c'est sincère. Il sait qu'il a eu beaucoup de chance en tombant sur Cassandra et Poppy.

made by black arrow


Dernière édition par Blerim D. Troshani le Mer 11 Avr - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Elf normal is my jam
avatar
Cassandra Cicéron
❝ Elf normal is my jam ❞
J'ai rédigé autant de missives : 67 Livres en banque : 1723 Je suis âgé(e) de : 29
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 10 Avr - 22:36.
Je dois bien avouer que j’ai dû mal à imaginer ce que Blérim a pu traverser comme épreuves jusqu’à aujourd’hui, surtout après avoir commis ces horreurs. Malgré tout, ainsi que je l’avais précisé à Jarod, je crois en la bonté en chacun de nous et je donne facilement une seconde chance c’est pourquoi je veux l’aider, d’une manière ou d’une autre. Certains diront que l’accueillir chez nous, le nourrir et le blanchir c’est déjà une grande aide, mais le pauvre ne pourra pas toujours se cacher et s’oublier, oublier sa propre existence juste pour survivre. Il lui faut pouvoir sortir au grand jour ! J’ai la chance, personnellement, d’être une Elfe. Nous pouvons facilement nous fondre dans la masse et nous faire oublier. Ce qui n’est pas le cas d’un loup qui finit toujours par se faire remarquer.

C’est tout naturellement que je pense à Jarod alors que nous discutons de son temps de répit. Il m’a aidé, et il a aidé dans de pires situations je pense, alors pourquoi pas ?

« Je comprends, Blérim, c’est pour cela que je te propose une nouvelle identité. Quoi de mieux pour repartir de zéro ? »

Mais je comprends qu’il n’ait pas envie de se cacher encore et toujours. Malheureusement, je crois qu’il nous faut nous habituer à cette vie de paria et de criminels. Nous cacher est le seul moyen de survivre et de pouvoir aller de l’avant malgré les atrocités de notre passé.

« Ils savent tout ou presque. Une nouvelle identité peut te cacher. Je sais que c’est encore faire des sacrifices. Mais une autre coupe de cheveux, une autre couleur et un autre nom et tu seras un homme nouveau. Et l’accent ? Peu importe, on peut très bien te faire faire des faux papiers d’un ressortissant des pays de l’est pour justifier ton accent. Mais crois, cette vie, même si au fond elle ne serait qu’une façade, serait-ce que tu pourrais avoir de mieux pour vivre tranquillement tout en poursuivant ton but. Je le crois sincèrement. »

Après, je ne m’y connais pas très bien dans ce domaine, mais je suis convaincue qu’avec les bons contacts, il y a moyen de faire quelque chose de solide et de durable. Et s’il veut se lancer sur cette route, je l’aiderai malgré mes phobies, malgré le fait qu’il nous ait caché pas mal de choses alors qu’on l’a accueilli sans poser de questions.

« Et ne nous remercie pas Blérim c’est naturel. Tout ce que l’on demande c’est de l’honnêteté en retour. Tu as le droit d’avoir eu une vie compliquée mais ne nous fais pas de mal, soit franc avec nous et toi-même et tout ira pour le mieux. Je te le promets. »

Ce garçon est touchant, je ne peux pas le nier. Mais il va avoir des décisions compliquées à prendre dans l’avenir, ça c’est une chose certaine !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 619 Livres en banque : 2593 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 16 Avr - 13:27.
Homeless

Cassandra & Blerim



Cassandra est gentille. Cela fait déjà des semaines qu’il vit sous le même toit que la jeune femme, mais on peut dire que ce soir, c’est la première fois qu’ils se sont réellement rapprochés. Et ce, après qu’elle soit au courant pour son passé sombre, pour toutes choses horribles qu’il a faites. Le lycan ne s’y attendait pas, à ce qu’elle ne le juge pas, à ce qu’elle lui propose même son aide. Blerim n’est pas habitué à la générosité des gens, lui qui n’a eu droit qu’au pire de leur part. Des assassins, des traîtres, des monstres. Lui-même en est devenu un pour pouvoir survivre. Mais, dans le fond, l’Albanais n’en est pas un. Néanmoins, si Cassandra est capable de comprendre cela, les autres ne le sont pas. Le gouvernement anglais, notamment. La CAA et ses agents non plus, sans doute. Il est un lycan, un ancien trafiquant, un meurtrier… Un monstre, tout simplement. Une Aberration, comme ils disent. Ils seraient bien contents de le retrouver, une balle dans la tête, au bord de la route, comme une merde. Comme s’il n’avait pas une once d’humanité en lui et qu’il ne méritait que la plus atroce des morts.

Blerim sait bien que la mort est tout ce qui l’attend ici. La mort ou la prison, pour toujours. Même s’il le voulait, il ne pourrait pas passer le Rituel, parce qu’il est un lycan-né. Quand il était encore à Réversa, avant la Révélation, le Balkanique en a entendu parler, il s’en souvient. Les mordus peuvent redevenir humains, perdre une partie d’eux mais survivre. Pas ceux qui sont nés ainsi, homme et loup. Comme lui. Alors qu’est-ce qu’il peut faire ? S’enfuir à nouveau ? Prendre une nouvelle fausse identité, encore une fois ? Le blondinet ne peut s’empêcher encore une fois son ras-le-bol face à une telle possibilité. Ce n’est pas une vie, ça… Vivre dans la peur permanente de se faire choper, de retourner dans le Ribcage, se voir prisonnier entre les mains d’une bande de scientifiques prêts à lui faire subir toute sorte d’horreurs. Il se sent tellement impuissant devant la CAA, devant la haine que la Couronne leur porte, aux Aberrations. Cassandra revient alors à la charge, lui rappelant que s’il le veut, il peut encore trouver une nouvelle identité et garder sa liberté. Une autre coupe de cheveux, une autre couleur, un autre nom… Devenir un autre homme, se cacher derrière un masque. Serait-ce pire que de se retrouver enfermé dans le Ribcage ? Pas sûr… Un soupir s’échappe d’entre les lèvres de la créature, alors que son regard est perdu dans le vague.

« Je connais quelqu’un… Pour les identités. Je vais penser à ça. »

Peut-être que ce n’est pas une mauvaise idée que d’avoir une fausse identité au cas où les choses tournent mal pour lui à nouveau. Peut-être que Cassandra a raison, qu’il ne peut pas baisser les bras comme ça. Que le mieux à faire, c’est de prendre une autre identité et garder sa liberté fragile. Il a perdu Drita, mais il est toujours en vie, malgré tout ce qui a pu lui arriver tout au long de ces dernières années. Autant ne pas gaspiller cette chance qu’il a de continuer à vivre, en liberté.

« Je ne vous fais pas de mal. Jamais... »

Le blondinet lui adresse un léger sourire en coin. Il leur en est reconnaissant, à Poppy et à Cassandra, pour leur aide et pour leur compréhension. Surtout à la brunette, en fait. Ce soir, elle ne l’a pas jugé, ne l’a pas pointé du doigt, et cela signifie plus pour lui qu’elle ne pourrait l’imaginer. Pour une fois, l’ancien trafiquant ne se sent pas complètement seul au monde.

« Je vais dormir. Bonne nuit, Cassandra. Et merci. »

Dit-il en se levant, avant que sa main n’aille effleurer légèrement celle de l’Anglaise. La journée a été longue, mais s’est terminée sur une bonne note. L’espoir, même si infime, reste vivant au fond du lycan. Et il ne pourrait jamais la remercier assez pour cela.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Balkan wolf
avatar
Blerim D. Troshani
❝ Balkan wolf ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 619 Livres en banque : 2593 Je suis âgé(e) de : 28 Localisation : Bristol
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 16 Avr - 13:34.
RP TERMINÉ !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Homeless | Cassandra & Blerim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu vas me sortir d'ici ? Avec Cassandra
» Cassandra
» Cassandra Vernon [Malkavian]
» Cassandra Duval
» Le journal de Cassandra : une soirée trop arrosée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Dead End :: Archives :: Rp's-