AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur WOD futur Padawan ♥
N'hésitez surtout pas à nous rejoindre :coeeur:
Toute inscription rapportera 100 points !
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages!
Joyeux anniversaire wod !
Implements of Destruction
Découvrez les surprises - Intrigue

Partagez | .
 

 Take It All || ft Edana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Kyle A. Lewis
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 18 Livres en banque : 1993
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 23 Déc - 21:15.
     

Vengeance waits and so it begins



❝Through hell's gates The ground shakes And valor wakes And so it begins Vengeance waits Fury reigns With all at stake And so it begins So it begins Where worlds collids Blood divides When darkness falls Fate calls This winter breath Taste of death Where iron meets flesh We'll take it all So it begins❞


Je les sens, tes pas qui résonnent juste derrière moi. Car dans l'ombre de ma foi, je ne vois que toi. Je la sens, sinistre et intriguante aura qui se fracasse en mon âme laissée aux aboies. Car dans l'ombre de ma foi, ma loyauté ne va qu'à toi. Je le sens, ton cœur vaillant et fébrile à la foi, qui crépite au son de notre immuable un, deux, trois. Décompte qui un jour détrônera jusqu'au plus glorieux des roi, car dans l'ombre de ta foi, tu sais que je suis tout à toi. Alors viens, continue à avancer jusqu'à moi, au travers de ce dédale éclatant et terriblement froid, froid de tous ces silences qui meurtrissent et se figent au travers de nos larmes d'effroi. Fou, nous ne sommes que des fous qui gisent lamentablement là. Murs blancs et camisole terne, enfermé comme le pauvre cinglé qu'ils rêvent de maintenir emprisonner, en mon royaume de démons éreintés, je t'attends juché sur mon trône matelassé de ce trop plein d'illusion dont je ne fais que les abreuver. Seule, comme je l'ai autrefois été, tu te retrouves à arpenter le dédale qui m'a mainte foi brisé. Seulement, en ton nom, j'ai su résister aux assauts qui ont voulu me remodeler. Car en ce monde il n'y a bien qu'une seule vérité, je suis ta créature aussi aimé que détesté. Alors, quelle porte vas-tu cette-fois pousser? Celle de notre mort programmé ou bien celle de cet autre éclat que l'on a eu de cesse d'étouffer? Morcelée, je la sens encore bien malgré toi, ton âme encore et toujours en le noir chanté. Tu n'es plus celle que tu as été comme je ne serais jamais plus celui que tu as rencontré ce soir sacré où l'on s'est reconnu pour dès l'or ne plus s'oublier. Fragment d'éternité en une nuit éphémère devenue le reflet immuable d'une balafrable réalité. Je suis ce que tu es lorsque tu te dissimule derrière ce qui a été.

C'est ça, approche, oui, approche encore. Il ne te reste plus que quelques mètres avant que le monde écœurant entre mes mains ne s'endort. Je le déposerais contre ton sein et lui soufflerais qu'il est tien, pour qu'il reconnaisse enfin, qui de nous deux ici est ton véritable pantin. Le regard vide, je scrute la porte, assis contre le sol froid, pensant alors aux esclandres d'autrefois. Folie devenant dès à présent mon passe droit, je suis en équilibre entre vos méprisables lois. Vois, oui vois, comme ils se sont joué de toi et moi, car à présent il ne reste de nous que ces chaînes devenues vestiges de leur apparats. Mais il n'est plus question d'eux à présent, juste de nous qui se perd en ce volatile instant. Un, deux, trois. Je les sens, tes pas qui s'arrêtent juste face à moi. Car dans l'ombre de ma foi, je ne vois que toi. Un, deux, trois. Silencieux, je le lis en ton regard, cette sinistre et intriguante haine qui en ton âme laissée aux aboies, pernicieusement louvoie et gangrène. Car dans l'ombre de ma foi, ma loyauté ne va qu'à toi. Je le sens chavirer ton cœur maladroit, qui crépite et se fend au son de notre immuable un, deux, trois. Décompte qui, tu le sais lorsqu'au plus profond de toi, enfin tu me ressens, un jour détrônera jusqu'au plus glorieux des roi, car dans l'ombre de ma foi, tu demeures et demeureras à jamais tout à moi.

Allez, vas-y pousse là. Cette foutue porte qui ne fait que m'arracher à toi ! Vois et Souviens-toi de ce que tu verras, car voici ce que l'on devient lorsque séparé par cette bande de vaurien l'on déchoit. Pupilles dilatées, air dans le gaz, je continue à fixer le bout de tes escarpins noirs qui je le sais, sont tous les jours par tes soins bichonnés.

- Il est souvent comme ça, nous vous l'avions dit, hors de ses phases de psychose névrotique il sombre généralement en un état catatonique.

Catatonique ton cul espèce de connard, si tu savais que mon plus grand rêve était de te faire bouffer ton putain de stéthoscope juste après t'avoir pendu avec, t'aurais pt'être moins envie de me traité de légume attardé. Enfoiré. Mais en silence je demeure pour qu'en ton cœur les échos de ma voix plus jamais ne se meurent. Écoute-moi, oh oui, écoute-moi bien Édana, car tu le sais, tu le sens, je suis toujours là.



Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai pour Avatar : Anna Speckhart J'ai rédigé autant de missives : 901 Livres en banque : 6086 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 24 Déc - 10:51.

Kyle Edana
Take it all
Kyle & Edana
I like the games we play
When you're inside my veins
No a little good Don't stop the Devil

Son ventre se tordait littéralement sous l'appréhension. Des mois qu'ils ne s'étaient pas vus, des mois que la Couronne les avaient séparés, lâchement, inutilement. Ses talons claquaient avec une insistance sourde sur le sol immaculé de l'hôpital psychiatrique tandis que son frère l'accompagnait, fliqué d'un infirmier qui lui expliquait l'état de son opposé. Et doucement son anxiété se transforma en une colère sourde et montante, tandis qu'il la guidait à travers le dédale des couloirs. Jude parut sentir l'agitation qui la saisissait, glissant patiemment sa main sur sa taille et se penchant à son oreille pour lui souffler de se calmer. La brunette prit une longue et profonde inspiration avant de détourner son attention de la conversation qui lui était pourtant destinée. Toutes ces paroles vides de sens l’agaçaient prodigieusement... Comment avait-elle pu laisser la situation dégénérer à ce point. Pourquoi ne l'avait-elle pas écouté lorsqu'il en était encore temps, plutôt que de faire passer le bien-être d'une ville au-dessus du sien. Son unique faute avait été encore une fois de ne pas penser suffisamment loin et de ne pas prendre en compte les envies de son opposé.

Sa main se posa doucement sur la porte blindée tandis qu'une excitation certaine se mêlait à cet amas insupportable d'émotions. Comme si enfin, et ce depuis des mois, son être redevenait entier, ouvert à la présence de l'autre. Comme si son souffle pouvait enfin se libérer de sa cage thoracique avec facilité et non par obligation. Son frère resta en arrière tandis que l'infirmier ouvrait la porte, la laissant galamment passer. Son souffle qui s'était relâché se bloqua à nouveau alors que ses yeux tombaient sur la silhouette de son opposé. Son regard obstinément fixé sur le sol, son visage détendu, trop pour que ce ne soit purement humain, son corps enfermé comme pour le bloquer dans sa folie. Son estomac se tord d'abord d'une colère violente et puissante, qui lui fait relever les yeux vers cet infirmier qui instantanément se recule d'un pas. Oh, le visage de porcelaine, parfaitement maintenu en un masque de poupée parfaite jusqu'alors, se morcelle en mille éclats pour laisser apparaître ce froid courroux qui ne manquera pas de lui tomber sur l'oreille s'il reste dans la pièce. Il le sait, rien qu'au regard qui clouerait sur place n'importe qui et qui représentait parfaitement le fond de ses pensées. La télépathe n'avait pas besoin de son don pour savoir que tout ceci n'était qu'un acte, mais aristocrate jusqu'au bout des ongles, l'apparat faisait le tout. Des mois d'une colère refoulée faisaient surface, balayant toute logique sur leur passage. Son regard se détourna, s'adoucissant d'une manière spectaculaire, passant de l'orage à la tendresse qu'à lui seul elle ne réservait, avant que sa voix ne franchisse la barrière de ses lèvres d'un ton d'une dureté implacable.

« Détachez-le. Immédiatement. »

Pas un regard tandis que l'ordre sonnait comme un aboiement. Oh, ils la pensaient tous en disgrâce mais en ce lieu, elle était reine. Reine et impératrice, déesse et maître de ce royaume de pure folie. Jude s'avança un instant, pénétrant l'endroit, rendant les retrouvailles encore plus pénibles. Son bras se glissa autour de la taille de sa soeur, qui lui retourna une oeillade à en glacer le sang. Sa fureur était palpable à des kilomètres et il se sentait investi de cette mission de la garder en laisse, afin d'éviter un dérapage qui ne causerait du tort à chacun présent dans la pièce capitonnée. Il souffla quelques paroles à son oreille, tandis qu'un éclat de compréhension traversa son regard et que son corps ne se déraidisse quelques instants. L'Altération hocha la tête avant de se dégager de l'étreinte fraternelle et que son propriétaire ne sorte de la pièce.

« Ne m'avez-vous pas entendue, ou êtes-vous devenu aussi sourd que les lobotomisés de cet endroit ?  Si vous ne voulez pas passer Noël au chômage, détachez-le. »

Il s'empressa alors de passer derrière le Lycan, détachant attache par attache avec une lenteur insupportable. L'aristocrate claqua la langue, impatiente. Ses orbes bleues se glissèrent sur le visage de son glorieux opposé, dévalant par la suite l'entièreté de son corps comme pour être certaine qu'aucun sévisse ne lui avait été apporté. L'infirmier se releva, la toisant avec une angoisse palpable et la brune ne put s'empêcher de lui adresser un sourire froid et carnassier.

« Maintenant dehors. Et fermez la porte derrière vous. Allez, allez. »

Elle accompagna ses paroles d'un geste rapide, ne lui accordant plus aucune attention. Il n'y avait désormais plus qu'eux. La jeune femme détacha ses pieds des escarpins qu'elle avait enfilé quelques heures plus tôt, et s'avança jusqu'à lui, avant de s'asseoir à même le sol et de glisser sa main sur sa joue, relevant son visage vers elle.

« Sont-ils stupides, tous ces pauvres fous ? »

Les réunir, sans avoir une once de réflexion. Comme s'il leur était impossible de détruire le monde désormais, s'ils le voulaient. Un sourire d'une délicatesse exclusive, se glissa avec fermeté sur ses lèvres tandis qu'elle se relevait légèrement pour déposer celles-ci sur le front de son opposé, restant appuyée de nombreuses secondes. Contre la peau du Californien, comme un aveu de légère faiblesse, la brune soupira.

« Je suis désolée. Je réparerai tout ça, je te le promets. Et ce monde à tes pieds que je te l'avais promis la toute première fois sera entre nos mains. Et tous paieront. »

Ce n'était qu'un faible murmure, une promesse non anodine. Mais le feu qui brûlait dans ses yeux serait celui qui détruirait chaque être s'étant mis sur leur route.

« Raconte-moi. »


Devil
The silence. The blinding ultra violence knockin’ at your door pacin’ back and forth. What now? The whispers and the screams, the stereotypical profiling ritual vicious and obscene.  BY PHANTASMAGORIA


Dernière édition par Edana J. May le Ven 6 Avr - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Kyle A. Lewis
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 18 Livres en banque : 1993
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 29 Déc - 18:23.
     

Vengeance waits and so it begins



❝Through hell's gates The ground shakes And valor wakes And so it begins Vengeance waits Fury reigns With all at stake And so it begins So it begins Where worlds collids Blood divides When darkness falls Fate calls This winter breath Taste of death Where iron meets flesh We'll take it all So it begins❞


Jette mon cœur en la rivière et laisse moi mourir. Prends le et dans le silence de ta confusion laisse le pourrir. Car ailleurs ou ici, enchaîné à ce qui t'empêche de vivre, derrière ton ombre je ne cesse de courir. À bout de souffle, d'espoir et d'envie, je m'abandonne en ce qui hier te rendait ivre. Et je ne peux me défaire de toi ni même de tout ce qui te ravage en ce monde où encore et toujours plus profondément en cette étrange inconscience devenue ma longue somnolence tu te noies. Seulement, enfin tu me vois, là, en cet ultime instant où je redeviens toi. La fièvre qui m'aliène de plein fouet heurte la colère qui ronge tes veines, fusionne puis au bout de trois, doucereusement l'un vers l'autre nous ramène, là où se meurt entre nos mains tous ces autres qui nous gangrènent. Amour, Loyauté, Peur et Haine, les voici tous qui en un battement de cœur face à nous se prosternent. Car tu le sais, c'est en la mort que je te sacrerais reine. Souveraine de mes obscures, tu es aussi terrible que la furie qui chaque nuit s'épanche au-dessus de mon lit et me tue en un murmure. Mais souris car en ton ombre je survie quand de ma lumière tu te nourries. Un sourire vient germer en le creux de mes lèvres bien plus sèches qu'à l'accoutumé et bien moins belles qu'elles n'eurent un jour été. D'un baiser en mon front déposé tu viens m'arracher à cette longue errance qui nous a été imposé. Seulement, vas-tu tenir parole ou nous laisseras-tu encore tomber?

Je redresse alors la tête afin que tu puisses lire en mon âme qui vient se dérouler au travers des oriflammes qui jaillissent de mes prunelles mordorées : Dis-moi, vas-tu tenir promesse ou me laisseras-tu encore crever ?

-Je sais que tu as compris mais quand est-ce que nous reviendra véritablement le temps qu'il nous a été imparti ?

Dis-moi… Oui dis-moi si tu es véritablement ici pour moi, ou bien est-ce encore une fois, un ultime moyen pour te sauver toi?

- Tu jures, encore. Toujours. mais ce monde que tu me promets, tout aussi fort que toi je le hais. Tout ce que je veux, ce sont ses cendres.

Je regarde alors le plafond, puis, la porte avant de revenir sur toi :

- Fous? Non. Con à crever?. Oui. Indubitablement.

C'est alors que je repousse légèrement ta main, me mettant alors à genoux, puis à quatre patte, face à toi, toujours assise, je me mets alors à avancer :

- Tu veux que je te raconte Edana? Que veux-tu connaître exactement cette fois? L'épopée de la bête qui vit en toi … ?

Je me rapproche alors davantage, te poussant à reculer légèrement avant de nous retrouver front contre front :

- Oh oh pourtant elles sont toutes là les réponses que tu n'entends pas.

Ma main sur ton cœur, j'en sens les battements devenu rythme implacable de mon propre hurleur. Tes jambes alors étendues ne te portent plus, limité de surcroît par mes genoux sur lesquels je me redresse et qui les encadrent, je regarde au ciel et prends une profonde inspiration :

- Ils t'ont maudit. Oui, maudit Edana.

Je te prends alors en mes bras, enfouissant mon visage en le creux de ton cou, humant un instant ton parfum, te serrant fort comme si, se faisant, c'est la vie elle-même que je ressentais enfin :

- Alors pour ne pas mourir, tu t'es servi de moi. Parce que moi, je suis toujours là pour toi. Voilà ce qui s'est passé Edana.

Je te serres davantage contre moi, oh que non, tu n'y échapperas pas cette fois :

- Ils m'ont ensuite trouvé, et fait payer le fait d'être un monstre aussi proche de toi. Je suis devenu un charmant petit rat de laboratoire, mais leur petit jeu du qui sera lobotomisé le premier m'a permis de récupérer choc après choc des fragments de mémoire. Depuis,  je fais tout pour ne pas être ritualisé, et le meilleur moyen que j'ai trouvé, c'est d'être ton adorable opposé, aussi beau gosse que taré.

Mon souffle chaud claquant contre ton lobe d'oreille, je te demande alors, te gardant toujours en mes bras :

- Maintenant à toi. Raconte-moi pourquoi après tous ces mois tu daignes enfin venir à moi? C'est pour nous, pour moi, ou encore et toujours pour toi? Parce que c'est vrai ça, tu t'accroches à moi, me dis que je compte pour toi, mais ne m'a jamais dit véritablement pourquoi. Outre cet opposé que tu dois préserver sous prétexte de finir givré, qu'est ce que je représente véritablement pour toi?

D'un seul coup, je finis par te relâcher et te repousser, retournant à mon pan de mur contre lequel je viens coller une joue, observant alors les lignes qui en mon esprit semblent infinies de la muraille capitonnée. Alors jette mon cœur en la rivière et laisse moi mourir. Prends le et dans le silence de ta confusion laisse le pourrir. Car ailleurs ou ici, enchaîné à ce qui t'empêche de vivre, derrière ton ombre je ne cesse de courir.

- … Ouais, jette-le, c'est ça, jette-le.                                                                                                                                                      




Dernière édition par Kyle A. Lewis le Lun 1 Jan - 10:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai pour Avatar : Anna Speckhart J'ai rédigé autant de missives : 901 Livres en banque : 6086 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 29 Déc - 22:58.

Kyle Edana
Take it all
Kyle & Edana
I like the games we play
When you're inside my veins
No a little good Don't stop the Devil

Ses lèvres s'entrouvrirent légèrement devant sa question et son regard aussi trouble que troublant. La brune se garda de répondre, se contentant de baisser la tête dans une culpabilité sourde et brûlante. Le pouvaient-ils seulement, rattraper ce qui leur avait été injustement arraché sans qu'ils ne puissent y changer quoique ce soit ? La réponse lui dansa dans l'esprit, évidente, fulgurante. Non, ils ne le pourraient pas. Trop leur avait été pris, sans qu'ils ne puissent y faire quoique ce soit. Mensonge, lui souffla son esprit, alors que la brune repensait aux injonctions de fuite du lycan. Mais trop obnubilée par ses propres intérêts, elle n'avait jamais songé à la possibilité que la situation puisse complètement déraper. Parce que c'était tout simplement impossible. Mais la preuve était juste là, devant ses yeux, que ses rêves de gloire n'étaient qu'une douce chimère. Et la chute n'en était que plus brutale encore.

Sa voix se fait à la fois douce et sombre lorsque les orbes bleues affrontent celles du lycan.

« Si c'est des cendres que tu veux, alors c'est ce que tu auras. »

Pourraient-ils prétendre à autre chose désormais ? La télépathe en doutait fortement. Après tout, sa propre envie était de tout embraser sur son passage et d'envoyer en enfer le bon peuple bristolien et anciennement réversien. Son seul souhait était désormais de régner en maître et dieu sur cette terre désolée. Et un jour viendrait où cela arriverait.

Une proie, c'est comme ça que la jeune femme se sentit lorsqu'il s'avança vers elle, la forçant à se reculer. Son équilibre devint précaire, avant qu'elle ne chute vaguement, se retrouvant en position inférieure. Proches, beaucoup trop proches. Son souffle se saccada violemment tandis que pour la première fois une part de peur s'infiltrait dans ses veines. La colère s'était envolée, laissant place à une culpabilité latente, noire et envoûtante. Elle savait pertinemment ce qu'il voulait dire, jouant divinement sur les émotions qui la bouffaient littéralement. L'instant suivant, elle se retrouvait projetée contre sa poitrine, enfouie dans des bras d'une puissance qu'elle ne lui avait jamais soupçonnée. Les larmes lui montèrent aux yeux, tandis que son visage se glissait sur l'épaule de Kyle.

« Je ne voulais rien de ça...Je suis si désolée. »

Sa voix était cassée, entrecoupée de sanglots silencieux. Oui elle était maudite et ne faisait que briser ce qu'elle touchait. Kyle, Elias, Evannah... Tous avaient soufferts par sa faute. Mais le Californien étaient le plus impacté de tous. Sa main se serra dans le dos de ce dernier tandis qu'elle frissonnait de cette proximité qu'il lui imposait. Son souffle heurta son oreille et pendant une seconde elle cessa elle-même de respirer, avant qu'il ne reparte, lui creusant un sillon glacé dans la poitrine. L'accusation était douloureuse, bien plus que le ton qu'il employait. Qu'étaient-ils ? Durant tant d'années ils n'avaient jamais étiqueté ce qu'ils étaient, et jamais l'altération n'aurait imaginé qu'elle aurait jamais à le faire. Ils étaient eux, uniques, soudés, inséparables, malgré les tensions constantes qui les agitaient. Ils n'avaient jamais eu besoin de mettre un nom ou un quelconque sentiment sur ce qu'ils avaient jamais été.

Il la repoussa alors avec violence, la faisant tomber au sol. Hébétée, elle le fixa quelques instants, ses larmes silencieuses coulant sur ses joues diaphanes. Poupée de porcelaine brisée en mille morceaux, qu'il acheva de piétiner.

« Tu crois sincèrement que si j'avais pu, je ne serais pas venue plus tôt ? »

Son ton était plein de poison alors qu'elle se redressait pour lui faire face, se glissant sournoisement dans l'endroit même qu'il venait de quitter, frôlant son visage de son nez, parquant ses yeux droits dans les siens. Une main força son menton et son visage à la regarder droit devant, tandis que ses griffes s'enfonçaient vaguement dans ses joues, sans pour autant le blesser.

« Pas une seule seconde n'est passée sans que je n'envisage le pire, sans que je ne remue le ciel et la terre pour ne serait-ce que pouvoir t'apercevoir à travers ta prison. Mais ils t'ont éloigné, enfermé si loin que je ne pouvais te rejoindre. »

Ses ongles continuèrent à s'enfoncer, faisant perler une goutte de sang. 

« Comment oses-tu poser cette question ? Pourquoi faut-il toujours que tu te montres cruel lorsque tu es blessé, perfide lorsque la situation t'échappe ? »

Vipère, elle se glissa à nouveau contre lui, délaissant l'étreinte douloureuse pour glisser ses deux mains autour de son visage, ramenant sa raison vers elle.

« Tu es tout. Il n'y a pas d'autre mot, d'autre expression. Tu es tout. »

L'humaine attrapa les mains de son opposé qu'elle passa autour de sa propre nuque, avant de souffler.

« Tu es ma vie, et tu es ma mort. Tu es la personne qui hante mes jours et mes nuits, dans chacune de mes pensées, même lorsque ces parasites les rejoignent. Je t'aime dans la plus pure forme qu'il soit. Sans pour autant réfléchir à comment, ni pourquoi. Sans pour autant l'exprimer. Parce que cela provoquerait notre perte. »

Ses bras retombèrent le long de son corps, la laissant entièrement à sa merci.

« Je prends mais ne donne rien. Je suis égoïste, perfide et toute cette situation est entièrement ma faute. Mais je donnerai tout, tout pour toi. Je ne l'ai pas fait avant, parce que mon arrogance n'a connu aucune limite. Je suis désolée. Tout m'a échappé, je n'ai pas calculé les risques. Et tu en as été la victime.»

Elle se rapprocha, le frôla, ses mains toujours autour d'elle.

« Mais tu ne m'as jamais dit non plus ce que je représentais pour toi. Être opposés ne justifie pas ces sacrifices que tu as fait. Tu n'étais pas obligé d'aller si loin pour me protéger de moi-même. Tu n'étais pas obligé de faire le centième de ce que tu as fait. Pourtant tu l'as fait. Pourquoi ?... Je vais te dire pourquoi... »

Un rire sourd s'éleva de sa poitrine et ce fut à son tour de frôler son oreille, avant de poser ses lèvres contre celle-ci et de murmurer.

« Parce qu'on ressent exactement la même chose mais qu'on est bien trop fous pour l'admettre. Parce que le monde entier pourrait partir en fumée, tant que l'autre sera toujours en vie, cela n'a aucune importance. Parce que ce qu'on partage n'a pas de nom, pas de définition. Et pas seulement parce que tu es mon opposé. Parce qu'à partir du moment où tes yeux ont croisé les miens, j'ai su qu'il n'y aurait réellement que toi. Malgré Cyrius, malgré les autres. Que toi. »

Défiante, elle se redressa légèrement, le surplombant.

« Alors sois maître dans notre relation pour une fois, et fais ce que tu veux. »


Devil
The silence. The blinding ultra violence knockin’ at your door pacin’ back and forth. What now? The whispers and the screams, the stereotypical profiling ritual vicious and obscene.  BY PHANTASMAGORIA


Dernière édition par Edana J. May le Ven 6 Avr - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Kyle A. Lewis
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 18 Livres en banque : 1993
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 1 Jan - 10:11.
     

Vengeance waits and so it begins



❝Through hell's gates The ground shakes And valor wakes And so it begins Vengeance waits Fury reigns With all at stake And so it begins So it begins Where worlds collids Blood divides When darkness falls Fate calls This winter breath Taste of death Where iron meets flesh We'll take it all So it begins❞


Vas y pleure et lève le voile de nos malheurs. Vas y laisse le poison pénétrer mes pores et sacrer, au travers de ces gouttes de sang que le long de mes joues tu fais perler, ton heure. Car elles sont loin les illusions fomenté par toutes nos fausses lueurs. Je les écoute les tambours de ton cœur, qui crient à la haine et appellent à la fureur. Mes mains autour de ta nuque, tu les sens devenir un étau sur ton cou, je pourrais mettre en pratique tes paroles, devenir cette autre visage que tu ne connais pas encore. Seulement je n'en fais rien, je les laisse là, me contentant de ressentir le velours de ta peau que mon souffle et ton cœur au bord du précipice font frémir. Mais il a quelque chose en l'air qui me fait fléchir et ce n'est qu'à l'éclat de ton rire que brusquement peu à peu, je me remets à périr.  

- C'est vrai, c'est vrai.

Je ne réponds pas encore à ton défi, me contente de regarder le sol et de penser à ce que je ne peux ni réunir ni rassembler. Si je te suis, je suis fini. Si je te fuis, il n'y aura que l'agonie. Je me mets à me balancer d'avant en arrière, menant mon pouce droit à ma bouche, comme pour m'en ronger l'ongle, me recroquevillant alors rapidement sur moi-même, plaquant mes genoux contre mon buste à l'aide de mon avant bras gauche, avant de venir me gratter la tête de mon autre main au niveau de la tempe.

- Finis, je suis finis. Tout a toujours été fini avant même que ça commence.

Tu ne comprends pas que je n'en peux plus de tous ces jeux? De toutes ces règles qui sont devenus notre cercle vicieux.

- Vivre mourir. Rêver. Dormir? Agir, penser, partir. C'est faux ! Encore et toujours plus faux ! Et tu ne sais que mentir, mentir, mentir. Je te déteste, alors arrête d'autant crier et laisse nous pourrir!  

Je me redresse alors d'un coup, fais quelques pas pour rejoindre un autre côté de la pièce, observe le plafond et l'un des néons qui crépite.

- Chuuuuut… Ça y est. On y est enfin.

Je me retourne en ta direction et te souris étrangement :

- Tes désirs sont des ordres.


Je reviens alors sur mes pas, saisis doucement ton avant bras et te fais avancer jusqu'à la porte, mon regard insistant te fais comprendre ce que tu dois lui dire, dis lui que tu veux sortir. Tu me dévisages un instant avant d'appeler un des infirmiers qui vient s'exécuter alors que je demeure tapis sur le côté. Tu recules alors légèrement et c'est là que je bondis sur lui, une clé cervicale lui immobilisant le cou avant que se dernier ne s'écroule. Si je m'empare de ses vêtements, je ne pourrais plus user de la folie pour me défendre devant un acte que tous qualifieraient de réfléchit. J'hausse alors les épaules : tant pis, puis t'empoigne par le bras avant de passer la porte, l'air de rien. Là au détour du couloir un autre type avec un plateau repas se retrouve nez-à-nez face à nous. Surpris, il n'a pas le temps de comprendre ce qui se passe véritablement que de ma main gauche je le saisi d'un coup au visage avant de lui fracasser sa petite gueule d'employé modèle sur la porte qu'il s'apprêtait à ouvrir. Évanoui, je le laisse choir là et l'enjambe simplement. T'as cru quoi popeye, je suis un lycan trou de cul, bien sûr que je peux t'éclater la tronche d'un simple revers si l'envie m'en chante. Sauf que, manque de pot pour moi, avant, l'envie me venait pas trop souvent. Je nous fais ensuite emprunter un escalier :

- Tu n'es qu'une sale garce égoïste, oui, ça c'est vrai, mais tu es une sale garce égoïste loyal, aussi loyal que je peux l'être envers toi. La vie, la mort, je n'en ai plus rien à foutre lorsque je suis à tes côtés car tu m'as appris à ne plus les redouter. Alors peut importe le nombre de fois où on nous fera chuter, je sais qu'on se relèvera et qu'on continuera à avancer. Tu as raison sur un point, on s'aime comme personne ne pourra vraiment l'entendre ni même le comprendre car cela atteint un tout autre degré que ces mièvreries écœurantes  dont la société s'est durant si longtemps gargarisé. Seulement, j'en ai rien à foutre que ce monde de merde parte ou non en fumée. Ce qui nous a perdu a été de vouloir trop le protéger, par peur de ce qu'il aurait pu en nous réveiller.  


Je m'arrête alors un instant me retourne vers toi et te saisi doucement par les bras :

- Il fut un temps où je ne pouvais même pas te toucher ni même t'approcher, mais c'est finit tout ça, bientôt, ça sera nous les têtes couronnées. Mais pour y parvenir, tu dois apprendre à me détester. Renaître et tout reimaginer. Ceux que tu vois aujourd'hui sont mort depuis bien trop longtemps, on ne peut plus les incarner.

Je te sers un instant contre moi en cette étreinte aussi rassurante que celles d'autrefois :

- Alors montre leur tes larmes et déteste-moi, sinon, ils m'arracheront définitivement à toi. Je ne veux pas mourir Edana. Je veux pas

L'étau de mes bras autour de toi se desserre et un palier plus loin, nous passons une nouvelle porte, 1er étage tout le monde descend. Là deux gardes sont devant la sortie, je te garde alors tout contre moi, mon bras gauche autour de ton cou, tout en m'adressant aux deux guignoles :

- Non non, faut être gentil, elle m'a promit que si j'étais sage, j'y aurais le droit.

Je te fais avancer, plaquer tout contre moi, comme lors d'une prise d'otage, arpentant les couloirs afin de trouver l'accueil de cet asile de merde :

- Ohéééé !!! Il est où mon cheeseburger !!!

Je dévisage l'agente d'accueil, calfeutré derrière son bureau semi circulaire je lui demande alors en te désignant :

- Elle a dit que j'avais le droit! Elle l'a dit !! Elle l'a dit!!! Elle l'a dit!!!  

D'un mouvement je te balance alors sur le côté, pour à deux mains venir frapper le bureau atrocement laid de la pauvre bonne femme :

- Menti! Vous m'avez encore menti !!!

D'un mouvement de main je passe à moitié de l'autre côté de l'office et balaye d'un autre la paperasse qui se trouve dessus, profitant par la même occasion pour en arracher le téléphone que j'envoie valser droit dans un mur. Des agents arrivent rapidement, me mettant en joue tandis que je finis par m'écrouler par terre, en plein centre de l'espace d'accueil, les jambes croisés, me mettant alors à pleurer comme un gamin de trois ans tout en tentant d'articuler entre deux sanglots :

- Mais, mais… C'est pas juste, t'avais promis parce que c'est ce que papa… c'est ce que… papa y faisait quand j'étais sage. Je veux rentrer à la maison.


Vous avez le choix mes gaillards, soit vous me shootez dessus à coup de tranquillisant soit vous prenez du pop corn et profitez du spectacle au premier rang. J'espère que tu réaliseras que je n'avais pas d'autres choix car, si tout s'était bien passé vu les antécédents d'un gars comme moi, ils auraient tout de suite compris qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai pour Avatar : Anna Speckhart J'ai rédigé autant de missives : 901 Livres en banque : 6086 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 1 Jan - 19:22.

Kyle Edana
Take it all
Kyle & Edana
I like the games we play
When you're inside my veins
No a little good Don't stop the Devil

Une pression légère sur sa gorge la força à déglutir précautionneusement. Sa réaction était étrange, totalement contraire à l'éclat de colère qui l'avait auparavant agité. Le Lycan ne cesserait jamais de la surprendre. Leurs souffles se mêlaient vaguement avant qu'il ne délaisse dans une douceur surprenante sa nuque et ne s'écarte d'elle, visiblement en proie à des démons qu'elle ne pouvait pas comprendre sans plus d'attention. Ses lèvres s'entrouvrirent pour laisser expirer un souffle soulagé tandis que ses yeux se calquaient sur la réaction de Kyle. Quelque chose lui soufflait que son comportement n'était qu'un amalgame de tas de choses qui n'étaient strictement pas en son pouvoir. Il lui était difficile de suivre exactement ce qui se tramait dans l'esprit du Californien, notamment parce qu'il semblait si disparate en cet instant. La brune releva des yeux inquiets vers la caméra qui trônait dans un coin de la chambre.

Elle sursauta lorsqu'il lui cracha ces mots et les larmes restèrent marquées dans ses yeux. Sa bouche trembla même un instant avant qu'Edana ne relève dignement la tête et ne lui jette un regard sombre. Pourtant lorsqu'il se releva, la télépathe resta de marbre dans la même position dans laquelle il l'avait laissée auparavant. Un frisson la traversa lorsqu'il lui sourit, glissant une phrase des plus étranges. Et malgré tout, parce qu'elle comptait tenir la promesse qu'elle venait de lui faire, l'Altération se laissa relever et pousser vers la porte. Leurs regards accrochés, tacitement complices, ne tardèrent pas à les brancher sur la même longueur d'onde, malgré le manque de télépathie dont elle faisait preuve en l'instant. L'humaine cligna des yeux marquant son accord avant de tambouriner à la porte comme si sa vie en dépendait. Lorsque le bruit de la clé se fit entendre, elle se recula, laissant le brun prendre les devants. Un haussement d'épaule lorsqu'elle enjamba le corps du garde qui venait de se faire gentiment étrangler– elle demanderait à Jude de lui mettre une avance sur sa prime de risques – et elle se laissa guider par son opposé dans le dédale de l'asile. Oh, elle avait beau le posséder, cet endroit de perdition n'avait toujours été que celui de son frère et la journaliste ne savait absolument pas où elle mettait les pieds. Son bras dans la poigne de Kyle, la jeune femme grimaça lorsqu'elle aperçut la tache carmin laissée par le coup de l'autre employé dans le mur. Si Jude ne lui tapait pas une crise de nerfs terrible, ce serait un exploit. Un sourire amusé vint frôler les lèvres de la brune tandis que l'ivresse de l'adrénaline montait enfin dans ses tripes.

Ses talons claquaient sur les marches de l'escalier, les rendant définitivement repérables par n'importe quelle personne au courant de cette évasion. Son franc tombait lentement mais sûrement et une part d'elle se sentit vaguement rassurée par les propos que tenait son opposé. Il finit d'ailleurs par s'arrêter et lui faire face, ses paumes fermement serrées autour de ses bras frêles. Les azurs se glissèrent dans leurs voisines tandis qu'elle hochait la tête avec obéissance. Elle se laissa ensuite choir contre le torse du Californien, laissant dévaler à nouveau ses larmes dans son cou. Ses mains s'accrochèrent avec désespoir contre son t-shirt alors qu'elle se serrait contre lui.

« Tout ce que tu veux. Je te l'ai promis. »

L'étreinte se dissolut lentement et la brune se laissa entraîner jusque l'accueil. Le Lycan l'attrapa alors par la gorge, se glissant avec agilité dans son dos, la poussant dans la pièce. Okay, peut-être aurait-il pu ajouter deux ou trois précisions à son plan, tant qu'à faire. Edana laissa quelques larmes couler pour la forme, tandis qu'il criait après un cheeseburger.... Vraiment ? Il la repoussa légèrement et la jeune femme se retrouva quelques pas plus loin, les mains en l'air. Et lorsqu'elle le vit faire, elle comprit. Et elle comprit aussi qu'il voulait tomber seul. Ce qui n'allait vraiment pas être possible, non.

« Ne tirez pas! »

Son ton était inquiet et ses yeux se posèrent sur Kyle tandis qu'elle retenait un soupir. Comment se sortir d'un pétrin pareil ? Son frère, alerté par ses collègues, arriva rapidement, jetant un regard consterné à la scène. Il s'approcha de ses collègues, échangeant quelques mots avec ceux-ci avant de s'approcher de la brune. Celle-ci planta ses orbes bleues dans celles de son frère avant de se pencher à son tour à son oreille.

« Fais-nous sortir et gagne nous autant de temps que tu le peux. Par pitié. »

De nouvelles larmes avaient remplis ses yeux et Jude embrassa son front avec une caresse sur sa joue que seul un parent pouvait avoir. Il s'approcha ensuite du Lycan, s'accroupissant avant de lui planter rapidement une seringue dans le cou sous le cri de la brune. Presque aussitôt le Californien s'écroula contre son frère avant qu'il ne l'allonge au sol.

« Amenez-le à ma voiture, il ne peut pas rester ici, ce soir c'est la prison. Remettez-lui sa camisole, je ne veux pas de problème. J'en ai pour quelques minutes. Edana, suis moi. »

Une pierre lui tomba dans l'estomac alors que la brune le suivait sans rechigner. Jude la colla ensuite contre un mur, avant de souffler.

« J'ai mis un dosage qui durera une quinzaine de minutes. Tu sais où aller et quoi faire. Je suis sur que ton scénario est prêt depuis des heures. »

Elle hocha la tête avant de le laisser partir devant et de repasser par l'accueil, tremblante. Ses mains saisirent le stylo que lui tendait l'employée, signant par automatisme, avant qu'elle ne se rende vers sa voiture. La jeune femme démarra ensuite sa voiture sans attendre, contournant le bâtiment par la route latérale, avant de se rendre dans un petit sentier boisé. Elle se parqua et attendit quelques secondes avant que Jude ne débarque.

« Tu me fais chier. Tu me fais chier parce que je pensais que tu avais changé. Prends les clés et barre toi. Tu sais ce que tu dois faire.... Tu as tout dans la boite à gants. »

Elle embrassa doucement la joue de son frère, lui murmurant combien elle était désolée, avant de prendre sa place au siège conducteur et de démarrer en trombe, laissant quelques larmes s'échapper alors qu'elle regardait dans le rétroviseur l'ombre de Jude disparaître. Elle était une putain de connasse égoïste, oui. Sans aucun doute. Quelques minutes passèrent avant que le pincement qui égrainait son coeur ne s'atténue et qu'elle ne souffle.

« Allez la belle au bois dormant, on se réveille. »


Devil
The silence. The blinding ultra violence knockin’ at your door pacin’ back and forth. What now? The whispers and the screams, the stereotypical profiling ritual vicious and obscene.  BY PHANTASMAGORIA


Dernière édition par Edana J. May le Ven 6 Avr - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Kyle A. Lewis
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 18 Livres en banque : 1993
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 3 Fév - 22:13.
     

Vengeance waits and so it begins



❝Through hell's gates The ground shakes And valor wakes And so it begins Vengeance waits Fury reigns With all at stake And so it begins So it begins Where worlds collids Blood divides When darkness falls Fate calls This winter breath Taste of death Where iron meets flesh We'll take it all So it begins❞


Il y a ce silence, moment de pure évanescence en lequel se brise mes doutes fruit défendu de tes dernières résistances. Perfide, tapis à l'orée du jour et de la naissance de la nuit ton souffle qui en un murmure vient me chanter la folie de tes obscures litanies. Il y a tes larmes qui s'écoulent roulent et pour la dernière fois te coulent. Et bien allongé en la banquette arrière de cette voiture d'infortune, en ce fameux silence, moment de pure évanescence, j'ouvre doucement les yeux et me mets à rire comme jamais. Enfin, oui enfin les cartes sont entre nos mains, et rien ne nous empêchera de ravager cette cité de putain aux enfant aussi brisés qu'elle les en a laissé orphelins. Une légère migraine me cisaille le crâne mais, en cet ultime instant, rien ne peut m'éloigner de cette joie malsaine qui abreuve mon âme et s'épand jusqu'en mon sang. Je me redresse alors étendant mon bras nonchalamment au dossier de la banquette arrière, un sourire mauvais aux lèvres avant de laisser vriller mon regard en le tien au travers de ce rétroviseur témoin du début de notre ère de malheur.

- Et le baiser magique, il est passé où alors?

Je m'empare d'une de mes mèches de cheveux que je contemple un instant, avant d'ébouriffer ma crinière que je remets en place afin de retrouver un semblant de ma superbe.

- Une main dans les cheveux, c'est un geste simple n'est-ce pas? Mais tu ne peux pas t'imaginer à quel point un geste aussi insignifiant que celui-ci peut venir à te manquer lorsque tu passes la quasi-totalité de tes journées soit camisolé, soit enchaîné.

Je me rapproche alors doucement de ton propre dossier, celui du conducteur, passe mon bras gauche du côté de ton épaule gauche et avec lenteur, j'approche mes lèvres de ton oreille afin de devenir à mon tour ton obscure murmure :

- Enfants maudits, du ciel nous avons été bannis mon ange, et aujourd'hui nous voilà exilés du royaume qui au travers du sang et de la cendre nous a forgé. Tous à présent nous veulent mort, seulement, les cartes viennent d'être redistribuées et il ne tient qu'à nous de soit diriger, soit ravager. Alors, mon ange, quelle joue vas-tu baiser et qui vas-tu en les entrailles de la nuit tendrement égorger?  


Un autre coup d'œil à l'auguste miroir et tu nous vois aussi séduisant que noir. Je serais ton infâme conseiller, ton désir de mort armé, le bras qu'il te faudra haut en ciel lever pour anéantir tout ceux qui ont tenté mainte et mainte fois de nous briser. Tu le comprends à cette façon que j'ai de te contempler que rien ne me fera de nouveau plier le genou ni même reculer face à cette vengeance que mon cœur et ton âme ne cessent de réclamer. Ils vont tous crever, et plus que d'être aux première loges lorsque cela va arriver, nous serons le poison en leur coupe déposée.

- Je veux tout Edana. Tu m'entends? Tout.


Et je vais tout reprendre. Il n'est plus question de partir ou même encore de fuir. Il n'est plus question de jouer aux braves petits martyrs, aux saints, lisses et purs qu'ils nous en feraient aujourd'hui vomir. Non il est question de nous et d'un empire qu'en ce jour, je te le jure, je vais reconquérir.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai pour Avatar : Anna Speckhart J'ai rédigé autant de missives : 901 Livres en banque : 6086 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 4 Fév - 18:53.

Kyle Edana
Take it all
Kyle & Edana
I like the games we play
When you're inside my veins
No a little good Don't stop the Devil

Un fin sourire se glissa sur ses traits tandis que son regard capte celui de sa folle moitié. Un roulement des yeux répondit à sa remarque tandis que l'amusement la gagnait. L'adrénaline coulait encore dans ses veines dans une virulente descente, et Edana était totalement incapable de comprendre ce que ses actes auraient désormais pour conséquences. Parce que si son cerveau avait été branché sur une onde normale, alors oui, il lui aurait été évident que toute cette situation allait devenir un véritable casse-tête. La précipitation avait détruit tous les plans qu'elle avait monté. Aucun papier ne les attendait, les sommes qu'elle avait mis de côté pour leur permettre de vivre suffisamment confortablement n'étaient pas encore entièrement débloquées. Certes, ils ne manqueraient de rien, mais rien n'était prévu pour du long terme. Et ce qu'il s'était passé à Réversa lui avait prouvé qu'il valait mieux avoir cent plans d'anticipations que de se retrouver mise au pied du mur.

« Tu l'auras quand tu auras pris une douche. Tu pues. Tu te verrais entièrement, le Hugo Boss qui vit en toi ferait une crise cardiaque. »

C'était un semi mensonge, mais cela eut le mérite de la détourner de ses pensées durant quelques instants. Un frisson l'agita lorsque son opposé se pencha sur elle et indéniablement, une partie de ses doutes s'envolèrent à l'instant même où la poigne de Kyle se déposa sur son épaule. Rien n'aurait vraiment pu la faire revenir sur sa décision, pas même l'ombre de la sentence pouvant tomber sur son frère pour son aide. Personne ne pourrait de toute manière prouver que Jude les avaient aidé, la brune s'en était assurée. D'ailleurs, à l'heure qu'il était, le psychologue devait se retrouver au milieu des urgences, suite à une prétendue agression et disparition de son prisonnier. La tirade du californien lui fit adresser un regard désolé à travers le rétroviseur. Tout était en partie sa faute et l'humaine à don le savait pertinemment. Si la britannique pouvait revenir en arrière sur les décisions qu'elle avait prise au cours des derniers mois, elle l'aurait fait, largement. Avec les données qu'elle possédait aujourd'hui, rien de ce qui n'était arrivé à sa si précieuse ville ne serait arrivé.

Sa main gauche quitta le volant pour se poser quelques secondes sur celle de son opposé tandis qu'un sourire plus franc qu'auparavant s'instalait perfidement sur son visage. L'étincelle de son regard qui s'allumait ne pourrait tromper personne. Plus de CODECS pour la limiter dans ses mouvements, plus de surveillance pour l'empêcher de construire cet empire que Bristol pourrait offrir. Elle appliqua une légère caresse tout en lui répondant.

« Nous avons besoin d'alliés. Personne n'atteint le plein pouvoir seul, il faut toujours de la chaire à canon pour bâtir un nouveau monde. Le sang et le chaos appellent des victimes, des poupées aux cordes manipulables. Plus que des alliés, nous avons besoin de soldats. Cela se saurait, si une guerre ne faisait pas de dommages collatéraux. Et ils n'ont aucune idée de ce qui va leur tomber dessus. »

La brune délaissa la main pour la reposer sur le volant, accélérer et bifurquer plusieurs fois, tout en continuant.

« Burton et le CODECS. C'est eux qu'il faut faire tomber en premier si on veut s'en sortir. Parce qu'ils ne prennent pas pleinement conscience que la menace dont ils ont si peur ne vient pas de ces monstres aux crocs et griffes acérés. Ils n'ont aucune idée de ce que l'on pourrait accomplir. »

L'Altération garda le silence quelques secondes avant d'acquiescer et de se garder sur un parking rempli de voitures diverses, juste à côté d'un 4x4 impressionnant. Elle se tourna ensuite vers son opposé, détachant sa ceinture.

« Et tu l'auras. Je te le promets. Il nous faudra juste de la patience et de l'intelligence. »

La télépathe se pencha ensuite vers la boite à gants, l'ouvrant pour découvrir ce que Jude y avait placé durant les quelques minutes que sa soeur lui avait laissé. Sa main se glissa avec bonheur sur le colt de son père, caressant quelques secondes la crosse avant de la glisser dans son sac. La liasse de billets le rejoignit rapidement, ainsi que les deux téléphones qui s'y trouvaient, ainsi que le trousseau de clé juste à côté. Elle ouvrit ensuite sa portière avant de faire de même avec celle de Kyle, et de l'observer quelques secondes, pour se diriger par après vers la voiture voisine et d'ouvrir le coffre.

Attrapant le sac qui s'y trouvait, elle en retira une chemise, un manteau et une paire de lunettes de soleil qu'elle tendit au lycan.

« Change-toi rapidement, tu passeras plus vite inaperçu si tu n'as pas l'air de sortir d'un asile. »

Edana se haussa ensuite sur la pointe des pieds pour déposer ses lèvres sur sa joue, souriant contre sa barbe de quelques jours.

« Le voila ton baiser, princesse. »
[/color]


Devil
The silence. The blinding ultra violence knockin’ at your door pacin’ back and forth. What now? The whispers and the screams, the stereotypical profiling ritual vicious and obscene.  BY PHANTASMAGORIA


Dernière édition par Edana J. May le Ven 6 Avr - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Kyle A. Lewis
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 18 Livres en banque : 1993
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 17 Fév - 11:49.
     

Vengeance waits and so it begins



❝Through hell's gates The ground shakes And valor wakes And so it begins Vengeance waits Fury reigns With all at stake And so it begins So it begins Where worlds collids Blood divides When darkness falls Fate calls This winter breath Taste of death Where iron meets flesh We'll take it all So it begins❞


Un coup d'œil au miroir et je vois le reflet que tu me décris, hausse des épaules, l'air convenu, tu marques un point. Ma mine fait peur à voir, j'ai l'air tout simplement dégueulasse, mais nous savons l'un et l'autre que ce n'est que temporaire. Je te souris alors malicieusement tandis que je sens ton aversion finalement faire en ton cœur sa céleste ascension. Vas y libère toi, libère-moi de ce trop plein d'injustes lois ! Il n'y a plus que nous deux et le monde à l'ombre de nos pas. Je vois que tu as déjà prémédité ton coup, tout comme moi, je te laisse alors étendre et détendre le fil de tes machinations face à ton masculin clamant l'avènement de ton obscure roi. Enroulant mon index autour de l'une de mes boucles et tirant légèrement dessus, me donnant ainsi un air plus volage et détaché, à la limite du désintéressé, je ne perds toutefois pas une seule miette des informations desquelles tu te plais à me rassasier. Observant ma fibre capillaire au travers de ce rayon crépusculaire qui vient l'embraser d'un éclat amer, je contemple l'étendu des dégâts subit par mon manque de lumière. Bande de sales clébards, je vais tous vous pourrir pour ça… Haussant alors un sourcil, je finis par te demander :

- Et je présume que tu as déjà toute une liste de bons petits pantins à sacrifier n'est-ce pas? Pour ce qui est alliés, il nous faudra les choisir avec précaution, je ne sais pas qui tu souhaites inscrire dans notre petit cercle de cœurs viciés, mais s'il finit par fauter d'une manière ou d'une autre, je me ferais une joie de l'enterrer. Je te ferais même cadeau de la pelle pour lui offrir la première jetée…

Mon esprit divague en ces rues qui ne sont pour moi qu'étranges et informes vagues qui se poussent et se repoussent en des souvenirs qui malgré moi s'évadent. J'ai changé, tout comme ce monde qui s'étend devant moi et qui me jure ne pas s'être métamorphosé. Las et à la fois habité, je n'ai qu'une hâte, fouler de nouveau ces terres qui m'ont que trop de fois condamnées. Il est temps de tout transformer et d'établir sur ces cendres le royaume d'une nouvelle aube si ardemment rêvé.

- Burton est un trou du cul, je parierais ma camisole que le CODEC lui-même en a ras les pompes de ce petit merdeux. Autant le pousser à la faute et faire en sorte qu'il se fasse détruire par ce merveilleux système qu'il affectionne tant. Bah quoi, ça serait un juste retour du karma en soit… Non? Montrer au CODEC à quel point il est bancale, que la corruption vient de ses propres rangs tout en ciblant ses braves petits soldats et la population à qui on montrera la vérité sur leurs conditions de misère, à savoir qu'ils ne sont rien que des boucliers humains, suscitant ainsi la peur en leur petits cœurs qui finiront par se retourner contre lui. On aura même pas à se salir les mains vu qu'ils le feront pour nous.

Je te souris alors, avant de te souffler :

- Ouais, pendant que j'étais au trou, je me suis souvenu de ce que m'avait raconté une de tes copines lors d'une soirée, tu sais, une petite brune, incendiaire, caractère un peu spécial, c'était pour le truc des enchères à la mister Reversa ou je sais plus quoi. M'enfin bref, la morale de son histoire était : tout faire péter de l'intérieur. Et, je t'avoue que cette idée me plaît beaucoup plus maintenant que j'ai vu l'état du fameux intérieur.

Je te donne une petite tape sur l'épaule avant d'ajouter un :

- Puis ça sera fun !


Je te laisse alors te transformer en Nikita, sortant flingue, argent et téléphone de ta boite à mystère, le parfait combo de mafioso pour débuter notre nouvelle vie de hors-la-loi . J'attrape au vol ce que tu me lance tandis que je m'extirpe de la voiture de ce pauvre Jude et m'exécute sans plus de condition, laissant tomber ma vieille chemise de dégénéré au sol, je t'adresse alors un regard aguicheur suite à ton baiser déposé sur ma joue :

- Vas y Bonnie profite de ton Clyde, je sais que ça t'avait manqué.

J'avais beau avoir été enfermé durant des mois, je possédais toujours mes tablettes de chocolat et c'était loin de me déplaire. M'emmitouflant derrière chemise et manteau tout en déposant sur le bout de mon nez la paire de lunette fumée, je te souffle amusé :

- Y avait pas la même mais en gris ? Ça me va mieux au teint en ce moment.

Déchirant un pan de chemise, je m'improvise un élastique provisoire afin de me tenir les cheveux attachés en un chignon haut. Vu que tout le monde s'attend à voir débouler en les rues un taré aux cheveux hirsute et bouclé, autant changer de style même au niveau capillaire et devenir un hipster le temps d'une journée. Mains en les poches, prêts à te suivre là où tu l'auras décidé :

- On peut y aller et le plus tôt sera le mieux, autant ne pas s'éterniser dans le coin. T'as une adresse où aller ? Une planque qu'on peut occuper ?

Toutefois, quelque chose ne va pas. Je tique un moment avant de finalement comprendre. Je m'approche alors et profite de cet instant pour te serrer en mes bras car malgré l'agitation, nous venons enfin de nous retrouver et que c'est ma façon de te remercier, de te dire que tu m'as manqué et que je ne laisserais plus jamais qui ou quoi que ce soit nous séparer. Ciel et terre dévasté. Paradis et enfer coalisé. L'union est enfin entamé.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai pour Avatar : Anna Speckhart J'ai rédigé autant de missives : 901 Livres en banque : 6086 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 4 Mar - 22:43.

Kyle Edana
Take it all
Kyle & Edana
I like the games we play
When you're inside my veins
No a little good Don't stop the Devil

L'agitation perlait en son être et si son attention se concentrait sur les trajets, veillant à ne pas prendre d'axe principal pour plus de sécurité, la brune écoutait ce que Kyle avait à lui demander. Quelque chose en lui, en cet instant précis, lui rappela l'homme qu'elle avait rencontré dans cette galerie d'art. Mais l'éclat de son oeil était désormais différent. Plus sombre, plus dangereux. Sa cible avait tout simplement changé, évolué. Les orbes bleutées se mouillèrent un instant alors que la jeune femme observait l'étendue des dégâts. Sa faute était unique dans cela et toute sa personne lui criait de rétablir les torts qu'elle avait bien pu lui causer. Son regard se perd dans celui du brun et la jeune femme poussa un soupir avant d'hôcher la tête lorsqu'il lui revint avec une question sur la suite des événements.

« J'ai établi quelques contacts, ait réussi à établir une liste de personnes potentielles oui. Faith a également travaillé de son côté. Nous la rejoindrons à un moment donné, mais je pense que tu as besoin d'autre chose que de te retrouver dans un sous-sol crasseux pour le moment. Nous avons quelques semaines devant nous. Tout est prévu. Nous parlerons de tout cela lorsqu'on ne sera plus des cibles mouvantes. »

Ses lèvres étirèrent un léger sourire avant qu'elle ne reprenne le silence après lui avoir donné son premier nom à faire tomber. La liste était tellement longue. Burton n'était qu'un premier pion à faire tomber, tout simplement parce qu'il avait à nouveau choisi le mauvais camps. Et puis, cela faisait des années désormais que la jeune femme avait envie de le voir souffrir à la même hauteur que ce qu'il avait fait subir à son opposé. C'était donc tout à fait normal qu'il ait un juste retour des choses. Quoique la population de Bristol puisse en penser, les différentes autorités mises en place étaient déjà corrompues jusqu'à l'os et il fallait que quelqu'un fasse quelque chose pour que cela change. A la référence d'Abigail la brune eut un sourire amusé avant d'hocher la tête. Son amie avait parfaitement raison et la situation actuelle le prouvait bien. Un rire léger s'échappa alors de ses lèvres tandis que la légèreté de Kyle la gagnait par la même occasion. Si c'était fun, qui était-elle pour s'opposer alors ?

Arrivés au point de destination, la jeune femme reprit les rênes en main, laissant son opposé se changer tandis qu'elle chargeait le revolver que Jude lui avait laissé dans la voiture. Edana leva les yeux au ciel devant sa remarque avant d'esquisser un sourire amusé. La désinvolture de son opposé lui avait réellement manqué durant les derniers mois et sa présence lui apportait un sentiment de sérénité qui l'avait fui depuis trop longtemps. Son sourire exprimait ce que sa voix ne pouvait faire. Oui ça lui avait manqué. Pas dans un sens traditionnel, mais véritablement, d'une manière totalement dévastatrice. Maintenir pieds quand la marée menaçait de submerger, devoir absolument garder la tête froide en toute circonstance, avoir un équilibre d'une perfection absolue pour ne pas attirer le regard sur soi, avait été extrêmement difficile quand tout son être criait au manque. Le lien d'opposé était en soi réellement toxique, nocif et créait cette dépendance qui la grisait autant qu'il ne l'avait effrayée à nouveau. Autant que lorsque Burton l'avait enfermé.

Une grimace éhontée barra son visage lorsqu'elle le vit arracher sa chemise en partie. Apportez des grands créateurs à monsieur et c'est comme ça qu'il vous remerciait ? Un air réprobateur se glissa sur ses traits tandis que son ahurissement restait identique.

« Je ne prendrais même pas la peine de te répondre, traître. »

Franchement. Un créateur ! Cela lui avait tellement retourné l'estomac qu'elle n'avait pas pris la peine de répondre tout de suite, avant d'hocher la tête.

« Tu ne t'es jamais demandé pourquoi j'étais si calme ? Comment est-ce que tu penses qu'une Altération surveillée par les autorités a fait pour mettre en place tout cela sous leur nez sans se faire prendre ? J'ai dû jouer les complaisantes, les fausses estomaquées par des publications bancales, pour qu'ils ne se doutent de rien. Nous serons les hors-la-loi les mieux lotis de la région pour un certain temps. Un manoir nous attend  »

Elle marqua une pause avant de le regarder droit dans les yeux.

« Tu pensais vraiment que je ne ferai rien ? »

C'était comme marcher sur des oeufs tout de même. Ils avaient été séparés tant de temps. Bien plus longtemps qu'ils ne l'avaient jamais été depuis qu'ils s'étaient rencontrés, et qu'ils avaient su qu'ils étaient opposés. Cela avait été déchirant, agaçant, l'avait parfois plongée au bord de la folie. Elle avait ressenti des choses, avec une telle distance que cela l'avait angoissée. Ne pas savoir, ne pas pouvoir avoir la moindre information, le moindre contrôle. Elle détourna le regard, suite à sa question, et tourna la tête légèrement, avant de se sentir attirée dans l'étreinte de Kyle. Ses bras restèrent ballants quelques secondes, ouverts de part et d'autres de leurs deux corps, avant qu'elle ne cesse de se raidir et attrapa le dos de la chemise de ses doigts fins, blottissant son minois contre le torse du californien. Les larmes lui montèrent aussitôt aux yeux, sa gorge se serra et sa voix se cassa lorsqu'elle lui glissa d'une voix extrêmement basse, à peine audible.

« Plus jamais. Plus jamais ça. »

C'était un aveu de faiblesse mais la brune s'en fichait complètement. Il n'y avait qu'avec lui qu'elle pouvait être elle, pleinement. Ils étaient les faces d'un même être, la complexité même d'une paire parfaite. Il savait, de toute manière. Ce qu'elle pouvait bien penser, ressentir. La télépathe se décala légèrement, levant une main pour la glisser sur la barbe de plusieurs jours, tracer les contours du visage de son opposé et de lui souffler.

« Ce n'est pas si mal tu sais. De nous imaginer avoir une vie normale, loin de tout ça. Il ne se passe pas un jour sans que je ne le fasse. Pas un seul, pas une minute. Il n'existe pas une seconde où je ne regrette pas ne pas t'avoir dit oui, lorsque tu voulais partir. Tu es tombé sur la pire personne qu'il pouvait exister, comme opposée... »


Ses doigts effleuraient son visage avec la force d'une plume, pour finir par atterrir sur son torse.

« J'étais sérieuse lorsque je disais que je ne déciderai plus. C'est ton temps pour t'élever et pour arrêter de me protéger. Tu as assez donné pour ça, et je ne t'ai strictement rien rendu, rien tenu de mes promesses. Je t'offrirai le monde, ses cendres, ses esclaves. Je serai cette ombre, fidèle, puissante, dans ton sillage, qui jamais ne faillira. Je serai celle qui prendra les décisions que tu ne pourras prendre, qui te soufflera de la force si jamais elle venait à te manquer. Je ferai toujours des erreurs, parce que je ne peux pas faire autrement, parce que je ne suis pas parfaite. »

Se mettant sur la pointe des pieds, elle se redressa pour déposer ses lèvres à la commissure des siennes et souffla contre sa peau.

« Mais je serai celle que tu as toujours attendu que je sois. Je te demande juste une chose... »

Elle enfouit son visage contre son cou, poupée de porcelaine prête à exploser, pourtant aussi incassable qu'une poupée de chiffon.

« Je veux tout. Mais pas si l'un de nous doit souffrir. Les autres peuvent crouler sous nos pieds, tant que toi et moi, sommes ensemble. Je veux que dès qu'on en ait l'occasion... on fasse ce que tu souhaitais et que l'on parte. Et que si je fous tout en l'air comme d'habitude, je veux que tu partes sans moi et que tu fasses ce qu'il faut. »

Une plainte s'échappa du fond de sa gorge avant qu'elle ne prenne une inspiration et ne redresse la tête, posant sa main sur sa joue et attirant son regard dans le sien.

« Il n'y aura pas de nouveau départ pour nous si nous ne faisons pas face directement à tout ce qui pourrait aller mal. Et il n'y a qu'une seule et même raison à toutes ces merdes que l'on a traversé. Moi. Alors si les choses dérapent à nouveau de nôtre contrôle par ma faute, je veux que tu me tues. Parce que je ne serai plus la raison pour laquelle tu souffres. »

Sa voix se brisa à nouveau et l'aristocrate souffla avec un demi sourire.

« Je t'aime trop pour être à nouveau cette raison. Et toi comme moi savons que c'est un risque que l'on ne peut plus prendre. Je veux que tu sois libre Kyle. Même si ça doit être avec moi au fond d'un cercueil. Promets et on s'en va. »



Devil
The silence. The blinding ultra violence knockin’ at your door pacin’ back and forth. What now? The whispers and the screams, the stereotypical profiling ritual vicious and obscene.  BY PHANTASMAGORIA


Dernière édition par Edana J. May le Ven 6 Avr - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Kyle A. Lewis
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 18 Livres en banque : 1993
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 8 Avr - 11:34.
     

Vengeance waits and so it begins



❝Through hell's gates The ground shakes And valor wakes And so it begins Vengeance waits Fury reigns With all at stake And so it begins So it begins Where worlds collids Blood divides When darkness falls Fate calls This winter breath Taste of death Where iron meets flesh We'll take it all So it begins❞


Et ils peuvent nous briser, retourner les mots contre nous pour nous diviser. Ils peuvent nous ensorceler, tenter de nous manipuler pour mieux sur nos dépouille régner mais jamais, il ne pourront de nouveau nous séparer. Nous somme ce qu'ils ne peuvent dissocier, les enfants maudits d'un père disgracié et d'une mère qu'ils ont aux yeux de tous prostitué. Et nous allons leur faire payer. Leur rendre au centuple ce poison dont ils nous ont abreuvé, car je suis ce qui a toujours été et ne serais jamais plus ce qui s'est au travers des limbes effacés. Entends mes obscures murmures, délaisse ta trop lourde armure et laisse moi porter les balafres que ton âme solitaire depuis trop longtemps endure. Tu es la folie en mes souffles qui m'emmurent, la voie incessante qui chante nos déchirure. Ordure, ordure, je ne suis que le fond de tes immondes pourriture. Assez, laisse-moi être celui qui mettra fin à l'aliénante césure. Je te serre davantage contre moi, soupire face à toutes ces horreurs que tu déverses en mon cœur qui se noie :

- La normalité n'a jamais rimé à rien pour nous. Tu penses savoir mais tout ici n'est que fragment illusoire. Un jour tu comprendras qu'on a tous un rôle à tenir.

Je dépose un baiser sur ton front avant d'enserrer ton visage entre mes imposantes mains, tu me parais si frêle que la vérité à moi s'impose et que tout en cette fraction de seconde devient brutalement plus que certain :

- En attendant, oublie demain. Oublie la mort que tu réclames de ma main, parce que tu sais, oui tu sais très bien que je préférerais encore mourir avec toi plutôt que de nous infliger ça.

Je t'adresse alors un clin d'œil pour te rassurer et te faire comprendre que tout ira bien :

- De toute façon la vie ne vaudra plus rien si t'es pas là, alors à quoi bon penser à des conneries comme ça? Je te propose plutôt un plan de suicide collectif pour permettre à nos âmes de se retrouver dans les limbes ou n'importe quel autre plan en lesquelles elles auront été envoyé.

Je te ramène alors tout contre moi, humant le parfum inscrit jusqu'en ta chevelure, passant doucement ma main droite à l'arrière de ta nuque :

- Parce que peut importe qui l'aura décidé, pas même l'enfer ne pourra nous séparer.

Je te tourne le dos et me dirige vers le nouveau véhicule dont j'ouvre la portière :

- Je ne te ferais jamais de promesse que je ne pourrais tenir, par contre, je te jure que tu auras tout ce que ton cœur désir et que tu ne seras plus celle à blâmer pour tous les troubles qui pourront nous ensevelir, parce que je t'aime en tes imperfection et que je suis l'exact reflet de tout ce qui en ton âme meurt et renaît. D'ailleurs, je t'en ai jamais véritablement voulu, on était deux, on l'a toujours été, et il en sera toujours ainsi.

D'un petit mouvement de tête sur le côté, je t'invite à me suivre :

- Alors, tu me le montre ce fameux manoir à en faire baver la vieille bique pour qui toute l'Angleterre est censé prier Dieu de la protéger? J'ai besoin d'une douche pour la suite des opérations…

Je ne sais que trop bien ce que tu as enduré, les supplices par lesquels tu as du passer, les flammes et autres interminables vallées que tu as dû traverser pour mieux me retrouver, là où ils m'ont en tes entrailles malades dissolu puis rassemblé sous l'éclat d'un jour nouveau mais étrangement par ton encre corrompu voilé. Seulement tu n'es plus seule à devoir les affronter, je t'ai retrouver et plus rien ne pourra nous empêcher d'à la fois vivre, rêver et régner. Car tu es folle, oui, folle d'oser espérer me quémander une mort que jamais, tu le sais, même si je le voulais, je ne pourrais t'octroyer. Reflet imparfait de nos maux à présent défait, tu es l’écho à la lumière qu'un jour je fus et que bientôt à nouveau, pour nous deux tu seras. Seulement aujourd'hui encore, je dois être ton masque de mort, celui qui fera s'effondrer tout ceux qui nous ont causé du tords, laisser la peur et le regret ravager les visages des nantis misérables qui à nos pieds bientôt prierons un ciel qui, sourd face à leur appel, tranquillement dort.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai pour Avatar : Anna Speckhart J'ai rédigé autant de missives : 901 Livres en banque : 6086 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Citoyenneté:
4/20  (4/20)
Don:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 5 Mai - 12:49.

Kyle Edana
Take it all
Kyle & Edana
I like the games we play
When you're inside my veins
No a little good Don't stop the Devil


Un soupir s'échappa de ses lèvres tandis qu'elle le laissait parler. S'ils se comprenaient sur beaucoup de choses, des points de désaccords continuaient de les séparer, quoiqu'il en dise. Et si Kyle tentait de se vouloir rassurant, la jeune femme elle sentait davantage l'inquiétude se loger au fin fond de son estomac, tandis que son opposé l'étreignait d'autant plus fort. Une larme perla contre le saphir de ses yeux, puis une seconde avant que la brune ne soit secouée quelques secondes par des sanglots silencieux. La réalité la percutait de plein fouet, et l'euphorie du moment passée, les conséquences et angoisses futures lui apparaissaient plus clairement que jamais.

Son esprit finit cependant par s'apaiser sous les gestes et paroles du Californien. Ses mains se desserrèrent légèrement, la laissant toujours accrochée au dos du brun. Son visage enfoui contre son torse, Edana hocha doucement la tête, se laissant convaincre par le poison de ses mots. Lui, comme elle, iraient jusqu'au bout s'ils le fallait, mais l'humaine à don ne pouvait concevoir qu'aucun obstacle ne se mettrait sur leur route. Bien entendu, il leur était impossible de pouvoir tout prévoir mais ses tripes lui garantissaient que quelque chose n'allait pas aller en leur faveur, peu importait combien tout avait été prévu.

Son corps se décrispa sous la caresse tandis que ses mains s'agrippèrent à nouveau à son dos lorsqu'il lui assura qu'on ne pourrait plus les séparer.

« Je préférerai largement le rejoindre que de vivre ça à nouveau. Je ne pourrais pas refaire une seconde fois les mêmes sacrifices. Ce serait au-dessus de mes forces. »

Il n'avait pas encore conscience qu'Evannah n'était plus dans le tableau. Pour elle, toutes les fibres de son corps manquaient de sa fille. L'Altération déglutit douloureusement avant de souffler à nouveau, rassemblant son dernier courage. Ils se séparèrent alors, la brune le regardant se diriger vers leur nouveau carrosse, ses yeux glissant sur la silhouette légèrement amaigrie de son opposé. Un nouvel élan de rage s'infiltra dans ses veines, qu'elle dut s'appliquer à taire tandis qu'il continuait de la rassurer, encore. Elle eut un léger sourire nostalgique tandis qu'il ouvrait la portière.

« Peut-être qu'on devrait arrêter les promesses et passer plus à l'action au final ? »

Elle finit par lui emboîter le pas et le rejoignit côté conducteur, glissant ses propres lunettes de soleil sur son nez et détachant ses cheveux, avant d'enclencher le contact.

« La suite des opérations, hein ? Qu'est-ce que tu as en tête exactement ? D'ailleurs, nous ne resterons que ce soir dans le Manoir de tes rêves de grandeurs... le temps qu'ils remontent l'arbre généalogique et nous serons retrouvés, autant mettre toutes les chances de notre côté. Mais nous devons récupérer quelques affaires... parce qu'il est hors de question que les Bonnie et Clyde que nous sommes manquent de classe. Même si monsieur déchire sans rechigner ses chemises... »

Ils démarrèrent alors, tandis que la jeune femme s'appliquait à prendre un trajet qui leur garantissait d'éviter au maximum le coeur de la ville. Son regard restait également fixé dans le rétroviseur pour être certaine que personne ne les suivait. Mieux valait être prudents et ne pas tenter la chance. Non loin de l'intersection avec la Cabot Tower, la brune remonta jusqu'à atteindre une rue un peu plus reculée.

« Le meilleur moyen de ne pas se faire prendre dans un premier temps, c'est de rester juste sous leur nez. Le Manoir Thompson nous permettra de fuir par les catacombes. La plupart des aristocrates faisaient relier leurs demeures pour justement pouvoir réclamer asile chez l'un de leur pair. Tous n'étaient pas d'accord, mais la règle d'or dans notre milieu reste que nous veillons les uns sur les autres... même lorsque nous ne sommes pas alliés. Nous pourrons au moins trouver refuge quelque part le temps des fouilles et les passages seront tellement secrets et nombreux que personne ne pourra les trouver. Ils nous permettront aussi de rejoindre les catacombes et les nocturnes qui ont pu s'enfuir lorsque nous serons à court d'options. »

Ils remontèrent une allée avant d'arriver devant une haute grille en fer forgé, sublimée d'un blason représentant une flamme surmontée d'une épée. Sur le tableau de bord, la brune entra un code qui ouvrit le portail, leur laissant le loisir de remonter le chemin parsemé de rosiers et de haies découpées. Arrivée devant l'entrée d'un immense manoir victorien à la caillasse sombre, la brune bifurqua légèrement, descendant un nouveau pavement, s'arrêtant une seconde fois pour taper un nouveau code. La porte, faussement décorée de pierres anciennes, s'ouvrit alors en deux, leur laissant l'occasion de pouvoir pénétrer dans la bâtisse. Coupant le contact, la brune soupira.

« Nous sommes arrivés à destination, votre altesse. Que monsieur prenne la peine de sortir de notre fier destrier et qu'il me suive, je lui ferai faire le tour du propriétaire. »

Edana se glissa hors de l'habitacle, avant de fermer la portière et de verrouiller la voiture. Elle se dirigea ensuite vers une petite porte en bois massif, qu'elle ouvrit avant de faire signe à Kyle de la suivre, et retira ses lunettes de soleil. L'escalier en pierre, tournait sur quelques marches avant qu'ils n'atteignent la cave.

« On a fait quelques aménagements ces derniers mois. Je te rassure, nous ne sommes pas les premiers à entrer par ici. Disons que je ne suis pas la seule de la famille à ne pas apprécier le régime en cours. Archibald Thompson se fait vieux, mais il se fait aussi plus déterminé à emmerder le plus de gens possibles avant de s'en aller vers des cieux meilleurs. Ses fils sont aussi enclins à apporter leur aide à ceux qui en ont besoin. Oncle Archibald a mis en place un réseau d'une dizaine de planques pour Aberrations recherchées, dont nous disposerons à tour de rôle, en plus des autres prévues. »

Ils arrivèrent dans une pièce totalement insonorisée, fournies de plusieurs écrans et où se trouvait un homme d'une quarantaine d'années, qu'elle embrassa sur la joue.

« Kyle, je te présente Sir Nicholas Thompson, mon oncle. Il gère la sécurité du Manoir depuis... presque toujours, ainsi que celles des différentes planques. Chaque planque possède un système complexe de surveillance, permettant une certaine avance aux Aberrations qui auraient été retrouvées, de pouvoir fuir. Mon Oncle, nous te laissons, je vais montrer nos appartements à Kyle. »

Elle ouvrit la seule porte de la pièce avant de laisser son opposé passer devant elle et de la refermer. Celle-ci était désormais invisible à l'oeil nu. Ils étaient à présent dans une bibliothèque qui aurait pu faire de l'oeil à n'importe quelle bibliothèque royale. De lourdes tables de bois en ébène trônaient au centre de la pièce, avec des dizaines de livres étalés.

« On cherche une solution légale pour faire quelque chose contre la situation actuelle... »

L'humaine à don invita ensuite son opposé à la suivre, tandis qu'elle glissait ses doigts sur les livres, avant d'en tirer un pour ouvrir un passage menant à un long couloir.

« La bibliothèque a été créée lors des tensions entre les pouvoirs religieux. Comme je te l'ai dit avant, les aristocrates se serrent toujours les coudes et il s'agissait de pouvoir héberger sans qu'ils ne risquent leur tête... littéralement. Les chambres sont un peu antiques, nous avons essayé de redécorer mais tout devait passer inaperçu donc ne t'attend pas à quelque chose de fou tout de même. »

Elle s'avança jusqu'au fond du couloir où une grande pièce circulaire avec un feu de bois ronronnait les attendaient. Un petit salon doté d'un bar, d'une télévision et d'un piano, une petite kitchnette pour leur permettre une certaine autonomie, finalisaient la pièce, lui conférent une certaine chaleur. Au mur, la jeune femme avait pris soin de faire accrocher les derniers tableaux présents dans la galerie de son opposé.

« J'ai repris ce que j'ai pu. J'ai certainement manqué de discernement pour les afficher, mais tu sais que l'art et moi... ça fait tout ça. Je te montre ta chambre, viens. »

La télépathe remonta à nouveau le couloir, ouvrant la seconde porte et pénétrant dans la pièce. Une pièce centrale, suffisamment grande qui contenait un lit, une télévision, un bureau et une grande armoire, juxtaposait une salle de bain.

« J'ai pris la liberté de remplir ton armoire de quelques affaires. Tu as tout ce qu'il te faut pour te rafraîchir dans la salle de bain. Ma chambre est juste en face. On reste cette nuit et on avise demain la situation. »

Elle s'approcha de quelques pas avant de souffler.

« Est-ce que ça te va ? »


Devil
The silence. The blinding ultra violence knockin’ at your door pacin’ back and forth. What now? The whispers and the screams, the stereotypical profiling ritual vicious and obscene.  BY PHANTASMAGORIA
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Take It All || ft Edana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Harbourside-