AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Promo de fin d'été ♥
Adopte un For My Sake et gagne 100 points à l'inscription I love you
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥

Partagez | .
 

 Why do I desperately need to see you ? PV. Leigh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 3 Juil - 23:21.
J’y repensais. En un sens, il m’était difficile de faire autrement. Malgré le temps qui avait passé depuis que j’avais rencontré un deuxième spectre, je ressentais toujours cet étrange point, magnétique pour moi, m’appeler sans cesse. Comment faisait-elle pour parvenir à conserver ce centre gravitationnel dans ma tête?

Malgré cette sensation, je n’avais pas encore osé suivre cet appel que le spectre me faisait. Après près d’une semaine, par contre, je voulais la revoir. En fait, j’éprouvais le besoin de la revoir, de ressentir à nouveau la légèreté que j’avais ressentie en sa présence. Mais pourquoi? Après tout, elle avait voulu que je la suive gentiment, afin de m’enfermer derrière ces portes qui me déplaisaient tant. Comme si j’allais un jour accepter; je voulais être libre, pas de l’autre côté de ces portes. C’était pour ça que j’avais réussi à m’échapper quand on a voulu m’y emmener, la première fois, même si j’ignore comment j’avais réussi cet exploit.

J’avais donc suivit ce qui m’appelait depuis un peu moins d’une semaine. Marchant dans les rues de Bristol, je m’étais arrêté devant une boite. Cet appel venait de l’intérieur. Une chance, il commençait à être tard dans la soirée, sinon je me serais demandé pourquoi elle y était.

Mais comment pouvais-je y entrer, sans devoir payer. Quoi ? J’étais fauché et sans moyen de me trouver un emploie. Si j’essayais de commander mes papiers pour travailler, le gouvernement me trouverait, j’étais déjà étiqueté Lycan.

Je commençai à faire le tour de l’édifice, jusqu’à ce que je trouve l’issue de secours. Comment réussirais-je à entrer, sans arracher la porte ? Au moins, une poignée coûte moins cher et fait moins de bruit. En plus, la musique me semblait si forte à l’extérieur que je n’entendis même pas le métal se briser.

La porte ouverte, j’entrai. Personne à vue. Me fiant toujours à cette intuition qui me disait où trouver ce spectre que j’avais rencontré, je me retrouvai dans la salle où la fête avait lieu. Ça ne me pris pas deux minutes que j’avais déjà trouvé celle que je cherchais. Juste poser les yeux sur elle m’apporta un soulagement que je ne savais m’expliquer. Et, sans la lumière du soleil, cette fois, je réussissais à la voir clairement. Je voyais tous les détails de son visage, même la couleur de ses yeux. Elle ne ressemblait en rien à Maude, celle qui m’avait été enlevée, mais le spectre que je regardais – Wow – je n’aurais jamais pu trouver les mots pour décrire à quel point elle était belle. C’était probablement pour ça que je la fixais, sans bouger, jusqu’à ce que je remarque qu’elle n’était pas seule…
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 6 Juil - 17:35.
Depuis l'autre jour, il m'était impossible de ne pas penser à lui, de ne pas vouloir le revoir. Pourtant, je ne voulais pas. Le temps avait passé et à chaque fois que je ressentais sa présence non loin de moi, je détournais le chemin afin de ne pas le croiser. Je sais qu'il va bien falloir que je me confronte à lui de nouveau afin qu'il fasse le rituel, mais rien n'y faire, je ne voulais pas le revoir. Même avec ce manque en moi qui me brûle de l'intérieur à petit feu.

Soupirant, ça faisait une semaine bientôt que je voulais le revoir, je voulais qu'il se rapproche de moi de nouveau et pourquoi pas... Me giflant intérieurement, il ne fallait pas que je pense à ça, surtout avec lui. Il était une aberration et les aberrations doivent faire ce rituel à point c'est tout.

Ce soir, je ne travaillais pas et demain matin non plus, alors autant en profiter, autant allez m'éclater dans la boîte qu'Ivy m'avait fait connaître. Peut-être que l'alcool ou la musique m'aidera à ne pas penser à lui. M'habillant d'une robe noire avec un petit décolleté, je mets chaussure compenser de la même couleur et laisse mes cheveux détachés.

Appelant un taxi, je descends de chez-moi et l'attends, je n'avais pas envie d'y aller par moi-même. Disons que si je ne peux plus conduire, je serais bloqué et je ne compte pas repartir avec quelqu'un, je n'étais pas comme ça. Mais qui étais-je après tout ? Depuis que je l'ai rencontré cette question me passe dans la tête, parce que je n'ai rien osé lui faire alors qu'il est l'un d'entre eux.

Le taxi enfin là, je monte à l'intérieur de celui-ci. Prends un billet dans mon petit sac à main noir et lui tend en lui disant où je souhaitais aller. Sans discuter celui-ci se met en route. Arrivée à la boîte, je remercie le chauffeur, descends et paye mon entrée pour ensuite rentrer dans celle-ci. Pour le moment, il n'y avait pas beaucoup de monde, mais ce n'était que le début, car dehors, la foule est là.

Buvant un verre, deux verres, même un troisième, la soirée commence enfin, je vous rassure, j'étais loin d'être bourré, mais autant profiter à fond et surtout tout faire, ne pas le ressentir, s'approcher petit à petit. Il était proche, je le sentais...

Allant sur la piste pour éviter d'y penser, je commence à bouger au rythme de la musique, voir à me déhancher. Dansant tranquillement, voilà qu'un mec s'approche de moi et pose ses mains sur mes hanches. Dansant avec lui, le temps qu'il ne fait rien qui me déplaise, je m'en fiche. Fermant les yeux et faisant toujours la même chose, je les ouvre quand je sentis sa présence. Posant mes mains alors sur celle du mec, je me retourne vers lui et lui dis :


- Merci pour la danse.

Le mec n'en revenait pas et je suis sûr qu'il allait revenir à l'attaque. Encore un qui veut me mettre dans son lit et qu'il n'y arrivera pas. Allant vers le bar en regardant autour de moi comme si de rien n'était, je l'aperçois ! Il était là en train de le fixer. Qu'est-ce qui était beau, à en tomber par terre. Ce qui me faisait un peu sourire, c'est qu'il ne faisait même pas attention aux autres filles qui l'entouraient et qui le dévorées des yeux.

Commandant alors un mojito, quand j'ai mon cocktail, je me dirige à une table libre avec une chaise haute et m'y installe. Du coin de l'œil, je l'observais. Pourquoi je me sentais tellement bien en sa présence ? Mes sentiments étaient tellement contradictoires, je ne devais pas être bien, je ne devais pas être soulagé et heureuse de le voir. Bien au contraire...

Buvant une gorgée de mon cocktail, j'espérais qu'il vienne me voir afin de voir son regard dans le mien. Mais osera-t-il ? Après tout, je voulais qu'il aille faire le rituel...
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 7 Juil - 0:20.
Pourquoi était-elle accompagnée ? Surtout qu'elle me semblait avoir bien du plaisir avec ce type qui, du premier regard, me déplait. J'ignorais pourquoi, même, je n'avais pas l'habitude - et je ne l'ai toujours pas - de détester une personne d'un simple regard, mais je me doutais de l'endroit où il avait posé ses mains et je détestais avoir cette image en tête. Cette femme, bien qu'elle fut un spectre, m'appelait et je souhaitais, pour la première fois depuis que nous avions discuté au parc, m'approcher, et pas parce que la seule sortie disponible était derrière elle. J'aurais pu simplement faire demi tour, si j'avais voulu partir, mais je voulais réduire la distance qui nous séparait, la belle et moi. Quel dommage qu'il soit là, celui-là !

Mais je n'en croyais pas mes yeux ! Elle l'avais laissé. J'en étais aussi abasourdi que lui, mais ça me plaisait de voir cette scène. Ça faisait tellement plaisir à voir, mais le plus plaisant, pour moi, était de la voir le laisser là et se diriger vers le bar. J'avoue, sa mine déconfite était marante à voir. J'en riais dans ma barbe.

Détournant mon regard de cet homme qui avait perdu sa chance, je retrouvai d'instinct celle que je souhaitais voir - même si je me doutais qu'elle ne le ferait pas - s'approcher de moi, avec un mojito à la main, en direction d'un table libre. J'avais du mal à croire que, depuis j'étais arrivé dans cette boite, elle avait laissé ce type en plan pour s'installer en solitaire à cette table, et moi, j'étais là, planté comme un poireau, à regarder ce qui s'était passé. M'invitait-elle à aller la rejoindre par un attitude pareille ?

Me souciant peu de la réponse, je saisis ma chance : j'approchai de cette même table. Le chemin me semblait si facile à parcourir, chacun des pas que je faisais retirait un poids si énorme de mes épaules. J'avais de la difficulté à croire que je portais si lourd sur moi. Sentir tout ce poids me quitter m'encourageait à continuer d'avancer, jusqu'au moment où j'arrivai à côté d'elle.

Avais-je vraiment eu le culot, après cette façon que j'avais eu de la laisser au parc, de marcher à sa rencontre ? Je me surprenais de plus en plus. Déjà avec ce que je ressentais depuis que j'avais rencontré cette femme, et là, avec mon audace. Et Maude dans tout ça ? N'aurais-je pas du passer plus que les quelques semaines, entre mon arrivée et la rencontre de ce spectre, à la pleurer ?

- Salut. Je m'excuse de te déranger, je viens de réaliser que j'ai oublié de te dire mon nom, l'autre jour. Je m'appelle Chris.

Wow ! Quel bel idiot j'étais ! J’avais fait bien pire, à mon souvenir, que d’oublier de me présenter, par exemple : la façon un peu trop familière que j’avais eu de lui parler. En mon for intérieur, j’espérais qu’elle n’en serait pas offusquée. J’espérais aussi qu’elle ne se souhaitait pas me voir la suivre pour passer ce rituel…
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 10 Juil - 15:40.
J'avais besoin de me détendre et je dois dire que ce type m'avait bien aidé. Après oui, je me suis de nouveau contracté en sentant la présence de lui. Sa présence était proche de moi, pourquoi ? Le voyant du coin de l'œil, je ne pouvais m'empêcher de le regarder. Cela m'énerver au plus haut point. Je n'avais aucun droit d'avoir de l'attirance vers ce bel homme... Enfin, je veux dire cette aberration.

Me séparant de mon compagnon de danse. Je le remercie et part vers le bar afin de me commander un cocktail. Le cocktail dont je raffole. M'installant par la suite à une table libre, je n'enlevais pas mon regard de lui, je n'y arrivais pas de toute manière. Mais il fallait que je résiste. Me forçant à tourner mon regard vers la piste, je regarde les autres danser.

Pourquoi était-il là ? Avait-il la même sensation que moi ? Pourtant, il ne fallait pas que je montre ses sentiments bizarres qui étaient en moi. Même si j'avais plutôt fait exprès de me mettre seule à une table afin que celui-ci vienne vers moi, je voulais qu'il se rapproche de moi encore et encore, pour de nouveau sentir son souffle sur le mien. Si même, je le voulais mes pensées pourraient aller plus loin, mais je me refusais de penser à cela.

Est-ce que je l'invitais à venir à ma rencontre ? Probablement. Et même si je n'allais être pas douce avec lui, car il ne fallait pas. C'était une aberration, il ne fallait pas que je l'oublie. Pourtant, j'aimerais bien sûr le coup...

Sentant sa présence se rapprocher de nouveau de moi et encore plus. Mon cœur commence à battre plus fort, il fallait que je me contrôle ! Gardant mon regard vers la piste, je sens une personne à mes côtés. Est-ce lui ? Avait-il osé ? Entendant alors une voix, je la reconnais, s'était la sienne.

Buvant une gorgée de mon cocktail, je tourne alors mon regard vers lui et vois enfin son regard, il était ensorcelant. Haussant alors les sourcils, je ne peux m'empêcher de dire :


- Chris, hmm d'accord. À vrai dire, vous n'avez pas oublié de me le dire, nous n'avons pas vraiment abordé un sujet l'autre jour, comme vous le dites.

Tournant avec forçage mon regard vers la piste, j'ajoute :

- Vous êtes venu pour que je vous emmène faire le rituel ?

Un sourire en coin, je continue de dire :

- Je ne pense pas. Alors pourquoi êtes-vous venu me voir ? Comment ce fait-il que vous n'ayez pas peur de moi ?

Je tourne mon regard vers lui et le regard bien dans les yeux. Avait-il les même envie que moi ? Ou suis-je la seule à avoir des envies ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 11 Juil - 0:40.
J'avais traversé la moitié de cette salle, afin de lui parler. Chacun de mes pas m'encourageait à en faire un suivant, jusqu'à ce que j'arrivai à côté d'elle. Malgré cet instinct de survie - et l'odeur de ce spectre - qui me disait de fuir, le soulagement que je ressentais était si confortable après les quelques derniers jours que je refusais de partir. Ce sentiment faisait tant de bien à mon âme, comme la première fois que je l'avais ressenti. Ô combien cet effect s'accentua quand elle posa son regard dans le mien. C'était indescriptible à quel point c'était réconfortant - et effrayant, sachant ce qu'elle était.

Mais comme un IDIOT, j'avais mentionné mon oublie de me présenter. Côté positif : elle savait maintenant mon prénom ; ce n'était pas réciproque. Tout ce qu'elle m'avait répondu, c'était que l'occasion de se présenter avait été manquante, lors de notre première rencontre. Ce n'était pas faux : de mon côté, je n'avais réfléchi qu'à la façon de quitter le parc ; et tout ce que j'avais su d'elle était son souhait de me voir passer le rituel. Elle détourna même le regard pour me relancer sur le sujet :

- Vous êtes venu pour que je vous emmène faire le rituel ?

Tout comme moi, elle eut un léger sourire en coin, si seulement elle avait su ce que j'en pensais. J'avais un dédain énorme envers le portes de Ribcage, seulement y penser me donnait des nausées. Dommage que je n'ais pas eu le temps de le lui dire moi-même et qu'elle avait répondu à sa propre question :

- Je ne pense pas. Alors pourquoi êtes-vous venu me voir ? Comment ce fait-il que vous n'ayez pas peur de moi ?

Elle ramena son regard dans le mien. Le soulagement perdu revint. Je me perdais si facilement dans ces yeux, les yeux de ce spectre. Mais la bête en moi ne voulait que partir - chose que je ne fis pas. Je préférai, plutôt lui répondre :

- Au moins, tu n'es pas dupe, je ne mettrai jamais les pieds à Ribcage, à moins qu'on m'y fasse entrer de force. Pour ce qui m'emmène, je crois que tu sais déjà la réponse, et je veux que tu arrêtes. Franchement, c'est énervant d'avoir constamment ce centre magnétique qui m'appelle; en plus, je vais devenir fou, si ça continue.

À sa dernière question, je ne répondis pas : comment se faisait-il que je n'avais pas peur d'elle ? En fait, une partie de moi voulait rester, voir s'approcher, encore plus; une seconde voulait fuir le plus rapidement possible; et la dernière avait si peur de ce qu'elle pouvait me faire que je ne pouvait pas vraiment quitter les lieux.

Et j'étais toujours là, à la regarder dans les yeux, ne sachant pas quelle part de moi je devais écouter : celle qui voulait me voir approcher cette belle rousse, celle qui refusait de bouger ou le loup qui croyait n'avoir aucune chance de survie face à elle.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 11 Juil - 23:03.
Le sentir se rapprocher encore et encore de moi, me donner une boule au ventre. Mais j'allais tellement mieux. Je me sentais tellement mieux surtout quand celui-ci était à mes côtés.

En fait, j'étais bien contente, même heureuse qu'il n'avait pas peur de moi, du moins qu'il ne le montrait pas. J'avais l'impression de jouer au chat et à la souris, mais qui était qui ? Et comment ça va se terminer ? S'était une bonne question, je dois dire, mais à cet instant, je n'arrivais pas à y penser. À cet instant, je voulais qu'il se rapproche encore un peu plus.

Celui-ci s'étant présenté, il s'appelait Chris. D'un côté, j'étais heureuse de m'apprendre, mais de l'autre, à quoi me servirait-il ? S'était une aberration et je ne devais me lier à lui, même si pour le moment, je n'avais qu'une envie qu'il n'était pas vraiment catholique, surtout quand mon regard était sur lui. Je devais résister, je ne devais pas céder à mes envies, je devais garder mes distances et ma position, qui est que je suis un spectre de la CAA et lui une aberration, nous ne pouvons pas nous entendre...

Mon regard sur la piste, je ne peux m'empêcher de lui demander s'il était venu me voir pour que je l'emmène au rituel. Puis par la suite, un sourire vient sur le coin de mes lèvres. Oui, un sourire, mes collègues seraient là, ils seront surpris. Je ne souriais jamais avant, du moins à part des sourires forcés. Là, s'était un vrai sourire, cela me faisait bizarre depuis le temps.

Sachant directement sa réponse, je lui dis que je ne pensais pas. Et lui demande par la suite, le pourquoi il était venu me voir et surtout pourquoi il n'avait pas peur de moi. J'en étais bien contente qu'il n'avait pas peur de moi, comme ça, il osait s'approcher. Mon regard posé de nouveau sur le sien, je me sentais emporté par celui-là, mais voir ça bouche s'ouvrir et sortir des mots, me fait sortir de mes pensées.

Je savais que je n'étais pas dupe et j'aurais été à sa place, j'aurais été pareil, enfin, je le pense. J'aime tellement ma liberté que d'envisager être enfermé ne me réjouissais pas. Écarquillant les yeux par la suite de ses paroles, j'attends qu'il finisse de parler et lui répond :


- Alors oui, je sais peut-être déjà la réponse. Mais je ne peux rien faire, car ce n'est pas moi qui ai fait cela. Alors si vous devenez fou, ce n'est pas par ma faute.

Bon, c'est sûr que je ne peux pas contrôler ça. Mais s'il savait que je ressentais la même chose, il ne râlerait peut-être pas, enfin si une aberration avec un agent de la CAA, ce lien n'est pas terrible. Même moi, je ne le voulais pas, mais jusque quand je résisterais ?

Il n'avait pas répondu à ma dernière question, pourquoi ? Buvant une gorgée de mon cocktail, je me lève pour finir et me place devant lui pour ensuite lui dire :


- Alors que faite vous maintenant ?

Pourquoi avais-je fait cela ? Pourquoi m'avais-je rapproché autant de lui. Mon regard dans le sien, j'attends qu'il me réponde tout en essayant de garder mon sang-froid afin de ne pas montrer que je suis perturbé également.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 12 Juil - 1:27.
Pourquoi ressentais-je un soulagement auprès d'elle ? Elle était un spectre, l'espèce qui voulait la mort de mes semblables, sinon de les forcer à passer ce rituel dont elle me parlait tant. Mon instinct de survie n'aurait-il pas dû prendre le dessus sur ce sentiment ? D'un autre côté, je me sentais mieux, au meilleur de ma forme, en fait, depuis d'interminables jours. Depuis que je l'avais laissée au parc, pour être plus précis.

Et tout le temps que je passais à la regarder dans les yeux, je m'y perdais. Ce regard, qui avait quitté mon champs de vision pour s'y réfugier à nouveau, je l'aurais fixé ma vie entière, tellement j'y étais bien. Mais tout ce que sa propriétaire réussissait à me dire ne me convenait pas : encore, elle voulait me voir aller à Ribcage pour passer ce rituel. Après qu'elle m'ait demandé ce que je faisais si près de sa personne, je lui avait expliqué mon point de vue : on allait me forcer à y entrer si, un jour, j'y mettais le pieds.

Puis je lui avouai la raison de ma présence dans ce club : malgré que je me sentais si bien près d'elle, elle devait arrêter de me faire sentir ce manque, quand elle n'était pas auprès de moi. Honnêtement, ça me rendait fou ; plus j'avais résisté à cet appel, plus j'avais ressenti ce besoin de m'approcher et plus j'avais dû résister. Jusqu'à ce jour, où je n'en pouvais plus et que je me devais de lui demander d'arrêter ce qu'elle me faisait. Ses yeux s'agrandirent largement, alors que je lui faisait part de ce désir de la voir arrêter ce jeu que je ne trouvais pas marrant. Mais devais-je croire sa réponse ?

- Alors oui, je sais peut-être déjà la réponse. Mais je ne peux rien faire, car ce n'est pas moi qui ai fait cela. Alors si vous devenez fou, ce n'est pas par ma faute.

Elle prit une gorgée de son verre, même dans un geste aussi anodin, elle me semblait inviter la personne que je suis à l'approcher, ou c'était encore cet appel qu'elle me faisait. Puis elle se leva, prenant place en face de moi, me demandant ce que je comptais faire. Je m'approchai, mon regard dans le sien, laissant à peine une trentaine de centimètres entre elle et moi, répondant à son incapacité à changer la situation qui allait me rendre fou.

- Si ce n'est pas toi, qui l'a fait, dans ce cas ? Je ne suis pas stupide, et tu n'es pas le premier spectre que je croise. Si un d'entre vous à la capacité de me traquer pendant je ne sais combien de temps, un autre peut me forcer à retourner auprès d'elle. Alors, corrige-moi, si je me trompe, et dis-moi ce qui en est.

Oui, encore une fois, j'ignorais une de ses questions ! Ça ne me servait à rien d'y répondre : je n'avais pas l'intention de la laisser sans avoir eu une réponse claire et je ne voulais pas la voir partir sans obtenir, au moins, satisfaction sur ce sujet. D'un autre côté, j'avais avancé vers elle, ce qui pouvait aussi en être la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 17 Juil - 14:06.
Pourquoi avais-je ce lien avec lui ? Il était une aberration, un lycanthrope. Moi, j'étais un spectre, un être qui cherché tout simplement à les nuire. Même si, je haïs par-dessus tout les vampires et non les autres races. S'était mon boulot, les tuer ou leur faire passer le rituel. Alors pour ce lien avait décider de se mettre entre lui et moi ?

Tous les jours passaient loin de lui, m'avaient tué de l'intérieur. L'avoir à mes côtés à cet instant me redonner vie, je me sentais tellement bien. Mais aussi mal, car je ne pouvais pas l'aimer. Je ne pouvais pas croire en ce lien entre nous. Il était l'un des leurs !

Essayant de ne pas succomber au désir que ce lien m'infliger, je détourne le regard et pour finir n'arrivant pas à résister mes yeux repartant sur les siens. L'avoir à mes côtés à cet instant me redonner vie, je me sentais tellement bien. J'aurais tellement eu envie de m'y noyer le restant de mes jours, mais s'étais impossible.

Après m'avoir expliqué son point de vue, je reste neutre et lui demande par la suite alors la raison de sa présence, étant donné qu'il sait que je serais obligé de l'emmener un jour de toute évidence.  

Mon regard dans le sien s'élargit quand il me demande d'arrêter ça. Je ne le pouvais pas, mais comment lui expliquer, comment lui dire que nous avons un lien plutôt maudit vu les circonstances. Prenant une gorgée de mon verre, pour ensuite me lever et le mettre face à lui et lui demander ce qu'il comptait faire.

Le voyant s'approchait un peu plus de moi, je retiens ma respiration un instant et essai de contrôler mon cœur qui bat plus rapidement. Puis celui-ci me répond non à ma question, mais à mon incapacité de changer cette sensation entre nous.

Soupirant à ses premières paroles, comment voulait-il que je lui explique sans lui dévoiler que s'était également la même chose de mon côté ? Que j'avais une envie irrésistible de m'approcher encore plus, de sentir ses mains sur moi et surtout ses lèvres. Enlevant ses images de ma tête, je continue de l'écouter silencieusement. Après la fin de ses paroles, j'avance de nouveau d'un pas vers lui tout en le regardant et lui répond :


- Alors pour mettre les choses au clair, je n'ai rien contre ce fichu lien d'opposition entre vous et moi. S'est venu tout seul. Ça n'aurait tenu qu'à moi, j'aurais fait ce lien avec quelqu'un d'autre. Mais ça ne se choisi pas malheureusement.

Je répondais peut-être à côté de ses paroles, mais tant pis, au moins il avait maintenant le mot, à lui de faire des recherches. Il ignorait mes questions, alors ne pas faire de même. Tournant la tête vers la piste, je remets mon regard vers lui et lui dit :

- Maintenant, si vous le permettez, j'aime bien cette chanson alors je vais aller danser pour me détendre et vider mes esprits, car s'était pour ça logiquement que j'étais venu ici.

Même s'il ne me le permet pas, je le ferai. Me retournant alors, je finis d'un trait mon cocktail. Et part vers la piste, en le laissant en plan. Allait-il me retenir ? Allait-il m'attendre ? Ou allait-il suivre cette envie que le lien me donne et qui puis est, venir sur la piste avec moi. D'un côté, cela me plairait énormément, mais d'un autre, je ne pouvais pas faire exprès de ne pas le sentir, alors s'il venait près de moi, je serais que c'est lui et donc je ne pourrais le laisser le toucher. Sinon, c'est sûr, je vais succomber pour le reste de la soirée. Ou plus...
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 18 Juil - 0:54.
J'étais devant elle, toujours dans cette confusion de sentiments; d'une part, je me sentais bien et confortable ainsi placé en face d'elle, de l'autre part, l'instinct de survie causé par la lycanthropie - que je n'écoutais pas - me disait de partir et la laisser là. Mais je voulais avoir une réponse à mes interrogations, ce qui pouvait sembler suicidaire avec les conseils de mon désir de vivre que je n'écoutais pas.

Je voulais comprendre ce qui se passait, ce spectre m'appelait depuis près d'une semaine et elle prétendait ne pas en être la cause. J'étais l'être le plus idiot, après tout ! Comment pouvait-elle me croire aussi stupide ? Je n'aurais jamais survécu aussi longtemps avec le quotient qu'elle croyait que j'avais.

Il était évident, pour moi, que son don était en action, à ce moment même : je voulais encore me rapprocher d'elle, ignorant les règles de sécurité en ce qui concerne mes semblables en face d'un spectre, je le fis, ne laissant qu'une trentaine de centimètres entre elle et moi. Ça apaisait mon âme, d'être si près, malgré que j'aurais du fuir. De son côté, je percevais, à l'ouïe, son rythme cardiaque accélérer, pourquoi ? que ressentait-elle ?

Et, placé ainsi en face d'elle, je lui laissai savoir que j'étais moins stupide qu'elle m'avait cru l'être. Je lui avait même ajouté que j'avais rencontré Ivy, un autre spectre qui avait, elle, le talent de pister ses proies. Selon la logique, il était tout à fait plausible qu'un autre représentant de l'espèce de cette belle rousse puisse tenter de m'attirer en implantant un effet de manque dans ma tête, dès que je m'éloignais d'elle. Peu de chances que je me trompe. Et c'était probablement parce que je ne me trompais pas qu'elle s'approcha encore, me laissant sentir mon cœur manquer un battement, puis me répondit :

- Alors pour mettre les choses au clair, je n'ai rien contre ce fichu lien d'opposition entre vous et moi. S'est venu tout seul. Ça n'aurait tenu qu'à moi, j'aurais fait ce lien avec quelqu'un d'autre. Mais ça ne se choisi pas malheureusement.

Mais c'était quoi cette merde, je ne comprenais rien, ou presque. Déjà, elle m'avouait que nous étions liés, sans même de dire comment c'était arrivé. En plus, elle affirmait ne pas avoir eu le choix. Deux options : elle mentait; ou alors, c'était similaire de son côté.

- Maintenant, si vous le permettez, j'aime bien cette chanson alors je vais aller danser pour me détendre et vider mes esprits, car s'était pour ça logiquement que j'étais venu ici.

Elle vida son verre, après s'être retournée, et me laissa là, seul, en plan. Pauvre type de tout à l'heure, finalement. Elle nous avait tous deux laissés en plan.

Une minute, elle mentait ou c'était similaire de son côté. Elle mentait ou c'était similaire de son côté ? Son cœur avait battu plus vite quand je m'étais approché, ses belles explications trop vagues...

C'était similaire de son côté ! En moins de dix secondes - suffisant pour qu'elle me laissa en plan - j'en était venu à cette conclusion. Je murmurai, plus pour moi-même que pour elle :

-Non, je te le permets pas, pas maintenant.

Je me lançai à sa poursuite, me faufilant entre les personnes - il me semblait même que plusieurs se plaçait volontairement sur ma route. Mais ça ne m'empêchait pas d'avancer. guidé par cet instinct qui me signalait où je retrouverais cette femme. Je m'approchais, ralenti légèrement par les danseurs, mais je m'approchais quand même d'elle, jusqu'à l'atteindre, bien qu'elle fut dos à moi.

Le soulagement de me retrouver à nouveau près d'elle, qu'est-ce que ça faisait du bien ! Peut-être même un peu trop, ou je devenais accro à sa présence, malgré le peu de temps que j'avais passé avec elle.

J'étais accro ! Trop, même. Je ne comprenais pas ce qui m'avait pris, mais j'avais attrapé sa main, la força légèrement à se retourner, mais je ne lui laissai pas le temps de me regarder : j'avais déjà posé mes lèvres sur les siennes. Je ne m'étais jamais senti aussi bien, pas même avec Maude. Mais, surpris de ma propre audace, je reculai. Bouche bée par ma propre action, je ne savais même pas quoi lui dire...
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 18 Juil - 8:23.
Devant lui, je ne savais pas quoi faire. J'étais tellement bien, mais je n'avais aucun droit d'y être, pas en sa présence. Je devais partir oui, c'est ça, mais où ? Et mon cœur lui ne le voulait pas. Mon cœur lui voulait rester près de lui, voir encore plus près. Soupirant intérieurement, pourquoi ce fichu lien avait été sur lui et moi...

Mon regard dans le sien, la compréhension de ce qu'il se passait, voilà ce qu'il voulait. Pourquoi alors ne pas lui dire ? Si je lui dis clairement les choses, il comprendra que pour moi, c'est la même chose et ça, il m'était interdit de lui dire, du moins je ne pouvais pas. Mais croire que je pouvais avoir ce don de l'attirer ne me plaisait pas vraiment, ce n'était pas moi qui avais mis cette attirance et je pouvais encore moi l'enlever. Mon don à moi était la dénonciation, ce qui ne me servait pas vraiment envers celui qui est devant moi parce que je ne ressentais que du bien et je n'avais aucune envie de m'en servir sur lui.

Laissant une trentaine de centimètres entre nous, fait battre mon rythme cardiaque plus fort. Pourquoi je n'arrivais pas à me contrôler ? Pourquoi je n'ai qu'une envie, c'est de le voir plus proche de moi ? Ce lien me rendait tellement accro et ouverte à lui, je n'en pouvais plus.

Celui-ci avait rencontré Ivy, il faudra que je fasse attention à ne pas dévoiler mes sentiments quand elle sera dans les parages. Mais d'ailleurs quels sentiments ? Est-ce que je l'aimais ou est-ce seulement le lien qui parlait entre nous ? Je ne savais pas.

M'approchant encore plus de lui, je lui réponds clairement et lui parle du lien. Alors soit-il le connaissait et j'étais fichu, car il serait que c'est réciproque, soit il ne connaît pas et fera des recherche et là par la suite, je suis de nouveau fichu, ou soit il ne connaît vraiment pas et s'en fiche. Mais je ne le veux pas, je ne veux pas qu'il s'en fiche. Mais je ne veux pas aussi qu'il sache. Pourquoi avais-je parlé de ce lien...

Je pouvais voir à son regard qu'il ne comprenait rien de ce que je venais de lui dire. Tant mieux non ? Trouvant une issue de secours par la suite, grâce à une musique. Je n'hésite pas à lui dire et part vers la piste en le laissant en plan. Il fallait que je m'éloigne, il fallait que je me distance de lui, je ne pouvais résister plus longtemps, et même si une douleur se faisait ressentir en moi quand je m'éloigne de lui, il le fallait.

Arrivée sur la piste, je soupire et ferme les yeux afin de me détendre, mais je sentais toujours sa présence. Bougeant alors au rythme de la musique, j'essaie de me faire transporter et vider mes esprits.

Le sentant se rapprocher encore et encore, mais doucement, qu'allait, il faire ? S'approcher de moi ou se diriger vers la sortie juste devant moi ? Continuant à danser, je m'arrête d'un seul coup, quand je sens sa main sur la mienne, me poussant à me retourner vers lui. Sans arriver face à lui pour le voir, celui-ci posa ses lèvres sur les miennes. Qu'est-ce que s'était bien, qu'est-ce que je me sentais bien d'ailleurs. Mais, s'était bien trop court à mon goût, car celui-ci ce défait aussi vite, confus de son geste. Il fallait que je réagisse, il fallait que je lui montre mon mécontentement. Mais comment ? Mon cœur battait à cent à l'heure et je voulais qu'il recommence.

Ma main part alors à son visage d'un seul coup, cela me fait d'ailleurs serrer les dents. Qu'avais-je fait ? M'approchant alors de lui afin qu'il m'entende, je le regarde dans les yeux et lui dit :


- Ne refait plus jamais ça.

Mon cœur n'avait jamais cessé de battre plus fort et plus je me rapproche encore plus de lui et plus il battait plus fort. Je lui dis alors dans un murmure :

- Je vous interdis de recommencer.

Sans même attendre qu'il puisse dire quelques choses, le contraire de la gifle arrive. Mes lèvres se posent sur ses lèvres et mes mains se posent au niveau de ses cheveux. Qu'étais-je en train de faire, il ne fallait pas. Mon corps était collé au sien, je ne voulais plus me séparer de lui, pourtant, il va falloir, pourtant, je le devais.

Me reculant de lui difficilement, je pars vers la sortie de secours, en n'oubliant même ma veste à l'intérieur. Tant pis, je la redemanderais au barman une prochaine fois. Arrivée dehors dans la ruelle arrière de la boîte, je soupire et passe mes mains dans mes cheveux afin de les mettre en arrière. Qu'avais-je fait ? Tapant du point sur une grille en marchant vers la rue principale, je m'arrête et la douleur m'arrache un :


- Merde.

Ma main était bien égratignée maintenant. Restant là sans bouger, je sens une goutte de pluie tomber sur ma tête. Levant alors le regard, plusieurs gouttes cette fois-ci sur mon visage. Super, il pleut... Je ne savais même pas comment il allait réagir Chris. Je l'avais laissé de nouveau en plan, j'aurais tellement voulu prolongé ce baiser. Mais j'aurais continué, mon corps aurait demandé plus et je ne pouvais pas. Que vais-je faire maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 19 Juil - 1:13.
Depuis le parc, depuis cet après-midi là, la belle rousse m'appelait. J'ignorais le pourquoi et le comment, mais elle le faisait : elle m'appelait, d'une façon bien étrange, qui plus est. À cet instant, à moins de trois décimètres d'elle, alors qu'elle me disait qu'elle n'en était pas responsable, j'avais un doute. Comment n'aurait-elle pas pu le contrôler ? Après tout, c'était la première fois qu'elle avait posé les yeux sur moi que j'avais senti cet appel, non ? Et plus je m'approchais, plus j'éprouvais le besoin de m'approcher.

Mais ce mode de pensées, c'était avant d'avoir associé l'accélération de son rythme cardiaque à ses belles paroles, celles qui mentionnaient que nous étions liés l'un à l'autre. L'opposition. Qu'est-ce que c'était ? Je l'ignorais, mais il semblait que ça me détendais, quand j'étais près d'elle. Dommage qu'elle m'ait laissé en plan, après avoir vidé d'un trait son verre.

Une sensation de panique s'en était prise à moi, sans compter la liaison que j'avais faite. Je ne pouvais pas la laisser me mettre en plan comme ça, j'avais besoin de réponses. Pourquoi il me semblait que les gens laissaient toute la place quand une femme passait, mais barraient la route à un homme ? C'était énervant ! Une chance que je sentais qu'elle ne bougeait plus - plutôt qu'elle n'avançait plus - et s'était mise à dancer, ^ca m'aidait à la rattraper.

Rendu derrière elle, j'étais soulagé, en partie parce qu'elle n'avait pas quitté le club, mais j'étais soulagé surtout de retrouver sa présence. Qu'est-ce qui m'avait pris ? En fait, c'était comme si j'avais été contrôlé par quelqu'un d'autre, comme si mon corps réclamait quelque chose que je n'aurais jamais voulu lui donner et qu'il devait agir de son propre chef, en ignorant ma volonté. Je ne contrôlais plus mes membres. Et je l'avais forcée à se retourner vers moi, l'empêchant de me regarder en posant mes lèvres sur les siennes. Mais, confus, je m'étais défait de ses lèvres, de ce contact si agréable.

Je l'avais embrassée ! Qu'est-ce qui m'avait pris ? J'avais embrassé un spectre, je n'en revenais pas ! J'étais saisi par ma propre action. Avant d'être ramené à la réalité par le feu sur ma joue, pendant que je regardais le couloir qui menait à l'entrée que je m'étais improvisée. Elle frappait fort avec une simple gifle, et je ne l'avais même pas vue venir ! Lentement, je ramenai mon regard dans le sien, tout juste avant qu'elle ne me dise :

- Ne refait plus jamais ça.

Je crois que j'avais appris ma lesson, mais pourquoi son cœur battait si vite ? Pourquoi s'approchait-elle ? Pourquoi son cœur continuait d'augmenter la cadence ?

- Je vous interdis de recommencer.

- Je suis... je ne...

Je voulais m'excuser, mais, d'un côté, je ne trouvais pas les bons mots; de l'autre, elle ne me laissa pas le temps de les trouver, car elle reprenait mon geste. Ses lèvres à nouveau sur les miennes et ses mains dans mes cheveux. J'allais refermer mes bras autour d'elle, mais elle s'esquiva, reculant hors de la porter de mon geste interrompu, puis se dirigea vers mon entrée personnelle. En moins de cinq minutes, c'était la seconde fois que cette femme me laissait en plan.

J'abandonnais, il était impossible, ou je le croyais, que ce scénario puisse se réaliser. Alors je revint sur mes pas, me dirigeant vers la table où elle s'était rendu plus tôt, après avoir laissé le malheureux en plan sur la piste de dance. Rendu, je vis un veste, sur la chaise. Je voulais la revoir, et ça m'offrait une excuse : la lui rapporter.

Je pris la veste et, le plus rapidement que je le pouvais sans bousculer les gens, je me retrouvai dans ce même couloir par lequel j'étais entré, courant jusqu'à la sorti et passai la porte. Dehors, l'air frais extérieur et une voix lâchant un :

- Merde.

Je me retournai dans cette direction, je savais que c'était elle, mais pourquoi disait-elle ce mot ? À cause de la pluie froide qui commençait à tomber ?

- Hé ! Tu as oublié ça.

Je la rejoignis, sous la pluie. Un coup à côté d'elle, je lui offrit sa veste de façon à ce qu'elle la mette, ajoutant :

- Il ne faudrait pas que tu prennes froid.

J'hésitai, quelques secondes, et poursuivi :

- Je n'aurais pas dû, je ne sais pas ce qui m'a pris, mais, honnêtement, je ne regrette pas et je n'en suis pas désolé. Je sais que ça t'a plu et que tu le désirais, toi aussi, j'entends ton cœur battre la chamade, chaque fois que je m'approche. Et malgré ton interdiction et la marque que tu m'as laissée au visage, je recommencerais, encore et encore. Être près de toi me fait tellement de bien, t'avoir embrassée aussi, que je recommencerais, jusqu'à ce que tu arrêtes de me frapper pour ce geste et que tu acceptes que tu le désires aussi, malgré ton rôle de spectre.

Cette fois, en pleine possession de mes moyens, je lui prouvai ce que j'avais dit : je l'embrassai, encore un fois, espérant qu'elle ne réagisse pas comme la première, et, là, je refermai mes bras autour d'elle, alors que nous étions trempés jusqu'aux os.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 28 Juil - 14:16.
Depuis notre rencontre, je ne voulais pas y croire, je ne voulais pas me dire que mon cœur était maintenant à une seule personne. Une personne que je trouve unique en son genre. Oui, cette personne était une aberration, une aberration pas comme les autres. Est-ce parce qu'il est mon opposé que je dis et pense ça ?

Enfin, dans tous les cas, je m'interdis ce lien, je n'en avais pas le droit, même si malheureusement le lien de l'opposé ne ce contrôlé pas. Mais personne devait le savoir. Pourtant, je lui avais dit. Pourquoi ?

Arrivée dehors, je me remémore tout ce qu'il s'était passé à l'intérieur. Nos paroles, nos gestes. Non, il ne fallait vraiment pas, pourquoi je n'arrive pas à garder mes distances et surtout à ne pas le repousser ou même à l'amener pour le rituel.

Dehors, j'essaie de reprendre ma respiration et de calmer mon rythme cardiaque. S'était tellement agréable. Donnant un coup-de-poing dans le grillage, un simple merde sorti de ma bouche quand je sentis de la douleur au niveau de ma main, elle avait été égratignée. Tant pis.

Sentant sa présence plus près de moi, je me retourne et l'entends me dire que j'avais oublié ma veste. Il était sérieux ? Le voyant s'approcher, je ne bouge pas et le regarde. Les gouttes tombaient sur son visage et sur le mien. Je ne trouvais pas les mots. J'étais un spectre, pourquoi n'arrêtait-il pas ? Pourquoi voulait-il se rapprocher toujours de moi, alors que moi, je le fuyais ?

Mettant alors ma veste, je me tourne de nouveau vers lui et le regarde et l'écoute. Passant les mains dans mes cheveux pour les mettre en arrière. Que voulait-il que je réponde à cela ? S'était vrai après tout. Je ne le voulais pas, car nous étions logiquement deux ennemis, mais mon corps et mon cœur lui le voulait. Et rien que l'avoir proche de moi de nouveau, je ne pouvais retenir mes battements. Surtout avec ses paroles, comment voulait-il que je me calme. Il recommencera encore et encore. Mais il ne fallait pas...

Voulant lui répondre, je ne le peux directement. Reprise par surprise de nouveau, il m'embrasse une nouvelle fois. Non pourquoi faisait-il ça ? Pourquoi cette fois-ci, je n'avais pas envie de le repousser ? Sentant ses bras autour de moi, je me rapproche alors plus près de lui et pose mes mains contre son torse pour prolonger par la suite le baiser. Qu'est-ce que j'étais bien. Qu'est-ce que je voulais qu'on soit autrement...

Trempé jusqu'au os, je romps le baiser en entendant une voix masculine se rapprocher de nous.


- Alors comme ça, avec lui, tu ne veux bien plus et pas avec moi. Ce misérable microbe, je vais en faire qu'une bouchée. Tu es à moi Leigh, à personne d'autre.

Le regardant se rapprocher et me séparer de Chris, je le fusille du regard et lui dis :

- Kyle, casse toi. Je t'ai déjà dit que toi et moi ne s'était pas possible. Tu es lourd à la longue, laisses Chris tranquille.

Je me positionne devant Chris et le vois ricaner. Oui, la fille défend le mec, peu importe. À vrai dire, je n'avais pas envie que le lycanthrope ce réveil.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 28 Juil - 23:48.
L'air extérieur, et la pluie du Royaume-Uni. J'avais une attitude stupide, comment décrire ce fait autrement ? Ce Spectre, une chasseuse de mon espèce, me fuyait après m'avoir giflé et j'essayais de la rattraper pour lui remettre sa veste; en plus, je voulais la revoir. J'étais content de voir qu'elle n'avait pas quitté les lieux aussi rapidement qu'elle avait pu me laisser en plan, la seconde fois, après m'avoir embrassé. Honnêtement, pourquoi ce besoin de me retrouver près d'elle, ce sentiment d'addiction, prenait le dessus sur mon instinct de survie ? N'aurais-je pas dû vouloir la fuir depuis la première fois qu'elle avait posé les yeux sur moi ?

Non, je voulais me rapprocher, ce que je fis, et je lui remis sa veste, affirmant que je ne désirais pas la voir enrhumée. Après une courte hésitation, je poursuivis, avouant que je savais qu'elle désirait autant que moi le geste qui m'avait tant surpris un peu plus tôt. Ça me faisait tellement de bien de lui dire ce que je ressentais quand j'étais près d'elle, et même avouer que j'avais apprécié la douceur de ses lèvres et que je recommencerais n'importe quand. Elle ne réagissait pas, mis à part la main qu'elle passa dans ses cheveux, juste avant cet instant où j'avais décidé de lui prouvé que je récidiverais malgré qu'elle m'interdisait de l'embrasser à nouveau.

Je l'avais dans mes bras, j'avais mes lèvres sur les siennes, ses mains sur mon torse, mais elle ne me repoussait pas, contrairement à ce que je croyais qu'elle ferait; elle se rapprochait de moi. Avait-elle abandonné ou ce lien dont elle m'avait parlé lui causait le même problème de dépendance qu'à moi ? Cette opposition, comme elle l'avait appelé, réduisait-elle l'envie de résistance de cette femme ?

J'étais bien, durant ce court - trop court - instant. Un homme, probablement saoul, la força à mettre fin à notre échange qui semblait le mettre en rogne.

- Alors comme ça, avec lui, tu veux bien plus et pas avec moi. Ce misérable microbe, je vais en faire qu'une bouchée. Tu es à moi Leigh, à personne d'autre.

Leigh! Ce prénom me restera gravé en tête jusqu'à la fin de mes jours. J'aurais bien préféré lui demander son nom, mais je n'avais pas encore eu le temps. Ou c'était à cause que j'avais autre chose en tête ?

Mais l'autre se rapprochait, et Leigh quitta mes bras. Merde! J'étais bien, moi! En plus, je ne comprenais pas vraiment ce qui se passait, j'entendis seulement Leigh lui dire :

- Kyle, casse toi. Je t'ai déjà dit que toi et moi ne s'était pas possible. Tu es lourd à la longue, laisses Chris tranquille.

Normalement, j'étais plutôt calme, mais là, ce Kyle voulait déjà se battre et se mettait déjà à m'insulter sans raison, sans me connaître. Et malgré que Leigh se soit interposée pour, probablement, m'empêcher de m'en prendre à lui (franchement, je ne pouvait pas voir une autre raison, le loup en moi m'empêcherait l'humiliation d'une défaite face à un humain), je lui avais répondu :

-Amène-toi pour voir ce que le microbe peut faire! Je te garantie que tu quittes la ruelle sur une civière!

Mais, malgré mes paroles, je ne forçais pas, la belle rouquine que j'appréciais plus -beaucoup plus - que je ne l'aurais dû se tenait entre lui et moi et je ne voulais pas la voir être blessée, par lui ou moi. J'avais même rajouté, plus calmement, à Leigh :

- Laisse-moi m'en occuper, je sais me contrôler, il ne mourra pas.

«Je sais me contrôler» était plus au sujet du loup; le reste, pour éviter qu'il ne se doute de quelque chose, s'il m'entendait.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 9 Aoû - 13:58.
La pluie me faisait un bien fou. Je ne pouvais contrôler ce que je ressentais pour Chris, cela m'énervez tellement. Je voulais être près de lui, pas parce que je le voulais, mais j'en avais besoin. La veste de nouveau sur moi, je sentis tout même la pluie sur mon visage.

Le sentir près de moi me faisait un bien fou. Pourquoi ce sentiment, pourquoi avec une aberration. Si seulement j'aurais su contrôler ça, est-ce que j'aurais vraiment changer les choses ? Je ne sais pas, là maintenant tout de suite je dois dire que non je n'aurais jamais changer les choses, le sentir près de moi me fait me sentir en vie.

Je lui avais interdit de m'embrasser, mais pourtant il n'en faisait qu'à sa tête. Cette fois-ci je ne romp pas le baiser, je le prolonge. Cette douceur qui me donnait en même temps que ce baiser, je ne sais pas si je pourrais m'en passer maintenant. Ses bras autour de moi, est-ce vraiment ce lien qui me faisait ne pas reculer ? Où est-ce vraiment l'envie qui était là ? Je ne savais pas vraiment, mais comme je me sentais tellement bien, pourquoi ne pas profiter.

Ce moment elle était trop court pour moi. Peut-être pour lui aussi ? Est-ce que je lui demanderai ? Je verrai. En tout cas cas il vient de rompre cet instant agréable, pourquoi ? L'alcool ne lui allait vraiment pas. Celui-ci était en rogne car il m'a vu embrasser Chris. Il était sérieux quand il disait que j'étais à lui. Je n'appartenait à personne, j'étais libre de mes choix, il lui n'était pas dans mes choix. Depuis le début il voulait coucher avec moi, je lui avais dit le contraire pour ma part, ne m'aurait t-il pas cru ? il aurait dû.

Qu'il se rapprocher de nous. Je ne pus m'empêcher de lui dire de se casser. Ne positionnant devant Chris, je l'entends répondre à même toi pour voir ce que le microbe peut faire. La suite ne fait serrer les dents, allait-il vraiment le tuer ?

Restant dans ma position devant Chris, je ne voulais vraiment pas qu'il y a un combat entre deux. Tournant mon regard vers Chris, je lui réponds alors aussi calmement qu'il m'avait parlé.


- C'est hors de question, même si vous savez vous contrôler, je ne vous laisserai pas vous battre. Alors s'il vous plaît ne me forcer pas à rester entre vous deux.

Retournant mon regard vers Kyle, je finis par lui dire :

- Kyle, maintenant tu te casses sinon je te refais ton portrait.

Prenant la main de Chris dans la mienne, j'ajoute :

- On part, si vous ne venez pas avec moi. Ne cherchez plus à me revoir.

Je tourne alors les talons, espérant que Chris en fasse autant.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 10 Aoû - 2:50.
Pourquoi ce Kyle était-il venu nous gâcher le moment ? En bon homme ivre, il avait manifesté immédiatement son envie de se retrouvé à ma place. Pourquoi les hommes étaient-ils aussi jaloux ?

En fait, pourquoi il avait fallu que ce type arrive au moment où Leigh avait enfin capitulé à mes mots et mes geste ? Je n'avais jamais été aussi bien qu'à cet instant écourté par la jalousie de cette homme. Lui qui était arrivé, m'insultant gratuitement et clamant que la belle rousse, qui n'en avait rien à foutre de lui, était sa possession. J'ignorais réellement ce qui me fâchait le plus : les insultes ou qu'il considérait que Leigh lui appartenait ?

Et j'avais réagi, un peut trop, si je compare à mon tempérament habituel. Une chance que celle qui s'était retrouvée dans mes bras était maintenant entre lui et moi. Loin de moi l'idée de vouloir voir son cadavre, je ne voulais pas une mort sur la conscience, mais l'hôpital aurait eu une chambre juste pour lui pendant des semaines, peut-être même des mois. Mais Leigh était là, m'empêchant de sombrer dans la colère.

Bien qu'elle lui ait demandé de nous laisser seuls, Kyle n'en faisait qu'à sa tête. J'aurais, en un sens, tellement apprécier pouvoir étampé son nez sur le mur de la boite. Mais la belle rousse me regardait, après avoir tournée le regard dans ma direction. Avait-elle peur que je veuille prendre la vie d'un idiot comme celui-là ?

- C'est hors de question, même si vous savez vous contrôler, je ne vous laisserai pas vous battre. Alors s'il vous plaît ne me forcer pas à rester entre vous deux.

En bon loup sauvage, j'aurais dû la contourner pour refaire le portrait de cet «ami» qu'elle avait. Mais quelque chose au fond de moi me disait de rester où j'étais, de ne rien faire et de laisser Leigh réitérer son désir de le voir partir et de lui proposer ses services d'esthétisme. Un léger sourire sur les lèvres, j'appréciais, un peu, ce qu'elle lui avais offert comme offre, mais j'aurais préférer pouvoir lui briser le nez, lui casser les jambes, je ne sais pas, quoi...

Je n'eus guère le temps de réfléchir à tous ce que j'aurais aimé lui causé comme blessures, il y en avait trop, et Leigh avait pris ma main, ce qui rapporta mon regard vers elle et effaça mon sourire.

- On part, si vous ne venez pas avec moi. Ne cherchez plus à me revoir

Je ne me qualifierais pas de chien de poche, mais je la suivis. Je voulais la revoir, et cet menace était suffisante pour moi pour que je ne veuille pas rester et éclater la gueule de ce type que - cette fois, j'avais de bonnes raisons -  je détestais depuis que j'avais posé le regard sur lui, la première fois.

- Désolé, si je me suis laissé emporter, c'est juste que je n'ai pas accepté qu'il te parle ainsi. Comment peut-on oser prétendre qu'une personne nous appartient ? J'ai conscience qu'on se connais pas beaucoup, mais je ne pourrai jamais accepté que quelqu'un te considère sien... Surtout que tu n'as pas l'air du genre à te laisser posséder. Et je ne ferai jamais la même erreur, je ne veux pas avoir quelqu'un comme propriété; j'aimerais, un jour, avoir quelqu'un avec qui je peux passer de bons moments. J'aimerais aussi éviter la folie, mais j'imagine que ce sera difficile, ce que chacun de nous est semble incompatible avec l'autre...

J'étais un peu déçu de mes propres actes des dernières minutes, et encore plus de la situation difficile dans laquelle elle et moi nous trouvions. Mais j'espérais qu'on puisse trouver des moments pour se voir, je l'espérais tellement que je fis glisser les doigts de ma main qu'elle tenait entre le sien, souhaitant qu'elle comprenne le message...
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 23 Aoû - 0:21.
Kyle avait tout gâché. D'un côté, j'avais vraiment envie de le tuer, mais de l'autre, j'étais contente qu'il soit arrivé. Me contrôler face à Chris, je n'y arrivais pas et cela m'embêter réellement. Jusque où pouvait-il me contrôler ? De plus voilà que je dis Chris et non une aberration. Suis-je vraiment tombé sous son charme à cause de ce foutu lien d'opposition ?

Soupirant, je ne voulais pas qu'ils se battent, je ne voulais pas à en venir au fait que je vais vraiment devoir l'amener faire le rituel. Même s'il ne le veut pas, s'était mon boulot après tout. Laisser Kyle parlé sans l'écouter été une habitude, il fallait bien que je fasse ça, afin de rester calme. Car non, je n'appartenais à personne.

Refusant alors de les laisser se battre, je me positionne entre les deux. Bon, oui, je l'avais menacé, mais peu importe, je ne voulais pas que Chris puisse se faire des ennuis. Il avait déjà moi, s'était déjà pas mal à gérer.

Après avoir pris la main de celui qui était dans mes pensées depuis notre première rencontre. Partant alors loin de Kyle, je regrettais mes paroles, il était libre de ses choix, mais j'étais heureuse qu'il met suivi en même temps.

Arrivée dans une autre petit ruelle, je me tourne vers Chris et l'écoute, celui-ci s'excusa. Soupirant, je le regarde et réponds à ses premières paroles.


- Je pouvais me défendre toute seule. Vous n'avez pas à vous emporter pour si peu. Les humains, du moins certains humains, son pathétique. Il ne faut pas leur laisser autant d'importance qu'ils le veulent. Et c'est ce que vous avez fait. Maintenant, il sait votre point faible et le mien...

Soupirant de nouveau, je passe ma main libre dans mes cheveux trempé afin de les mettre correctement à l'arrière.

- Avec le lien de l'opposé, celui qui nous lie, j'ai le regret de te dire que la folie, nous pouvons l'avoir, parce que nous sommes en manque de l'un ou de l'autre. Ou que ça fait longtemps que l'on ne sait pas vu.

Me posant contre le mur et ajoute :

- Oui, c'est plutôt incompatible malheureusement.

Baisse le regard vers sa main qui se lie à la mienne, je relève mon regard vers lui et lui dit :

- Vous savez que nous deux s'est interdit ? Que je risque gros dans mon boulot et que vous êtes en danger auprès de moi ?

Je ne voulais pas le mettre en danger, lâchant sa main, je m'éloigne un peu de lui et le regarde de nouveau pour terminer par dire :

- Je refuse vous mettre en danger. Je ne le supporterais pas Chris.

Me reposant contre le mur, je regarde le vide devant moi. Je suis perdu, que faire. J'avais tellement envie de me retrouver près de lui, chaque jour, à chaque instant. Mais mon boulot, ne me le permet pas.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 23 Aoû - 2:26.
Je suivais Leigh, le choix qu'elle m'avait laissé était tellement simple à prendre, il était hors de question que je m'empêche de revoir cette femme pour un minable comme celui-là. Nous étions silencieux, le temps que dura cette courte marche jusqu'à une autre ruelle. Au moins, et elle ne pouvait pas m'en vouloir, j'étais franc avec elle en affirmant avoir détesté la façon dont ce type lui avait parler. En fait, j'avais déballé mon sac, avoué tout ce que je pensais de la situation qui s'imposait entre elle et moi.

Elle m'avait écouté jusqu'au bout, et c'était bizarre, je n'avais jamais été habitué à ça avec la précédente, Maude me coupait constamment la parole dès que je disais quelque chose qui pouvait la mettre en désaccord avec moi. Leigh était différente, et c'était agréable, je me sentais plus humain - drôle à dire, puisqu'elle ne me considérait pas ainsi - avec Leigh, je sentais que j'avais droit à du respect. Malgré sa réponse qui affirmait que je n'avais pas à me laisser  emporter si facilement. Comme si je n'avais pas assez honte de cette façon dont j'avais agi. Comme si je ne regrettais pas suffisamment d'avoir exposé ma vulnérabilité et la sienne...

La belle rousse me confirma ce que je pensais : j'allais devenir fou à rester loin d'elle. C'était pour ça que je voulais la revoir, parce que j'étais bien en sa présence et parce que sa vue ne m'était pas déplaisante. Elle s'adossa au mur, je l'imitai en gardant toujours sa main dans la mienne, avant qu'elle n'ajoute qu'effectivement, nous étions des êtres incompatibles.

- Je souhaiterais que ce soit autrement.

Je regardais le sol, j'étais vraiment déçu.

- Vous savez que nous deux s'est interdit ? Que je risque gros dans mon boulot et que vous êtes en danger auprès de moi ? Je refuse vous mettre en danger. Je ne le supporterais pas Chris.

Pourquoi fallait-elle qu'elle lâche ma main pour si peu ? Je ne voulais pas laisser sa main, jusque là, c'étais la seule chose que je tenais et qui me permettait de retenir la larme qui menaçait de couler le long de ma joue.  Nul besoin de faire un dessin : elle coula.

- Où que j'aille, je serai toujours en danger, Leigh, à cause de ce que je suis, à cause de la peur qu'on a de moi sans même me connaitre. Je sais où tu va vouloir en venir, mais je ne supporte pas d'être enfermé. C'est pour ça que je ne me suis pas laissé enfermé derrière ces portes quand on m'a expatrié, j'ai besoin d'etre dehors, libre.

À un certain moment, pendant que je lui disais ces mots, mon regards c'était tourné vers elle. Je me demandais vraiment ce à quoi elle pensait, le regard perdu devant elle.

- J'aurais deux choses à te demander. La première : avec ce qui c'est passé, ce soir... je veux dire, le fait qu'on s'est embrassé... tu veux bien arrêter d'être aussi formelle avec moi ? Ça me rends mal à l'aise... Ensuite : je veux te revoir, même si ce ne serait que quelques minutes par semaine. Même si ça brise les règles, je veux te revoir. Je te promets que je ne te couvrirai pas de la honte que révéler notre lien te causerais. Tu es la seule personne à qui je peux me raccrocher, en ce moment, je n'ai personne d'autre.

Je voulais qu'elle accepte et, en un sens, l'espoir emplissait mes yeux. Je pourrais très bien accepté d'éviter de l'embrasser devant la foule, mais j'avais besoin de la revoir, et je savais que c'était pareil de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Leigh C. Danvers
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 72 Livres en banque : 1512
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 10 Sep - 22:21.
J'étais heureuse de voir qu'il m'avait choisi. D'autre aurait sûrement préféré casser la gueule à l'autre et je dois dire que cela me toucher réellement. Arrivée dans la ruelle, je ne savais pas quoi faire, est-ce que je devais mettre un terme à ce qu'il se passait entre lui et moi ? Le supporterais-je déjà... Même pas sûr. En tout cas, il ne fallait pas qu'il s'emporte comme ça souvent, j'étais malgré tout une belle femme, les hommes me le disait, voilà pourquoi je le disais. Mais ça ne change en rien que je n'étais pas intéressé par eux, mais par Chris.

Rester l'un de l'autre ne pouvait pas être possible, pas avec ce lien. Nous allons devenir fou, déprimés si nous ne nous voyons pas et autant être franches et lui dire. C'est ce que d'ailleurs, je fais. M'adossant au mur, ma main toujours dans la sienne, je baisse alors le regarde vers le sol en entendant ses paroles. J'avais envie de lui dire que moi aussi, j'aurais voulu qu'on soit là capacité de se connaître un peu plus et de pouvoir imaginer d'autre chose que de se cacher pour se voir. Car oui, nous allons devoir faire cela.

Le regardant en disant mes paroles, je vois les larmes couler sur son visage. Soupirant doucement, il était en danger avec moi et voilà que même moi, je le fais souffrir. Alors que je ne le souhaitais pas.

Me tournant alors vers lui, je le laisse parler et lui dis par la suite :


- Si ce n'est pas indiscret, pourquoi avez-vous peur d'être enfermé ? Et vous n'êtes pas obligé d'être derrière ses portes longtemps, il y a le rituel si vous le souhaitez. Et grâce à notre lien, vous pourrez le passée très vite.

Après ses paroles, mon regard se perd de nouveau dans le vide. Pourquoi est-ce s'était tellement difficile... Relevant mon regard vers lui quand j'entendis de nouveau sa voix, je souris à ses deux demandes, mais surtout à la première et lui répond après qu'il est terminé de parler.

- Je suis désolé que ça vous... Enfin, te rend mal à l'aise. Je n'ai pas l'habitude de tutoyer des personnes que je connais peu. Et je n'ai pas l'habitude non plus de les embrassés comme je t'ai embrassé ce soir.

Un sourire un coin, je me remémore les baisers que nous nous sommes fait. Qu'est-ce que ça avait été agréable.

- Je... Je ne sais pas... Chris... J'aimerais tellement te revoir, je ne vais pas te mentir. Mais est-ce raisonnable ? Est-ce prudent ? Si un jour, on se fait attraper ensemble, je serais dans l'obligation de t'emmener derrière les murs, tu en es conscient ? Je ne veux pas te faire souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
En ligne
J'ai rédigé autant de missives : 124 Livres en banque : 2104
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 10 Sep - 23:25.
Je venais tout juste de lui annoncé mon problème avec Ribcage, je venais de lui dire que je ne serais pas capable de passer les portes du ghetto. Mais comment lui expliquer comment je m'étais senti, juste en voyant le seuil et le couloir menant à cette prison ? Surtout qu'elle voulait savoir :

- Si ce n'est pas indiscret, pourquoi avez-vous peur d'être enfermé ? Et vous n'êtes pas obligé d'être derrière ses portes longtemps, il y a le rituel si vous le souhaitez. Et grâce à notre lien, vous pourrez le passée très vite.

Mais je n'arrivais pas à trouver de bons mots pour l'expliquer, ce n'était pas de la peur que je ressentais, même si beaucoup le considèreraient ainsi, c'était un immense inconfort. Un inconfort qui me rapprochait de plus en plus vers une perte de contrôle. Et même avec les plus gros efforts du monde, je n'étais pas toujours à l'abris de l'éventualité de devenir incontrôlable.

Et plutôt que lui offrir une bonne réponse, malgré que je pensais toujours à comment expliquer ma situation, je continuais, lui demandant d'arrêter les formalités, on s'était embrassé, après tout. Et ça avait été tellement agréable que j'avais le goût de recommencer. Mais je me retenais, ce n'était pas vraiment le moment, nous discutions, essayant de trouver une solution, bien que le plus simple était, comme elle le mentionnait, de passer le rituel, à Ribcage. En plus, je lui avais affirmé vouloir la revoir, malgré les dangers que ça pouvait représenter pour elle dans son emplois et pour moi avec ma santé mentale.

- Je suis désolé que ça vous... Enfin, te rend mal à l'aise. Je n'ai pas l'habitude de tutoyer des personnes que je connais peu. Et je n'ai pas l'habitude non plus de les embrassés comme je t'ai embrassé ce soir.

Je la regardais, encore. Comment pourrais-je faire autrement ? Elle était tellement belle et c'était réconfortant de la voir.

- Je... Je ne sais pas... Chris... J'aimerais tellement te revoir, je ne vais pas te mentir. Mais est-ce raisonnable ? Est-ce prudent ? Si un jour, on se fait attraper ensemble, je serais dans l'obligation de t'emmener derrière les murs, tu en es conscient ? Je ne veux pas te faire souffrir.

- Raisonnable ou non, prudent ou non, je sais que j'en ai besoin, j'aurai toujours besoin de te revoir. Alors, si un jour, nous nous faisions prendre, j'assumerai, mais, pour l'instant, je ne peux pas y aller. Je suffoque et je sens que je perds le contrôle de moi-même. Durant le temps qu'on essayait de m'apprendre à me contrôler, je passais mon temps à me transformer, juste parce qu'on ne voulait me voir me transformer en pleine rue et qu'on refusait de me laisser sortir pour cette raison. Disons qu'à quatre contre un, je me retrouvais toujours perdant...
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Why do I desperately need to see you ? PV. Leigh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Meetings always happen when you desperately wish to be alone. | &Coley Dennis
» Leigh Ann ღ the sun is going down you'll be alright
» Vivien Leigh #004 avatars 200*320 pixels
» (F/libre)Chyler Leigh (négociable) ~ un médecin très charmante
» Ella Hope Kane ► Leigh-Anne Pinnock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Redcliffe :: Epsilon Nightclub-