AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Promo de fin d'été ♥
Adopte un For My Sake et gagne 100 points à l'inscription I love you
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥

Partagez | .
 

 I Only Lie When I Love You || ft Perséphone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
In Cauda Venenum
avatar
Éris Livingstone
❝ In Cauda Venenum ❞
J'ai rédigé autant de missives : 155 Livres en banque : 1571
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 21 Juin - 16:01.
     

U know I'm up to something

❝Go ahead muck about, I got my conscience twisted Pull your hair, make me shout Like you were onto something Broken finger, sticky trigger Now I can't get it off my chest And now I'm wishing you were someone else You know I'm up to something Diagnosed, no disease I only lie when I love you I only crawl when I hit the ground❞


Viens avec moi. Vautre toi dans le sang, la mort et l'effroi. Enivre toi de cette drogue qui ne parle qu'à moi. Laisse-toi tenter par toute cette obscurité qui nichée en le creux de mes mains, n'a de cesse de te caresser pour mieux t'apprivoiser. Libère-toi de ce qui peut t'opprimer. Crache sur ces règles qui ne font que te museler comme un chien que l'on veut enchaîner et écoute les paroles sombres qu'en le creux de ton oreille je viens en cette nuit te murmurer. Oh ma petite reine des damnés, tu le sais tout comme-moi, c'est au travers de mes yeux que tu te sens véritablement vivre et vibrer. Alors arrête de te dissimuler derrière ton air faussement écœuré, je sais qu'un jour, je te ferais savourer les mille plaisirs que ton âme ne fait que me réclamer. En attendant, juchée sur ton épaule gauche discrètement je demeure. Murmure indicible qui te souffle les maux irascibles, je suis le génie invisible qui a pris ton âme et ses vertus pour cible. Et je te souris, mutine, verres reposant entre mes mains assassines tandis que tu attends et guettes du coin de l'œil l'increvable vermine. Toujours debout, durant un instant je te dévisage, mon regard s'égarant sur tes courbes que j'examine attentivement en guise d'ultime outrage avant de m'attarder sur ton décolleté en haussant un sourcil, pendant qu'en mon esprit germe déjà les esquisses de mon nouvel ouvrage. Je veux te rendre folle et laisser éclater en toi la rage, alors avec parcimonie, je tisse tout autour de toi la toile de mon délicat mirage, broderie subtile qui deviendra parfait miroir de ce qui en ton âme se veut rougeoyant et tonitruant orage. Parce que tu le sais, je suis ce démon qui te ronge de l'intérieur, gratte sous ta peau les couches superficielles qui ne font que rendre plus laid ce qui en les fêlures de ton âme se veut effroyable et beau. Je te tends de ma main gauche ton verre avant d'à pas de louve te contourner, puis une fois derrière-toi, légèrement m'accroupir, juste de quoi placer ma bouche au niveau de ton oreille que je viens effleurer, passant par la même occasion mon bras droit autour de ton cou, laissant ainsi mon propre verre de tequila remuer juste sous ton nez, d'une voix basse mais non moins chaleureuse, je viens alors t'importuner :

- Dis-moi reine des damnés, qu'est-ce que tu matais avec autant d'intensité, mon divin derrière qui brûlait d'envie de te retrouver ou cette bande d'attardé qu'on est censé sauver ?

Provocante, je laisse claquer mes dents toujours à proximité de ton conduit auditif avant de ponctuer ma petite pique d'un roulement de langue bien prononcé. Je me redresse alors, abandonnant ton verre entre tes doigts avant de prendre place à côté de toi. Nonchalamment posée sur la banquette, voilà que je viens croiser mes jambes sur la table en m'emparant de quelques cacahuètes qui traînaient là :

- Ça va détends-toi, je sais bien qu'au fond t'en a rien à cirer et que t'as qu'une envie: coffrer mister quenottes d'acier.

J'avale la poignée d'arachide salé tout en te regardant, mon bras gauche étendu sur le dossier de la banquette, tandis que ma main droite vient s'emparer de la tequila qui attendait bien sagement d'être liquidée.

- Je sais pas toi mais, personnellement, je me fais profondément chier. Pas que ce ne soit pas un véritablement plaisir que de rester là, à te regarder comme une fétichiste un peu barrée, mais tu sais, passer pour deux autistes obligées de se supporter, à la longue, je trouve que ça fait un peu cliché. Alors si tu n'y vois pas d'objection, j'ai d'autres ambitions pour notre début de soirée ratée.

Décroisant les jambes et reprenant une position décente, je les passe finalement sous la table avant de me rapprocher davantage de toi, puis le visage à hauteur du tien, verre d'alcool levé et tendu en un cheer qui n'attend que d'être ébranlé, un sourire malicieux aux lèvres je finis par te demander après une œillade jeté à un groupe de ken au bar accoudé :

- Je pense qu'il est grand temps de s'amuser.


Bar miteux, mission de surveillance pour faire semblant d'aller mieux et d'avoir une place en ce monde belliqueux. Défais l'univers nauséeux, vomis la morale de tous tes faux dieux et viens avec moi. Oui viens et vautre toi en les bras de cette ivresse que tu ne connais pas. Enivre-toi de cette drogue qui ne parle qu'à moi et que d'un claquement de doigt, je peux déverser en ton âme aux abois. Laisse-moi te libérer et te montrer ce que l'oubli des règles peut en l'abîme de ton cœur mort raviver de ces cendres que tu pensais depuis les agonisantes années éteintes et prêtes à être aux quatre vents soufflées, alors qu'en mes mains, les voilà qu'elles redeviennent par ma simple volonté, braises prêtes à tout consumer au nom de tout ce que tu peux bien vouloir retrouver. Je serais le flambeau de cette obscure réalité, celle que tu ne veux contempler mais que tu rêves du bout des lèvres embraser pour en les tréfonds de ta carcasse indolente toute entière t'immoler. Loin d'être obligée de me détester, tu peux pour le temps d'une soirée, te reposer sur moi et t'abandonner en l'envers de ce monde qui, parfait miroir de ce que ton âme peut convoiter, ne cesse de te réclamer car tu le sais, c'est au travers de mes sentinelles de jade qu'étrangement et d'une façon que tu ne peux t'expliquer, tu te sens véritablement vivre et vibrer, Ô ma sublime reine des damnés.


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Perséphone L. Carlton
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 537 Livres en banque : 2742 Je suis âgé(e) de : 38
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Planet Hell
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 23 Juin - 19:51.
Les offensives de sa coéquipière lui firent lever les yeux au ciel. Elle la ferait presque soupirer un « la nuit va être longue ». Amusée, Perséphone pourrait l'être si sa malédiction vespérale ne s'appelait pas Éris Livingstone. Et si elle n'avait pas débuté il y avait plus d'une heure. Obligées de travailler ensemble au sein de la CAA, elles se voyaient beaucoup trop souvent à son goût. Enchaînées l'une à l'autre par le travail. Éris avait sûrement pris une photo de la tronche de l'ancienne Elfe quand l'annonce de leur partenariat avait résonné dans la salle. Leur rencontre avait donné le ton de leur association forcée dans laquelle la brune se complaisait aux dépends de sa partenaire. Ses provocations ne l'atteindraient pas, foi de Carlton. Elle se contenta de réceptionner sa commande, qu'elle déposa sur la table d'un air ennuyé. Un sourire mesquin vint pourtant animer son visage.

« Ah ? Ton ego t'empêche d'imaginer que je puisse trouver ton derrière ordinaire ? »

En réalité trop féminin. Sa gêne n'avait pas échappé aux yeux perçants de la tentatrice, ce qui l'avait poussé à réagir. La dissimuler  relevait de la survie. Éviter de lui offrir satisfaction. La voyant grignoter une poignée de cacahuètes, l'imbécile instinct de contre-attaque rempila :

« Derrière qui ne s'arrangera pas avec ce que t'enfournes. »

Sa jambe remuait au rythme de la musique ambiante, peut-être un peu trop vite. Cette mission l'emmerdait royalement. Trop longue, trop passive. Sans doute les planètes avaient-elles trouvé en ce jour le parfait alignement pour user ses nerfs. Vissée de travers sur la banquette, elle détourna son attention vers l'autre objet de son agacement. Confortablement installé au milieu de naïfs ignorants, il leur faisait son numéro de menteur à coups de compliments et de blagues. Elle ne les entendait pas, mais elle était sûre qu'elles étaient nulles en plus. Crétin. Il croyait vraiment ne pas se faire repérer ? Mais casse-toi, abruti.

Son regard clair voyagea vivement vers l'auto-proclamée fétichiste barrée à l'écoute de ses envies. Comme si elles étaient là pour s'amuser. Comme si elles avaient le choix. Pour une soirée, il aurait fallu qu'elles prévoient d'en partager une. De leur plein gré. Draguer, hein ? Quelle idée professionnelle... Ignorant son verre tendu, la Spectre s'empara du sien pour boire plutôt. Sa présence l'asséchait.

« J'avais pas commandé CA ! »

Première et dernière gorgée. Elle avait évité de tout lui recracher à la figure. Au lieu de l'alcool, ce fut un regard noir qui la percuta. Verre hâtivement reposé, elle trouva un repère neutre pour respirer calmement. Zen. C'est qu'un mauvais moment, qui ne fera que se répéter. Son torse se tourna vers Éris pour lui faire face, décidé à mettre les points sur les i.

« Bon... Oups. »

Dans le mouvement, son bras avait accidentellement fait tomber la boisson sur les genoux de l'Altération. Tout à fait accidentel, oui. Toute accusation serait diffamatoire. Perséphone glissa sur le siège pour s'éloigner de l'inondation et releva le récipient fautif.

« Viens avec moi, faut régler ça avant de passer à l'action. Ton apparente incontinence risque de faire fuir les gens. »

Sans lui demander son avis, elle l'agrippa par le poignet et l'entraîna vers les toilettes. Elle avançait cependant avec précaution, sa cuisse gauche se remettant encore de sa blessure. L'activité de son muscle réveillait les élancements, comme le souvenir amer de son contexte. Y penser ne l'irriterait que davantage. De toute manière, elle était en service et se concentrait sur la mission. Un peu plus lente qu'un client lambda, elle entraînait malgré tout sa collègue à travers le dédale de tables – en s'arrangeant pour passer à côté de leur cible. Arrivant à sa hauteur, un pied se perdit. Personne ne saurait dire ce qu'il s'était passé. Le résultat consistait en tout cas en une Éris déstabilisée – par un croche-pied ? Discrètement, Perséphone lui donna juste un coup de main pour qu'elle tombe sur la bonne table, et pour s'assurer qu'elle tombe bien tout court, en fait.

« Oh Candice, ça va ? »
, s'exclama-t-elle avant d'ajouter à l'adresse des dommages collatéraux : « Je suis désolée, elle est si maladroite. »
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
In Cauda Venenum
avatar
Éris Livingstone
❝ In Cauda Venenum ❞
J'ai rédigé autant de missives : 155 Livres en banque : 1571
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 29 Juin - 23:45.
     

U know I'm up to something

❝Go ahead muck about, I got my conscience twisted Pull your hair, make me shout Like you were onto something Broken finger, sticky trigger Now I can't get it off my chest And now I'm wishing you were someone else You know I'm up to something Diagnosed, no disease I only lie when I love you I only crawl when I hit the ground❞




Ça arrive Blondie sushis Cool

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

I Only Lie When I Love You || ft Perséphone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» perséphone ⚜ love again
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Southville & Bedminster :: The Canteen-