AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue ♥
MAJ d'Halloween ; découvrez-la
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥️

Partagez | .
 

 Spirits and sin ♣ feat Chris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 435 Livres en banque : 3356
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Adam Lambert + Ghost Town
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 11 Juin - 23:20.
Spirits and sin

feat Chris


feel the walls caving in. I feel my future growing thin. See you now. Where you've been. While the clocks been ticking. I feel the moon. Pulling me in. I feel the spirits. And the sin. You sold me out but I crawled back in. Yeah my heart's still ticking Spirits and sin- The veronicas

Nos rires fusent. Ils résonnent et s'envolent, emportés par cette brise nocturne. Ces sourires aguicheurs. Ces regards ravageurs. Nos désirs se dévoilent alors que la lune, au contraire, se drape dans ses vêtements orageux. La pénombre épaisse recouvre cette ville éblouie de ces lumières artificielles. En ces lieux assoupies, nos cœurs palpitent de cette ardeur refoulée. Poupée de chair, mon corps s'échauffe à la simple idée de ses lèvres sur mon derme. Dans son regard, je devine cette lueur farouche. Ces idées ne sont pas moins chastes que les miennes. Et sa main se glisse dans la mienne alors qu'il cesse notre marche. Poupée de chiffon, un brin docile, je le laisse m'attirer à lui. Le bout de ses doigts, tendrement, effleure ma joue.

— J'ai passé une excellente soirée, me souffle-t-il, effleurant ma bouche de la sienne.

Proximité enivrante. Mon carcan de chair bouillonne et s'échauffe. Mes ardeurs s'attisent, dans l'attente de caresses habiles. Sur ce pont aux lumières artificielles, la nuit nous accorde ses faveurs.

— Elle n'est pas encore terminée.

Murmure provocateur, mon corps se colle au sien. Sa main agile glisse à l'arrière de ma nuque. Ce moment électrisant. Celui du premier baiser. Saveur unique. Les prémices d'une nuit tumultueuse. Prête à me laisser aller à ces instants versatiles, la réalité ne tarde à rattraper ce rêve éveillé. Ce don, suprême malédiction s'éveille. Une aberration aux alentours. Parfaite poupée de porcelaine, je camoufle mon trouble.

— Mais pour toi, si, elle se termine ici.

L'incompréhension déforme les traits de mon visage. Le charme se rompt et en cet instant seulement je comprends. Cette lueur au fond de ses prunelles, semblable à celui du prédateur. Ce désir en lui n'était pas celui de la Luxure mais celui de la Mort. Sa poigne de fer resserre son emprise sur ma tignasse et dans ce même élan de rage, il conduit ma tête contre le rempart de pierre. Le choc résonne. Ma boîte crânienne explose de milles feux d'artifices, rependant sa douleur à l’entièreté de mon corps. Sonnée, je parviens néanmoins à me redresser. Vision flou. Mes pieds bien ancrés sur le sol tanguent.  

— Le nom de Chloey Ryan te parle?

Sa voix déformée par la rage remonte difficilement jusqu'à mes oreilles. Ce nom sonne particulièrement familier mais le choc m'empêche de penser. Mon instinct, lui seul, subsiste. Son poing menace de percuter ma joue mais s'échoue au creux de ma main. Profitant de cette ouverture, ma paume s'écrase contre cette boursouflure qui lui sert de nez. Le craquement tinte, ponctuait de jurons. Instant de répit. Le temps d'un battement de cil. Telles des amantes possessives, mes doigts se glissent à l'intérieur de ma botte et enlacent ma dague. Son contact me rassure mais en cet instant même, je sens deux mains me saisirent fermement les épaules. Son genou vengeur s'enfonce dans mon estomac et la seconde suivante, de sa poigne téméraire, il me pousse et me bascule au-dessus du pont.

Je bascule et je chavire. Happée par les eaux, je chute et je sombre.


Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 161 Livres en banque : 2988
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 12 Juin - 0:36.
La nuit prenait la place du jour. Depuis mon arrivée ici - j'ignorais toujours où je me trouvais - c'était la première fois que je quittais la forêt où j'avais construit mon abris. C'était rudimentaire comme cachette, mais c'était suffisant pour m'offrir un endroit où je pouvais trouver un repos. Situé loin du sentier et en hauteur, cet endroit était parfait, personne ne soupçonnerait qu'un loup solitaire vivait au sommet des arbres.

J'avais donc quitté les bois, chose plutôt étonnante. Pour tout dire, je croyais devoir vivre le reste de mes jours dans la forêt, un peu comme Robin des bois, en hors-la-loi. Ce parallèle à celui qui volait pour aider les plus démunis me fit sourire, j'avais une mentalité à protéger celui dont la vie était menacée. Un peu comme lui, j'aidais celui qui avait besoin de mon aide.

À ce moment-là, alors que je réfléchissais à ce qui n'allait pas vraiment dans ma vie, je me rendis compte avoir marché jusque dans la ville voisine à mon domicile improvisé. Les lumières illuminaient les rues, me rappelant Westmount et le reste de Montréal. Ça faisait si longtemps que je n'y avais pas mis les pieds. C'était surtout mes amis du secondaires qui me manquaient, et Maude. Voir des couples ne m'aidait pas à remonter mon moral. J'avais tout de même passé dix-huit ans avec cette femme dans ma vie. Ça représentait quand même la moitié de ma vie, et ses plus belles années, malgré les moments de rages que j'avais eus suite au changement en loup-garou.

Un odeur bizarre me vint au nez, ce n'était pas celle d'un humain où d'un au lycanthrope, c'était plus bizarre que ça, je ne savais pas comment décrire ce que mon flaire captait. Mais ce que mes yeux voyaient et ce que mes oreilles entendaient, j'en était bien capable : j'entendais un homme dont la voix était déformée par la colère et je le voyais frapper une femme, pour ensuite, la faire basculer.

Comme je le disais : mon instinct me pousse à aider celui ou celle qui a besoin d'aide; j'ai donc couru pour sauter à l'eau la tête première. Retrouver cette femme dans l'obscurité aurait pu être plus difficile, si je n'avais pas eu cette facilité à y voir clair. Non, mon problème était que j'étais meilleur nageur sous mon autre forme, mais me changer en loup éveillerait trop les autorités locales. Heureusement, avant que j'aie manqué d'oxygène, j'avais réussi à la rattraper et à la tirer à la surface puis sur la berge.

Après cet événement, je ne regrettais qu'une seule chose : ne pas avoir frappé cette homme au passage. Mais j'étais fier d'avoir extirper cette femme de l'eau froide. Et j'attendais qu'elle reprenne conscience.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 435 Livres en banque : 3356
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Adam Lambert + Ghost Town
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 1 Aoû - 20:44.
Spirits and sin

feat Chris


feel the walls caving in. I feel my future growing thin. See you now. Where you've been. While the clocks been ticking. I feel the moon. Pulling me in. I feel the spirits. And the sin. You sold me out but I crawled back in. Yeah my heart's still ticking Spirits and sin- The veronicas

Les Ténèbres m'agrippent et m'attirent en ces profondeurs glacées. Sonnée, éperdue, je sombre sans la possibilité de quitter ce néant aquatique. L'espoir se dissout, le temps s’effiloche et mes poumons s'emplissent de cette eau nauséabonde. Mon esprit à la lisière de l'inconscience, je peine à comprendre ce qui se trame.

Mes paupières s'ouvrent sur un monde étoilée. Un écrin de velours piquetés de ces nombreux diamants éclatés. Besoin urgent d'emplir mes poumons saturés d'eau par de l'oxygène. Pourquoi. Pourquoi respirer m'est aussi douloureux, impossible. Secouée de l'intérieur, je bascule sur le côté alors que ma bouche expulse sans prévenir le trop plein de flotte. Un incendie se déclare dans ma gorge, irradiant l'entièreté de mon œsophage et de mes poumons. Respirer m'est toujours aussi douloureux mais réalisable. Toujours ça de gagner.

L'espace de quelques instants, mes repères s'ébranlent. Où suis-je? Et surtout, pourquoi ne suis-je pas en train de nourrir les poissons? La réponse me vint presque aussitôt et de manière assez vivace. Mon don, d'avantages alerte que mon corps, m'avertit de la présence d'une créature surnaturelle. Au delà du froid englobant ma carcasse, je ressens des centaines de picotements le long de mon derme, pareil à d'horrible tentacules électriques grouillant sur ma peau.   

Fronçant les sourcils, je lève enfin les yeux vers mon sauveteur. Sérieusement? Sauvée de la noyade par une aberration? Bien consciente que je me dois au moins de le remercier, je me redresse pleinement sur mon séant. Ce simple effort suffit à rendre le sol tangible. Une chance que je sois assise.

— Hum, merci.

Mal à l'aise, j'hésite. Vampire ou lycan? Geste désintéressé ou désir plus fourbe de tester un nouveau jouet? Parano ou simplement réaliste? Mon cerveau carbure mais pédale dans la mélasse. Ma tête menace d'exploser et je ne remarque que maintenant ces différentes tâches de couleurs qui dansent devant mes yeux.

— Maintenant, ça va aller, mentis-je.

Posant mes paumes à plat sur le sol, je tente de me relever. Une initiative rapidement mise à mal par la gravité. Mes fesses eurent à peine le temps de se soulever qu'elles retrouvèrent le pavé.

— Enfin presque.

Quelques minutes. Il me suffit de patienter quelques minutes et je serais de nouveau capable de me relever. Voilà tout. Je refuse d'être aidée d'avantages. Autant par fierté mal placée que par étique. Si on peut parler d'étique. Comment se réfugier dans les bras d'une créature surnaturelle en sachant que d'une manière ou d'une autre, je vais être amenée à le pourchasser? Ou à le harceler pour qu'il passe le rituel?



Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 161 Livres en banque : 2988
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 1 Aoû - 23:29.
J'avais les vêtements trempés, l'eau glacée qui les imbibait me donnait froid. Malgré ça, je restais assis, près de cette femme que j'avais réussi à extirper de la rivière. Je m'étais rendu compte, après avoir pris quelques secondes pour retrouver mon souffle, que l'odeur étrange que j'avais captée, avant de me jeter à l'eau, venait d'elle et me donnait une certaine envie de la laisser là. Je ne comprenais pas ce sentiment d'incertitude et une voix, celle du loup, me disait de courir à toutes jambes et de la laisser pour morte.

Mais ma personnalité était autrement, je ne pouvais pas abandonner une personne, bien qu'elle me foutait les jetons. Et donc, malgré mon inconfort, je patientais, ne sachant pas quoi faire autre que me remémorer mon ancienne vie, de l'autre côté de l'Atlantique, jusqu'à ce qu'elle reprenne conscience, et recrache toute l'eau qui avait entrer dans ses poumons et s'assied et me dit un simple :

— Hum, merci.

- Ce n'est rien.

Franchement, je ne savais pas quoi dire de plus. N'importe qui avec une mentalité décente aurait fait la même chose. Mais son accent me disait vaguement où je me trouvais, si elle venait bien du coin. Long live the queen ! Bienvenue, Chris, au Royaume-Uni de Grande-Bretagne, d'Écosse et d'Irlande du Nord.

— Maintenant, ça va aller

Je ne croyais pas qu'elle disait vrai, j'entendais dans sa voix l'hésitation du mensonge, chose difficile à dissimuler quand on vient d'échapper à la mort. Mais je n'eue pas le temps d'y répondre ou de dire ce que je pensais, elle tentait déjà de se relever. Au même moment où elle commença à basculer, je me précipitai, pour l'aider à garder l'équilibre, en lui disant :

-Attention!

Mais elle parvint pas à se mettre debout, retombant assise sur le sol. Pourquoi les gens - je ne généralise pas, mais plusieurs le font - voulaient toujours aller trop vite ? Aussitôt rescapée de la noyade, elle voulait se mettre debout et quitter comme si rien ne c'était passé ? Il fallait qu'elle laisse le temps à son corps de se remettre de ce traumatisme, au moins.

— Enfin presque.

- Presque ? Écoute, prend ton temps, il ne t'arrivera rien et ton corps à besoin de repos, c'est un choc sérieux que tu as subi. Et je ne parle pas encore de ta tête, j'ai vu ce qui s'est passé avant que tu tombes à l'eau.

J'hésitai un court instant, pour finalement lui permettre d'associer un nom à celui qui l'avait sortie de l'eau, mais je lui avais donné mon second prénom :

-Au fait, je m'appelle Dylan.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 435 Livres en banque : 3356
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Adam Lambert + Ghost Town
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 2 Aoû - 2:21.
Spirits and sin

feat Chris


feel the walls caving in. I feel my future growing thin. See you now. Where you've been. While the clocks been ticking. I feel the moon. Pulling me in. I feel the spirits. And the sin. You sold me out but I crawled back in. Yeah my heart's still ticking Spirits and sin- The veronicas

La Terre tourne et le Monde tangue. Cette danse infernale et vicieuse au possible m'afflige de ses tourments, me condamnant à rester le cul à terre. A moins que ça ne soit le choc à la tête. L'inactivité me rend que plus vulnérable à la brise nocturne. Trempée jusqu'au os, ma carcasse grelotte et mes dents claquent. Je rêve d'une douche chaude et moussante. Des bulles de citron virevoltant dans les airs, prêtes à éclater à la seconde. Cette simple pensée suffit presque à me réconforter. Presque seulement.

— Presque ?

Il lit dans mes pensées? Surprise, mes yeux s'agrandissent tels deux soucoupes.

— Écoute, prend ton temps, il ne t'arrivera rien et ton corps à besoin de repos, c'est un choc sérieux que tu as subi.

Ah! Visiblement non. Rassurée, je lâche malgré moi un soupir.

— Et je ne parle pas encore de ta tête, j'ai vu ce qui s'est passé avant que tu tombes à l'eau.

Quoi que... Si il lit dans les pensées, alors il sait que je sais et du coup il rattrape le coup?Merde! Je suis définitivement trop paranoïaque et l'inconnu a raison. J'ai reçu un sacré coup à la tête, ça n'aide pas à avoir les idées claires. Passant mes bras autour de ma poitrine, j'observe en biais l'aberration. Le plus inquiétant n'étant pas sa condition mais l'attention toute particulière qu'il me porte. Je veux dire par là... il semble réellement se soucier de mon cas. Je préfère les créatures bêtes et méchantes. Au moins, les choses sont simples. Je les traque et je les tue. Là... là... Je ne sais que faire. De toute les manières possible, je ne suis pas en état de quoi que ce soit.  

— Au fait, je m'appelle Dylan.

C'est sans réfléchir que je répond à mon tour.

— Et moi Ivy.

Ce n'est qu'après coup que je comprend ma potentielle erreur. Si jamais il se renseigne un minimum et auprès des bonnes personnes, il pourrait éventuellement apprendre que je suis une kickeuse de cul surnaturel. Peu importe pour le moment, je peux encore jouer la carte de la demoiselle en détresse... Oui. Bon. J'entends déjà les mauvaises langues me dire que j'étais, effectivement, en détresse. Bref! Laissant volontairement mes yeux s'emplirent de larmes, je mordille ma lèvre inférieur mimant un menton tremblotant. Ce qui n'est guère compliqué avec ma mâchoire jouant des claquettes à cause du froid.

— Une chance que tu étais là...

Ma voix monte dans les aigus et je refoule un sanglot inexistant. Si mon émoi est factice, il n'empêche que ça reste une réalité. Sans Dylan, à cet instant précis, mes poumons seraient en train d'éclater comme des ballons trop gonflés à l'hélium.

— Si je peux, d'une manière ou d'une autre, te rendre la pareil... Enfin ça va être difficile à moins que t'ai genre besoin d'une transplantation de foie ou de rein, tu vois...

Reniflant un peu vers la fin, j'enchaîne avec un sourire aussi angélique que pathétique. L'image parfaite de la pauvre demoiselle inoffensive. Vu la manière dont mon rendez-vous m'a foutu K.O, pas bien difficile de me croire  incapable de me défendre. Ce qui peut être un avantage pour moi.

Une nouvelle fois, je tente de me relever. A la différence que cette fois-ci, je prend tout mon temps, avec la certitude de pouvoir m'appuyer sur les épaules carrés de Dylan en cas de défaillance. Non sans difficulté, je parviens à me tenir sur mes deux guibolles tremblantes.

— Tu... je... Tu sais, je ne veux pas abuser mais... hum... est-ce que tu as une voiture? Mon téléphone n'a probablement pas supporté ma petite baignade et... et je n'ai aucun moyen d'appeler un taxi, ou même d'en payer un, tu comprends?

Et c'est surtout une manière pour moi de relever le numéro de plaque d'immatriculation.



Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 161 Livres en banque : 2988
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 3 Aoû - 0:23.
Il fallait qu'elle se repose, repartir si vite n'allait rien donner de bon. Et je l'encourageais à le faire. Je ne comprenais pas pourquoi les gens, en général, étaient dans une urgence de vivre, ou bien c'est le fait qu'elle ne me connaissait pas qui la, me semblait-il, mal à l'aise, au point de m'observer du coin de l'œil. Je peux le dire : moi, ça me rendait mal à l'aise, je me sentais un peu trop observé. Mais j'avais au moins réussi à surmonter ça, pour lui dire mon nom. Mon second prénom, en fait.

— Et moi Ivy.

L'entendre me répondre me donna un sourire, difficile à dire pourquoi. Mais je détestais l'accent des britanniques. En un sens, j'espérais m'être trompé, que je n'étais pas au Royaume-Uni. Mais comment croire que je me trouvais ailleurs, que Ivy était aussi une immigrante ? Et elle me tira de cette pensée :

— Une chance que tu étais là...

C'était au même moment que je pris conscience de ses larmes et du tremblement de son menton. Ensuite me vint le son d'un sanglot peu convainquant. Si ses paroles étaient vraies - après tout, si ça n'avait été de moi, elle serait en train de se noyer - ce coup de théâtre sonnait complètement faux à mon oreille.

— Si je peux, d'une manière ou d'une autre, te rendre la pareil... Enfin ça va être difficile à moins que t'ai genre besoin d'une transplantation de foie ou de rein, tu vois...

- À moins de faire un défaillance hépatique ou rénale, je ne crois pas en avoir besoin. En plus, ça fait plusieurs années que je n'ai pas été malade.

Mais son talent d'actrice continuait. Sans me convaincre, elle m'offrit un sourire auquel je répondis, pensant qu'elle en faisait trop. L'image qu'elle voulait me donner n'était pas compatible avec celle qui, même sonnée, avait réussi à bloquer le coup d'un homme et à le frapper au nez.

J'ignorais si c'était parce qu'elle ne me convainquait pas ou autre chose, mais elle tenta à nouveau de se mettre debout. Et moi, ne voulant pas la voir retomber au sol, je me levai, me tenant à côté d'elle, prêt à la rattraper si ses genoux ne supportaient pas son poids. Mais, lentement et difficilement, elle réussi, sans mon aide. Mais pourquoi avait-elle déjà retenté le coup, sans même s'accorder quinze minutes ? Pas de temps pour avoir une réponse à se sujet, elle me dit :

— Tu... je... Tu sais, je ne veux pas abuser mais... hum... est-ce que tu as une voiture? Mon téléphone n'a probablement pas supporté ma petite baignade et... et je n'ai aucun moyen d'appeler un taxi, ou même d'en payer un, tu comprends?

- Ce n'est pas que je ne veux pas te reconduire chez toi, mais je viens d'immigrer ici, et je n'ai pas eu le temps de m'acheter une voiture. Mais je pourrais te raccompagner, pour éviter qu'il ne t'arrive quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 435 Livres en banque : 3356
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Adam Lambert + Ghost Town
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 6 Aoû - 1:11.
Spirits and sin

feat Chris


feel the walls caving in. I feel my future growing thin. See you now. Where you've been. While the clocks been ticking. I feel the moon. Pulling me in. I feel the spirits. And the sin. You sold me out but I crawled back in. Yeah my heart's still ticking Spirits and sin- The veronicas

— Ce n'est pas que je ne veux pas te reconduire chez toi, mais je viens d'immigrer ici, et je n'ai pas eu le temps de m'acheter une voiture. Mais je pourrais te raccompagner, pour éviter qu'il ne t'arrive quelque chose.

Sa bienveillance ne semble aucunement feinte. Une sincérité dégoulinante et suintante à travers tout les pores de sa peau. Néanmoins, ma mésaventure de ce soir m'a encore rappelé combien l'être humain s'avère fourbe, sournois et manipulateur. Humains, aberrations... ils sont tous à mettre dans le même panier. Il est difficile de placer sa confiance en l'Autre et d'avantages à un inconnu. Toutefois, et il est bon de le rappeler, une trop grosse dose de paranoïa est une forme de stupidité. Jugeant qu'en cet instant précis il ne constitue pas une menace, je laisse un sourire fadasse éclore sur mes lèvres.

— Bienvenu à Bristol.

Le masque de la femme en détresse s'écroule. Si il a suivit la scène, et j'en suis certaine, il m'a vu répliquer à l'agression. Et surtout, je suis bien trop fatiguée pour me couler dans un rôle quelconque. Ma seule préoccupation, en cet instant, est de rentrer chez moi sans réveiller Ariana. Si cette dernière me voit dans cet état, elle va me harceler pour que j'aille à l'hôpital. Ma seconde préoccupation et pas des moindres, obtenir le plus d'informations possibles sur ce Dylan afin d'être en mesure de le retrouver d'une manière ou d'une autre. Pas nécessairement pour l'arrêter mais au moins pour l'avoir à l’œil... dans un premier temps en tout cas.  

— Au vu de mon état déplorable, je ne suis pas contre une bonne escorte. D'autant plus que les rues de Bristol ne sont pas très sûres.

Si au départ je songeais aux créatures surnaturelles tel que Dylan... très rapidement je pense à mon rendez-vous de ce soir, ses motivations, sa tentative de meurtre à mon encontre... compte t-il s'arrêter là? Et soudainement, cette vague de panique qui me submerge et me raidit d'effroi. Est-ce qu'Ariana est en danger? Est-ce qu'il y'a une chance pour qu'il se rende à mon appartement pour évacuer sa frustration?

— Alors tâchons de ne pas trop s'attarder.

Grelottant à cause du froid et de mes vêtements mouillés, je commence dès à présent à me mettre en marche. Toutefois, je reste encore affaiblie et mes jambes menacent de vaciller à tout moment. Malgré ça, je ne peux me permettre d'attendre d'avantages.

— Dylan... Si je peux me permettre de donner un conseil... évite de te faire trop remarquer en ville. Les nouveaux sont rapidement pointés du doigt. Les habitants sont méfiants, ici. Et d'ailleurs, intervenir pour me sauver, aussi héroïque soit-il, était dangereux. Fais plus attention à toi, la prochaine fois.

Je n'ai pas le temps de prendre un café avec cette aberration pour le cuisiner un peu. Peut-être ne le croiserais-je pas de si tôt. L'un dans l'autre, je ne peux oublier que je suis encore là grâce à lui... alors autant lui donner un conseil pour sa propre survie.



Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 161 Livres en banque : 2988
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 7 Aoû - 0:33.
Comment un être humain pouvait agir d'un façon aussi bestiale que ce que cet homme avait fait subir à Ivy ? À croire qu'il avait un démon plus terrible que le mien en lui. J'en étais dégouté, surtout parce que la population voyait les lycans et les vampires comme de vrais montres, et ce sans même regarder ceux qui existaient dans leur propre espèce.

Mais, malgré que j'ignorais toujours ce qu'étais Ivy avec son odeur étrange, elle me souhaita la bienvenue à Bristol, sourire fadasse au visage (j'avais raison : Welcome in United Kingdom. Il me semblait que goût pour le théâtre l'avait quitté, elle devenait elle-même, malgré sa blessure qui pouvait la rendre vulnérable à une autre attaque de celui qui l'avait poussé à l'eau. C'était à cause de cette même blessure qui je lui avait proposé, avant qu'elle ne me souhaita la bienvenue, de la raccompagner chez elle.

— Au vu de mon état déplorable, je ne suis pas contre une bonne escorte. D'autant plus que les rues de Bristol ne sont pas très sûres.

Parlait-elle des Nocturnes ? Probablement, depuis mon arrivée ici - à Bristol - j'entendais chaque soir les hurlement de plusieurs loups. Mais certains humains - si on peut les qualifier ainsi - valaient beaucoup moins que ceux de mon espèce, même si j'avoue que plusieurs lycanthropes sont dans l'euphorie de ce que l'infection leur octroie comme capacité physique et possibilité de domination sur autrui.

— Alors tâchons de ne pas trop s'attarder.

Elle avait raison. Et nous nous mîmes à marcher, moi la suivant. Je remarquai qu'elle avait froid. Elle gelait, en fait, le vent froid et les vêtements trempés ne l'aidant pas à se réchauffer. Bien qu'il soit également mouillé, je retirai mon pull pour le lui prêter, au moins, il pouvait peut-être empêcher le vent de se rendre jusqu'à sa peau. C'était tout ce que je pouvais faire, je n'aurais jamais osé, bien que ses jambes menaçaient de céder, la porter dans mes bras, à moins que ne tomba au sol, pour la ramener chez elle.

— Dylan...

Je tournai le regard vers elle, bien que ça me faisait bizarre d'entendre mon deuxième prénom pour me désigner. En fait, ça aurait été tout aussi bizarre si je lui avait donné mon premier prénom complet et qu'elle m'avait appelé Christopher. J'étais habitué à Chris ou, avec le gouvernement, Monsieur Ferrell. Rarement - jamais, en fait - je ne m'étais présenté autrement que Chris, autre qu'avec Ivy.

— Si je peux me permettre de donner un conseil... évite de te faire trop remarquer en ville. Les nouveaux sont rapidement pointés du doigt. Les habitants sont méfiants, ici. Et d'ailleurs, intervenir pour me sauver, aussi héroïque soit-il, était dangereux. Fais plus attention à toi, la prochaine fois.

- Tu me dis ça à cause des Nocturnes, c'est ça ? Tu crois qu'on pourrait me prendre pour l'un d'entre eux ? Ou que l'un d'eux puisse s'en prendre à moi ? Ne t'en fais pas, je sais m'occuper de moi-même, et j'ai déjà survécu à quatre loups.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 435 Livres en banque : 3356
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Adam Lambert + Ghost Town
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 7 Aoû - 18:55.
Spirits and sin

feat Chris


feel the walls caving in. I feel my future growing thin. See you now. Where you've been. While the clocks been ticking. I feel the moon. Pulling me in. I feel the spirits. And the sin. You sold me out but I crawled back in. Yeah my heart's still ticking Spirits and sin- The veronicas

— Tu me dis ça à cause des Nocturnes, c'est ça ? Tu crois qu'on pourrait me prendre pour l'un d'entre eux ? Ou que l'un d'eux puisse s'en prendre à moi ? Ne t'en fais pas, je sais m'occuper de moi-même, et j'ai déjà survécu à quatre loups.

Gardant le silence, j'enfile le pull tendu quelques secondes auparavant par l'aberration. Encore une gentille attention de sa part. Comment croire un seul instant qu'en lui sommeil une bête féroce? Pourtant, vampire ou lycan, il réside une bête en chacune de ces créatures. Vorace et sanguinaire. Lutter contre cette chose est vaine. Viens toujours un jour où la bête remporte la partie et affole les sens. Prétendre le contraire est une hérésie. N'empêche que pour le moment, je lui suis redevable.

— Si je te dis ça... c'est parce que je sais comment ça fonctionne, en ville.

Glissant une main dans mes cheveux, j'essaie de ramener ma chevelure en arrière mais mes doigts se heurtent à une multitude de nœuds. Pestant, je laisse tomber le combat et reporte mon attention sur Dylan.

— Tu dis avoir survécu à quatre loups... c'est bien. Bravo. Mais évite de raconter ça aux inconnus... parce que c'est louche. Soit tu étais sacrément bien armé, soit tu n'es pas totalement humain et c'est ce qui t'a sauvé. Dans tout les cas, c'est louche.

Hum... Soudainement en pleine réflexion, ma bouche se tord et mon nez se plisse.

— Quoi que... Tu n'as jamais précisé si tu les avais affronté en même temps. Bref! Ne fais confiance en personne, crois-moi, ça t'épargnera bien des soucis.

Malgré moi, un soupir franchit la barrière de mes lèvres. On est encore loin de mon appartement. Malgré le pull de Dylan je continue à me geler les miches. Et surtout, je me surprend à m'inquiéter pour cette aberration. Agacée par moi-même, je tourne à l'angle d'une rue et commence à tester les portières de voiture. Avec un peu de chance, l'une d'elles est ouverte.

— D'ailleurs, qu'est-ce qui t'amène à Bristol? Tu es venu rejoindre de la famille? Ce n'est pas vraiment l'endroit où il fait bon vivre pour toute personne saine d'esprit.

Et encore moins pour une aberration. Après avoir testé au moins six voitures, je laisse tomber. On va finir le trajet à pieds, tant pis.

— Je vis loin d'ici. Si tu veux rentrer chez toi, n'hésite pas. Enfin si t'as un chez-toi. T'as un toit où dormir, au moins?




Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 161 Livres en banque : 2988
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 8 Aoû - 1:41.
C'était un bon pas pour le côté social en Grande-Bretagne, à peine quelques semaines après mon arrivée, Ivy, bien que son odeur m'inspirait de la méfiance. Point positif : elle semblait au moins reconnaissante que je lui aie prêté mon pull. Mais là, le temps froid me rattrapait, quoi que j'avais déjà connu pire : le froid hivernal du Canada. Sans grelotter, je continuais de suivre Ivy, maintenant vêtue de mon vêtement.

— Si je te dis ça... c'est parce que je sais comment ça fonctionne, en ville.

Ah. Je savais déjà comment ça se passait : l'être humain ignorant préférait se refermé dans la peur et le préjugé causé par leur manque d'éducation plutôt que comprendre les autres. C'était ainsi partout et rares étaient les exceptions. On avait pu voir la même ignorance céder à la peur en 1939, quand les allemands s'en sont pris aux juifs et même aujourd'hui, la même chose se produisait non seulement avec les Nocturnes, mais au Moyen-Orient - et mondialement - avec les musulmans.

Mais plutôt que d'offrir mon opinion, je restais dans le silence; dans ce cas précis, un opinion était comme une gastroentérite : ce n'est pas parce qu'on en a une qu'on est obligé de la donner... Mais elle, elle passait sa main dans ses cheveux, essayant de se coiffer un peu peu, j'imagine. Aucune succès, sa main refusait de bouger dans la chevelure, et ça m'étira un léger sourire : vive mes cheveux courts.

— Tu dis avoir survécu à quatre loups... c'est bien. Bravo. Mais évite de raconter ça aux inconnus... parce que c'est louche. Soit tu étais sacrément bien armé, soit tu n'es pas totalement humain et c'est ce qui t'a sauvé. Dans tout les cas, c'est louche.

Voulais-elle me voir avouer certaines choses ou quoi ? Évidement, je m'étais abstenu de dire que les quatre lycans étaient, en faits, Maude et le reste de sa famille, mais de là à soupçonner que je sois un Nocturne - et elle n'avait pas tord de le penser - juste parce que j'avais survécu.

— Quoi que... Tu n'as jamais précisé si tu les avais affronté en même temps. Bref! Ne fais confiance en personne, crois-moi, ça t'épargnera bien des soucis.

Si elle avait su la réalité : j'avais été incontrôlable, dans mon jeune temps de loup, la rage avait fait partie intégrante de ma personne et si ce n'avait été de Rolland, Maude et Marc surtout, j'aurais tué je ne sais combien d'innocents. Oui j'avais survécu à tous ces affrontements, la plupart m'avait gardé au lit plusieurs heures.

Et elle soupira, me tirant de mes souvenirs douloureux, penser à Maude et au reste de la meute me faisait mal. Après tout, c'était ma seconde famille que je venais de perdre. Mais Ivy grelottait toujours, mon pull trempé ne semblait pas l'aider à se réchauffer. Elle nous fit tourner, puis commença à vérifier si les portières des voitures étaient verrouillées. Mais qu'est-ce qui lui prenait, tout à coup ? Et après ça, c'était à moi à surveiller mes gestes et me paroles ? Mais pour qui elle se prenait ?

— D'ailleurs, qu'est-ce qui t'amène à Bristol? Tu es venu rejoindre de la famille? Ce n'est pas vraiment l'endroit où il fait bon vivre pour toute personne saine d'esprit.

Hein, quoi ? Elle arrêta de tenter son vol de voiture - enfin.

- Après avoir fini l'école secondaire, j'ai préféré vivre avec la fille que j'aimais plutôt que rester chez ma mère. Mais mère n'avait jamais aimé ma copine et on ne s'est plus reparlé. Récemment, j'ai perdu celle qui faisait battre mon cœur et j'ai choisit l'immigration comme nouveau départ. Pourquoi Bristol ? Je l'ignore, en fait. J'ai pris le billet d'avion le moins cher...

Belle petite histoire inventée et assez loin de la vérité. Bien que ma mère n'avait jamais apprécié Maude, c'était la morsure que m'avait laissée son père qui m'avait fait couper les ponts avec ma mère. Le reste était assez fidèle à ce qui c'était passé.

— Je vis loin d'ici. Si tu veux rentrer chez toi, n'hésite pas. Enfin si t'as un chez-toi. T'as un toit où dormir, au moins?

- Ne t'en fais pas, marcher ne me dérange pas. Et j'ai fait vite pour me trouvé un logis. Il n'est pas si mal, pour un taudis...

Beau descriptif de ma cabane - taudis - bien que ce soir très près de la réalité. Il fallait se l'avouer, la pluie passait par le toit de branches et même la lumière du jour y était à peine filtrée. Sans compter le manque d'isolation dans les murs et le plancher peu solide.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 435 Livres en banque : 3356
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Adam Lambert + Ghost Town
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 8 Aoû - 23:56.
Spirits and sin

feat Chris


feel the walls caving in. I feel my future growing thin. See you now. Where you've been. While the clocks been ticking. I feel the moon. Pulling me in. I feel the spirits. And the sin. You sold me out but I crawled back in. Yeah my heart's still ticking Spirits and sin- The veronicas

— Après avoir fini l'école secondaire, j'ai préféré vivre avec la fille que j'aimais plutôt que rester chez ma mère. Mais mère n'avait jamais aimé ma copine et on ne s'est plus reparlé. Récemment, j'ai perdu celle qui faisait battre mon cœur et j'ai choisit l'immigration comme nouveau départ. Pourquoi Bristol ? Je l'ignore, en fait. J'ai pris le billet d'avion le moins cher...

Un seul être vous manque... et c'est la Terre entière  qui se dépeuple. Un truc du genre... ouais. Un truc du genre. J'évite de trop m'attacher, de trop aimer. Peut-on seulement "trop" aimer? Peut-on seulement ne pas assez aimer? Probablement. L'amour est universel et pourtant déclinable à l'infini. De manière tellement différente. Et parmi tout ce panel, j'essaie d'aimer modérément... pour ne pas avoir à souffrir, pour ne pas subir les peines liées à la déception, la trahison, la mort. Je me rend compte, néanmoins, que ça ne reste que de la poudre aux yeux. Car on ne décide pas. On subit. Je subis, je m'attache, je souffre mais occulte mes peines. J'oublie.

Consciente que le trajet va être long et ne voulant pas le déranger d'avantage, je lui propose de rentrer seule. Pour ne pas déranger... mais aussi pour nous épargner bien des problèmes. Plus j'en apprend sur lui et plus il m'est facile de le retrouver. Bien évidement, je n'exclus pas la possibilité qu'il me mente et dans un sens, je l'espère pour lui. En tout les cas, sa réponse m'interpelle quelque peu. Mon sourcil prend ses grands airs, se haussant ostensiblement.

— Un taudis, tu dis?

Je prend alors le temps de l'observer un court instant, aussi hésitante que frigorifiée. Finalement, je capitule après une longue minute de réflexion intense.

— Si tu veux, je peux t'offrir de passer la nuit chez moi. J'ai un canapé très confortable. Vois ça comme une façon minime de te remercier. Un toit où passer la nuit, avec douche, lessive et petit déjeuner compris.  

J'invite le loup dans la bergerie. Ou le vampire dans ma tanière. Peu importe. Je me sens mal de proposer un tel deal. Je crains surtout pour Ariana, tellement fragile, innocente et naïve. Je ne veux pas prendre le risque de la mettre en contact avec un potentiel danger. D'un autre côté, si je parviens à obtenir la confiance de Dylan, je pourrais dans un avenir plus ou moins proche, le convaincre de passer le rituel, sans avoir à l'arrêter. Et une part de moi s'indigne car je ne pense qu'à une chose : mon devoir de Spectre. Je ne vois en lui que l'aberration, d'avantage que l'homme qui m'a sauvé. La faute à mon don. Mon don et mon obsession pour la traque.



Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 161 Livres en banque : 2988
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 10 Aoû - 2:01.
- Un taudis, tu dis?

Après mûre réflexion, même le mot taudis semblait luxueux à côté de cette cabane qui me servait de logis. Comment je faisais pour être si malhabile de mes mains. J'aurais mieux fait de me trouver une tanière, je m'y serais probablement plus senti chez moi. Et moins observé, aussi. Pourquoi faisait-elle ça ?

— Si tu veux, je peux t'offrir de passer la nuit chez moi. J'ai un canapé très confortable. Vois ça comme une façon minime de te remercier. Un toit où passer la nuit, avec douche, lessive et petit déjeuner compris.

Wow, elle en faisait trop celle-là. Visiblement, elle ne se rendait pas compte que ça semblait paradoxal à ce qu'elle m'avait dit un peu plus tôt : ne faire confiance à personne. Encore moins à elle. Ce n'était pas méchamment, mais l'odeur que cette femme me laissait dans les narines me déconseillait de passer la nuit chez elle, et même le dix prochaines minutes. Mais je ne pouvais la laisser rentrer seule, la ville grouillait d'êtres peu recommandables.

- Non, mais merci quand même. Je ne tiens pas à déranger et j'aime bien être seul, ces temps-ci. Je vis des moments difficiles, alors je préfère n'importuner personne.

Moments difficiles, c'était peu dire, il m'arrivait de me réveillé en plein jour - je suis nocturne, après tout - soit à cause de cauchemar où je revivais ce soir-là où j'avais tout perdu, soit que je me réveillait en larmes, pensant à Maude. Souvent les deux.

- Je me demandais, puisque je viens d'arriver, le gouvernement, ici, a pris quel genre de mesures pour lutter contre ces créatures de la nuit ? Ils ont fait intervenir l'armée ou autre chose ?

Je continuais d'avancer, suivant Ivy, espérant apprendre ce qu'elle était réellement et pourquoi cette odeur me poussait à vouloir la fuir. Par contre, je me doutais bien que je n'aurais pas de réponse à mes interrogations aussi facilement que ça. Et si elle m'avait conseillé de ne faire confiance à personne, c'était probablement parce que, depuis la révélation, elle ne faisait confiance à personne, et mes question pouvaient peut-être l'amener à douter de mes intentions.

- Londres a bien dû faire quelque chose pour protéger et rassurer la population, je me trompe ? J'ai vu, l'autre jour, des hommes vêtus de noir, arme à la main et les lettres CAA dans leur dos.

Je voulais vraiment savoir à quoi m'attendre. Qui étaient ces homme qui m'avaient amené devant les portes ? Qu'était cette femme qui me filait les jetons ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 435 Livres en banque : 3356
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Adam Lambert + Ghost Town
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 14 Aoû - 1:19.
Spirits and sin

feat Chris


feel the walls caving in. I feel my future growing thin. See you now. Where you've been. While the clocks been ticking. I feel the moon. Pulling me in. I feel the spirits. And the sin. You sold me out but I crawled back in. Yeah my heart's still ticking Spirits and sin- The veronicas

J'essaie de réfléchir, d'élaborer une stratégie ou un plan sur le long terme. Je tente de glaner des informations... mais je me plante. La fatigue et les chocs du à mon agression ne m'aident pas. Loin d'être opérationnelle, j'ai l'impression de patauger dans la semoule, de ne pas me poser les bonnes questions ni même d'agir au mieux. D'ailleurs, au lieu de rentrer sagement chez moi, j'aurais du me rendre au commissariat ou encore à l'hôpital. Toute en sachant cela, je persiste à marcher jusqu'à mon domicile. Dans le fond, je veux juste m'allonger dans mon lit et me cacher sous une tonne de couette. Alors au final, quand Dylan décline ma proposition, j'en ressens un profond soulagement. Un soulagement qui ne dure guère longtemps.

— Je me demandais, puisque je viens d'arriver, le gouvernement, ici, a pris quel genre de mesures pour lutter contre ces créatures de la nuit ? Ils ont fait intervenir l'armée ou autre chose ?

Questions délicates et pourtant totalement justifiée. Humain ou aberration, n'importe qui dans la situation de Dylan poserait une telle question. A supposer, bien évidemment, qu'il n'ai pas menti sur autre chose que sur sa condition de Nocturne.

— Pas vraiment. Ils ont créé une cellule spéciale pour arrêter les aberrations et les emmener au Ribcage.

— Londres a bien dû faire quelque chose pour protéger et rassurer la population, je me trompe ? J'ai vu, l'autre jour, des hommes vêtus de noir, arme à la main et les lettres CAA dans leur dos.

Des hommes vêtus de noir... souvent on arbore nos tenues de civils. Je suis bien curieuse de savoir en quelle occasion il a pu voir ça. Intriguée, je tourne mes claires prunelles vers lui, ne cherchant justement pas à camoufler ma surprise.

— D'habitudes ils sont en civil. C'est plus simple pour se fondre dans la foule. Mais ces personnes que tu décris appartiennent au centre... non... hum... cellule anti aberration. Un truc dans le genre. En tout cas, ce ne sont pas des rigolos et paraît qu'ils foutent les pétoches.

M'arrêtant devant une boutique de coiffure, je retire le pull gentiment prêté par Dylan. L'attention étant adorable, je n'aimerais pas embarquer par inadvertance son vêtement. Si il vit dans un taudis, je suppose qu'il n'a pas trente six milles pulls.  

— Mon appartement est à même pas cinq minutes d'ici. C'est gentil de m'avoir raccompagné jusque là, mais je vais mieux. Je pense que je vais faire le trajet toute seule, à présent.

Un sourire bienveillant étire mes lèvres alors que je lui tend son vêtement.

— En tout cas... merci beaucoup de m'avoir sauvé et pour tout le reste. Si jamais tu as un jour besoin de quelques choses, n'hésite pas... Demain soir je serais sûrement au pub The Canteen. Du coup... si jamais tu passes, je pourrais te payer un verre afin de te remercier. Je sais que tu veux rester seul, tout ça tout ça... mais ça me ferait vraiment plaisir.


Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Chris D. Ferrell
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 161 Livres en banque : 2988
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 14 Aoû - 2:59.
Bonne info, merci Ivy : je devais maintenant faire attention aux civils également. Non seulement je devait faire attention aux agents de la Cellule Anti-Aberration vêtus de noirs, mais ils se cachaient aussi parmi les civils.Et je n'avais aucun doute en tête que cette femme était aussi membre de cette cellule cherchant ma mort, et celle d'autres innocents comme moi...

Et puis, Ivy s'arrêta devant un salon de coiffure.

- Tu n'aimes pas ma coupe de cheveux ?

Je me devais de faire une farce, histoire de ne pas révéler à cette femme à l'odeur étrange ce que j'étais. Je ne pouvait pas laisser savoir à cette agente ma véritable nature.

Mais elle retira mon pull. J'espérais seulement qu'elle l'avait apprécié, malgré l'eau qui l'imprégnait par ce temps froid.

— Mon appartement est à même pas cinq minutes d'ici. C'est gentil de m'avoir raccompagné jusque là, mais je vais mieux. Je pense que je vais faire le trajet toute seule, à présent.

- Tu es sûre, ça ne me dérange pas de te raccompagner jusqu'à la porte. Tu sembles encore chancelante.

Elle me tendait mon pull, au même moment que je lui disais ça. Se doutait-elle de mon identité ? J'étais de moins en moins certain que j'étais en sécurité avec elle, et déjà que je doutais beaucoup.

— En tout cas... merci beaucoup de m'avoir sauvé et pour tout le reste. Si jamais tu as un jour besoin de quelques choses, n'hésite pas... Demain soir je serais sûrement au pub The Canteen. Du coup... si jamais tu passes, je pourrais te payer un verre afin de te remercier. Je sais que tu veux rester seul, tout ça tout ça... mais ça me ferait vraiment plaisir.

- Je ne sais pas, je ne suis pas du genre à noyer ma peine dans l'alcool. Mais qui sait comment je me sentirai, demain ? Tu ne sembles vraiment pas vouloir que je te raccompagne jusqu'à ta porte, alors... je crois que je vais y aller, dans ce cas.

Première fois que je sortais des bois, et je mourrais déjà d'envie de me retrouver seul à nouveau.

- Mais, merci quand même pour l'offre. Fais attention à toi.

Je la laissai seule, poursuivant mon chemin, d'abord en marchant, puis, après avoir prit un virage, en courant le plus loin possible de cette endroit où j'avais laissé un personne qui mettait ma vie en danger...
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Spirits and sin ♣ feat Chris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ouest -> Epoux ▪▪ Léandro Hill (Colyn) ▪▪ Feat Chris Hemsworth (négociable)
» Chris Jericho© Vs Edge
» Chris Master & Eve Torres ! What ?!
» Chris Sabin Vs Big Show
» Chris Masters 2V [dvc]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Harbourside :: Avon River-