AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Ouverture du forum
WOD a ouvert ses portes ce 02/06 rock
Ce soir, 26/06 à 20h30, soirée CB ! Faisons plus ample connaissance hinhin
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥

Partagez | .
 

 A door into the dark ☾ (skyter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
LIVE LIKE LEGENDS
avatar
Skyler C. Riodàn
❝ LIVE LIKE LEGENDS ❞
J'ai rédigé autant de missives : 101 Livres en banque : 669 Localisation : Dans ton cul, deuxième porte à gauche.
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 11 Juin - 22:28.
a door into the dark
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. JUPITER WHEELER

   
   Allongé sur ce putain de lit, tu penses et tu rumines. Ta dernière entrevue avec Clara ne s’est pas nécessairement bien passée. Cette chose finira par avoir définitivement raison de ta patience, ou de ta peau, car nul doute que si elle n’avait pas encore besoin de toi, elle aurait déjà fait en sorte que tu te retrouves accroché solidement à un piquet en vue de voir poindre l’aurore et de brûler littéralement sous les rayons du soleil. Lorsque tu avais tanné ton opposé de te transformer, tu t’étais longuement demandé si le soleil ne finirait pas tôt ou tard par te manquer. Si ne plus sentir les rayons chaud venir ricocher sur ta peau te manquerait au point d’en devenir fou. Le doute s’est bien vite envolé, car tant que tu l’avais lui il n’y avait aucun souci, aucun manque. Pas même l’absence de soleil ne pouvait ternir ton humeur. Mais aujourd’hui que te reste-t-il si ce n’est des souvenirs vagues et douloureux d’un temps qui ne reviendra pas ? Redevenir humain n’est pas une option, tu veux faire régner ce chaos qu’ils pensent pertinemment que vous êtes en mesure d’amener, vous, les Nuisibles. Ton opposé et créateur n’avait rien de mauvais en lui, absolument rien, il n’avait de monstre que l’apparence et rien d’autre. Ca leur a suffi pour injustement le cribler de balles avant de mieux brûler son corps endoloris juste sous tes yeux. Et maintenant ils voudraient que tu sois coopératif ? Quelle bande d’ignorants. Tous bons à mettre au bûcher autant qu’ils sont. Un grondement s’échappe de ta gorge à cette pensée tandis que ton poing vient heurter le béton armé. Ca te prend souvent… Dans des excès de colère… Il y a déjà plusieurs marques ci et là, tu ne frappes jamais deux fois au même endroit. La douleur de tes articulations est sourde, presque muette, pas assez vivace pour t’arracher autre chose qu’un léger pincement de lèvres. Le sang coule, glisse entre tes doigts mais tu le lèches aussitôt, les plaies se refermeront bien assez vite de toute manière.

   Au bout de plusieurs minutes, tu te tournes de profil, entends des cliquetis en provenance du fond du couloir mais ne t’en formalises pas, c’est sûrement ton balourd de gardien habituel qui va venir te faire chier et te chercher. Sauf que ce soir tu n’es pas dans ton humeur et tu veux juste rester tranquille. Une fois n’est pas coutume, même pour toi et envies de faire chier le monde. Lâchant un profond soupir d’exaspération et d’ennui mortel, tu ne sais plus quoi faire pour passer le temps. La nuit va être longue, horriblement longue et tu ne serais pas contre un peu de sang frais. Une ration d’1 litre par semaine, c’est vraiment se foutre de votre gueule.

   « Riodàn ! ».

   Tu entends l’autre beugler ton nom malgré la porte blindée de ta cellule et tu pestes en Irlandais avant de te mettre à grogner sourcils froncés. S’il te cherche trop il va rapidement te trouver ce connard. Lorsque le cliquetis retentit à ta porte et que cette dernière s’ouvre, tu es en train de faire glisser tes jambes pour te mettre assis sur le seul lit de fortune présent dans ta cellule. Un lit une place d’ailleurs. La silhouette du gros tas, même s’il n’est toujours pas gros physiquement parlant, apparait dans ton champ de vision et tu l’observes d’un air dédaigneux avant de voir un autre gardien arriver et venir plaquer sans ménagement une matraque contre ta gorge, l’arrière de ton crâne heurtant le mur au passage. Instantanément tu grognes et sors les crocs, tu as encore du mal à contrôler, réaction instinctive. « Tente quoi que ce soit et tu te prends un coup de jus monumental. ». Le balourd toujours sur le pas de la porte semble faire signe à il ne sait qui de circuler et pénétrer à l’intérieur de ta modeste demeure. En réponse à celui qui te tient collé contre ce mur, te surplombant de plusieurs têtes car il est debout et toi assis, tu te mets à gronder, l’air menaçant. La matraque se met à crépiter timidement comme un avertissement et tu redeviens silence, le fixant d’un regard noir qui veut tout dire. A la première occasion, tu le buteras.

   « Tu ferais mieux d’être un peu plus reconnaissant Riodàn, on t’amène un camarade pour la nuit et la journée de demain. Si t’es pas un veinard ! ». Il ricane et toi tu tournes la tête pour le dévisager. Il se fout obligatoirement de ta gueule et pense t’énerver en faisant une chose pareille. Tu ne sais pas ce qu’il espère mais il semble tellement prendre son pied sur le moment… Ca ne fait rien, tu te vengeras plus tard.

   C’est un énième gardien qui pénètre à l’intérieur accompagné de ton futur camarade. Tu ne le regardes pas tout de suite, obnubilé par la guerre de regard que tu mènes avec celui qui plaque bien trop fort son arme contre ta gorge. Tu n’as cessé de te remettre à gronder et c’est finalement en te donnant un coup sur la tempe qu’il s’éloigne à la hâte suivi des autres. « Bonne nuit… » que lâche l’autre morue avant que la porte ne soit refermée à clé et toi subitement bien trop perturbé par celui qui te fait face pour t’amuser à effrayer cet abruti de geôlier. Passant une main sur ta tempe tu te lèves enfin du lit, face à un vampire que tu n’aurais jamais cru voir ici tant il te semblait qu’il avait toujours su se débrouiller. Tu déglutis, car au fond, tu ignores seulement s’il est au courant de la mort de Jake. « Jupiter ? » que tu interroges, comme si ce n’était pas évident. Un grand brun aux yeux vert, reconnaissable entre mille, mais à en juger par son état de froideur, il a lui aussi perdu son éclat d’autrefois. « Je pensais que tu avais réussi à… ». Fuir ? Se cacher ? Tu n’as jamais vraiment discuté avec lui par le passé, plus focalisé sur ton opposé et créateur que sur les vampires qu’il cotoyait. Ce n’était pourtant pas faute de t’avoir expliqué le lien qui l’unissait à ce vampire d’un certain âge maintenant. Au fond, c’était toi le jeune de l’histoire… « … Laisse tomber. Question idiote sans doute… ».  Si le gardien espérait que vous vous taperiez sur le coin de la gueule, il se foutait le doigt dans l’œil, clairement, ignorant qu’il venait de mettre dans la même pièce deux vampires désireux de leur faire mordre la poussière.

   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my fangs
avatar
Jupiter Wheeler
❝ Too sexy for my fangs ❞
J'ai rédigé autant de missives : 10 Livres en banque : 325
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 13 Juin - 21:41.
a door into the dark
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. JUPITER WHEELER

   
   Tes pas résonnent à peine dans les couloirs. Ton regard est éteint, il ne brille plus, il ne brillera plus jamais. Tu as été trop stupide, tu n’as pas vu venir l’assaut. Débutant, tu t’es fait avoir comme un bleu. Perdu dans tes pensées, tu t’es perdu dans tes souvenirs de son sourire, dans ce cœur brisé qui chavire dans ta poitrine morte. Elle te manque…Putain, elle te manque tellement. Morte pour te protéger, morte parce qu’elle avait osé t’aimer. Toi, tu en as le cœur brûlé, la gorge en feu, l’âme en cendre. Elle n’était pas ton opposée, certes, mais tu l’aimais plus que de raisons. Tu as fini ici, tel l’abomination que tu es. Si au départ tu as commencé à te rebeller, très rapidement, tu as compris que ça ne servirait à rien. Mais tu as continué, tu as frappé, laissant l’électricité prendre d’assaut ton corps meurtri. Tu ne les laisseras pas te priver de ta liberté, jamais. Ils t’ont déjà tout pris, tellement pris. Alors oui, tu t’es débattu comme un acharné, les crocs sortis, les grognements féroces s’échappant de tes lèvres. Tel un animal qu’on amène à sa cage, tu ne sais que vaguement où tu allais et ce, jusqu’à atterrir dans une foutue cellule d’isolement. Seul, tu as frappé. Oui, tu as frappé contre les murs, brutalisant tes poings, tes épaules. Tu as pesté, tu as presque hurlé. Ils s’en sont amusés, énervés, mais tu as continué sans jamais lâcher prise, sans jamais baisser ta garde et ce, jusqu’à ce que l’épuisement te gagne. Humain…Tu ne veux pas le redevenir, tu refuses déchanger ton immortalité contre une foutue humanité, pas sans elle…Tu veux retrouver Jake, tu veux qu’il t’aide comme il l’a fait autrefois, il est ton dernier espoir, ta dernière lueur d’espérance, ta dernière étincelle.

Et ils entrent, te reprenne en chaîne comme l’animal que tu es. Indications de te tenir tranquille, tu grognes avant de recevoir un coup de jus bien placer. Ils te traînent vers un endroit inconnu, vers cette cellule non loin de la tienne. Ils parlent, ils ricanent, ils semblent tellement sûr d’eux, tellement fiers de leur coup. Toi, tu gardes le silence. Tu serres les dents, presque tenté d’enfoncer tes crocs dans le cou de ton bourreau, de lui arracher la carotide et de le regarder se vider de son sang. Oui, tu ne prendras même pas la peine de le boire, il doit avoir un gout dégelasse. Il te pousse, tu ne prêtes pas attention à la discussion, encore moins à la personne qui va partager ta cellule pour ce soir, pour demain. Tu ne comptes pas leurs donner satisfaction, tu ne comptes pas mettre sur la gueule du vampire. Non…tu refuses de te prêter à ce petit jeu complètement stupide, complètement méprisable. T’as jamais été un monstre, que du contraire. Toi, tu n’as jamais été un réel tueur, ton humanité a toujours été logée au creux de ton cœur. Du moins, jusqu’à ce qu’elle pousse son dernier soupire. Lorsque les portes se referment, tu grognes, serrant légèrement les poings en regardant le mur avec une attention trop particulière. Sur tes gardes, tu entends néanmoins une voix familière s’élever dans les airs, résonnant contre les parois malsaines de votre prison. « Skyler ? » Tu murmures, ton regard se tournant vers cet homme blond que tu connais que trop bien. Opposé de ton mentor, tu es surpris de le voir ici et, tu crains déjà de savoir Jake dans une cellule voisine. Tu l’observes, il semble mal, terriblement mal. Tu fronces les sourcils, tu l’écoutes, te tournant vers lui.

« Ils m’ont choppés dans un moment de faiblesse…Je suppose que c’est pareil pour toi. Où est Jake ? » Directement, c’est la première chose qui te vient à l’esprit. Tu n’as jamais aimé son créateur comme lui l’a aimé, non, mais tel un père, il t’avait tout appris. Grâce à lui, tu avais réussi à aimer, à garder les pieds sur terre. Oui, tu lui devais tellement de choses, sans lui, tu aurais sans doute fini en monstre. Tu n’approches pas, tu restes près du mur. Jamais bien proche de Skyler, l’animosité n’était néanmoins pas de rigueur. Pas que tu ne l’aimes pas, néanmoins, tu n’avais jamais été fort sociable de nature. Alors oui, tu l’avais souvent croisé en compagnie de Jake, mais les paroles ont été rarement échangées. Pas que tu n’en avais rien à foutre de lui, mais Skyler n’avait jamais eu d’importance dans ta vie contrairement à son créateur. Parfois, tu l’avais envié. Toi, ton créateur avait fini par t’abandonner, par te laisser tomber. Lassé de son jouet, tu avais fini seul et paumé. Sky, lui, avait eu la chance d’avoir Jake à ses côtés, d’avoir connu l’amour de son opposé. Alors oui, au final, tu l’envies pour ça bien que, clairement, Jake t’avait autant aimé que Sky bien que d’une façon très différente. Tu avais été son fils, son apprenti, son ami. « Sky ? » Devant sa réponse tardive, tu insistes. Tu veux savoir, tu veux savoir où il est. Et pourtant, quand tu le vois te regarder, tu sais déjà…Son regard brisé, sa façon de t’observer, de se perdre. Cette flamme éteinte, brisée, tu reconnais les signes, tu les as toi-même actuellement. Tu vacilles, ton dos heurtant le mur brusquement, lèvres légèrement entrouvertes. Si Skyler avait le droit de souffrir, toi également. Tu étais en train de tout perdre…

« Pas lui…pas lui aussi… » Que tu murmures, comme pris d’une folie passagère. Tu te laisses glisser contre les parois, tes fesses se posant l’espace d’une seconde contre le sol. Puis, avec rapidité, tu te relèves et tu fonces dans la porte. Ton épaule percute celle-ci, s’y explose. Les os craquent, la douleur te transpercent. « JE VAIS TOUS VOUS MASSACRER. »Ta voix vibre sous la colère, plus un grondement qu’un cri, plus animal que vampire.


   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
LIVE LIKE LEGENDS
avatar
Skyler C. Riodàn
❝ LIVE LIKE LEGENDS ❞
J'ai rédigé autant de missives : 101 Livres en banque : 669 Localisation : Dans ton cul, deuxième porte à gauche.
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 14 Juin - 21:48.
a door into the dark
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. JUPITER WHEELER


Voir Jupiter est pour toi un échec, tu étais persuadé de ne jamais le voir entre ces murs, car bien que tu ne lui aies jamais vraiment parlé, il ne mérite pas une telle chose et ça tu le sais. Jake parlait assez souvent de son protégé. Si toi tu vivais une histoire d’amour avec lui, lui était bien plus vieux que tu ne le serais sans doute jamais. Un vieillard dans un corps de jeune, figé à l’âge de vingt-huit ans, du moins c’était l’âge que tu lui avais toujours donné en riant et flattant ses traits. Mais aujourd’hui Jake n’est plus et tu ignores seulement si Jupiter est au courant de ce qu’une des membres de la CAA a osé appeler devant toi, un accident. Au moment où tu le reconnais, il fixe le mur en face de lui et ne se retourne qu’en entendant le son de ta voix. Sans que tu ne puisses rien y faire ta question s’est déjà échappée de tes lèvres et tu la réprimes aussitôt, lui laissant sous-entendre qu’il n’a pas besoin de répondre car c’est… Idiot, en soi. Ce n’est qu’au moment où la propre question du vampire fuse dans les airs que tu te crispes en baissant les yeux. Où est Jake ? Figé, tu gardes les pieds rivés au sol, assis sur ton lit de fortune, maigre consolation d’un confort qui n’en est pas un. Tu ne réponds pas, incapable de voir un son sortir de ta propre gorge. Mentionner ton opposé c’est… Te tuer à petit feu, littéralement. Le vide se remémore à ton corps et tes entrailles, comprimerait l’air de tes poumons si tu avais encore besoin de respirer. C’est à peine si les larmes ne te montent pas instantanément aux yeux. Sky ? Tu déglutis et te figes davantage, osant finalement lever tes prunelles vers lui mais ton regard veut tout dire. Jake ne reviendra pas, et ça te tue, te ronge de l’intérieur comme jamais. C’est bien pire que la mort elle-même. Soudainement tu as l’impression d’étouffer.

Jupiter réagit mal, car comme toi il souffre, pas à la même échelle mais il souffre, et tu ne sais pas que sa petite amie est décédée elle aussi. Il a perdu bien plus que Jake suite à cette maudite révélation. Pas lui… Pas lui aussi… Ses mots sont soudainement comme des pierres dans ton cœur et tu prends une inspiration par réflexe qui ne te sert pourtant à rien. Tu l’observes en silence glisser le long du mur pour finir assis par terre mais il n’y reste pas longtemps. Toi tu balaies déjà une larme qui est venue s’effondrer sur ta joue et tu sursautes, car en un éclair le protégé de ton opposé se met à cogner contre la porte à grand coups d’épaules. Même leur force vampirique à deux ne suffirait pas à venir à bout du blindage métallique. Les os craquent et tu grimaces. « Jup’ ! » que tu appelles en te redressant sur tes deux jambes. La cellule est petite, il ne te suffit que de deux pas pour le rejoindre et tenter de l’empêcher de se faire mal, quand bien même vous guérissez. Mais il gronde, grogne et s’insurge l’air aussi dangereux qu’un animal. Tu fronces les sourcils en galérant à le tirer loin de la porte. « Tu vas te faire mal arrête ! » que tu beugles en grognant et décidant de le contourner pour venir te positionner entre lui et la porte. Tu le repousses de toutes tes forces, l’effort rendant ton contrôle sur tes canines caduc et c’est donc tous crocs dehors que tu grognes et le repousses. « Arrête ! ». Tu le pousses vers la fond de ta cellule, le plus loin possible de la porte mais c’est une lutte de tous les instants, alors tu décides de faire ce que tu n’aurais jamais fait auparavant, et que tu n’as pour ainsi dire jamais fait. Tu stoppes la pression de tes bras tendus sur ses épaules et tu profites de l’élan du vampire pour le récupérer dans tes bras. Tu l’enserres, mâchoire crispée et cœur ouvert, lourd de douleur et amer.

« Ca ne le ramènera pas. » que tu lâches ensuite d’une petite voix en le serrant contre toi, seule solution trouvée sous la panique de le voir s’autodétruire. « Ca ne le ramènera pas… Il ne voudrait pas que tu te fasses mal comme ça. ». S’il le faut tu hausses un peu plus le ton mais ne le regarde pas dans les yeux, incapable de le faire. La souffrance est trop dure, viscérale. Tu manques d’air alors que tu n’as pas besoin de respirer pour vivre, mais tu es jeune et laissé tout seul en ce monde pourri qui ne veut pas de vous. Tu as perdu ton créateur et ton opposé, l’âme qui faisait écho à la tienne. La douleur de Jupiter tu la mesures, elle est similaire à la tienne, peut-être pas avec exactitude mais elle se rapproche de ce que tu ressens. « On trouvera le bon moment pour le venger, je te le promets tu auras ta part. Mais je t’en prie arrête ! ». Car sa souffrance fait écho à la tienne et tu meurs, jambes flageollantes, toi qui avais cette image de vampire et d’homme que rien ne pouvait abattre. Toi qui étais capable de renverser la tendance d’un sourire, voilà que tu n’es plus que l’ombre de toi-même et le voir ainsi te rends fou, te fais réaliser un peu plus que le creux vivace de ton estomac n’est rien d’autre qu’une vérité éhontée. Jake est bel et bien mort et il ne reviendra jamais.

En sentant tes jambes cédées tu t’écartes de lui avec rapidité pour venir te rasseoir sur le lit. Tu ne veux pas montrer de faiblesse quelconque car ce n’est pas qui tu es. Pas ici. Ici pour eux tu es le diable en personne, pas que, tu sais pertinemment que d’autres sont dans la même optique que toi, mais c’est véridique. Ici tu ne dois rien leur montrer de tes peurs et ta tristesse. Elle est aussi immense qu’un puit sans fond, cette tristesse. Passant une main dans tes cheveux blonds que tu balayes en arrière, tu serres les dents, ayant repris le contrôle sur tes canines et tes deux billes se reposent sur le brun. « Je n’ai pas pu le protéger… Je suis désolé… ». Et tu ne la retiens finalement pas la fine perle d’eau salée.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my fangs
avatar
Jupiter Wheeler
❝ Too sexy for my fangs ❞
J'ai rédigé autant de missives : 10 Livres en banque : 325
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 15 Juin - 13:27.
a door into the dark
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. JUPITER WHEELER

   
   Tu sens la douleur, doucement mais sûrement, s’insinuer en toi. Lorsqu’il lève ce regard vide, ce regard mort, tu comprends. Oui, tu comprends que Jake ne reviendra pas, qu’il n’est plus. Ce regard, tu sais ce qu’il veut dire, tu l’as toi-même dans tes prunelles vertes. L’amour est une chose de merveilleuse, mais également de brutale, de douloureuse. Alors, tu t’écroules, tu sens tes entrailles chauffer, brûler, se torde. Pas lui. Pas lui. Non, pas lui. Que vas-tu devenir ? Toi qui, une fois de plus, te sens littéralement abandonné. Toi qui est de nouveau seul, à la merci de cette cellule, du soleil, de la mort en elle-même. Tu aimerais hurler, tu aimerais pleurer. Oui, tu aimerais supplier une foutue divinité de te rendre les gens que tu aimes. Qu’as-tu fait pour mériter un tel sort ? Depuis bien longtemps l’air ne remplit plus tes poumons, pourtant, tu as l’impression de suffoquer, d’étouffer. L’espace d’après, tu fonces dans cette porte blindée. Les os craquent, qu’importe, la douleur n’est qu’éphémère et devenue bien trop présente. Elle n’est rien, absolument rien face à ce que tu éprouves à l’heure actuelle. Tu frappes, tu grondes. Animal en cage, tu entends à peine Skyler te parler, te tirer. Crocs sortis, tu te débats comme un monstre, incapable de te débattre. « Vous m’entendez ! Je vais vous tuer, tous autant que vous êtes ! Vous allez tous crever. » Cœur meurtri, cœur brisé par trop de pertes. Non, tu ne peux plus garder ton calme, tu ne peux plus garder tes émotions enfermées. Bordel, tu as besoin de respirer, tu as besoin de t’évader. Tu veux qu’on te rendre ceux que t’as aimé, tu veux qu’ils reviennent, tu ne veux pas être seul. Il te tire, se positionne devant toi alors que tu charges de nouveau.

Il te pousse, crocs sortis, tu le regarde furieusement, les poings serrés. « Sky ! » Que tu cries, comme pour l’intimer de se bouger de là. Ton épaule te fait souffrir, mais dès lors, tu sais que ta guérison va opérer. Il te pousse vers le fond de la cellule et tu te retiens. Oui, tu te retiens de lui en coller une. Tu ne le feras pas, par respect pour Jake, parce qu’il ne t’a rien fait. Ton dos heurte les parois glacées, tu fixes la porte avec détermination, tes crocs toujours sortis à cause de tes émotions ravageuses. Et là, ses bras t’entourent, s’enroulent autour de toi. Et là, ton corps se crispe, ton corps cherche à se défendre l’espace de quelques secondes précieuses avant de stopper tes mouvements. Ça ne le ramènera pas. « Il est parti…ils sont tous partis…y a plus personne… » Que tu murmures contre son épaule, tes dents retrouvant leur aspect normal. Et tu t’accroches, oui, tu t’accroches à lui pour ne pas flancher, pour ne pas tomber. Tu retiens tes larmes, tu retiens cette boule qui menace d’exploser au fond de ta gorge. Tes paupières se ferment, tu tentes de te les remémorer…oui, ces instants passés en sa compagnie, en leur compagnie. La première fois que tu lui as présenté, la première fois où il t’a dit qu’aimer te sauvera…Te venger…Ton moment viendra, mais seras-tu capable d’attendre, de programmer tout ça alors que t’es littéralement en train de crever ? Arriveras-tu à rester debout ? A marcher droit devant toi alors que, tel une abomination, tu te retrouves enfermer entre quatre murs. Tu ne dis rien, incapable de parler, incapable d’ouvrir la bouche. Il s’éloigne, tu sais pourquoi, tu l’as senti vibrer, trembler. Il a beau vouloir se cacher, ton « ancienneté » fait que certaines choses ne t’échappent pas.

Et tu restes là, immobile alors qu’il prend place sur le lit. Tu ne bouges pas, tel un mort, une statue de sel. Tu regardes droit devant toi, tu regardes cette porte alors que la douleur de ton épaule se fait à peine sentir. Ses mots te parviennent à peine, comme un désespoir profond, tu fini après quelques secondes interminables par le regarder. Et elle coule, cette fine perle salée de son regard si différent. « On a tous échoués…J’ai pas pu la protéger non plus. » Que tu dis d’une voix vide, complètement terne. Tu ne pleures pas, non, tu te retiens. Tes larmes ont trop souvent coulées, tu n’es plus sûr de pouvoir un jour de nouveau voir de l’eau ruisseler le long de tes joues. Et tu tombes, assis sur sol froid. Oui, tu tombes, parce que tu n’as pas la force de bouger, de te traîner jusqu’à l’opposé de ton mentor. Tu n’as même pas la force de le regarder, alors, tu restes là, complètement immobile. Tu ne diras rien, plus rien. La rage te consume, la peine te ravage, les souvenirs te lacères les entrailles. Tu fronces doucement les sourcils, comme perdu, comme vidé de tout ce qui t’es vital. Ton humanité, doucement, elle s’évapore, elle quitte ton âme. Tout ce qu’il a tenté de préserver, tout ce qu’il voulait que tu gardes, tu le laisses s’échapper, s’envoler. Tu n’en veux plus…Si ils veulent que tu devienne un monstre et bien, soit, tu deviendras un monstre. Tu seras le cauchemar de tes adversaires, tu seras le plus sanguinaire possible. Ils payeront dans des flaques de sang, dans un océan écarlate de douleurs et de cris. Oui, doucement, un sourire mauvais prend place sur tes lèvres. Sourire en coin qui ne présage rien de bon. Folie qui s’empare de ton esprit brisé, emprisonné.



   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
LIVE LIKE LEGENDS
avatar
Skyler C. Riodàn
❝ LIVE LIKE LEGENDS ❞
J'ai rédigé autant de missives : 101 Livres en banque : 669 Localisation : Dans ton cul, deuxième porte à gauche.
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 18 Juin - 16:46.
a door into the dark
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. JUPITER WHEELER


Tu ne pensais pas le voir ici, jamais, et ça te brise le coeur d’avoir dû être celui qui annonce une mauvaise nouvelle. Sa réaction de violence ne t’étonne pas outre mesure, tu as les mêmes. Tu n’es plus qu’une boule de nerfs prête à exploser à chaque instant, vide et dénué de sens sans ton opposé. Sans Jake tu n’es plus rien, c’est ce que tu ressens au fond de tes tripes, et tout ce qui compte alors, c’est de leur faire payer leur affront. Leur ignoble affront. Ca t’attire des ennuis, cette attitude. Oh que oui ça t’en attire énormément mais tu n’en as que faire, de toute évidence ils te feront passer le Rituel tôt ou tard. Mais tu comptes bien les faire chier. Rendre leur vie impossible à tous ces fils de putains qui ont osé assassiner l’être cher et ton créateur sous tes yeux, te laissant seul et autant abandonné que Jupiter qui te fait face, se blesse et s’insurge contre cette maudite porte blindée qui ne sourcille même pas face à votre force. En un éclair tu viens te positionner entre lui et la porte pour l’empêcher de se faire mal. Tu le pousses et le repousses au fond de la pièce pour le maintenir éloigné. Il beugle ton nom, crocs dehors à l’image des tiens que tu ne retiens pas et tu grognes en le repoussant de plus belle, lui révélant que ça ne le fera pas revenir. Quoi que vous fassiez, rien ne le fera revenir, tu le sais, car tu l’as senti. Quand il est mort ton corps s’est déchiré en deux et cela n’avait rien d’une impression ou d’une folie de ton cœur. Non. C’était bien plus que cela, les opposés sont liés par leurs âmes, lorsque l’un des deux meurt, le vide est atroce, la douleur est intenable. C’est comme ça qu’ils t’ont eu, c’est comme ça qu’ils t’ont chopé alors que dans d’autres circonstances tu aurais probablement pu leur échapper.

La force n’y faisant rien contre un vampire bien plus âgé que toi, tu finis par relâcher la pression sur ses épaules et dans sa charge c’est entre tes bras qu’il s’effondre. Tu le serres, seule réaction que tu es parvenu à trouver pour l’empêcher de se ruer davantage sur cette maudite porte. La douleur au creux de ton âme redevient insupportable au moment où tu le sens te rendre l’accolade. Si ton cœur pouvait battre, il pomperait comme jamais au creux de ta poitrine souffreteuse. Il te serre, tu le serres, sensation que tu ne connais plus depuis des mois. Tu ne sais plus ce que c’est, ni ce que ça fait. Alors tu t’accroches, mais tu vas sombrer, tes larmes menacent et tu finis par t’écarter, sans doute un peu trop brusquement. Tu viens reprendre ta place sur ce lit d’infortune et tu déglutis, nerveux, anxieux, véritable boule de nerfs tel un lion en cage. Tu ne le regardes plus, incapable de voir sa souffrance en face, incapable de bien des choses à ce moment précis. Il y a bien des choses dont tu aurais besoin mais le fait est que tu ne sais pas ce que tu dois ou non ressentir. Le vide d’un opposé a des symptômes physiques et psychologiques bien réels. Tu es sûrement devenu fou depuis la mort de Jake. Parti. Il ne reviendra pas. Ta gorge se serre et tu réprimes un sanglot, sans parvenir toutefois à retenir une larme de couler le long de ta joue alors que tu t’excuses auprès de Jupiter. Tu n’as pas pu le protéger, couteau qui remue sans cesse dans la plaie béante qu’est devenu ton cœur et tu fermes les yeux, crispant la mâchoire. Je n’ai pas pu la protéger non plus. A ces mots, tu fronces les sourcils, incrédule, ne comprenant pas. Tu comprends alors l’atrocité de ce qu’il voulait dire par tous partis. Comment diable est-ce arrivé ? Ils l’ont tuée aussi ? Sa bien-aimée ? C’est la nausée qui prend subitement possession de ton corps tandis que tes prunelles différentes se posent sur sa silhouette assise au sol contre le mur, comme si tout le poids du monde venait de s’échouer sur ses épaules.

« Je suis désolé. » que tu lâches une dernière fois, comme ankylosé par tout ça. Lentement tu recules sur le lit pour que ton dos prenne appui sur le mur et tu replies tes jambes contre toi, les enroulant de tes bras. Un long soupir s’échappe de tes lèvres et tu redeviens muet.

Les minutes s’enchainent ainsi et la nuit avance dans le silence de votre cellule partagée. De force. Au bout d’un moment, tu finis par décider de te rallonger, bien plus fatigué que tu ne le devrais, contrecoup des émotions ressenties. Dès lors que tu songes à ton opposé, tu perds toute énergie, ça n’arrive pas souvent, mais de temps en temps. C’est chimique et physique. Prenant place, tu fais face au mur et te serres au plus près de celui-ci, laissant de la place à Jupiter s’il en a envie. Tu ne sais pas quoi lui dire, tu n’as jamais vraiment été doué avec les mots. Enfin… Avant si, mais plus aujourd’hui. Cela fait bien longtemps que tu as perdu tes sourires sincères.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my fangs
avatar
Jupiter Wheeler
❝ Too sexy for my fangs ❞
J'ai rédigé autant de missives : 10 Livres en banque : 325
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 18 Juin - 19:12.
a door into the dark
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. JUPITER WHEELER

   
   TL’amour est assassin, brutale, difficile à gérer. Pourtant, tu sais également que c’est une lumière dans l’obscurité, une douce caresse lorsque tu te croyais seul…Il te suffisait de penser à elle, à son visage pour que ton monde te semble moins sombre, moins difficile à gérer. Mais à présent, qu’étais-tu censé faire ? A présent, où devais-tu aller, quel chemin devais-tu emprunter ? La question semble irrémédiablement sans réponse. Alors oui, tu t’énerve, tu t’effondre, tu sombre. Tu ne sais rien plus faire d’autre. Tu avais besoin d’elle, tu as encore besoin d’elle. Elle était ton armure, elle était celle qui pensaient tes blessures d’immortels. Doucement, tu entends les paroles de Skyler et tu hausses les épaules, incrédule. Statue de pierre, tu ajoutes froidement. « Tu n’as pas à l’être. » Non, ce n’est pas de sa faute si elle était morte, il la connaissait à peine. Si, il t’avait vu avec elle…Il avait vu tes sourires lorsque ton regard se posait sur sa silhouette. Ou encore, la douceur de tes gestes face à cette fragile femme qu’elle était. Cet amour, il le connaissait en plus fort, mais pour toi, c’était déjà immense comme sentiment. Alors, tu soupires de nouveau, posant l’arrière de ton crâne contre le mur de pierre. Et tu restes là, immobile, alors qu’il se couche te laissant clairement la place pour le rejoindre. Tu hésites, l’observant quelques instants. Les minutes s’écoulent, s’évaporent dans l’air alors que tu ne bouges pas. Tu n’oses pas. Là se trouve l’opposé de ton mentor, te trouver dans le même lit que lui te semble…étrange. Néanmoins, après une bonne heure d’hésitation, tu finis par te redresser. Le mur n’est pas confortable et tu as besoin de t’allonger, de te reposer. Le lit sera bien plus confortable et, au fond, tu sais que Sky a besoin de toi, de soutiens.

Alors tu approches, doucement, calmement. Le lit est petit, mais mit de profil vous allez tenir dedans. Si les gardes voyaient ça, ils pesteraient. Leur plan avait clairement échoué et rien que ça, c’est une foutue victoire à tes yeux. Finissant par te coucher à ses côtés, tu le sens raide comme un piquet. Il souffre, tu le sais, tu le vois et tu te mords péniblement la lèvre. Jake aurait aimé que tu fasses quelque chose, que tu le rassures, que tu l’aides à ne pas plier devant la souffrance accumulée. Alors, tu ne trouves rien de mieux à faire que te rapprocher, te coller à lui, littéralement. Torse contre son dos, tu n’avais plus eu de contact masculin de la sorte depuis des années. Ton bras glisse sous le sien et tu le serres contre toi, positionnant ta tête dans sa nuque. « Tes mots sont aussi dirigé pour toi…Il ne voudrait pas ça. » Que tu murmures, la voix brisée, la gorge serrée alors que ton souffle glisse dans sa nuque, venant retrouver la tienne. Retour à l’envoyeur qui te fait frissonner. Tu fermes les yeux, cherchant à penser à autre chose. La peine peut-être source de rapprochement, tu le sais, mais tu ne peux aisément pas l’envisager. Tu n’irais pas jusqu’à sauter sur l’homme qu’il a aimé, pas sans te dire que tu franchirais une limite malsaine. Puis, sérieusement, Skyler n’avait jamais eu un regard pour toi, comme toi pour lui. Bien trop occupés avec les personnes que vous aimiez…Mais là, vous êtes seuls, vous êtes anéantis et vos esprits tournent un peu n’importe comment. « ça ne le ramènera pas…mais tu ne seras pas seul…je te le promet. » Oui, tu seras là, tu n’iras nulle part.

Promesse ultime dite dans un murmure, comme un secret à ne jamais dévoiler. Tu ne le laisseras pas seul, tu seras là pour lui si nécessaire, tu le lui dois, tu le dois à Jake. Tu en es sûr, il te l’aurait demandé si il en avait eu l’occasion…Oui, il t’aurait demandé de veiller sur l’être aimé, alors, c’est ce que tu vas faire. Tu soupires légèrement dans sa nuque, gardant ton corps lové contre le sien, lui procurant un peu de ta présence autant qu’il te procure de la sienne…


   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

A door into the dark ☾ (skyter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Ribcage :: Aberrations District-