AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Promo de fin d'été ♥
Adopte un For My Sake et gagne 100 points à l'inscription I love you
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥

Partagez | .
 

 Ain't Supposed to Rain || ft Clara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
In Cauda Venenum
avatar
Éris Livingstone
❝ In Cauda Venenum ❞
J'ai rédigé autant de missives : 155 Livres en banque : 1571
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 7 Juin - 10:05.
     

we'll never be the same

❝Well here we are I chose this way But we'll never be the same Ran out the doors of my happy home To find my soul lost years ago Oh, but I don't know why I feel this way Walked through the door to my home again To find the shoes of another man Well I can't change the choices I've made And I sure can't stop the rain❞


J'aurais pu tout t'offrir, laisser le monde renaître en mon sein pour avoir la chance de te faire de nouveau sourire. J'aurais pu te voir vieillir, bâtir ta vie et enfin à tes côtés tout reconstruire. J'aurais pu te chérir, te bercer en mes bras et dissiper toutes ces ombres qui t'ont tant fait souffrir. J'aurais pu tout t'offrir, oui, tout t'offrir, seulement, j'ai laissé la mort te flétrir et à jamais en mon esprit, c'est le râle de ton dernier soupire que j'entends lorsque je ferme les yeux au travers de la nuit qui ne cesse de me hanter lorsque surgit des méandres ténébreux ton radieux souvenir. Lumière en l'obscure qui ne fait que me nourrir, tu es cette bonté que je ne sais plus saisir, cette sérénité après laquelle inlassablement je ne fais que courir en redoutant encore et toujours le pire. Ils ne savent pas ce que c'est que de te perdre. Ils ne savent pas qu'autrefois, moi aussi j'appartenais au ciel dans toute sa superbe. Ils ne savent pas, alors ils imaginent, ouvrent les yeux et avant qu'ils n'aient pu compter jusqu'à trois, en un soupire ainsi me voilà, gamine insolente ou monstre à la rage éclatante dansant sous leur regard qui se reflète en mon cœur bien las. Mais comment leur en vouloir? Ils ne sont que le miroir de ce que je laisse au monde entrevoir depuis que tu t'en es allée seule dans le noir et que je suis devenue l'image parfaite de tout ce qui t'écœure en ce monde dès lors que sonne pour nous la venue du soir. J'aurais dû t'accompagner, me glisser en tes pas pour te protéger, devenir ce bouclier qui nullement n'aurait dû vaciller, demeurer ce glaive qui n'aurait jamais du te briser. Seulement c'est moi qui t'aies plongé en ces ténèbres qui t'ont toujours effrayées, te fermant les yeux et te privant de cette lumière qui t'a de tout temps émerveillé. Mais qu'est-ce que le temps lorsqu'il existe toute une éternité pour errer, te pleurer et me faire regretter de n'avoir jamais été que l'obscure qui t'a toujours en les profondeurs tiré ? Inutile de rêver, nous le savons toutes les deux qu'il nous faut pour exister demeurer séparée. Immortelles veillant continuellement en cette vie sans sommeil, mes deux implacables sentinelles te scrutent depuis l'autre rive bouillonnante qui inlassablement t'appelle, tandis que tu m'observes, l'œil tranquille, depuis le mont de tes merveilles. Je suis le Styx et toi l'Élysée, voués à constamment se contempler sans jamais de nouveau se rencontrer. C'est ainsi que les deux jumelles furent nées.

J'aurais pu tout t'offrir, laisser l'univers de ces mille feux t'éblouir, te donner toutes ces chances que je n'ai fait que démolir. J'aurais pu nous unir au lieu de nous détruire, lâche qui n'a fait que fuir, en la mort je t'ai cherché là où en la vie j'aurais dû te ressentir. J'aurais pu, j'aurais dû. Si tu savais… Aujourd'hui encore, je pourrais tout offrir pour te revoir sourire, t'entendre rire, te laisser vivre ailleurs qu'au travers d'un souvenir que ma mémoire un jour va ternir et progressivement, au fil des années assombrir. Tel un film que je ne pourrais sauver, sans le moindre contrôle, je te verrais derrière mes paupières t'éclipser. Alors je continue à me punir, à défaire ce qui a pu nous désunir, à courir en les griffes de la nuit après ces créatures que depuis ta mort, je n'ai fait que maudire, car secrètement, oui, secrètement, je rêve qu'un jour elles puissent rendre justice à ton sang martyre. Bientôt ma sœur, bientôt nous nous rêverons et dès lors, jamais plus nous ne souffrirons. Mais en attendant, en ton nom je débute notre révolution, t'arrachant du tombeau de ma dévotion afin de te préserver de la sombre vérité qui en ce monde ne réclame que fléau et désolation. Le cœur lourd de l'antique rébellion, je franchis les portes de l'antre militaire en lequel je viens en parfaite soumission. Détaillant les visages qui défilent me lassent et, intérieurement m'horripilent, machinalement j'avance et me rends jusqu'en l'aile que l'on me désigne, paquetage militaire sous le bras puis vois celle pour qui je dois me faire docile. Sérieusement? C'est elle qui est censée me rendre plus redoutable qu'une fusion entre le terminator aux bras d'acier et un wolverine bien énervé? J'hausse un sourcil, septique, les bottes noires qu'on m'a confié demeurant toujours en ma main gauche tandis que, me reprenant, je finis par briser la glace et t’interpeller :

- Miss Sedwick? Éris Lívia Livingstone, je suis ce qui semblerait être votre nouvelle recrue, enchantée.

Je sais que je ne suis que l'énième de tes pantins qui devra au rythme de tes caprices s'articuler, mais qu'importe ce que tu peux bien me demander, pour atteindre mon objectif, je m'exécuterais sans rechigner :

- Je pense que tout a été consigné dans mon dossier mais, si vous avez des questions, je suis toute disposée à vous éclairer, cas contraire, je reste dans l'attente de vos directives.

Et il me fatigue, ce sourire que je suis obligée de maintenir, ce glaive qui me brûle la main et que ma haine me force à brandir. Je ne t'ai pas vu vieillir, ni vivre, ni sourire. Je n'ai pu ni te chérir, ni te secourir mais seulement te laisser mourir, alors au diable mon déplaisir, la boue en laquelle l'on me traînera à loisir, je ne reculerais pas, car je sais qu'en d'autres circonstances, j'aurais pu tout t'offrir. Oui. J'aurais pu tout t'offrir.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Angel for the cause
avatar
Clara F. Sedwick
❝ Angel for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 287 Livres en banque : 1965
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 8 Juin - 12:01.
Ces années passées à ruminer en silence ou ouvertement sur l’incompétence et la mauvaise foi de ses collaborateurs étaient terminées. Clara avait rejoins l’ordre et le dévouement rassurants, sinon satisfaisants, d’un corps proche de l’armée et s’y complaisait comme un chat lové dans un rayon de soleil. Personne ne pourrait la contredire : Clara avait bien mené sa barque pour en arriver là. Elle n’irait pas jusqu’à dire qu’elle regrettait le temps qu’elle avait passé à Réversa, d’autant qu’il payait aujourd’hui, mais elle n’était vraiment pas mécontente d’abandonner les administratifs et les professeurs de feu la grande université de la ville du Surnaturel. Cependant, elle préférait mille fois l’efficacité des membres du CAA, unis par une cause commune qui ne lui donnaient pas l’impression de se battre contre le vent, de s’épuiser à faire du sur-place… tout ça juste pour se prendre un vieux journal imbibé d’eau de pluie dans la tête pour toute récompense de ses efforts.

Autant dire, ce que c’était un changement délicieux. Allait-elle réussir à s’habituer à ce que les gens fassent ce qu’elle leur demandait sans avoir ni à batailler ni à argumenter ? Au sentiment d’ordre qui régnait dans les quartiers militaires ? Peut-être. Sûrement, même. Et elle espérait que la chance ne tourne pas pour elle parce qu’elle risquait vraiment de pleurer de désespoir le jour où elle aurait de nouveau à affronter les gens du monde « normal ».

En attendant, l’effervescence de la Révélation n’était pas encore complètement retombée mais la rousse pouvait sentir que le véritable travail ne faisait que commencer. Le Gouvernement avait arrêté un certain nombre d’Aberrations mais tous n’avaient pas rejoins le Ribcage. Ils se cachaient en ville, comme des cafards, comme les Nuisibles qu’ils étaient, parfaitement insensibles au danger qu’ils faisaient courir sur les habitants de Bristol et même du reste du monde, pour ceux qui avaient mis le plus de distance possible entre eux et l’ancienne Réversa. Pourtant, loin de l’inquiéter, ce fait la réjouissait au plus haut point : elle avait du travail et c’était tout ce qui comptait. Clara avait attendu ce moment comme un gamin attend Noël. En d’autres termes, la fête était arrivée et la rousse se payait un trip au pays des merveilles.

Un petit bruit la fit sortir du dossier qu’elle était en train de lire. L’Ange leva les yeux pour voir une jeune femme introduite dans la clarté douillette de l’extension professionnelle de son chez-soi. Clara la reconnut aussitôt pour avoir vu son visage dans un autre dossier qui trônait sur le dessus d’une pile tirée au cordeau sur un coin de son bureau. La rousse se renfrogna imperceptiblement en posant les yeux sur la silhouette perplexe postée là et replongea aussitôt dans sa lecture. Malheureusement, la Révélation n’avait pas totalement éliminé tous les privilèges qui avaient pourtant montré leurs limites de l’ancien temps. La brune qui semblait ne pas savoir quoi faire de ses dix doigts était une ancienne aristocrate, une joyeuse petite caste privilégiée et choyée qui s’était crue au-dessus de tout, capable de contenir un problème qu’elle n’avait fait qu’envenimer. Manœuvre politique ou véritable vocation subite, Clara n’aurait pu dire ce qui avait poussé cette jeune femme à s’engager sur la voie du CAA. Ici, plus d’un s’y cassait les dents parce qu’ils n’étaient pas une auberge de jeunesse pour surexcités : ils partageaient une mission et étaient déterminés à employer des éléments capables et utiles. Du reste, la rousse se fichait éperdument de savoir d’où venait cette lubie de l’aristocrate déchue.

On était venu lui expliquer la situation quelques jours auparavant en lui faisant comprendre, à travers une délicate demande fleurie à laquelle il ne manquait que les pétales de roses et un soupçon de parfum pour être d’un lyrisme hypnotique, qu’elle n’aurait d’autre choix que de prendre cette gamine pour la former. Inutile de dire que malgré tout son lyrisme, cette demande lui était restée légèrement coincée entre la gorge. Un agacement profond qui s’accentua lorsque la jeune femme prit l’initiative de rompre le silence que l’Ange s’était fait un devoir d’entretenir en l’ignorant pour se présenter et dire ce qu’elle faisait là.

« Mh. »

Émit-elle avec la plus grande simplicité en tapotant sa bouche du doigt pour lui intimer le silence. Lever les yeux vers elle étant une perte de temps à ses yeux, elle prit celui dont elle avait besoin pour terminer la lecture de son dossier, le refermer avec une lenteur calculée et finalement le reposer avec les autres, parfaitement posé dans l’alignement des autres avant de considérer la jeune femme plantée de l’autre côté de son bureau.

« Mlle Livingstone. »

Son ton affable était à l’opposé de ce qu’elle ressentait pour elle. La rousse croisa les doigts sous son menton en la jaugeant d’un regard acéré. Clara avait vraiment du mal à croire qu’elle allait pouvoir tirer quoi que ce soit de cette fille engoncée dans une tenue stricte avec son paquetage sous le bras. Elle aurait volontiers parié que la brune s’envolerait dans les airs au premier coup de vent. Bon peut-être le deuxième seulement, puisqu’elle avait son paquetage pour l’ancrer temporairement dans le sol. L’Ange comprenait parfaitement que son intérêt était de faire plaisir à celui qui la lui avait collée dans les jambes pour pouvoir en tirer une faveur plus tard mais tout ce qu’elle évaluait pour l’instant était le temps qu’elle allait perdre avec elle.

« Bienvenue au CAA. J’avoue avoir du mal à comprendre vos motivations à rejoindre nos rangs. Vous êtes ici à des années lumières du train de vie que vous deviez mener à Réversa. »

Elle n’avait fait aucun signe pour l’inviter à s’assoir dans le fauteuil en face de son bureau. La voir plantée là, elle, enfant dorée de la ville qui se tenait là où il ne restait aujourd’hui que des cendres fumantes, lui apportait une certaine satisfaction. Bon, on n’était quand même pas au niveau du Nirvana mais pas loin d’un bon massage des pieds.

« Si vous pouviez éclairer ma lanterne sur ce que vous êtes venue chercher ici... »

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
In Cauda Venenum
avatar
Éris Livingstone
❝ In Cauda Venenum ❞
J'ai rédigé autant de missives : 155 Livres en banque : 1571
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 21 Juin - 19:31.
     

we'll never be the same

❝Well here we are I chose this way But we'll never be the same Ran out the doors of my happy home To find my soul lost years ago Oh, but I don't know why I feel this way Walked through the door to my home again To find the shoes of another man Well I can't change the choices I've made And I sure can't stop the rain❞


- Paix, amour et licornes enchantées.

Inspire, expire. Serre les dents et surtout, n'oublie pas de continuer à sourire. Manipulatrice depuis aussi loin que la terre en son sein a pu me laisser pourrir, je ne lâche rien de cet air impassible qui va te faire chier à loisir. Ton air supérieur m'agace, tandis que mes sentinelles d'émeraudes se rivent en leurs jumelles qui à ton image, demeurent sans grand étonnement de glace. Tu n'es qu'une conne, mais une conne qui va me servira et ce, que tu le veuilles ou pas. Alors use de tous tes pouvoirs sur moi, attribue-moi les tâches les plus ingrates ou soporifiques qui soit si cela peut être d'un quelconque réconfort pour toi. Dénigre-moi. Juge-moi. Pense ce que tu veux de moi mais quoi qu'il en soit, de me former tu n'auras d'autres choix à moins que tu ne veuilles alourdir de quelques morts ta conscience que je perçois aussi rigide que toi et qui, en l'amertume de tes échecs déjà se noie si par ta faute, je viens sur le terrain à faire le moindre faux pas. Je ne cille pas et poursuis d'un ton clair tout en demeurant parfaitement droite face à toi :

- C'est la réponse que la majorité des personnes ici s'attendent à recevoir de moi. Sauf que, ce que je veux, bien que terriblement difficile à obtenir, est en réalité bien moins fantaisiste que ça et ne tient qu'en deux mots : Justice et Sécurité.

Je jette un coup d'œil en biais à la pile de dossier sur laquelle tu as redéposé le mien afin de te le désigner avant de reprendre :

- Il est rarement bon de juger un livre à la couverture que ce dernier peut présenter, les lignes utilisées pour combler les blancs que l'on ne sait nommer ne peuvent se substituer à celles qu'il possédait par le passé.

Je dirige une nouvelle fois mes iris de jades brûlant d'humanité en leurs semblables dénués de toute sensibilité. Et je te la dévoile, cette rage qui ne cesse de m'habiter depuis que vos monstres sont venus balafrés la vie que j'avais réussi à bâtir malgré l'ombre qui depuis qu'elle et moi étions née n'a jamais cessé de m'appeler. Elle n'éclate pas au travers d'une voix qui pourrait trembler, d'un corps qui subitement viendrait à vaciller, non, tu peux la contempler au travers de ces deux puits de ténèbres qui te font face et en lesquels je te fais à corps perdu plonger :

- Je n'ai jamais eu de véritables liens avec l'aristocratie Réversienne, puisque mes parents ont quitté la ville bien avant ma naissance. Mon éducation fut stricte comme celles des autres aristocrates, et mes parents ont toujours veillé à ce que je ne manque de rien cependant, ils me tenaient également loin des mondanités auxquelles était habituée la jeunesse dorée de Reversa. J'ai toujours travaillé pour me construire et obtenir ce que je veux. Il en a été de même lorsque je suis revenue en ville pour récupérer les titres qui me revenaient de droit. Oui j'ai eu du soutien, mais le reste ne s'est pas fait tout seul. J'ai dû faire ma place au milieu des loups. Alors pour vous répondre, non, mon train de vie n'a pas tant changé que ça.

Je ne bouge toujours pas, te laissant penser ce qu'il te plait de moi parce qu'en cet instant, tout ce qui compte véritablement, est cette vérité qui me brûle les doigts et que je ne fais qu'exhiber de la façon la plus simple qui soit, la laissant totalement nue face à toi :

- J'ai perdu ma sœur, tuée par des nocturnes révolutionnaires peu de temps après la chute de votre gouvernement corrompu. Avides, fous pour certains mais surtout aveugles, tous ceux faisant partie de la résistance se sont mis à crier vengeance. Mais ça, c'est une partie de l'histoire que vous devez connaître bien mieux que moi n'est-ce pas? Alors je suis venue à Reversa pour trouver des réponses et surtout, essayer de faire en sorte que l'horreur qui a frappé ma famille cette nuit là ne se répande pas davantage en ses murs ni même au-delà. Et c'est très exactement la même raison qui fait qu'aujourd'hui je me retrouve là, face à vous. Les nocturnes sont une menace qu'on ne peut ni ignorer ni oublier et je veux faire plus que simplement parlementer pour offrir au peuple ce que le Conseil n'a jamais pu lui donner, à savoir la sécurité qu'aucun gouvernement n'a pu assurer.

Tu penses être exempte de tout crime, être la force immaculée et l'autorité incarnée, mais comme moi tu n'es rien d'autre qu'une pièce rapporté d'un temps qu'aucun d'entre nous ne pourra jamais oublier. Alors pense ce que tu veux, continue de cracher sur tout ce que tu peux lire de moi ou que je peux bien te conter, hypocrite, tu ne vaux pas mieux que celle que tu penses pouvoir juger, sauf qu'il y a en ma possessions des clefs que tu ne pourras jamais posséder et que tu ne soupçonnes même pas d'exister.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Ain't Supposed to Rain || ft Clara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche de Rain Maniko
» Clara Deprez [Serdy]
» [Clara] Maîtresse, disciple et amie
» Clara Wurtz
» Clara Wrigth [Serdy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Ribcage :: Rite Center-