AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Ouverture du forum
WOD a ouvert ses portes ce 02/06 rock
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥

Partagez | .
 

 I'm on your side ♣ feat Skyler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 236 Livres en banque : 1227
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 7 Juin - 0:00.
I'm on your side

feat Skyler


Life isn't pretty we all get a little wrecked sometimes. If God's listening, people think you're out of your mind. Even if you believe it. Through all the hard times. I'm on your side. On your side. I'm on your side. On your side. On your side- The veronicas

Véritable poupée de glace. Mon sang se fige de ce poison insidieux. Mon âme trésaille et implose à chacun de mes pas. Je devine. Je redoute. Et j'avance. Parfaite poupée de givre. Visage de marbre, masque austère cachant les fêlures de ce carcan de Chair. Et chaque pas me mène un peu plus vers toi. Le tambour de la Peur se joue dans ma cage thoracique. Je devine. Je redoute ces traitements que l'on t'infliges. Et j'avance. Chaque pas, toujours plus, me mène vers toi. Ces instants où le temps se suspends. Ces instants où on cherche à savoir quand. Quand tout a basculé. Ces instants où se demande comment. Comment empêcher le Destin despotique de se jouer de nos Vies. Ces instants où le temps se suspends et où j'espère. Où je prie un Dieu inexistant. Pour toi. Et j'avance. Chaque pas, sans relâche, me mène vers toi.

La Nostalgie se joue dans ma tête. Elle m'afflige de son poids et s'impose dans mes souvenirs. Tes sourires goûtent la cendre. Tes rires sonnent la Mélancolie d'un moment bienheureux trépassé. Je lutte contre cette vague d'éternels tourments. Parfaite poupée de glace, je pénètres dans cette salle aseptisée d'humanité. Bien trop gardée pour des retrouvailles. Je prends place sur ce siège d'inconforts dans l'attente de te voir. Ma respiration se coupe. J'attends. Je devine. Je redoute... mais surtout, j'espère. Et je patiente. Je guette et surveille ta venue prochaine. Quelle vision de toi mes rétines vont imprimer? Quel souvenir de toi emporterais-je dans mon cœur? Quelle amertume ma langue gardera en bouche?   

Les souvenirs perdent de leur couleur. Par moment, ils se teintent de ce rouge. Le rouge des Violences. De ces incompréhensions. Mon devoir en dépit de notre amitié. Et pourtant, crois-moi bien, je suis de ton côté. Ton âme, je ne cesserais de vouloir la sauver de toi-même. De ce lourd fardeau qui t'écrase les épaules, je persisterais à vouloir te l'ôter. Car ton humanité retrouvée, tu t’élèvera au-dessus des cendres. Tel le Phénix, je veux te voir renaître. Retrouver tes sourires. Tes rires enchanteurs.

Et j'attends. Je devine. Je redoute... et j'espère. A travers ce visage austère se devine l'impatience. A travers mes prunelles se lit l'inquiétude. Mes mains moites trahissent la nervosité grandissante. Sans relâche, je guette. Je t'attends. Ces bruits de pas, à chaque secondes, te rapprochent un peu plus de moi. Ces bruits de pas, toujours plus, te rapproche de ta rédemption.



Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
LIVE LIKE LEGENDS
avatar
Skyler C. Riodàn
❝ LIVE LIKE LEGENDS ❞
J'ai rédigé autant de missives : 109 Livres en banque : 930 Localisation : Dans ton cul, deuxième porte à gauche.
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 7 Juin - 9:59.
turn back on me
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. IVY N. COLESON


Allongé sur ce lit d’infortune inconfortable, tes sens sont tous en éveils malgré la pénombre qui règne en maître en ces lieux. Tu n’as pas besoin de fenêtre pour savoir que le soleil s’est bel et bien couché depuis deux bonne heures maintenant. Comme à chaque fois. Quand vient poindre le bout du jour, c’est le tien qui commence. Bien plus noir, bien plus sombre et chaotique, dénué d’un charme certain. Les réveils sont de plus en plus difficiles depuis qu’il a disparu de ta vie et il te faut bien plusieurs minutes pour balayer toute trace de fatigue sur tes traits pâles, presque usés par le temps alors que tu es si jeune. Ce n’est plus qu’une Ombre qui se promène parmi les Aberrations de ce monde. La barre métallique ricoche après les barreaux qui se mettent à crépiter et tu grognes par instinct, tournant le dos à ce qui mène présentement au couloir. Encore heureux que tu sois mort sinon tu ne te gênerais pas pour leur offrir un superbe spectacle en te pavanant sur le trône de ta cellule personnelle. L’idée même de leur tête pourrait te faire sourire si tu n’étais pas de mauvaise humeur. Le gardien passe et tu ne lui jettes même pas un regard, balayant une mèche blonde en arrière qui était venue se coller à ton front. Comme à toutes les nuits, il s’attarde un instant devant ta chambre, tu reconnaîtrais son odeur poisseuse à des kilomètres à la ronde. Même si tu pouvais le vider de son sang, tu ne le ferais pas tellement il est répugnant. « Rien à dire aujourd’hui Riodàn ? » qu’il te demande, ne t’arrachant qu’un bref coup d’œil de côté. Pas besoin de te retourner complètement vers lui pour reconnaître sa gueule d’éternel satisfait. « La nuit ne fait que commencer. Tu me supplieras bientôt d’arrêter. ». Le ton est froid et sec, il est habitué et ne s’en formalisera pas, bien au contraire, tu t’attends à ce qu’il se mette à ricaner. C’est une vieille habitude qu’il a attrapé depuis maintenant plusieurs jours. Un bien drôle de jeu que vous menez. Même si jusque-là tu as toujours gagné.

Malheureusement pour toi, il semblerait que cette nuit ne soit pas comme toutes les autres. A peine le gardien commence-t-il à ricaner qu’il est coupé dans son élan, se déportant sur la gauche pour laisser passer un autre que tu ne connais que trop bien. Il n’a pas l’humour facile celui-là. « Tu vas bientôt crever Riodàn, ils viennent te chercher. ». Si ce pauvre homme espère te faire flipper, il se fourre le doigt dans le cul et bien profond. Toutefois, tu te mets à bouger et te redresses sur tes deux jambes quand tu aperçois enfin le visage de l’autre gardien, lui-même accompagné par deux autres acolytes. Tout ça pour toi ? Mon Dieu, il ne fallait pas. « Richie ! » que tu te mets soudain à beugler d’un air presque bien plus enjoué qu’il n’en faut. Il est aussi froid que toi ce type et c’est pour cette raison que tu ne peux jamais te retenir de lui accorder un putain de sourire arrogant et hypocrite au possible. Juste pour le faire chier. « Deux fois en une semaine, c’est bien trop d’honneur. ». Il te toise de son air hautain, dispose de la même blondeur que toi, mains dans le dos. « Tu as de la visite, Skyler. Bouge un seul petit doigt et t’es mort. ». Toi, de la visite ? Ils sont sérieux ? Tu n’as jamais de visite si ce n’est leur compagnie désastreuse et ennuyeuse. Qui diable peut donc bien vouloir quémander ta venue ? Les portes s’ouvrent et tu attends sagement qu’on t’autorise à avancer, langue passant sur ta lèvre inférieure. Tu frôles ton abruti de gardien poisseux et le fait subitement sursauter en montrant tes canines en sa direction et soufflant comme un chat pourrait le faire. Ce con a marché tout debout et cette fois ça t’arrache un vraie sourire. Il n’est cependant que temporaire car déjà Richie te chope par le col et te fixe droit dans les yeux. « Tu veux vraiment clamser comme ton abomination de petit copain ? Parce que si c’est ça ça peut s’arranger. ». Aussitôt tu te rembrunis et grognes, mâchoire crispée et dents serrées. C’est une aura noire qui passe dans tes deux yeux bicolores que tu te forces à détourner pour suivre le mouvement. Au-delà de l’envie de leur faire payer, tu es déjà curieux de savoir qui te réclame avant de leur faire mordre la poussière.  

En silence, tu avances dans le dédale de couloirs, traverses tout aussi sagement la potentielle cours qui vous mène tout droit jusqu’au Rite Center où tu n’as encore jamais mis les pieds depuis ton arrivée il y a de ça plusieurs mois maintenant. L’on a bien essayé de te vendre du rêve mais tu n’y crois pas, la soif de vengeance est bien plus grande que l’envie de redevenir humain. A quoi bon ? Ca ne te ramènerait pas celui qui manque cruellement à ton âme. C’est toujours en silence que l’on te mène enfin jusqu’à la grande salle des visites et à peine vois-tu sa silhouette que tu comprends. Mais toi, tu n’as pas envie de la voir. Pas le choix, c’est à peine si l’on ne te force pas à te mettre assis, alors, les mains dans les poches de ton pantalon tu acceptes de t’asseoir d’une grimace haineuse traversant ton visage et ce n’est qu’au bout de plusieurs secondes que tu acceptes de poser tes prunelles bicolores et glaciales sur elle.

« Qu’est-ce que tu veux, Ivy ? ». Un ton sec. Un grognement, même.

Une bombe à retardement, c’est tout ce que tu es dorénavant.  

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 236 Livres en banque : 1227
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 8 Juin - 20:41.
I'm on your side

feat Skyler


Life isn't pretty we all get a little wrecked sometimes. If God's listening, people think you're out of your mind. Even if you believe it. Through all the hard times. I'm on your side. On your side. I'm on your side. On your side. On your side- The veronicas

Ces hommes, inconscients, qui de leurs mains te souillent. Ces hommes, insouciants, qui de leurs lèvres se moquent. La Colère rode. La Vengeance gronde. Ces hommes qui se pensent tout permis. Ces hommes que je méprise en cet instant précis. Sombre tableau... Triste reflet de ce que je suis. Parfaite poupée de cire, impassible, je les laisse agir. Imperturbable, je laisse ce froid s'installer entre nous. Ton regard me vrille et me transperce. Animosité flagrante. Mon cœur vacille. Tes mots résonnent, pareil à l'orage qui s'annonce. Ce froid que tu instaures résonne tel les cuirs d'un martinet. Tu n'entends pas mes chairs qui se déchirent à chacun de tes mots?

Feintant l'irritation pour camoufler le trouble véritable qui m'anime, ma langue se claque contre mon palais. Mes claires prunelles te dévisagent hostilement quelques secondes. Des secondes intenables tant l'envie de cesser cette mascarade me prends aux tripes. Je me détourne alors de tes yeux inimitables, quittant mon siège. Avec superbe, je t'ignore et me détourne de toi. Hautaine et détestable poupée de porcelaine, je m'affuble de ce masque austère.

— J'ai à parler avec Monsieur Riodàn, en privé.

Ces fourbes sourient, jaugeant ma condition de femme avant ma condition de traqueuse. Vermines insidieuses que j'écraserais volontiers sous mes escarpins. Toutefois, la où la Violence, bien que tentante, ne mène à rien, l'odeur de l'argent, lui, possède tout ses droits. De ma veste, j'extirpe deux billets conséquents que je leur tend.

— Et bien évidement, je vous dédouanerais de toute responsabilité en cas de soucis.

L'instant d'après, leur carcasse s'extirpe de cette pièce. Enfin seuls, je retrouve ma place. Poupée de porcelaine, mes muscles s'animent, mon sang s'échauffe et mon cœur palpite. La Nervosité rampe sous mon derme et se glisse jusqu'à ma poitrine. Le Tambour de la peur entonne son chant sinistre à mes oreilles. Comment te dire combien je suis désolée? Désolée de n'avoir pu sauver vos deux âmes? Mais pour toi, il n'est pas trop tard.  

— D'habitude je n'ai pas besoin d'étendre mes billets. Tu dois être sacrément retord.

Idiote petite chose. L'Humour comme unique défense. L'Humour comme unique moyen de ne pas craquer. Traquer et même tuer les Aberrations... un quotidien m'allant parfaitement. Visage d'ange aux mains assassines. La Chasse m'anime. Pourtant, te retrouver là m'ébranle. Tu n'es pas à ta place.

— Je suis simplement venue voir comment tu allais. Tu sais... c'est ce que font les amis, entre eux. Ils prennent des nouvelles.

En théorie. Car cette coutume ne m'est pas familière. L'Amitié n'ayant pas sa place dans ma profession... Étrange ironie du sort que l'une des rares personnes m'ayant été liées devienne ce que je pourchasse. Sinistre hasard ou simple fatalité?


Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
LIVE LIKE LEGENDS
avatar
Skyler C. Riodàn
❝ LIVE LIKE LEGENDS ❞
J'ai rédigé autant de missives : 109 Livres en banque : 930 Localisation : Dans ton cul, deuxième porte à gauche.
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 8 Juin - 22:55.
turn back on me
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. IVY N. COLESON


Le cœur de ceux qui t’emmènent palpite à un rythme bien trop normal, preuve évidente qu’ils sont habitués à ce genre de choses et ne semblent pas craindre une quelconque offensive de ta part. Ca te ferait hérisser les poils, mais tu sais que tôt ou tard tu parviendras à changer la donne, comme tu l’as fait un peu plus tôt, d’un seul grognement auprès de ce balourd de gardien qui, bien qu’il ne soit pas gros, demeure tout de même un irréfutable connard. Toi qui pensais que tu aurais droit à la salle commune, en réalité c’est dans une arrière salle qu’on te mène et que tu aperçois enfin le visage de celle qui réclame ta présence. A peine as-tu franchi le seuil de la porte que tu te rembrunis un peu plus, ne daignant t’asseoir qu’à cause de l’obligation forcée de tes geôliers. Mains dans les poches de ton pantalon qui ressemble bien plus à un jogging qu’un jean moulant, tu mets un certain temps avant de poser tes prunelles glaciales sur la brune. Sa présence t’irrite, mais ce n’est pas totalement de ta faute, tu es bien plus instable qu’auparavant depuis que tu n’as plus cet écho de ton âme à tes côtés. Ca ne t’en rend pas toujours dépressif, bien plus en colère en réalité, avec la soif de vengeance blottie et lovée aux coins de tes veines. L’air polaire se répercute dans celles de la jeune femme qui te fait face mais tu ne lui en tiens pas rigueur, car ça sonne beaucoup mieux avec ce qu’elle est. Si tu ne ignores encore ce qu’elle te veut et son trouble, la question fuse rapidement de tes lippes pour venir s’écraser en ces tympans comme le plus funeste des chants. Déjà, elle ne s’adresse plus à toi, ni ne te regarde, peut-être a-t-elle compris ? Tu n’en es pas certains, et l’es encore moins lorsque sa propre voix résonne à l’intention de tes camarades de jeu. Parler en privé. Intéressant.

Tu n’as pas besoin de détourner le regard pour sentir l’odeur des billets que tu reconnaitrais entre milles. Elle paye pour te parler, pourquoi diable prend-t-elle donc ce risque ? Aurait-elle, elle aussi, des représailles envers toi ? Aurais-tu buté sa mère ? Sa grand-mère ? Son frère ? Qui ? Tu demeures étonné que la mascarade fonctionne mais n’en montres rien, les yeux rivés sur la table métallique entre vous, solidement attachée au sol. Tu pourrais l’arracher, si tu voulais. La nervosité semble soudainement s’emparer d’elle mais si tu es bon comédien elle l’est encore plus, et ça passe inaperçu. Tu ne peux entendre son rythme cardiaque, juste constater de par ta vision propre qu’elle semble moins à l’aise qu’au début. Sa remarque t’aurait fait sourire, dans un autre contexte, mais il n’en est rien, bien au contraire et le dos enfoncé dans ton siège sur lequel tu te tiens négligemment, tu ne parviens plus à décoller tes billes impétueuses des siennes. « Ou simplement trop monstrueux. » que tu claques dans ce ton froid qui te va si bien depuis que tu en as revêtu le masque. « Ce n’est pas pour rien que je ne suis pas avec les autres. ». Une menace sous-entendue, bien évidemment, car tout ce que tu ne vois d’Ivy à présent c’est son appartenance à la CAA, ces mêmes traitres et races de chiens qui ont abattu sans vergogne l’un des vampires les plus attentionnés que tu n’as jamais connu. Il avait beau être particulier pour ton cœur et ton âme, il n’en demeurait pas moins qu’il avait toujours essayé de préserver ton humanité. Ce que tu es aujourd’hui, c’est toi qui l’as choisi. Il n’a fait que céder à ton caprice. Et aujourd’hui il n’était plus de ce monde, ayant payé les conséquences de ton acharnement.

Malheureusement pour Ivy, il ne suffit que d’un seul mot pour te faire partir en vrille. C’est ce que font les amis. Amis. En un éclair, ta main gauche vient s’abattre violemment sur la table, il laissant la marque de ta paume. Penché en avant, tu as l’air furibond et fronce presque le nez de rage, un grondement volant du fin fond de ta gorge. Plus animal qu’humain. Tu la fixes droit dans les yeux et ne la quitte plus. Tu la juges, elle et les siens.

« Amis ? ». Tu grondes encore. « Elle est bien bonne celle-là. Où t’étais quand ils ont commencé à mettre Réversa à feu et à sang ? Où t’étais quand ils se sont acharnés… Non, quand vous vous êtes acharnés à mettre ce que vous appelez des Aberrations en cage ? ». Quand Il a été tué comme de la vulgaire chair à canon.

Le temps d’un instant tu retrousses ta lèvre supérieure, plus un réflexe d’agacement qu’autre chose et tu détaches ta paume de la table métallique. Tu n’as pas besoin de respirer, mais tu demeures un jeune vampire, ça ne fait que deux ans, et par réflexe tes poumons se gonflent, abaissant et levant ta poitrine comme si tu étais essoufflé. « Epargne-moi tes faux semblants d’inquiétude Ivy. Tu es exactement comme eux. ». Tu souffles, réprimant l’apparition de tes canines, faisant en sorte de garder le contrôle, car tu as beau la haïr, tu ne lui veux strictement aucun mal. A elle.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Ivy N. Coleson
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 236 Livres en banque : 1227
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 11 Juin - 0:46.
I'm on your side

feat Skyler


Life isn't pretty we all get a little wrecked sometimes. If God's listening, people think you're out of your mind. Even if you believe it. Through all the hard times. I'm on your side. On your side. I'm on your side. On your side. On your side- The veronicas

Monstrueux... Tel est le mot que tu emplois. Monstrueux... Tel est la manière dont tu te perçois. Alors pourquoi? Pourquoi ne vois-je rien de tout cela? Mes prunelles se posent sur toi et tout ce que je vois... C'est l'ombre d'une amitié passée. L'ombre d'un homme blessé. D'avantages un fantôme qu'une Aberration. La Vérité refuse-t-elle de frapper à ma porte? Se joue t-elle de moi? Victime de mes propres souvenirs, la Raison s'ébranle. La Vérité se déforme car dans le fond, il n'existe aucune Vérité ultime. Juste des points de vue.

Et ta colère gronde. Pareil à l'orage. Elle se déploie et me frappe de son marteau tonitruant. Bien que surprise, seul le soubresaut de mes épaules témoignent de ce trouble nouvellement créé. Ta Haine prend forme sur ton merveilleux visage. D'un geste, j'aimerais pouvoir effacer cette peine suppurante. Cette rage destructrice. J'aimerais, pour toi, accomplir l'impossible. Mes prunelles suppliantes s'ancrent sans concession dans les tiennes. J'encaisse tes accusations sans broncher. Le pire étant... que tu as en partie raison. La Culpabilité écrase aussitôt ma poitrine. Mes lèvres s'ouvrent, cherchent à prononcer des mots. En vain. Parfaite poupée de porcelaine, je demeure immobile. J'observe et attends ton courroux ultime. La bête en toi me révèle une partie de son visage et je cherche encore le monstre. Ce monstre qui pourtant me fait face. Ce monstre que tu décris. Est-ce vraiment toi ou la bête? Et tout se mélange dans mon esprit. Ce que je veux croire... Ce que je vois... et cette Vérité Ultime que je cherche en désespoir de cause. Tu ébranles mes croyances. Tu remet en cause mon univers de par ta simple existence. Ma vision flou m'alerte. Ces perles qui menacent de déborder, à tout prix, je me dois de les contenir. Alors je détourne mon regard. Un court instant seulement. Le temps de reprendre contenance.

— Tu as raison, que je soupire. Non seulement je n'étais pas là, mais je suis comme eux.

Ces paroles m'écorchent la bouche. Je hais ce sentiment de culpabilité. Pourtant il m'étreint et me broie. Par ta faute. Pour toi. Et si dans ma tête c'est l'Apocalypse, j'appelle au calme. Parfaite poupée de porcelaine, j'arbore de nouveau ce masque d'indifférence qui se fissure petit à petit sous le poids de la Culpabilité. Cette indifférence feinte, en face de toi, ne peut tenir bien longtemps. Où étais-je quand ton monde a chaviré? Où étais-je quand ton monde s'est décomposé? Probablement ailleurs. A traquer. Chasser les êtres comme toi... Comme toi...  

— Mais je m'inquiète réellement pour toi.

Si je peux te dévoiler une vérité ultime, c'est bien celle-ci. Et cette envie, irréaliste, de retrouver notre amitié perdue, guide mes gestes. Ce geste si instinctive de tendre ma main vers la tienne. Geste que je suspends dans les airs, hésitante. Pour mieux reprendre ma place initiale. Je repense à la bête en toi et me ravise, ne désirant aucunement à attiser d'avantages ta colère. Cette colère que je suis prête à endurer ne te créerait que d'avantages d'ennuis. Pourtant, je me dois de mettre certains points au clair. Que tu comprennes mon choix... Tout comme j'aimerais, à mon tour, comprendre le tiens.

— Je ne suis pas la grande méchante de l'histoire, Skyler. Je ne prétends pas que tu l'es. Ou qu'il l'était. Je dis juste... Que mon rôle est de retrouver les Nocturnes afin de leur offrir une seconde chance. Celle de redevenir humain.

Une chance. Une délivrance. Pourtant bien consciente que ce point de vue diverge. Néanmoins, il s'agissait de ma vérité. De mon point de vue. Les Nocturnes ne pouvaient se promener en toute liberté. L'Homme, depuis toujours, est capable du pire. L'Homme de par sa nature la plus profonde, est mauvais. On lutte constamment. On réprime ces pulsions violentes mais elles demeurent. Alors une Aberration... Qu'importe sa volonté la plus profonde de vouloir le bien... Ce n'est qu'une question de temps avant que les instincts les plus vils s'éveillent. Être une Aberration n'est pas une chance mais bien une malédiction.  

— Laisse-moi t'offrir cette seconde chance, Skyler.


Made by Lunatic Café

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
LIVE LIKE LEGENDS
avatar
Skyler C. Riodàn
❝ LIVE LIKE LEGENDS ❞
J'ai rédigé autant de missives : 109 Livres en banque : 930 Localisation : Dans ton cul, deuxième porte à gauche.
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 11 Juin - 17:29.
turn back on me
And everyone's watching, it all unfold. Everyone's watching, who's gonna take the throne ? Who's gonna run the show ? Everybody wants someone who's gonna fight fire with fire. ft. IVY N. COLESON


Tu as du mal à garder le contrôle de la colère qui te ronge et de la douleur que procurent tous les souvenirs et le manque cruel de ne plus avoir ton opposé à tes côtés. Evoquer une amitié que tu considères passée n’aide en rien ton instabilité et tes sauts d’humeurs. Preuve en est de la table à présent renfoncée, bruit qui a sûrement dû alerter quelques gardiens au-dehors de la pièce, mais puisqu’Ivy les a payé et qu’il n’y a soudain plus aucun bruit ils ne prennent pas la peine de venir y jeter un coup d’œil et c’est sûrement mieux comme ça. Tu viens croiser tes bras contre ta poitrine, te renfonçant dans ton siège car la ration hebdomadaire qu’on t’offre n’est que le strict minimum de ce que tu pourrais avaler. Tu ne veux en aucun cas faire de mal à la jeune femme en face de toi quand bien même tu sois en colère. Mais ici, tu n’es jamais rassasié, impétueux et disposé à mordre à la première opportunité. Tu as raison. Tes prunelles particulières devenues fuyardes, ce n’est qu’au moment où elle reprend la parole que tu acceptes de les reposer sur elle. Tu sens sa culpabilité à plein nez et cela ne te rend triste en rien, la haine masquant tout le reste. Il n’y a pas de bête ni de monstre, il n’y a que toi et simplement toi. Ce que tu es, tu l’as embrassé à partir de l’instant où tu as tout fait pour le devenir. De lui tu voulais te rapprocher. Vous auriez dû vivre une éternité et au lieu de cela tu en as été privé. Ca te ronge, ça te bouffe, ça te crucifie sur place au point de venir enfoncer le peu d’ongles que tu as dans la chaire de ton bras droit. Je m’inquiète réellement pour toi. Mais quelle différence ça peut bien faire ? Que pourrait-elle donc bien faire pour toi ? T’offrir un semblant de confort ? Une télévision peut-être ? Un animal de compagnie que tu croquerais en moins de temps qu’il ne faut pour dire merci ?

Enfoncé dans ton siège, tu demeures toutefois assez proche de la table pour que sa main puisse t’atteindre. Tu la vois d’ailleurs entamer un geste et se raviser. De toute manière tu ne te serais pas laissé toucher. Il y a bien longtemps que tu n’autorises plus personne à le faire, ou du moins, pas sans répondre d’une manière violente. Alors quand elle se met à te parler de seconde chance, tu te vois à nouveau forcé de serrer les dents pour ne pas lui cracher au visage comme un animal sauvage pourrait le faire lorsqu’il se sent menacé. Décroisant les bras, tu te penches à nouveau, bien plus proche d’elle cette fois, sentant les effluves de son parfum à plein nez. Parfum qui se mélange à la culpabilité et la certitude que ce qu’elle fait correspond au salut divin.

« Une seconde chance… » que tu commences alors, mains doucement plaquées sur la table métallique d’où s’échappe une froideur qui fait écho à la tienne. « Ils n’ont jamais voulu offrir de seconde chance lorsqu’ils nous sont tombés dessus ce soir-là, Ivy. Je l’ai vu dans leurs yeux. Ils n’avaient pas l’intention de le prendre vivant. ». A nouveau, un grondement fait vibrer ta gorge tandis que tes prunelles bicolores demeures inlassablement perdues dans celles de la brune. « Tu auras beau dire ce que tu veux, leurs intentions n’étaient en rien louables. Pourtant, certains de leurs membres n’ont strictement rien d’humains. Que diable ont donc bien pu faire les vampires et les lycans pour être traités comme des horreurs de la nature ? ». Parce que tu es jeune et bien que ton opposé ait un jour essayé de t’expliquer, tu n’y comprends toujours rien. Bien sûr, comme dans tout Homme il peut y avoir des exceptions violentes et abjectes. Des bons et des moins bons. Pourquoi alors vouloir prétendre que le gène vampirique ou lycanthrope n’est qu’une aberration de la nature, vouée à ne répandre que le mal sur cette planète ? L’Homme sait très bien faire ça tout seul, toi, l’Irlandais, tu as déjà eu l’occasion de le voir.

Soudain, tu esquisses un sourire, bien plus rictus que sincérité profonde. « C’est justement parce qu’il a été vu comme le plus horrible des monstres  qu’il n’était en rien que je n’accepterai jamais ce Rituel. ». Tu prononces ces paroles avec lenteur afin que ton ancienne amie imprime bien dans sa mémoire. « Je ne veux rien qui vienne de la part des assassins de mon opposé. ». La révélation tombe, tu n’es pas certain qu’Ivy soit au courant que ce vampire auquel tu étais attaché était bien plus qu’un amant ou un coup de tête. Ainsi donc comprendrait-elle ces élans lunatiques et cette dangerosité émanant de ton état en permanence. De toute manière, ils te feront passer le Rituel tôt ou tard de force, tu le sens dans tes tripes, ce n’est pas encore pour demain mais tu sens que cela ne saurait trop tarder, cela fait bien trop longtemps maintenant que tu fous le bordel en ces murs. Et pour sûr, tu es loin d’avoir terminé de le faire. « Il n’y a strictement rien que tu puisses faire pour moi Ivy. Ce que tu aurais pu faire se trouve balayé par le vent à l’image de ses cendres. ». Mains toujours posées contre la table, tes yeux se perdent dans le vague au gré des images qui défilent devant tes yeux. L’odeur de chair brûlée, la fumée qui s’échappe malgré la pluie diluvienne et un corps qui disparait et ne sera jamais plus. Une nouvelle fois, c’est comme si l’on t’enfonçait un couteau en plein cœur, accompagnée de cette sensation illusoire d’étouffer. Tu en souffres. Pour de vrai.    

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

I'm on your side ♣ feat Skyler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: Bristol City :: Ribcage :: Rite Center-