AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue ♥
MAJ d'Halloween ; découvrez-la
Pour garder l'esprit de famille, n'oublie pas de rédiger
au minimum 1 rp par mois ou de poster 50 messages! ♥️

Partagez | .
 

  ellis a. rhodes "let me killed myself"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my fangs
avatar
Ellis A. Rhodes
❝ Too sexy for my fangs ❞
J'ai rédigé autant de missives : 132 Livres en banque : 2285
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 29 Mai - 21:24.
avatar avatar
Ellis A. Rhodes
Avatar: Toby Kebbell

   
Vampire - Rise And Fall

   
Statut: Détenu au Ribcage.

   Âge: 100 ans depuis le 6 juin, 27 en tant qu'humain, 73 figé dans le marbre.

   Métier: J'ai été Soldat, puis Médecin, puis Médecin Légiste, maintenant je suis un lion en cage.

   Lieu de naissance: Un petit village en France.

   Particularité: Être à nouveau prisonnier d'un corps qui ne m'appartient pas.
   
Opinions: À mon sens, la plus part de ces magnifiques communautés sont de l'esbroufe. Des prises de partie aléatoire n'ayant en aucun cas le but de protéger quoi que ce soit si ce n'est les intérêts personnels des dirigeants. Ce ne sont que des conneries ayant pour but de vous manipuler, de vous faire prendre la mauvaise décision. À présent que tout le monde connait notre existence, la vie ne sera plus qu'une longue et douloureuse brulure.

   


    Révèle-toi
Je ne suis pas exactement le modèle que l'on pourrait attendre de moi, du moins je ne le suis plus. Il fut une époque où je l'ai été, j'ai été droit, capable du meilleur, capable d'une dévotion à toute épreuve, capable de sacrifice et d'amour pour autrui. Oui j'ai été quelqu'un de bien, quelqu'un de bon. Mais jamais la gentillesse me fut un jour récompensé. Mon sens du devoir, l'acceptation de mon avenir, tous ça ne fut jamais payant. Il y a une époque où j'aurais sans doute dû me battre pour défendre mes opinons, mes espoirs, mais j'avais toujours été docile, j'avais toujours eu foi en l'humanité. Certes, j'avais su me dérober pour profiter de la vie, mais c'était exclusivement pour aimer, jamais pour grandir. J'ai été lisse, et j'ai été puni. Si l'on devait me décrire d'une quelconque façon aujourd'hui, l'on vous inviterait sans doute à prendre connaissance de ma dernière évaluation psychologique, on vous affirmerait même qu'il y a des tendances chez moi que l'on ne peut consciemment graver dans le marbre sans avoir des preuves, sans s'être assuré qu'il n'y avait guère plus de justification. La réalité c'est que j'ai cessé de suivre le chemin que l'on m'avait tracé, j'avais cessé d'être obéissant, j'avais cessé d'attendre que l'on décide pour moi. Alors nous y voilà, avec toutes les justifications qu'il peut m'être donné de vous faire, cela ne nous avancera guère davantage. Ouvrons donc, ce qui fait qu'à chaque interpellation les inspecteurs qui me font face semble redouter, ou même craindre, d'agir avec moi.

D'après les médecins, les psy et tous les grands pontes de la médecine qui pensent encore que leurs mots à rallonges sauront me perdre, j'ai une tendance à l'auto destruction. Pas de tentative de suicide, rassurez-vous, juste le besoin de me pousser à ressentir ce qui avait été le mien durant 72 ans. Et si possible, le faire avec d'autre, ce qui nous amène à la violence, violence qui a tendance à me prendre dès lors que j'ai quelques verres dans le nez. Je ne suis sans doute pas d'un naturel agressif, mais l'alcool et la frustration savent créer l'illusion. C'est surtout la frustration, en fait, qui a peu-à-peu fait son nid au plus profond de mon âme à un besoin ardent de s'exprimer. Je suis par conséquent instable, incapable d'éprouver un sentiment d'attachement ou de satisfaction envers quelqu'un d'autre que moi, ce que l'on pourrait grandement rapprocher à un égoïsme et un narcissisme aigus. Je ne supporte pas non plus l'autorité, et j'ai beaucoup de mal à interagir avec l'espèce humaine. En fait, je ne suis que peu recommandable. À mon sens, il est aisé de me définir ainsi, de prendre en compte uniquement mes réactions à chaud, lorsque l'on me défit, lorsque l'on cherche à m'attaquer. La réalité au travers de tout ça est toute autre. Je ne suis pas fondamentalement méchant, j'ai juste atteint les limites que tout homme serait amené à rencontrer lorsque les déceptions se font trop grandes. Je suis amère, désabusé et sans doute septique sur bien des sujets. Et j'ai cette fâcheuse tendance à réfléchir bien trop, bien trop souvent. Je calcule, je manipule, je cherche à maitriser mon environnement, à ne laisser plus le moindre élément me perturber, m'atteindre. Je ne désire plus me sacrifier pour les autres, ni même vivre au travers de quelqu'un. Je ne cherche pas non plus la sympathie des gens, ni même leurs respects. Dans le fond, je sais vers qui me tourner, je sais qui mériterait mes gentillesses et mes attentions, et je sais qui ne doit recevoir l'acide de mes mots.

Alors oui, sur bien des points, je suis le mal incarner, mais je hais ce que je suis devenu, je hais cette humanité qui ne semble rien pouvoir m'apporter. J'étais bien plus calme lorsque j'étais éternel, lorsque la violence de la soif était ma seule ennemie. J'étais meilleur avant. Et si j'ai cru que reprendre mon immortalité saurait m'aider, j'ai découvert que l’enfermement étant une torture bien plus forte. Je suis forcé de garder mon calme, de me contenir pour ne pas devenir un monstre, car cela n'avait jamais été moi. Mais tout est bien plus compliqué lorsque les murs se referme lentement sur votre âme.

   


    Confie-toi
Il n'y a pas de printemps sans hiver, de vie sans mort, de futur sans passé. Ce qu'on devrait surtout nous apprendre c'est qu'il n'y a pas de joie sans souffrance, sans finir briser. Je suis né il y a un peu plus de cent ans, à l'aube d'une nouvelle ère, mais au sein d'un pays déchiré par la guerre. Je n'ai aucun souvenir de cette dernière, ni même des premières années suivant la restauration de la pays dans notre continent. En réalité mes souvenirs prennent naissance alors que je commençais à peine à arpenter le monde moi même, alors que ma famille se composait encore à l'époque de ma mère, de mon père et de deux petits frères. Des premiers souvenirs joyeux, si l'on omet que déjà à l'époque, je n'avais pas le droit à l'erreur, je semblais devoir faire mes preuves. Celui qui n'était jamais mit en avant, celui qui devait toujours tout prouver. J'avais l'impression à l'époque que mon père en particulier désirait me rappeler que ma place au sein de cette famille était à gagner, que je ne pouvais être accepter sans effort de ma part. Ces réactions, je ne les compris pas, du moins pas de suite. À l'époque aucun des signes ne m'étaient visibles. Que se soit le traitement qu'il était courant que je reçoive, ou encore plus évident, le fait que je sois le seul enfant brun de la famille. Ma mère était blonde vénitienne, presque rousse, alors que mon père était d'un blond grisonnant déjà. Je grandis donc comme le fils de bonne famille que l'on attendait de moi. Résigné dans chacun de mes choix, et vivant une seconde vie lorsque mes parents tournaient le dos. Je savais être sage, travailler dur lorsqu'il était question d'aider ma famille, ou de garder mes frères ou même cette petite soeur qui vit le jours dix ans après moi. Je ne rechignais jamais à la tâche, même la plus difficile. J'étais aimé des autres, bien plus que de mes parents. J'avais des amis, et au sein de notre village, j'étais parmi l'un des plus apprécié car je ne manquais jamais une occasion d'aider, que ce soit dans les champs, ou derrière un établi. C'était d'ailleurs comme ça que je me fis mes premières économies, donnant toujours plus que la moitié à mes parents, je gardais le reste dans l'espoir qu'un jour, je puisse réaliser mon rêve. Voyager, traverser le monde de part en part. Et puis le temps finit par passer et je finis par devenir un jeune homme. L'heure pour moi de dépenser une partie de mes économies pour rejoindre l'université et suivre des cours de médecine et d'anatomie. Je ne restais jamais que la semaine dans cette grande ville qui tendait à m'apprendre plus que je n'avais jamais eu l'occasion d'apprendre. Rentrant le weekend et les vacances pour ma famille, pour les aider. J'étais dévoué, je ne me laissais pas attraper par les lumières de la grande ville, je voulais continuer à faire mes preuves dans un sens. Et puis avouons le, au sein de mon village, il y avait autre chose qui tenait mon esprit et mon coeur attaché à cette bourgade. À cette époque, il y avait la fille du boucher qui - avouons le - me plaisait plus que de raison. Elle était belle et son sourire me donnait envie de tout abandonner pour elle. Oui, aussi étonnant celui puisse paraitre, j'étais fou amoureux d'elle. Je voulais faire ma vie avec elle, je voulais qu'elle me fasse oublier tout les tracas de la vie dans ses bras. Elle fut d'ailleurs la première à faire de moi un homme, la première et la dernière que j'aurais souhaité avoir à l'époque… J'avais été élevé ainsi, dans le respect, et bien que j'eus été mainte fois bridé par mes parents, je n'avais jamais poussé la moindre rébellion.

Ma vie était toute tracé dans ma tête, mais avec le temps les mensonges finissent toujours par se révéler, et lorsque la seconde guerre mondiale éclata, moi et mon petit frère le plus vieux furent appelé à combattre. Mon père défendit alors mon frère avec une rage peu commune, mais il ne fit rien pour moi. Nous allions partir, et je n'étais pas retenu. Me posant alors des questions, je finis par retourner chez mes parents pour y découvrir la vérité. Pour connaitre les raisons de ces différences. Fouillant et retournant la maison, je finis par trouver une boite fermé à clé que je n'hésitais pas à fracasser pour découvrir son contenue. J'étais peut-être parano et sans doute mon père le défendait uniquement car il venait tout juste de devenir adulte, mais je voulais en avoir le coeur net. Malheureusement le contenue ne fut pas pour me rassurer. Ces papiers expliquait bien des choses. Descendant jusqu'à la cours où mes parents venaient juste d'arriver, je brandis ce que je venais de trouver, cherchant une réponse. L'on m'en voulait pour ça ? Car sur mon acte de naissance, mon père était signalé comme un inconnu ? Car j'avais été adopté ? La vérité me fut enfin révélé. Que ce soit la faiblesse de ma mère pour ce jeune soldat, ou l'amour de mon père pour elle qui lui fit passer outre. Je ne su que ce qu'elle avait apprit elle-même, à savoir qu'il avait été médecin dans l'armée, et qu'ils n'avaient passé que quelques instants ensemble. Finalement, je n'étais pas si différent que lui à ses yeux. J'avais le même désir, la même passion pour le corps humain, je savais lui ressembler bien que la ressemblance ne soit pas la plus évidente, mais surtout, j'allais marcher dans ses pas… Ce fut la dernière discussion que j'eu avec mes parents, car le soir même je rejoins Constance afin de passer une dernière nuit à ses côtés, afin de lui promettre que je reviendrais et lorsque cela arriverait, je lui promis de me marier avec elle, de l'épouser et de ne plus jamais partir. Malheureusement, la réalité de la guerre était différente, et chaque jour qui passaient me fit redouter de ne jamais revenir que ce soit physiquement, ou mentalement. Peur que tout cela ne m'atteigne plus que cela aurait dû. Je lui en fis part au travers de mes lettres, aux travers de mes mots, je voulais la retrouver. Mais le destin en décida autrement sans doute, car je fus blessé, mortellement. Certaines choses ne pardonnaient pas, et la balle que je venais de prendre en faisait partie. La chance fut sans doute que la mort sembla me prendre assez vite, car ma conscience disparue rapidement. Les derniers souvenirs que j'eus fut un gout métallique dans la bouche, semblable à mon sang, et cette sensation de disparaitre, cette sensation d'exsanguination. À mes yeux, plus jamais je ne verrais le jour, plus jamais je ne sentirais, ou même ressentirait la moindre chose. J'étais mort…

J'ai connu deux guerres, la première m'a vu naitre et la seconde m'a vue mourir. J'appris à mes dépends qu'il y avait autre chose après la mort, quelque chose que mes parents ne m'avaient pas apprit, quelque chose dont on ne parlait pas dans les livres. Je repris connaissance dans une salle sombre, humide et sentant là mort. Les premières minutes furent pleines d'incompréhension, de frustration. Je ne pouvais pas être vivant, je ne pouvais pas m'en être sorti, et pourtant, il semblerait que mon esprit ne soit en aucun cas en train de me jouer des tours. Ne comprenant pas ce qui avait pu se produire, je me mis à scruter chaque mur, chaque crevasse pouvant se dessiner sur lui. J'arrivais à distinguer des choses alors que l'obscurité battait son plein… Rien ne semblait fonctionner normalement, rien. Le temps aurait sans doute pu filer comme jamais, mais quelque chose se réveilla au plus profond de mon être, quelque chose d'acide, de brulant, quelque chose qui brisa le choc de se découvrir vivant pour laisser place à une impatience et une faim qui m'irradia. La suite fut sans doute trop brutale pour m'en souvenir réellement… En réalité je ne repris le file que lorsque cette faim cessa, pour un temps, lorsque je me découvris penché sur le corps d'un homme, lorsque je sentis ce liquide chaud couler au fond de ma gorge. Je venais de tuer quelqu'un, je venais de me nourrir de lui, je venais… Désorienter, incapable d'agir autrement que par la violence, je passais les premiers mois de cette nouvelle existence enfermé entre quatre murs, enfermé sans la moindre liberté. Je ne savais pas qui me maintenait ici, je savais juste qu'il me nourrissait. Qu'il faisait peu-à-peu taire la violence qui régnait en moi. Visiblement, il voulait faire taire la rage qu'il y avait en moi, il voulait que je sois capable de comprendre et d'agir. Vers les derniers mois de ma détention, nous nous parlions régulièrement à travers les murs. Apprenant sans doute à se connaitre, à se comprendre. L'être que j'avais alors longuement détesté se révéla être quelqu'un de bon malgré sa nature. Il savait visiblement prendre assez, prendre ce qu'il fallait pour ne pas tuer, pour se contenter de se nourrir et ce bien qu'il s'accordait quelques exception lorsque le temps lui en disait. Il me proposa alors de m'apprendre à vivre cette nouvelle vie, d'en comprendre les rouages, et la première étape serait de savoir contrôler cette soif. De savoir se retenir, de savoir épargner durant une semaine les personnes qu'il me présentait. J'échouais, une fois, puis une seconde, au final, il me fallu ce qui me sembla être deux semaines pour y parvenir, et lorsque je sortis, je découvris le monde différemment. Les codes et les règles avaient changé pour moi, je n'étais plus soumis aux même choses, aux même sentiments. Cet apprentissage dura dix longues années. J'étais prisonnier de sa présence, pour mon bien semble t-il et au final, ce fut la meilleure chose qui me fut donné de faire, me contrôler.

Cela serait mentir que de dire qu'il ne chercha pas à me retenir lorsque je voulus partir, ni même que je ne ressentis pas la moindre faiblesse, mais j'avais longtemps voulu parcourir ce monde et inconsciemment, je voulais retrouver ma vie d'avant. C'était et se fut une erreur. Retourner dans mon village, rentrer dans cette maison qui m'avait vu grandir, voir le regard effrayé de ma mère, de mon père, et comprendre à leur contacte qu'ils ne seraient jamais en sécurité avec moi. J'avais perdu ma famille et eux, ils avaient perdu deux fils. Mon frère était en effet mort au combat, comme j'aurais du le faire. L'apprendre fut comme un choc qui manqua de me pousser au crime, à l'irréparable. Mais au lieu de cela, je fuis, cherchant un personne moins difficile à supporter. Constance. La retrouver ne fut pas particulièrement difficile, ce fut ce que je découvris qui le fut davantage. De tout ce qui aurait pu m'arriver, savoir que mes espoirs les plus fou auraient pu exister avec elle me fit mal, bien plus mal que là mort. Ce n'était pas uniquement Constance que je découvris, ce fut aussi cet enfant, cet enfant aux cheveux ébène qui semblait appréhender le monde avec plus de fougue que moi. Cet enfant qui parlait à une photo, une photo de sa mère et d'un homme ayant périt durant la guerre. Quelle était la logique à tout cela, pourquoi cette injustice ? Je ne fus pas capable de me présenter à eux, je fus juste capable d'envoyer l'argent qu'il me fut arriver de gagner, sans le moindre mot, mais avec l'amour qui aurait été mien.

Les années et les décennies qui suivirent ne furent que vagabondage. Traversant les pays et les époques, je pris de plus en plus un rythme de vie bien particulier, spéciale. Un rythme de vie qui m'allait parfaitement qui ne m'éloignait que très rarement de celui que j'étais fondamentalement, un type bien. Et puis l'appel de la médecine commença à se refaire sentir, commença à me manquer à nouveau et je pris le risque de reprendre mes études, de nuit, certes. Trouvant tout les arrangements possible, je réussis à finir, à atteindre mon objectif sans céder. Je n'étais certes pas en mesure de supporter trop longtemps le sang, mais c'était suffisant pour m'en sortir. Et puis il y a 26 ans de cela, quelque chose sembla me foudroyer. Quelque chose de puissant qui me fit revenir dans une ville que j'avais déjà fréquenté, mais il y a bien trop longtemps pour que l'on se rappel de moi. Cette attirance me poussa vers cette enfant, à peine né, mais qui semblait capable de faire écho en moi. Ce fut le début d'une histoire qui aurait pu durer, qui aurait pu être un renouveau, mais ce fut en réalité le début d'un enfer. J'appris à mes dépends que cette personne était une partie de mon âme, qu'elle était celle sans qui je ne pouvais pas être complet. Elle était celle sans qui je ne pouvais pas réellement vivre. Gardant mes distances jusqu'à sa majorité, je finis par me révéler lorsqu'elle fut en âge de décider elle-même. Elle était comme Constance dans un sens, vitale, belle, unique à mes yeux, et sans réellement comprendre, elle me séduit. L'attirant alors avec moi, nous voyagîmes suffisamment longtemps pour que mes sentiments grandissent, pour que notre lien dépasse ce que nous étions. La perfection aurait pu se placer là, mais de toute évidence un humain ne pouvait pas vivre avec un vampire, et notre relation devint rapidement difficile. Je la désirais bien trop pour me contenir indéfiniment et elle trouva une solution pour continuer ensemble. Redevenir humain ? L'idée me déplut au début, mais elle réussit à me convaincre, m'assurant que nous pourrions vivre ensemble, qu'il n'y aurait plus de frontière, que nous serions libre et que je n'aurais plus à craindre quoi que ce soit. J'avais loupé ma chance avec Constance, j'avais loupé tout ce que j'aurais souhaité vivre et quelque part au fond de moi, le jeune Éphèbe crédule demeurait toujours. Malheureusement cela fut bien plus douloureux et difficile à vivre que je ne l'aurais cru. La soif n'était rien face au sentiment qui m'embrassa les premières heures, les premiers jours, rien n'était comparable. Mon corps tremblait, mordu par la froideur de mon être, mon coeur semblait peiner à reprendre le rythme, et rapidement, la seule chose qui fut en mesure de calmer cela fut les anti-douleur. En fait, j'étais tellement désorienté durant les premiers jours que je ne remarquais pas immédiatement que quelque chose venait de se rompre. Ce ne fut que lorsque je fus autoriser à la rejoindre que je pris conscience qu'elle n'existait plus. Je ne la sentais plus, à la place se trouvait un énorme trou béant, un vide sans aucune racine. Elle n'était plus là. Elle chercha dès lors à m'aider, à se faire présente, elle me fit rentrer à l'hôpital, jugeant que reprendre le travail serait bon, mais à mesure que les jours passaient, je tombais, je perdais toute patience, si bien que je mis fin à cette mascarade pour passer un concours, celui de médecin légiste. Je ne voulais plus entendre quiconque me parler, je ne voulais plus voir quiconque. Elle pensait que les choses finiraient par passer, elle m'aimait, mais je n'avais plus l'impression de partager cela. J'étais comme sous le choc. Plus rien n'avait la même saveur, je ne ressentais plus rien, je n'avais plus cet écho, elle m'avait volé, elle m'avait tué. Sans doute par respect, je continuais de demeurer avec elle, sans toutefois pouvoir faire illusion. La frustration de redécouvrir un monde sans saveur me poussa à plonger dans l'alcool, dans certaines drogue aussi lorsque certaines douleur venait me rappeler que j'étais mortel. Une automédication destructive dans un sens. Et puis de quelques cigarette volé à un collègue à la sortie de morgue, je passais à plusieurs paquets. Suivant la même pente avec les alcools forts, je finis par rentrer totalement saoul à la maison. Faisant mes affaires, je pris la décision de partir, d'arrêter les frais. Elle chercha à me retenir, mais la violence de ma rancoeur la stoppa brutalement. Je la haïssais, elle m'avait menti, elle m'avait volé, elle avait préféré que je me sacrifie au lieu d'elle. Elle savait que j'avais été marqué par mon incapacité à élever ce fils que j'avais eu, et elle m'avait fait croire que je pourrais vivre cela avec elle. À la place, je vivais un retour à la mortalité emplit de douleur, d'impuissance, et sans la moindre motivation.

Bien plus souvent mort que vivant, ma vie ressembla à tous sauf à une vie. Avec le temps, je réussis sans doute à me contenir, à réduire certaines consommation, mais je restais malheureusement trop dépendant à la souffrance que je ressentais en cherchant le conflit… Je restais dépendant aux émotions fortes, à celle pouvant me rappeler qu'à une époque il me suffisait de regarder quelqu'un pour tout découvrir. Médecin légiste surchargé qui finissait bien souvent une autopsie avec une bière à la main, je sortais sans doute des normes, et c'est sans doute pour cela que j'avais déjà hérité de quelques blâmes, mais je n'avais plus le moindre respect pour ma vie. J'avais sombré… J'avais su me relever en touchant le fond, mais l'éternité et la puissance de mes sentiments m'y avaient aidé, je n'avais rien, juste un reflet dans un miroir.

Et puis cela fut trop difficile, je n'avais plus la moindre raison de faire semblant, de chercher à rentrer dans les normes, j'avais besoin de fuir, de quitter les lieux, et il m'en donna à nouveau la chance. Il m'avait transformé une fois et sans même que j'ai à le demander, il le fit une seconde fois. La douleur, la fatigue suite à sa morsure ne fut qu'une tendre destruction, une caresse rassurante, gage de fin. La faim me faisait moins peur que la souffrance. Je préférais être rongé que détruit dans le fond. Mais le répit fut de courte durée, et en quelques jours tous bascula. Chassé, je fus contraint de gérer ma soif avec la fuite. Je ne savais quoi faire, ni comment. J'avais su être un vampire réfléchi et calme en prenant le temps de dompter ma soif, cela ne pourrait être le cas ici. C'est sans doute cette pression qui me fit capturer. Les irrégularités d'une immortalité naissante ne pouvant se combiner à une discrétion constante. Prit au piège entre quatre mur. Développant une nouvelle rage, une nouvelle colère contre ce monde qui me privera à jamais de ma liberté, de celui que j'avais été.
   


   Hors-jeu
Pseudo et âge: Kiwi. Et 25 ans.

   Comment as-tu connu le forum? L'évidence.

    Qu'est-ce qui t'a convaincu de t'inscrire? L'évidence.

   Depuis combien de temps fais-tu du RP? Je sais plus.

   Fréquence de connexion: Prout/7

   Un commentaire? L'évidence.
   


   


 


Dernière édition par Ellis A. Rhodes le Mar 13 Juin - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my fangs
avatar
Ellis A. Rhodes
❝ Too sexy for my fangs ❞
J'ai rédigé autant de missives : 132 Livres en banque : 2285
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 29 Mai - 21:24.
Je finirais demain ou pas Very Happy


 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai rédigé autant de missives : 600 Livres en banque : 3107 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 29 Mai - 21:30.
Tu sais où tu vas le prendre le "ou pas" ? xDDDD

Rebienvenue sexy fangs! ♥️

J'ai hâte de voir ce que t'as concocté avec ce malade mental ! *_*

Bonne rédaction I love you


Born Ready
I am the unknown fighter A dark horse coming for you. I'm gonna push up higher, I'm gonna do what I do. Start me up, Open my eyes. Turn me loose and you'll see why. I was born, born ready. -BY PHANTASMAGORIA
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Spectre for the cause
avatar
Perséphone L. Carlton
❝ Spectre for the cause ❞
J'ai rédigé autant de missives : 567 Livres en banque : 3477 Je suis âgé(e) de : 38
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Planet Hell
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 29 Mai - 22:01.
Bwahaha Very Happy Bienvenue et bonne rédaction de fichette nemu
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
In Cauda Venenum
avatar
Éris Livingstone
❝ In Cauda Venenum ❞
J'ai rédigé autant de missives : 159 Livres en banque : 2248
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 30 Mai - 11:28.
Ah que salut !!

J'ai hâte de voir ce que tu vas faire d'Ellis ! Tu sais que dans une autre vie, toi et moi, on aurait pu être pote. Si tu veux, je viendrais te filer des cacahuètes dans ta cage crasseuse et te ferais la causette tank

En tout cas, bon courage pour la fiche et au plaisir de te lire à nouveau nemu
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my claws
avatar
Cassandre E. Nealson
❝ Too sexy for my claws ❞
J'ai rédigé autant de missives : 447 Livres en banque : 2991 Je suis âgé(e) de : 28
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 30 Mai - 23:02.
Bienvenue Ellis ! pingouin love

J'suis aussi curieuse d'en savoir plus ! Bonne rédaction rock
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai rédigé autant de missives : 600 Livres en banque : 3107 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 9 Juin - 16:52.
Nounouuuuurs! ♥

Tu as besoin d'un délai supplémentaire pour ta fichette? N'hésite pas à donner des nouvelles =D


Born Ready
I am the unknown fighter A dark horse coming for you. I'm gonna push up higher, I'm gonna do what I do. Start me up, Open my eyes. Turn me loose and you'll see why. I was born, born ready. -BY PHANTASMAGORIA
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
Too sexy for my fangs
avatar
Ellis A. Rhodes
❝ Too sexy for my fangs ❞
J'ai rédigé autant de missives : 132 Livres en banque : 2285
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 13 Juin - 15:30.
Pas besoin de délai wesh !

Merci à vous les filles <3


 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Voir le profil de l'utilisateur
It's fun to lose and to pretend
avatar
Edana J. May
❝ It's fun to lose and to pretend ❞
J'ai rédigé autant de missives : 600 Livres en banque : 3107 Je suis âgé(e) de : 27
❝ Info + ❞

You Gonna Need A Grave
Relations:
Songs of the Day: Paint it black ~ Rolling Stones ♦ In Chains ~ Shaman's Harvest ♦ Evil Ways ~ Blues Saraceno ♦ Sick Like Me ~ In this Moment ♦ Who we are ~ Imagine Dragons ♦ Raise Hell ~ Dorothy ♦ Who did that to you? ~ John Legend ♦ Knocking on Heavens door ~ Raign ♦ The Conflagration ~ Stone Sour ♦ Whore ~ In this Moment
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 16 Juin - 16:31.
Pouah, le jeune éphèbe crédule ♥️

Tout est bon dans le cochon, je valide ♥️ Je te laisse le petit guide, histoire que tu t'y retrouves bien dans la maison :coeeur:

   
FÉLICITATION
Tu es des nôtres, t'as fini ta fiche comme les autres !


   Le petit guide du nouveau !


   Hey bravo pour ta validation ! Tu as su déjouer les pièges de la fiche et construire un personnage jouable parmi nous ! Donc déjà bravo !  

   Avant de commencer à arpenter les parties du forum, je t'invite  à ouvrir ta fiche de liens et ta liste de Rp. Une fois ces étapes accomplies, tu as la possibilité d'aller demander un sujet, de voir le récapitulatif des personnages présents sur le forum et aussi de poster des annonces pour des pistes de personnage.

   Viens jeter un coup d’œil au Comptoir de Bristol qui t'expliquera comment avoir des points et surtout comment les utiliser pour faire évoluer ton personnage ! C'est également là que tu pourras faire tes demandes de rang personnalisé et de création de lieu(x).

   Tu pourras Flooder à volonté par ici et créer ton forumspring .

   Le staff est à ta disposition en cas de besoin !  

   Enfin, le plus important :  Amuse-toi bien  I love you

   


Born Ready
I am the unknown fighter A dark horse coming for you. I'm gonna push up higher, I'm gonna do what I do. Start me up, Open my eyes. Turn me loose and you'll see why. I was born, born ready. -BY PHANTASMAGORIA
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

ellis a. rhodes "let me killed myself"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haitian official says 2 journalists killed in mob attack
» Signature de contrat - Dan Ellis
» Wade Barrett & Cody Rhodes Vs Randy Orton & The Rock
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Sheamus /w Kelly Kelly Vs Cody Rhodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers of dawn :: You Need A Company :: Face Your Demon :: Fiches Validées-